Plaisir Croisière Forum
Connexion

Récupérer mon mot de passe

Derniers sujets
Twitter FPCroisière
Les posteurs les plus actifs de la semaine
NousDeux(Admin)
 
PiccaPicca
 
micax
 
Z06
 

Rechercher
 
 

Résultats par :
 

 


Rechercher Recherche avancée


L'actu de la MARINE NATIONALE, de notre défense et de nos alliés

Page 41 sur 42 Précédent  1 ... 22 ... 40, 41, 42  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Une nouvelle étape pour la production du Tu-160

Message par corsair le Mer 16 Nov - 7:56

Une nouvelle étape pour la production du Tu-160

Moscou, la volonté russe de produire à nouveau le bombardier stratégique Tupolev Tu-160 « Blackjack » vient franchir une nouvelle. L'usine aéronautique de Kazan près de la Volga est actuellement dans une étape qui vise à la reconstitution des technologies principales nécessaires à la production du bombardier lourd supersonique.



L’Usine dispose également d’un calendrier de production qui vise la fabrication production de la travée centrale d’un nouvel exemplaire du Tu-160. Ce premier Tu-160 de nouvelle série servira de banc d’essai pour la production. En mars dernier, l'usine a conclu deux contrats pour la reconstruction des équipements nécessaires pour la fabrication des Tu-160.


Une flotte de 50 bombardiers :

A l’origine de relance de la production du Tu-160, le commandant de la Force aérienne russe (VVS) le Général Viktor Bondarev avait annoncé la volonté de construire 35 bombardier stratégique Tupolev Tu-160 « Blackjack » se qui portera à 50 le nombre d’appareils en activité. La mise en service des nouveaux aéronefs pourrait débuté en 2023.

Flotte en pleine modernisation : 

La flotte actuelle de Tu-160 est en cours de modernisation, Le bombardier supersonique à géométrie variable Tu-160 modernisé comprend une amélioration des systèmes d’avioniques et du radar, de la motorisation ainsi que de l’armement. La nature précise des améliorations n'est pas divulguée. Cependant quelques petites informations sont disponibles.

Le Tu-160 a reçu une avionique modernisée avec un nouveau cockpit doté d’écrans et de la nouvelle génération d’ordinateur de gestion de vol disponible. Un liaison électronique permettant la communication avec l’ensemble des aéronefs et des éléments des Forces russes sera installée.

Les moteurs Kuznetsov NK-32 sont dotés d’un nouveau FADEC (Full Authority Engine Control) et de diverses améliorations concernant la maintenance.

En matière d’armement, le programme de modernisation va permettre de renforcer la capacité nucléaire de l'avion et la capacité de transporter 12 missiles Raduga NPO Kh-555 (AS-15 Kent) de croisière à longue portée ainsi que des bombes à guidage laser.

Le Tu-160 sera également doté des nouveaux missiles Kh-101 et le Kh-102, avec des ogives nucléaires et conventionnelles. La puissance des ogives nucléaires est estimée à 180-200 kilotonnes. En outre, leur portée atteint les 5’500 km. Toutefois, pour augmenter la portée, il a fallu augmenter la masse de lancement de missiles de 700-800 kg, bien que le poids de l'ogive soit resté la même 400-410 kg

Avec une charge jusqu'à 40’000 kg et un rayon d’action (sans ravitaillement) de 12’297 km, et une vitesse maximale de 1’800 km/h le Tu-160 est l’une des armes les plus redoutable de la Russie. Conçu par le Bureau d'études soviétique Tupolev pendant les années 1970-1980, le bombardier porte-missiles stratégique Tu-160 «Blackjack» selon le code de l'OTAN (Cygne Blanc en Russie) est le plus grand et le plus puissant avion supersonique militaire doté d'ailes à géométrie variable. Le Tu-160 est aussi le plus lourd avion de combat au monde et le bombardier ayant la plus grande masse au décollage.

En service opérationnel depuis 1987, le Tu-160 est destiné à détruire des cibles importantes au moyen d'armes nucléaires et conventionnelles. Son équipage comprend quatre pilotes.



Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11385
Points : 12731
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 68
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

Armée de l'Air : Les risques de la suractivité

Message par corsair le Mer 16 Nov - 7:57

15/11/2016

Armée de l'Air : Les risques de la suractivité

C'est un constat là aussi alarmant. Dans un avis rendu au nom de la commission de la défense nationale et des forces armées sur le projet de loi de finances pour 2017, le député Christophe Guilloteau, expose les risques liés à la surexploitation des matériels de l'armée de l'Air.



Selon son rapport, "la situation de suractivité et de surintensité fragilise non seulement la régénération organique de l’armée de l’air, mais pourrait obérer à court terme la poursuite de l’effort de remontée d’activité globale". M.Guilloteau prend pour exemple la flotte de Mirage 2000D. Ces appareils ont été conçus pour un total de 7 500 heures de vol en 30 ans de durée de vie. Or les Mirage 2000D réalisent près de 1 000 heures de vol par an dans le cadre des opérations actuelles. La suractivité pourrait donc entrainer une réduction de la durée de vie des matériels.

D'autres flottes sont au contraire touchées par des problèmes de disponibilité. Les appareils de transport en particulier sont touchés par un faible taux de disponibilité souligne M.Guilloteau. La flotte de C-130 est exposée au fort volume d'opérations de maintenance en profondeur réalisées par les industriels, puisqu’au cycle de révisions soutenues s’ajoute un chantier de rénovation, et à un taux élevé de pannes sur les moteurs. Pour les A400M il s'agit de problèmes de maturité mais aussi de difficultés liées aux problèmes techniques rencontrés sur les moteurs.

Du point de vue des ravitailleurs en vol C-135, on constate une amélioration de la disponibilité qui reste cependant "soumise à de lourdes contraintes logistiques".

Le problème des pods est aussi mis en avant. Les nacelles de désignation laser sont indispensables pour les missions de bombardement. Cependant le taux de disponibilité du parc, composé de trois types de systèmes de différentes génération, est de 55%. Il faut composer avec un 21 pods Damoclès. Là aussi les équipements sont confrontés à un vieillissement prématuré. La livraison rapide du pod Talios, remplaçant du Damoclès est donc impérative pour éviter une rupture capacitaire.


Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11385
Points : 12731
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 68
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

Le coût de déploiement d'un militaire a doublé en dix ans

Message par corsair le Mer 16 Nov - 7:58

15/11/2016

Le coût de déploiement d'un militaire a doublé en dix ans

La sécurité coûte cher, mais le gouvernement n'aime pas parler chiffres quand il mène la guerre. Dans un rapport sur les opérations extérieures de la France entre 2012 et 2015, la Cour des comptes souligne l'écart sans cesse croissant entre les sommes budgétisées en loi de finances pour les opérations extérieures de l'armée française, les fameuses Opex (Irak, Syrie, Mali, RCA, etc.), et les besoins réels.

Cette année encore, il faut trouver plus de 850 millions d'euros pour boucler le financement de ces opérations, alors que 450 millions seulement ont été budgétisés. Pourtant, ni les opérations au Sahel, ni celles en Irak et en Syrie ne sont nouvelles. Cela fait même trois ans que le gouvernement maintient l'illusion des 450 millions. Entre 2012 et 2015, la France a été active sur 9 théâtres principaux et a mené 25 opérations de nature diverse, note la Cour. Les dépenses additionnelles liées au déploiement des forces française hors de l'Hexagone ont donc dépassé chaque année 1,1 milliard d'euros.

Rien d'illogique au vu de l'effort militaire engagé, notamment après les attentats de janvier 2015, mais in fine « le coût unitaire par militaire projeté a plus que doublé depuis une décennie, pour atteindre 100.000 euros par soldat déployé par an ». La Cour réclame donc de l'Etat davantage de sincérité budgétaire. 
Pour le ministère de la Défense, le manque de sincérité a un avantage : ce sont tous les ministères qui doivent mettre la main à la poche en fin d'année pour combler l'écart. Mais de bricolage en bricolage, l'armée ne va pas beaucoup mieux. Dans son rapport, la Cour des comptes couche noir sur blanc ce que chacun dit tout bas. La France ne pourra pas fournir un tel effort militaire dans la durée, faute de régénérer à un rythme suffisant son matériel ainsi que l'aptitude opérationnelle des personnels.
Tours de force

Cette double nécessité « n'est actuellement pas assurée à un niveau suffisant », constate la Cour en évoquant le suremploi des forces. L'armée s'use : « Le haut niveau d'engagement actuel conduit à limiter la préparation opérationnelle des forces », ajoute la Cour, qui dresse aussi un bilan alarmant du vieillissement du matériel. 
La part du coût d'entretien des matériels a plus que doublé en raison de sa surutilisation sur des théâtres difficiles mais aussi par le coût de la mise en service de matériel neuf toujours plus sophistiqué et capricieux. 
Tout en soulignant que les Opex faussent désormais la sincérité budgétaire, la Cour félicite les tours de force réalisés par l'armée dans ces conditions. Elle souligne toutefois que l'équilibre entre l'engagement et la soutenabilité a été rompu à la mi- 2015, avec la création de l'opération Sentinelle.


Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11385
Points : 12731
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 68
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

Le Royaume-Uni et la Norvège renforcent leur coopération militaire

Message par corsair le Mer 16 Nov - 7:59

15/11/2016

Le Royaume-Uni et la Norvège renforcent leur coopération militaire

En septembre 2014, le Royaume-Uni, le Danemark, les trois pays baltes et la Norvège signèrent une lettre d’intention afin de créer une force expéditionnaire commune devant être pleinement opérationnelle d’ici 2018 pour des missions menées au profit de l’Otan et des Nations unies.



Alors que la Grande-Bretagne s’apprête à quitter l’Union européenne, le ministre britannique de la Défense, Michael Fallon, a conclu, le 10 novembre, avec son homologue norvégien, Mme Ine Marie Eriksen Søreide, un accord visant à renforcer la coopération militaire entre Londres et Oslo, en particulier dans le domaine de la surveillance maritime.

« Compte tenu de notre proximité géographique et des défis communs dans le contexte stratégique de l’Atlantique Nord, nous sommes bien placés pour une coopération future en matière de surveillance maritime », a en effet expliqué Mme Søreide, pour qui les capacités concernant en particulier les opérations anti-sous-marins sont « importantes pour l’Otan et les alliés proches ».


La ministre norvégienne a ainsi implicitement fait référence à la Finlande et à la Suède qui ont exprimé des inquiétudes au sujet de possibles incursions de sous-marins « étrangers » (c’est à dire russes) dans leurs eaux territoriales.

« En intensifiant la coopération avec la Norvège dans le domaine de la patrouille maritime, nous garderons la Grande-Bretagne plus sûre », a, de son côté, commenté le ministre britannique.

Dans le détail, l’accord signé par M. Fallon et Mme Søreide portera sur les avions de patrouille maritime. Dans ce domaine, les deux pays s’apprêtent à moderniser leurs capacités. Le dernier Livre blanc norvégien sur la Défense, publié en juin dernier, recommande en effet le remplacement des actuels P3C Orion. Il s’agit même d’une priorité pour Oslo. Quant au Royaume-Uni, il a d’ores et déjà commandé 9 avions de type P-8 Poseidon auprès du constructeur américain Boeing.


Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11385
Points : 12731
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 68
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

Armée de l’Air : le défi «Soutex»

Message par corsair le Mer 16 Nov - 8:00

15/11/2016

Armée de l’Air : le défi «Soutex»

Pour l’armée de l’Air, les succès du Rafale sur le marché export sont un défi majeur et une aubaine. En assurant sa mission de soutien aux exportations (Soutex), elle a répondu aux demandes très précises des états-majors égyptiens et qataris : la formation de leurs pilotes de Rafale par les aviateurs français.



Au Caire, on insiste pour multiplier les échanges et partager un maximum de retours d’expérience (Retex) des opérations en cours dans la BSS ou en «Syrak», dont l’impact aurait été déterminant dans le choix du chasseur polyvalent de Dassault. Le CEMAA doit se rendre en Egypte dans les prochains jours pour évoquer ces questions avec son homologue. Des échanges qui pourraient se faire à différents niveaux d’intensité, qu’il s’agisse des aspects opérationnels ou de maintenance.


Les deux premiers batch de quatre pilotes égyptiens ont déjà été formés et la formation du troisième est en cours. S’il s’agit, pour l’Egypte et demain pour l’Inde, de former les primo-formateurs (qui formeront par la suite leurs pilotes dans leur propre pays), la tâche est d’une autre envergure pour le Qatar, dont l’objectif est la formation de 250 aviateurs, soit l’équivalent d’un escadron qui sera livré clé en main en 2017. Il sera commandé par un aviateur français jusqu’en 2019, date à laquelle ce commandement sera transféré au Qatar. Pour l’heure, les quatre premiers pilotes de l’émirat ont reçu leur formation théorique et partent à Saint-Dizier pour la partie pratique.

Mais outre les pilotes, il faudra notamment former les acteurs de l’environnement du Rafale, c’est-à-dire les spécialistes de l’armement, les maintenanciers, les moniteurs de simulateur…, souvent ab initio, les Qataris ayant essentiellement recruté des civils sans expérience aéronautique. Cela représentera pour l’armée de l’Air près de 6 300 heures de vol, soit l’activité d’un escadron pendant un an, ou la durée de vie totale d’un Rafale ! Et mobiliser entre 50 et 100 personnels de l’armée de l’Air. Et ce alors qu’elle est déjà au-dessus du contrat opérationnel et rencontre de réelles difficultés à former ses propres pilotes, les plus expérimentés étant très sollicités pour les Opex.

Des tensions sur le capital humain accrues par la volonté que de véritables pilotes opèrent les drones toujours plus nombreux. Un plan de charge auquel s’ajoute donc désormais le Soutex. Malgré ces difficultés, déjà pointées par le CEMAA, il s’agit d’une véritable aubaine, tant pour pouvoir contribuer au financement du développement d’amélioration sur le Rafale que pour celui, sur la BA 118 (Mont-de-Marsan), de nouvelles infrastructures et outils de formation qui pourront plus tard être utilisés par les aviateurs français.

Enfin, l’état-major de l’armée de l’Air réfléchit à la création d’une communauté d’utilisateurs du Rafale, sur le modèle de ce qui existe déjà pour le drone Reaper ou l’AWACS E3. Les Egyptiens devraient être les partenaires de lancement de cette «académie Rafale», qui pourrait ensuite s’étendre aux Qataris puis aux Indiens…


Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11385
Points : 12731
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 68
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

Et si la France s’inspirait du Royaume-Uni pour financer ses opérations extérieures?

Message par corsair le Mer 16 Nov - 8:01

15/11/2016

Et si la France s’inspirait du Royaume-Uni pour financer ses opérations extérieures?



Cette année, et comme les précédentes depuis 2012, le montant de la somme inscrite au titre du financement des surcoûts liés aux opérations extérieures dans le projet de budget 2017 de la mission « Défense » est de 450 millions d’euros seulement. Et cela alors que l’on sait que cette provision est largement insuffisante pour couvrir les 1,2 milliard de dépenses générées annuellement (et en moyenne) par les interventions militaires françaises.

Pour le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, cette sous-évaluation des surcoûts « OPEX », figée par la Loi de programmation militaire, n’est pas un problème. Au contraire même, elle permet de faire appel plus largement à la solidarité interministérielle en fin d’exercice, même si son ministère y contribue à hauteur d’environ 20%.

Cependant, comme le note la Cour des comptes dans le rapport sur « les opérations extérieures de la France » qu’elle vient de publier, le « financement interministériel massif en gestion, par décret d’avance, des surcoûts non provisionnés lors de la programmation, évite d’avoir à formuler de façon transparente, au moment de la construction de la loi de finances initiale, la réalité des contraintes financières liées à la conduite des OPEX. » Et de plaider, encore une fois, pour une évalution « sincère » de ces surcoûts lors de l’élaboration des lois de finances initiales (LFI).


Le sénateur Dominique de Legge, qui vient aussi de rendre un rapport sur le même sujet, ne dit pas autre chose. « La fixation d’une provision plus juste dès la loi de finances initiale permettrait d’améliorer la visibilité des gestionnaires, du ministère de la défense, comme des autres ministères contributeurs », écrit-il.

Cela étant, la Cour des comptes souligne dans le même temps que les « surcoûts OPEX ne reflètent pas ce que coûte à la nation la mise à disposition d’un outil militaire (hommes, matériels, soutien) prêt pour un emploi en OPEX » et que la « prise en compte des seuls surcoûts directement liés à l’emploi des forces en OPEX écarte, par construction, la part des coûts de personnel, des coûts de structure du ministère, des coûts de possession de matériel qui est imputable aux opérations, quand bien même certains de ces coûts n’existent que du fait des opérations. »

En clair, la note en fin d’exercice pourrait être nettement plus salée étant donné que certains paramètres ne sont pas pris en compte dans le calcul des surcoûts OPEX. Ainsi, les magistrats de la rue Cambon citent les coûts liés à l’usure prématurée, à la perte, à la destruction ou à la cession de matériels ainsi que ceux, à long terme, relatifs aux ressources humaines (attribution de la carte du combattants aux militaires « projetés », retraites, pensions d’invalidité, etc…). Sans oublier les dépenses liées aux soins apportés aux blessés.

Dans son rapport, le sénateur de Legge ne peut faire que le même constat. « Il est en revanche plus préoccupant que l’usure accélérée du capital de nos armées résultant de la forte activité opérationnelle liée aux OPEX ne soit pas compensé au ministère de la défense », estime-t-il.

En outre, indique la Cour des compte, « le haut niveau d’engagement actuel conduit à limiter la préparation opérationnelle des forces, notamment « en mobilisant des équipements et des ressources humaines qui ne sont plus disponibles pour la préparation. Le niveau de préparation tend donc à diminuer, tant sur le plan qualitatif que quantitatif. » Et là, c’est l’avenir des capacités militaires françaises qui est en jeu.

Alors, comment financer ces surcoûts OPEX? Déjà, les magistrats de la rue Cambon estiment « utile de procéder à une revue des dépenses devant être considérées comme supplémentaires et imputables à l’emploi des forces en OPEX, ainsi que des méthodes de calcul afférentes ». Et d’ajouter : « En considérant les dépenses les plus significatives, il s’agit d’éviter une complexité et une précision
excessives et vaines, tout en parvenant à évaluer au plus juste ce que coûte l’emploi des forces en OPEX, c’est-à-dire l’exercice d’une des trois grandes missions des armées. La fiabilité et la stabilité de la méthode devraient être recherchées prioritairement. »

Dans son rapport, la Cour des comptes suggère implicitement qu’il faudrait s’inspirer du modèle britannique, c’est dire « sortir » les dépenses liées aux opérations extérieures du budget alloué à la mission « Défense ».

« L’objectif d’une budgétisation plus sincère des surcoûts OPEX peut être atteint selon différentes modalités. Le dispositif actuel, dans lequel une dotation est prévue au sein du programme 178 – Préparation et emploi des forces pour couvrir les surcoûts OPEX, pourrait être poursuivi. Il s’agirait dans ce cas de fixer, chaque année, cette dotation au niveau de la meilleure estimation des surcoûts disponible. Ce même montant pourrait alternativement abonder une réserve spécifique placée en dehors de la mission Défense, à l’image de ce qui est pratiqué en Grande-Bretagne », peut-on en effet lire dans le document.

Le sénateur Dominique de Legge va plus loin dans son rapport : il recommande en effet d’ »envisager, sur le modèle du Royaume-Uni, la création d’une réserve spécifique consacrée au financement des OPEX. »

Et d’expliquer : « De manière plus ‘innovante’, il pourrait être envisagé de s’inspirer du modèle britannique qui prévoit le financement du ‘surcoût OPEX’ via une réserve spéciale gérée par le Trésor dont le montant, fixé à partir d’une estimation réalisée par le ministère de la défense, est voté lors de l’adoption du budget général. »

Outre-Manche, depuis 2002, les surcoûts OPEX sont en effet financés par une Réserve spéciale du Trésor, dont le montant est adopté lors de la discussion, au Parlement, du budget général, sur la base d’une estimation du ministère de la Défense (Main Estimate).

« Ces coûts représentent les ‘dépenses additionnelles nettes’ (directes et indirectes) engagées par le ministère de la défense dans ses opérations, en sus de celles que le ministère aurait supportées si l’opération n’avait pas eu lieu (par exemple, les dépenses de salaires ou encore les économies générées par les annulations d’exercices ou d’entraînement sont déduites du coût total de l’opération) », explique le sénateur dans son rapport.

En juillet 2015, lors des débats portant sur l’actualisation de la LPM en cours, M. de Legge avait déposé un amendement visant à exclure le ministère de la Défense du financement interministériel des surcoûts liés aux opérations extérieures non budgétés par la loi de finances initiale. « Le fait même que le contexte international et la dégradation sécuritaire imposent des interventions militaires sur des théâtres extérieurs contribue à dégrader les ressources que la France consacre à sa défense », avait-il plaidé, en estimant « utile d’engager une réflexion sur l’opportunité d’inclure dans le calcul du surcoût OPEX l’usure accélérée des équipements et leur remise à niveau. »

Mais cet amendement ne fut pas adopté en commission mixte paritaire. Peut-être qu’adopter le modèle britannique en matière de financement des surcoûts « OPEX » serait plus acceptable aux yeux du législateur… En tout cas, le sujet mériterait d’être abordé quand il faudra élaborer la prochaine Loi de programmation militaire.


Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11385
Points : 12731
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 68
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

Syrie: le porte-avions russe entre en action

Message par corsair le Mer 16 Nov - 8:02

15/*11/2016

Syrie: le porte-avions russe entre en action

Des chasseurs-bombardiers décollant du porte-avions russe Amiral Kouznetsov en Méditerranée ont pour la première fois mené des frappes sur des positions de groupes jihadistes en Syrie, a annoncé aujourd'hui le ministre russe de la Défense.




"Pour la première fois de l'histoire de la flotte russe, le porte-avion Amiral Kouznetsov a pris part à des opérations armées", a déclaré le ministre Sergueï Choïgou lors d'une réunion avec le président Vladimir Poutine et l'état-major.

L'armée russe a, selon lui, débuté une opération d'ampleur visant à frapper les positions de l'organisation Etat islamique (EI) et du front Fateh al-Cham (ex-Front al-Nosra, Al-Qaïda en Syrie) dans les régions d'Idleb et d'Homs, dans le nord-ouest et dans le centre du pays. Cette opération a également impliqué la frégate russe Amiral Grigorovitch, qui a tiré des missiles de croisière Kalibr, selon M. Choïgou.



Le porte-avions Amiral Kouznetsov est arrivé la semaine dernière au large des côtes syriennes pour renforcer le dispositif militaire russe dans ce pays, où Moscou mène depuis plus d'un an une opération en soutien aux forces de son allié, le président Bachar el-Assad. Habituellement basé à Severomorsk, dans la mer de Barents, ce porte-avions, le seul de la flotte russe, a à son bord des chasseurs SU-33, MiG-29KR et MiG29-KUBR, ainsi que des hélicoptères Ka-52K.


Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11385
Points : 12731
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 68
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

La bataille de Raqqa, en français dans le texte

Message par corsair le Mer 16 Nov - 8:03

15/11/2016

La bataille de Raqqa, en français dans le texte

En ce mois de novembre, l’État islamique (EI ou Daesh) est attaque de toutes parts. En Irak, si elles progressent non difficulté à Mossoul, les forces irakiennes viennent de reprendre le contrôle de la cité antique assyrienne de Nimrod, située à une trentaine de kilomètres plus au sud.



En Syrie, l’EI est s’attend à livrer bataille pour tenter de garder sous sa coupe Al-Bab, l’une des dernières villes qu’il contrôle encore dans le nord de la province d’Alep. Cette localité est convoitée non seulement par les rebelles syriens soutenus par les forces turques, qui en ont fait un des objectifs majeurs de l’opération « Bouclier de l’Euphrate », mais aussi par les Forces démocratiques syriennes (FDS), dominées par les milices kurdes syriennes (YPG) et appuyées par la coalition anti-jihadiste dirigée par les États-Unis.


Enfin, ces même FDS ont lancé, le 5 novembre, l’opération « Colère de l’Euphrate » visant à chasser l’EI de son bastion syrien de Raqqa. Et, visiblement, des militaires français sont de la partie.

En juin, interrogé sur ce que faisait la France pour aider les combattants kurdes en Syrie lors de l’émission « Bibliothèque Médicis » (Public Sénat), le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, avait évoqué, sans entrer dans les détails, « des apports d’armes, de la présence aérienne et du conseil ». Á l’époque, l’attention était focalisée sur les combats visant à chassant les jihadistes de la ville stratégique de Manbij.

« Les militaires français n’interviennent pas eux-mêmes et ne sont donc pas susceptibles de combattre directement contre les militants de l’EI, notamment les Français présents à Manbij », avait-on confirmé, plus tard, au ministère de la Défense.


Seulement, il y a la théorie et la pratique. Et quand un VBIED (vehicle-borne improvised explosive device), c’est à dire un véhicule bourré d’explosifs conduit par un candidat au suicide, fonce sur un groupe de combattants kurdes « accompagné » par des Français, ces derniers ne peuvent qu’ouvrir le feu. 

cliquer sur le lien
https://youtu.be/H8CNWbqmhDw

« - Prépare un Milan, vite, vite »,  Les ordres, prononcés en français, sont, semble-t-il, traduits en langue kurde.

Cela étant, la séquence montre que le MILAN tiré pour stopper le VBIED a manqué sa cible. C’est apparemment un missile Javelin qui aura raison du véhicule-suicide envoyé par Daesh.


Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11385
Points : 12731
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 68
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

L’Union européenne a adopté une « feuille de route » pour renforcer sa défense

Message par corsair le Jeu 17 Nov - 8:04

16/11/2016

L’Union européenne a adopté une « feuille de route » pour renforcer sa défense



Les déclarations faites lors d’une campagne électorale sont comme les propos tenus en fin de banquet : il faut en prendre un peu et beaucoup en laisser. Lors de sa course vers la Maison Blanche, Donald Trump, finalement élu le 8 novembre, a laissé entendre qu’il remettrait en cause la clause de défense collective de l’Otan, étant attendu que, sous sa présidence, une intervention militaire américaine ne serait pas forcément automatique dans le cas où l’un des Alliés serait attaqué, en particulier si ce dernier n’a pas fait d’efforts financiers suffisants pour sa défense.

Cependant, après l’avoir rencontré avant de s’envoler pour l’Europe, le président Obama a assuré, le 14 novembre, que Donald Trump est « favorable à la solidité de l’Otan ». Et d’ajouter, toujours au sujet de celui qui lui succédera en janvier : « Je crois qu’au bout du compte, c’est un pragmatique. Et cela peut lui être utile, à partir du moment où il a de bonnes personnes autour de lui et qu’il sait clairement où il va. »

A priori, il ne devrait pas y de grand bouleversement dans le domaines des relations militaires américaines. Du moins, c’est qu’a expliqué Susan Rice, la conseillère à la sécurité de l’actuel locataire de la Maison Blanche. « Le poids de la fonction [présidentielle], le poids du leadership mondial de l’Amérique et les responsabilités que cela comporte, l’histoire que nous partageons et nos intérêts font que nos alliés et partenaires peuvent compter sur le respect par les Etats-Unis de leurs obligations », a-t-elle dit.

Reste que plusieurs pays européens s’inquiétent toujours d’un éventuel désengagement américain du Vieux Continent. Cela étant,  les États-Unis deM. Obama, quand il n’était question que de leur « pivot »  vers l’Asie-Pacifique, avaient commencé à réduire la voilure en Europe… Avant de revoir cette orientation après l’annexion de la Crimée par la Russie. En outre, cela fait maintenant plusieurs années que les responsables américains demandent à leurs Alliés de l’Otan de revoir à la hausse leurs dépenses militaires et de prendre en main leur propre défense.

Aussi, la feuille de route adoptée le 14 novembre par les ministres de la Défense des États membres pour renforcer les capacités militaires de l’Union européenne n’est pas une réponse spécifique à l’élection de M. Trump.

« L’autonomie stratégique de l’Europe s’impose quels que soient les présidents des Etats-Unis (…) Ce n’est pas en trois jours qu’on aurait pu faire ça », a d’ailleurs commenté Jean-Yves Le Drian, le ministre français de la Défense. En réalité, cette « feuille de route » était discutée depuis une réunion tenue à Bratislava le 27 septembre dernier.


Cet accord adopté par les ministres européens, réunis à Bruxelles, évoque une « structure permanente » qui, destinée à améliorer la planification et la conduite d’opérations civiles et militaires sous la bannière de l’UE, se substituerait à différents centres de commandements existants. Mais aucune décision n’a été définitivement à cet égard, Federica Mogherini, la Haute-Réprésentante de l’Union pour les Affaires étrangères et la Politique de sécurité, devait faire des propositions d’ici le premier semestre 2017.

Pour le reste, le texte parle de développer des capacités communes, d’améliorer l’interopérabilité et de renforcer les moyens d’intervention dans le cadre d’opérations de maintien de la paix, notamment avec les groupements tactiques (ou Battle Groups), jamais déployés à ce jour. Il est également question d’un « fonds commun de la défense » et de mettre en place une « stratégie industrielle ».

L’accord des 28, qui devra être encore définitivement validé lors du sommet des chefs d’État et de gouvernement de décembre prochain, « met en place des solutions concrètes pour les structures de commandement, pour le déploiement d’opérations qui doit être facilité et financé plus aisément (…) C’est quelque chose de parfaitement global qui évoque tous les aspects de défense », a confié, à l’AFP, un diplomate européen.

Alors que son pays va quitter l’UE, le ministre britannique de la Défense, Michael Fallon, a estimé que, « l’Europe doit dépenser maintenant davantage pour sa propre défense au lieu d’envisager des nouveaux quartiers généraux coûteux ou de rêver d’une armée européenne. » Et d’insister : « C’est la meilleure approche possible face à l’élection de Trump. »


Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11385
Points : 12731
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 68
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

Quelles seront les priorités des armées avec un budget de la Défense porté à 2% du PIB?

Message par corsair le Jeu 17 Nov - 8:05

16/11/2016

Quelles seront les priorités des armées avec un budget de la Défense porté à 2% du PIB?

Porter le budget de la défense à 2% du Produit intérieur brut (PIB) fait désormais consensus au sein de la classe politique française. Mais encore faut-il s’entendre sur le périmètre de cet effort. Selon la norme V1 de l’Otan, ce dernier doit en effet prendre en compte les pensions, ce qui amoindrit évidemment sa portée, avec une différence de 0,3% environ.

Ainsi, par exemple, le budget de la Défense français, selon la norme V1 de l’Otan, a été de 39,2 milliards d’euros en 2014 (1,8% du PIB). Et, en ne prenant pas en compte les pensions (norme V2 de l’Otan), on tombe à 31,4 milliards (1,5% du PIB). Entre les deux modes de calcul, il y a donc un écart de 7,8 milliards, soit quasiment l’équivalent du coût de deux porte-avions.

Une fois le périmètre défini, le rythme donné à la hausse du budget de la Défense sera aussi important. Atteindre les 2% du PIB le plus tôt possible donnera évidemment plus de marges de manoeuvres aux forces armées, d’autant plus que les dépenses de personnels, seront plus élevés que prévu en raison de l’arrêt des déflations d’effectifs au sein des armées.


Maintenant, quels seront les besoins financés par cette augmentation attendue des dépenses militaires? Dans son rapport pour avis sur le programme 146 « Équipements des Forces », le député Jean-Jacques Bridey a fait un tour d’horizon des priorités exprimées par les états-majors des trois armées ainsi que par la Direction générale de l’armement.

Quand les fins de mois sont difficiles, la tentation est grande de se « lâcher » quand on reçoit une rentrée d’argent importante, surtout quand des achats ont dû être reportés depuis longtemps. Et c’est un peu l’impression que l’on ressentir à la lecture du rapport de M. Bridey.

Ainsi, l’état major de l’armée de Terre (EMAT) a donné 7 priorités. La première serait d’accélérer le programme SCORPION, afin d’équiper 3 brigades interarmes en 2025 au lieu d’une avec de nouveaux véhicules et « compléter les cibles de VBMR légers [Véhicule blindés multirôles]. Cette accélération, qui est possible selon Groupement des industries françaises de défense et de sécurité terrestres et aéroterrestres (GICAT), offirait « un triple gain financier ».

En effet, explique le député, les coûts de structure seraient limités par un effet de cadence, il y aurait « moins d’obsolescences industrielles à traiter en cours de programme » et un gain de 30% sur les coûts de Maintien en condition opérationnelle (MCO) pourrait être envisagé, « compte tenu du coût croissant de la maintenance des matériels vieillissants. »

Autres priorités de l’armée de Terre : « consolider » les programmes de véhicules légers de transport de personnes, de porteur polyvalent terrestre et de poids lourd, porter le financement annuel à hauteur de 300 millions d’euros des équipements dits de cohérence, compléter ses capacités C4ISR (Computerized Command, Control, Communications – Intelligence, Surveillance, Reconnaissance) avec des radars 3D, des drones tactiques et des stations de communication mobiles par satellite supplémentaires, renforcer les capacités d’interventions avec l’acquisition de chars Leclerc rénovés supplémentaires et de 32 CAESAR ainsi que le renouvellement des engins blindés du génie.

Enfin, l’EMAT a également insisté, parce que c’est un point extrêmement important, si ce n’est crucial, sur l’augmentation des crédits alloués à l’entretien programmé des hélicoptères ainsi que la poursuite de la transformation des capacités d’aérocombat, avec, en particulier, la mise à la disposition de ses forces spéciales d’hélicoptères Caïman adaptés.

Quant à la Marine nationale, elle souhaiterait disposer de davantage de frégates dites de « premier rang », alors que le Livre blanc sur la défense publié en 2013 a fixé leur nombre à 15 seulement. Or, les 17 actuellement en dotation « suffisent à peine », a indiqué l’amiral Christophe Prazuck, son chef d’état-major, au député Bridey. Assurément, « la marine gagnerait en robustesse à en avoir davantage », a-t-il dit, avant de préciser que cet objectif ne fait pas partie de ses travaux actuels.

Pour le moment, la Marine compte veut surtout que la modernisation de ses avions de patrouille maritime Atlantique 2, le renouvellement des sous-marins nucléaires d’attaques (SNA) et des sous-marins nucléaires lanceurs d’engins (SNLE) ainsi que les programme des frégates multimissions (FREMM) soient assurés. En outre, elle souhaiterait également engager des travaux sur le successeur du porte-avions Charles de Gaulle.

Parmi les priorités données par l’état-major de la Marine, le renforcement de la « flotte de souveraineté » est urgent, d’autant plus qu’il y a un risque de rupture temporaire de capacité avéré si le programme BATSIMAR, qui prévoit le renouvellement des patrouilleurs, n’est pas lancé rapidement.

Autre domaine important : le remplacement des hélicoptères de la Marine, laquelle met encore en oeuvre des Alouette III datant des années 1960. Le dossier est compliqué car le projet d’hélicoptère interarmées léger (HIL), destiné à renouveler plusieurs types de machines, est au point mort, faute d’accord entre les états-majors sur les spécifications de cet appareil. Pour l’amiral Prazuck, il faudrait donc une solution de transition, « le temps que les vues des armées convergent ». Elle pourrait passer par l’acquisition d’hélicoptères « d’occasion et pas chers », de la même famille que les Dauphin et les Panther.

S’agissant des aviateurs, leur chef d’état-major (CEMAA), le général André Lanata a donné trois axes de réflexion. Le premier concerne la « recapitalisation organique » de l’armée de l’Air, laquelle doit prendre des mesures parfois complexes pour « assurer ses missions avec des moyens limités. » Dans son rapport, le député Bridey explique que la « difficulté principale consiste à produire suffisamment d’heures de vol pour soutenir l’exportation, assurer les OPEX et garantir l’activité dite « organique », c’est-à-dire celle qui permet à l’ensemble des professionnels de maintenir leurs compétences opérationnelles. »

En réalité, cette « recapitalisation organique » demandra des moyens financiers relativement importants. En premier lieu, il s’agit d’assurer le renouvellement des avions de ravitaillement en vol ainsi que les moyens ISR, pour lequels, a souligné le général Lanata, « nous dépendons des Américains ». Elle suppose aussi une adaptation du contrat opérationnel avec la réalité des engagements. En clair, il faudra plus d’avions de combat, voire de transport.

En outre, le CEMAA a aussi insité sur le renouvellement de la composante aéroportée de la dissuasion nucléaire, dont les modalités devront être arrêtées vers 2020. Il s’agira de prendre une décision sur le missile de croisière – l’ASN4G – qui succédera à l’ASMP-A ainsi que sur « l’avion » qui l’emportera. « Le choix de la dissuasion, ce n’est pas seulement un choix d’armement : c’est un choix politique avant tout ; les moyens nécessaires à sa crédibilité s’en déduisent », a-t-il fait valoir.

Plus globalement, la modernisation de la force de frappe française, estime le Délégué général pour l’armement, Laurent Collet-Billon, devrait annuellement coûter près de 6 milliards pendant « plusieurs années ». Ce qui consommera donc une partie des « 2% du PIB ». Qui plus est, il faudra aussi prendre en compte « l’effet d’inertie des programmes d’armement en cours », a-t-il encore souligné.

Par ailleurs, la DGA souhaiterait porter de 730 millions à 1 milliard d’euros par an les crédits alloués aux études amont. Elle « saurait les dépenser », assure M. Collet-Billon. Parmi les axes de recherche prioritaires, ce dernier a cité la furtivité des avions, les moyens de détection et de guerre électronique, la radars des avions de mission, l’acoustique sous-marine et les matériaux innovants pour les blindages.


Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11385
Points : 12731
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 68
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

L’État islamique utilise des drones dotés de grenades à Mossoul

Message par corsair le Jeu 17 Nov - 8:06

L’État islamique utilise des drones dotés de grenades à Mossoul

La diffusion de technologies dites « nivelantes » sont de nature à remettre en cause, du moins partiellement, l’avantage technologique occidental. C’est ce qu’avait expliqué le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, lors d’un discours prononcé à l’occasion de l’inauguration de la chaire « Grands enjeux stratégiques » à La Sorbonne, en janvier.

Les engins explosifs improvisés, qu’il est possible de déclencher à distance, peuvent entrer dans la catégorie de ces technologies « nivelantes ». De même que l’utilisation de drones légers, que l’on trouve aisément dans le commerce ou que l’on même « bricoler » en fonction de ce que l’on veut en faire.

L’on sait que les jihadistes de l’État islamique (EI ou Daesh) utilisent des drones, en particulier pour faire des reconnaissances avant de lancer une offensive. Et d’après les images diffusées par leurs officines propagandistes, l’on a pu constater qu’ils s’étaient dotés d’un centre de commandement et de contrôle, alimenté par des images obtenues par ce type d’engin.


Le 2 octobre, l’EI a franchi une étape supplémentaire en envoyant un drone piégé en direction d’une position occupée par des combattants kurdes irakiens (peshmergas) et des commandos (CPA 10) des forces spéciales françaises.

Pour la coalition internationale anti-jihadiste, c’était une première. « Nous ne savons pas si c’était intentionnel », a toutefois affirmé un colonel américain. « Il y avait un dispositif sur un drone, et quand ils l’ont ramené au camp, il a explosé », a-t-il expliqué. A priori, l’explosion aurait causée par un minuteur et non par une commande à distance.

L’apparition de drones piégés n’est pas une surprise. Dans un récent rapport [.pdf] publié par l’organisation Conflict Armament Research (CAR), qui bénéfie de financements gouvernementaux britanniques et allemands, il est fait état, peu après la reconquête de la ville de Ramadi, en février 2016, de la découverte d’un atelier utilisé par Daesh et servant à construire des drones.

Sur les photographies de cet atelier, l’on remarque une partie de fuselage en contre-plaqué, une aile en polystyrène ainsi que la tête d’un missile anti-aérien portable 9K32M « Strela-2M ». En outre, il a été trouvé un capteur gyroscopique vendu par la firme turque Bomec Robot Teknolojileri « avant juillet 2015″. Pour CAR, ces éléments suggèrent que l’EI tentait de « développer une forme de drone armé ».

Visiblement, les jihadistes ont depuis mis au point de tels engins armés… en ayant recours à des grenades. Trois attaques commises avec ce moyen ont été recencées par les forces irakiennes actuellement engagées dans la bataille de Mossoul, d’après ce qu’a confié à l’AFP le lieutenant-colonel Hussein Moayyad.

Les drones « armés » utilisés par Daesh sont dotés d’une sorte de crochet qui, actionné à distance, lâche la grenade qu’il portait jusqu’alors. Cependant, pour le moment, ces dispositifs n’ont heureusement pas montré une grande efficacité.


Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11385
Points : 12731
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 68
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

La FREMM Languedoc rentre du Grand Nord

Message par corsair le Jeu 17 Nov - 8:07

La FREMM Languedoc rentre du Grand Nord



Partie le 12 août de sa base de Toulon dans le cadre de son déploiement de longue durée, la troisième frégate multi-missions de la Marine nationale est arrivée hier matin à Brest pour une courte escale. Avant de s’amarrer au ponton FREMM de la base navale et de croiser l’un de ses sisterships, l’Aquitaine, actuellement en arrêt technique, le Languedoc a effectué des passages sur les boucles de la rade bretonne, afin de mesurer sa signature magnétique.









Livrée en mars dernier par DCNS, la frégate arrive tout droit de Scandinavie, son DLD, préalable à son admission au service actif, ayant été axé sur un déploiement de trois mois en Atlantique nord, jusqu’au cercle arctique. Le 29 octobre 2016, elle naviguait au large des côtes norvégiennes du Spitzberg, au-delà du 80° Nord. L’équipage a pu mettre à l’épreuve son bâtiment dans ces conditions particulières, réaliser des exercices avec les marines alliées et marquer la présence et l’intérêt de la France pour cette zone. Le Languedoc a également servi au soutien à l’exportation, en particulier lors de sa récente escale à Oslo, alors que DCNS espère être retenu par la Norvège pour son futur programme de sous-marins, qui doit être lancé en 2017.

Armée par 140 marins, la FREMM, qui doit être admise au service actif début 2017, a embarqué pour ce déploiement 140 marins et un hélicoptère Caïman Marine de la flottille 31F.

Le Languedoc, qui devait quitter la pointe Bretagne dès hier soir, va maintenant regagner Toulon.

Brest, où sont basées les Aquitaine et Provence, devrait de nouveau recevoir en début de semaine prochaine la quatrième frégate de cette série, l’Auvergne, qui a débuté ses essais en mer fin septembre. Elle sera livrée l’an prochain et sera comme le Languedoc basée à Toulon.


Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11385
Points : 12731
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 68
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

La coalition anti-jihadiste ne soutient pas l’offensive turque contre l’EI à al-Bab

Message par corsair le Lun 21 Nov - 11:21

17/11/2016

La coalition anti-jihadiste ne soutient pas l’offensive turque contre l’EI à al-Bab



Contrôlée par l’État islamique (EI ou Daesh), qui y a renforcé sa présence après ses défaites à Manbij (face aus Forces démocratiques syriennes, FDS) et à Jarabulus (face aux rebelles syriens appuyés par la Turquie), la ville d’al-Bab, située à une trentaine de kilomètres à l’est d’Alep, est l’objet de toutes les convoitises.

Ainsi, afin d’isoler la partie Est d’Alep, les forces gouvernementales syriennes ont récemment envoyé des renforts dans la région de cette localité et menacé l’aviation turque d’abattre ses chasseurs-bombardiers dans le cas où ils s’y aventureraient. La Russe, proche alliée de Damas, a d’ailleurs prévenu Ankara qu’il serait plus prudent de rester à l’écart. Mais le message n’a pas été entendu.


En effet, les rebelles soutenus par l’armée turque, mènent actuellement une offensive en direction d’al-Bab dans le cadre de l’opération « Bouclier de l’Euphrate », lancée le 24 août dernier. Pour le gouvernement turc, la prise de cette ville permettrait d’élargir encore la zone de sécurité le long de la frontière syrienne et surtout d’empêcher les milices kurdes syriennes (YPG), proches du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), acteur d’une guérilla sanglante en Turquie, de faire la jonction entre les territoires qu’elles contrôlent dans le nord de la Syrie.

Et cela pose un gros problème, dans la mesure où les FDS, dont font partie les milices kurdes syriennes, sont soutenues par la coalition anti-jihadiste dirigée par les États-Unis.

Pour le moment, les rebelles syriens appuyés par la Turquie sont très proches d’al-Bab, tandis que les premières positions des FDS sont encore situées à une quinzaine de kilomètres de cette ville.

Au-delà des déclarations du secrétaire américain à la Défense, Ashton Carter, qui a affirmé que la Turquie serait la bienvenue pour participer à l’offensive visant à chasser l’EI de son bastion syrien de Raqqa, ce à quoi s’attachent les FDS depuis le 5 novembre, la coalition anti-jihadiste ne soutient pas la marche en avant des forces soutenues par Ankara en direction d’al-Bab.

« La coalition internationale contre le groupe État islamique ne soutient pas les opérations actuelles des forces turques et de leurs alliés rebelles pour reprendre à l’EI la ville d’al-Bab, dans le nord de la Syrie », a en effet déclaré, le 16 novembre, le colonel américain John Dorrian, porte-parole de l’opération Inherent Resolve. « C’est une décision qu’ils [les Turcs] ont prise au niveau national », a-t-il fait valoir.

Sur le plan diplomatique, le colonel Dorrian a expliqué que des discussions sont toujours en cours entre la Turquie et la coalition sur le rôle des FDS dans le nord de la Syrie, avec l’objectif d’éviter tout affrontement entre les deux camps.

« Il faut éviter tout risque que deux partenaires intéressés par la défaite de l’EI convergent » sur le terrain « d’une manière contre-productive », a dit l’officier américain. « Nous voulons continuer à travailler » avec les Turcs pour élaborer « un plan où tout le monde reste concentré sur la lutte contre l’EI », a-t-il ajouté.0


Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11385
Points : 12731
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 68
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'actu de la MARINE NATIONALE, de notre défense et de nos alliés

Message par corsair le Lun 21 Nov - 11:22

17/11/2016

La coopération franco-britannique dans le domaine des missiles continue d’avancer




Brexit ou pas, la coopération entre le Royaume-Uni et la France dans le domaine militaire, et en particulier dans celui de l’armement, continue à aller de l’avant. C’est ce qu’ont tenu à souligner Jean-Yves Le Drian, le ministre français de la Défense, et son homlogue britannique, Michael Fallon, à l’occasion de la 6e conférence de Défense, organisée les 16 et 17 novembre par le Conseil franco-britannique.

Ainsi, les deux ministres ont salué la ratification récente par les Parlements français et britanniques de l’accord intergouvernemental portant sur les missiles, entré en vigueur le 12 octobre.

Cet accord, conclu dans le cadre du Traité de Lancaster House de 2010, vise à rationaliser le secteur hautement stratégique des missiles. Dans ce domaine, Paris et Londres ont convenu d’une « dépendance mutuelle » tout en préservant leur autonomie stratégique respective. En clair, il s’agit de se partager le travail en réorganisant les filiales françaises et britanniques du missilier européen MBDA afin d’éliminer les doublons, de réduire les frais de développements des missiles et d’optimiser les investissements. Selon l’industriel, cette approche lui permettrait de réduire ses coûts d’environ 30%.


Avec cet accord, 8 « centres d’excellence » de MBDA seront répartis de part et d’autres de la Manche. La France accueillera ainsi deux centres « spécialisés » dans les calculateurs et les équipements de tests tandis que le Royaume-Uni en comptera deux autres dédiés aux gouvernes et aux liaisons de données. En outre, chaque pays disposera aussi de 2 centres dits « fédérés », qui leur permettront de conserver une capacité dans les domaines des algorithmes, des charges militaires, des logiciels et de la navigation tout en répartissant le travail de « manière équilibrée ».

La France et le Royaume-Uni ont l’intention de développer en commun plusieurs nouveaux missiles, le dernier en date étant le programme d’arme future de croisière/anti-navire (FMAN-FMC/ASW), qui vise à remplacer les missiles de croisière SCALP/Storm Shadow ainsi que les missiles anti-navires Exocet et Harpoon. Une lettre d’intention pour le lancement d’une phase commune d’étude de concept a été signée en mars dernier. « Les deux pays visent la signature d’un contrat d’ici fin mars 2017, sous la responsabilité de la DGA [Direction générale de l'armement, ndlr] en tant qu’agence contractante », précise le ministère français de la Défense.

Outre le FMAN-FMC (pour « futur missile antinavire/futur missile de croisière »), Français et Britanniques ont récemment franchi des étapes supplémentaires sur d’autres programmes de missiles, comme l’ASTER, qui a fait l’objet d’un mémorandum d’entente le 11 décembre 2015 pour le « maintien des capacités et l’amélioration des performances des systèmes FSAF et PAAMS », l’Anti-Navire Léger (ANL), qui se « se déroule conformément aux prévisions avec des premiers tirs attendus au premier semestre 2017″ et le METEOR, pour lequel un accord sur son soutien en service a été signé en août.


Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11385
Points : 12731
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 68
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'actu de la MARINE NATIONALE, de notre défense et de nos alliés

Message par corsair le Lun 21 Nov - 11:22

17/11/2016


Les épaves de navires de guerre néerlandais et britanniques coulés en mer de Java ont disparu




Le 27 février 1942, les forces navales néerlandaises, britanniques, australiennes et américaines, placées sous le commandement de l’amiral Karel Doorman, ancien pionnier de l’aviation au Pays-Bas, subissaient une cuisante défaite face à la marine impériale japonaise en mer de Java.

Au cours de cette bataille, le destroyer britannique HMS Electra fut coulé en raison de lourds dégâts et d’un vaste incendie à bord.
Quant à la marine néerlandaise, elle perdit le destroyer HNLMS Kortenaer, brisé en deux par une torpille de Type 93 (2,7 tonnes) lancée par un bâtiment japonais, ainsi que les croiseurs légers HNLMS Java et HNLMS De Ruyter, qui était alors de navire amiral de la force alliée et qui, à ce titre, comptait à son bord l’amiral Doorman. Ce dernier disparut avec ses hommes dans le naufrage.

Quelques heures après ce premier engagement, d’autres navires alliés furent coulés par les Japonaises au cours de que ce l’on appelera plus tard la « seconde bataille de la mer Java ». Les destroyers britanniques HMS Exeter et Encounter eurent la malchance de rencontrer les croiseurs lourds japonais Nachi et Haguro, lesquels les envoyèrent par le fond le 1er mars 1942. Quelques heures plus tôt, l’USS Houston et le HMAS Perth avaient connu le même sort dans le détroit de la Sonde.


En 2002, des plongeurs amateurs découvrirent les restes de trois navires à l’endroit où se déroula la première bataille de la mer Java. Et, dans le cadre de la préparation de la commémoration du 75e anniversaire de ce combat, une équipe internationale s’est récemment rendu sur les lieux. Et, surprise, elle n’a pu que constater la disparition des épaves. D’où les préoccupations exprimées par le ministère néerlandais de la Défense et son homologue britannique.

« Le gouvernement s’émeut d’apprendre que plusieurs navires de la Marine royale britannique, perdus en 1942 au cours de la bataille de la mer de Java, ont visiblement été illégalement dépecés », a en effet déploré un porte-parole du ministère britannique de la Défense (MoD).

« Le Gouvernement de Sa Majesté a contacté les autorités indonésiennes pour exprimer sa vive préoccupation (…) et demander l’ouverture d’une enquête », a ajouté ce porte-parole. En outre, Londre demande aussi que ces épaves contenant encore des restes humains, soient protégées de toute nouvelle « profanation ».



Aux Pays-Bas, dont l’Indonésie fut une colonie jusqu’en 1949, on déplore également la disparition de ces épaves. Et le ministère néerlandais de la Défense a annoncé l’ouverture d’une enquête. « Les épaves du HNMLS De Ruyter et du HNMLS Java ont visiblement disparu totalement. Une importante partie du HNMLS Kortenaer a également disparu », a-t-il constaté.

Cela étant, les autorités indonésiennes ne sont pas perturbées par cette affaire. « Le gouvernement néerlandais ne peut pas rendre le gouvernement indonésien responsable car les Pays-Bas ne nous ont jamais demandé de protéger ces navires », a en effet répondu Bambang Budi Utomo, directeur de Centre national d’archéologie, qui dépend du ministère indonésien de l’Éducation et de la Culture.

Et le fait que ces épaves aient été illégalement démantelées pour récupérer les métaux « ne relève pas de notre responsabilité dans la mesure où il n’y a eu ni accord ni annonce » pour les surveiller », a-t-il fait valoir.

« La marine indonésienne ne peut pas surveiller constamment toutes les zones », a déclaré un porte-parole, Jonias Mozes Sipasulta, rapporte l’AFP. Et le même de se demander « pourquoi les Pays-Bas et la Grande Bretagne n’avaient pas surveillé ces épaves. » Pas sûr que Jakarta aurait apprécié si des navires néerlandais ou britanniques l’avaient effectivement fait…


Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11385
Points : 12731
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 68
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

L’opération Chammal devrait coûter 360 millions d’euros en 2016

Message par corsair le Lun 21 Nov - 11:23


L’opération Chammal devrait coûter 360 millions d’euros en 2016




Cette année, les surcoûts liées aux interventions extérieures (OPEX) menées par les forces françaises devraient atteindre, à nouveau, 1,2 milliard d’euros. Et, selon le ministre de la Défense, l’opération Chammal, conduite en Irak et en Syrie contre l’État islamique (EI ou Daesh), s’élevera à environ 360 millions d’euros.

« L’opération au Levant coûtera à peu près 360 millions d’euros à la France en 2016, pour notre sécurité, pour éviter que Daesh renouvelle ses interventions barbares sur notre territoire », a en effet déclaré M. Le Drian, lors d’un entretien accordé à France2, pour l’émission « Complément d’Enquête », qui sera diffusée ce 17 novembre. « C’est le prix de notre sécurité tout compris, y compris l’envoi du porte-avions ».

En 2015, et d’après les éléments contenus dans le rapport du sénateur Dominique de Legge sur le financement des OPEX, l’opération Chammal avait coûté près de 220 millions d’euros.

Cette différence constatée d’une année sur l’autre peut notamment s’expliquer par l’intensification des frappes effectuées par l’aviation française (armée de l’Air et aéronautique navale), avec un recours plus fréquent aux missiles de croisière SCALP, ainsi que par le déploiement, à deux reprises, du groupe aéronaval constitué autour du porte-avions Charles de Gaulle (une semaine de mission coûte près de 4,5 millions d’euros).

Le dispositif de l’opération Chammal a évolué ces dernières semaines, les Mirage 2000 D et N, jusqu’alors déployés sur la base aérienne projetée en Jordanie ayant été remplacés par 6 Rafale. Six autres appareils de ce type sont mis en oeuvre depuis les Émirats arabes unis. Ces moyens sont complétés par un avion de patrouille maritime Atlantique 2 et renforcés ponctuellement par les appareils du groupe aérien embarqué à bord du Charles-de-Gaulle (24 Rafale M et 2 E2C Hawkeye), ainsi que par un avion ravitailleur C-135 FR et un E-3F AWACS.

En outre, et sans oublier les forces spéciales (TF Hydra), déployées auprès des combattants kurdes irakiens et syriens, deux détachements de l’armée de Terre forment et entraînent les soldats irakiens (TF Monsabert et Narvik). Enfin, quatre Camions équipés d’un système d’artillerie (CAESAR, soit des canons de 155mm) ont été déployés à Qayyarah pour appuyer l’offensive lancée le 17 octobre pour chasser l’EI de Mossoul.

Justement, à propos des opérations à Mossoul, l’État-major des armées (EMA) a fait état d’un « ralentissement » de l’activité aérienne ces derniers jours, en raison de la « progression lente » des forces irakiennes, confrontées à une vive résistance de l’EI, et de la « nécessité de sécuriser » les zones conquises.

Quoi qu’il en soit, l’intervention extérieure la plus coûteuse actuellement est celle menée dans la bande sahélo-saharienne (BSS). En 2015, est-il relevé dans le rapport du sénateur Dominique de Legge, l’opération Barkhane a en effet coûté environ 570 millions d’euros.


Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11385
Points : 12731
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 68
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

L’armée de l’Air va envoyer des aigles pour neutraliser les drones légers au-dessus des zones sensibles

Message par corsair le Lun 21 Nov - 11:24

18/11/2016

L’armée de l’Air va envoyer des aigles pour neutraliser les drones légers au-dessus des zones sensibles


Sur leur calot, les aviateurs arborent un épervier, qui est aussi le symbole de l’armée de l’Air. En outre, aux abords des pistes d’aviation, ils ont recours à des faucons (ou à des buses, voire à des Circaète Jean-le-Blanc) pour chasser les volatiles susceptibles d’entrer en collision avec des avions au décollage ou à l’atterrissage. Et puis ils utilisent des drones qui portent le nom d’une espèce de chouette (Harfang). C’est dire si les rapaces ont bonne presse sur les bases aériennes.



D’autant plus que, d’après les confidences faites lors du point-presse hebdomadaire du ministère de la Défense, ce 17 novembre, par le général Jean-Christophe Zimmerman, numéro deux Commandement de la défense aérienne et des opérations aériennes, la liste n’est pas terminée.

En effet, pour neutraliser les drones légers – c’est à dire ceux que l’on trouve dans le commerce – au-dessus des zones sensibles, l’armée de l’Air a « enrôlé » des… aigles. « Nous avons décidé de développer une capacité (antidrones) reposant sur les rapaces », a expliqué le général Zimmerman. Cette idée n’est pas nouvelle : la police néerlandaise utilise en effet déjà des rapaces pour lutter contre les drones indésirables.

Ainsi, 4 aigles royaux, nés au printemps, ont été acquis en Autriche pour ensuite être dressés à la chasse aux drones. Pour cela, il suffit d’attacher des morceaux de viande sur des engins de ce type pour qu’ils s’habituent à les repérer et à la saisir entre leurs serres.


D’après le général Zimmerman, ces 4 aigles sont « déjà efficaces » et « ils peuvent détecter des drones à plusieurs milliers de mètres » avant de « les neutraliser ». En outre, a-t-il ajouté, avoir recours à des rapaces est « particulièrement adapté en milieu urbain où il faut « maîtriser la retombée du drone indésirable ».

Cela étant, un drone de loisir peut être détruit par un tir de fusil utilisant des munitions spéciales… Mais en milieu urbain, ce n’est pas le mieux que l’on puisse faire en matière de sécurité et, comme l’a relevé le général Zimmerman, ce type de manoeuvre « est encadré » et on en est « encore au stade de l’entraînement ».


Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11385
Points : 12731
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 68
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

FIN DE DÉPLOIEMENT CORYMBE POUR LE PHM COMMANDANT DUCUING

Message par corsair le Lun 21 Nov - 11:25

FIN DE DÉPLOIEMENT CORYMBE POUR LE PHM COMMANDANT DUCUING



Vendredi 4 novembre 2016, le patrouilleur de haute mer Commandant Ducuing a rejoint son port, au sein de la base de Toulon, après un déploiement opérationnel de trois mois dans le golfe de Guinée.
Engagés dans le cadre de l’opération Corymbe, aux côtés de l’équipage du bâtiment de projection et de commandement Dixmude, les marins de l’aviso toulonnais ont mené des opérations de surveillance maritime ainsi que de nombreuses missions de coopération et d’instruction opérationnelle avec les marines des pays partenaires de la zone et participé à la protection des intérêts français dans la région.


À l’occasion de cette 134e mission Corymbe, qui s’est terminé le 29 octobre, dix pays ont été visités par le Commandant Ducuing, du Sénégal à la Guinée équatoriale, en passant par la Côte d’Ivoire, le Togo, le Bénin et bien d’autres pays. Les périodes d’escales ont été mises à profit pour réaliser des formations théoriques et pratiques au profit des marines locales afin de les accompagner dans le développement de leurs outils de sécurité maritime.
Plus de 70 personnes ont été formées par les marins du bord dans des domaines variés tels que la sécurité maritime, la lutte anti-incendie, la conduite nautique, ou encore l’entretien des bâtiments. Des entraînements ont également été conduits à la mer, notamment avec les marines ivoirienne, camerounaise, nigériane, congolaise et libérienne.

Le Commandant Ducuing a enfin participé à l’exercice NEMO 16.5, rassemblant plusieurs pays du golfe de Guinée, afin de favoriser la montée en puissance des marines riveraines, notamment dans le domaine de la sécurité maritime. A l’occasion de cet exercice, six pays africains (Cameroun, Bénin, Nigéria, Togo, Côte d’Ivoire et Ghana) ainsi que plusieurs organisations africaines de sécurité maritime (CIC, CRESMAO, CRESMAC, CEEAC, CEDEAO, CMC) ont travaillé conjointement.
Après plus de 17 500 nautiques parcourus au cours de 96 jours de déploiement, l’équipage du Commandant Ducuing rejoint maintenant son port base de Toulon, en ayant transmis le témoin à un autre bâtiment de la Marine : la FS Ventôse.

Un bâtiment français est déployé en mission Corymbe de façon quasi permanente dans le golfe de Guinée depuis 1990. La mission a deux objectifs majeurs : participer à la protection des intérêts français dans la zone et participer à la diminution de l’insécurité maritime, en aidant les marines riveraines à renforcer leurs capacités d’action dans les domaines de la sécurité et de la surveillance maritime.



Lexique:
CIC: centre interrégional de Coordination
CRESMAO: Centre régional de sécurité maritime de l’Afrique de l’Ouest
CRESMAC: Centre régional de sécurité maritime de l’Afrique centrale
CEEAC: Communautés économiques des États de l’Afrique centrale
CEDEAO: Communautés économiques des États de l’Afrique de l’Ouest
CMC: centres multinationaux de coordination


Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11385
Points : 12731
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 68
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

CORYMBE 134 : COOPÉRATION FRANCO-IVOIRIENNE FRUCTUEUSE DANS LA LUTTE CONTRE LA PÊCHE ILLICITE

Message par corsair le Lun 21 Nov - 11:26

18/11/2016

CORYMBE 134 : COOPÉRATION FRANCO-IVOIRIENNE FRUCTUEUSE DANS LA LUTTE CONTRE LA PÊCHE ILLICITE



Le BPC Dixmude et le Patrouilleur de Haute-Mer Commandant Ducuing déployés en mission Corymbe dans le golfe de Guinée ont permis aux forces ivoiriennes d’éprouver leur dispositif de sécurité maritime.
Du 17 au 22 octobre, après une première période de formation, le « Task Group Corymbe » et la marine ivoirienne ont mis en pratique les connaissances acquises. Pendant près de quatre jours, le patrouilleur ivoirien Sekongo a effectué des patrouilles conjointes avec le Dixmude puis le CommandantDucuing.


En quadrillant ensemble un périmètre défini et en mutualisant les capacités respectives, les bâtiments engagés ont mené une mission efficace contre la pêche illicite. La mission a combiné l’action des centres opérationnels ivoiriens à terre, du patrouilleur Sekongo, renforcé par les affaires maritimes et la gendarmerie maritime ivoirienne, le tout appuyé les bâtiments français et un hélicoptère Alouette III de la marine nationale. Un Falcon 50 de la marine nationale basé à Dakar a également été déployé sur zone afin d’établir une première image du trafic maritime et des zones potentielles d’intervention.


Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11385
Points : 12731
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 68
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

LE BAPTÊME DE JULES

Message par corsair le Lun 21 Nov - 11:27

LE BAPTÊME DE JULES



Le mercredi 9 novembre 2016, le capitaine de vaisseau Marc Gander, commandant l’aéronautique navale de Lanvéoc-Poulmic, a présidé la cérémonie de baptême de l’embarcation d’instruction à l’hélitreuillage (EIH) Jules.
Mise en œuvre par les marins de l’Ecole navale, l’EIH Jules est employée au profit de la base d’aéronautique navale de Lanvéoc-Poulmic.

Elle permet d’assurer la formation et l’entraînement des pilotes d’hélicoptère, des plongeurs et du personnel navigant notamment pour la réalisation d’hélitreuillages en mer. Les unités de la base, les flottilles d’hélicoptères embarqués, le groupement entraînement instruction (GEI), le centre d’entraînement à la survie et au sauvetage de l’aéronautique navale (CESSAN) et l’école de spécialisation sur hélicoptères embarqués (ESHE/22S) bénéficieront de cette nouvelle plateforme d’entraînement spécialisée.

Une nouvelle plateforme d’entraînement à l’hélitreuillage

Disposant de deux spots avant et arrière, l’embarcation servira de plateforme pour réaliser les entraînements à l’hélitreuillage de jour comme de nuit, ainsi que de bâtiment support pour l’entraînement des plongeurs et la mise en œuvre d’exercices de survie en mer des stagiaires du CESSAN. Elle réalisera ses missions en rade de Brest, en mer d’Iroise ou encore en baie de Douarnenez, à partir de l’Ecole navale à Lanvéoc-Poulmic.
La marraine de l’EIH Jules est le capitaine de corvette ® Nadine Zanatta, première femme pilote d’hélicoptère de la Marine nationale.



Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11385
Points : 12731
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 68
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

Des F-15 israéliens dans le ciel corse

Message par corsair le Mar 22 Nov - 8:17

18/11/2016

Des F-15 israéliens dans le ciel corse




En 2013, à l’occasion d’une visite à Paris, le général Amikam Norkin, alors chef des opérations de l’aviation militaire israélienne, avait jeté les bases d’un renforcement de la coopération avec l’armée de l’Air française. « La France est un leader européen et la coopération entre les forces aériennes a non seulement une grande influence sur les deux armées, mais aussi sur la relation entre les deux pays », avait-il affirmé à l’époque.

En février 2014, le général Denis Mercier, alors chef d’état-major de l’armée de l’Air, s’était rendu en Israël pour y visiter les bases aériennes de Tsahal. Lors de ce séjour, il fut invité à voler à bord d’un F-15I, un « grand avion doté de beaucoup de puissance », avait-il commenté.


Depuis, on en était resté là jusqu’au 31 octobre dernier. Dans une relative discrétion, un détachement de cinq F-15 israéliens a été déployé sur base aérienne 126 Ventiseri-Solenzara, en Corse, pour une campagne de tir air-air, réalisée dans le cadre de l’exercice « White Stripes ».

Jusqu’alors, les pilotes de combat israéliens s’entraînaient en Turquie, puis, après la dégradation des relations diplomatiques avec Ankara, en Grèce, ainsi qu’en Italie et aux États-Unis. Aussi, un tel déploiement à Solenzara est inédit.

Par ailleurs, le colonel Olivier Celo, le porte-parole de l’armée de l’Air, a indiqué à l’AFP que des Rafale ont eu l’occasion de se mesurer au F-15 israéliens. « Ce n’était pas un exercice conjoint mais un partage d’expérience. On a fait quelques vols d’entraînement avec eux », a-t-il précisé.

Cela étant, ce n’est pas la première fois qu’un F-15 israélien évolue dans les cieux français. En novembre 2011, un appareil de ce type avait été sollicité pour tirer un missile Black Sparrow devant simuler un « Scud B » pour les besoins d’un essai du système de défense aérienne « Mamba » de l’armée de l’Air.


Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11385
Points : 12731
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 68
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'actu de la MARINE NATIONALE, de notre défense et de nos alliés

Message par corsair le Mar 22 Nov - 8:18

18/11/2016

Les futurs C-130J Hercule n’iront pas aux forces spéciales

Contrairement à ce qui avait été avancé lors de la décision d’acheter quatre Hercules C-130J pour l’armée de l’air, ceux-ci ne sont pas destinés aux forces spéciales, à savoir l’escadron 3/61 Poitou.



Lors d’une rencontre avec l’Association des journalistes de défense (AJD), son chef, le lieutenant colonel « Prosper » nous l’a confirmé. « Avant d’être pris en charge par les forces spéciales, un avion doit être parfaitement maîtrisé techniquement et tactiquement. Cela peut prendre quatre à cinq ans», a-t-il expliqué. L’armée de l’air devra donc prendre complètement en main les 2 C-130J et 2 KC-130J (ravitailleurs), avant qu’ils puissent servir pour le COS, ce qui exigera également l’installation d’équipements spécifiques notamment en matière de transmission.



Les quatre nouveaux Hercules seront basés à Orléans-Bricy, aux côtés du Poitou et de l’escadron Franche-Comté, qui met en oeuvre les C-130H. L’Allemagne, qui prévoit également l’acquisition de quatre C-130J, pourrait colocaliser ses propres avions à Orléans-Bricy.


Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11385
Points : 12731
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 68
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

D’anciens auxiliaires afghans des forces françaises saisissent la justice pour obtenir des visas

Message par corsair le Mar 22 Nov - 8:19

D’anciens auxiliaires afghans des forces françaises saisissent la justice pour obtenir des visas ou comment nous avons rejoué le mauvais film des Harkis



Le 22 novembre, le tribunal administratif de Nantes, seul compétent en matière de contentieux relatifs au refus d’accorder un visa d’entrée sur le territoire français, rendra une décision très attendue par 31 anciens auxiliaires afghans (ou « personnels civils à recrutement local » ou PCRL) des forces françaises entre 2002 et 2012.

Au cours de cette période – et même après puisque la France a continué à faire fonctionner l’hôpital et l’aéroport de Kaboul jusqu’en décembre 2014 -, environ 700 civils afghans ont été employés par les troupes françaises en tant qu’interprètes, commis de cuisine ou encore magasiniers.

Très vite, suite à l’annonce de la fin de la mission de combat des forces françaises, en 2012, la question de l’avenir des interprètes afghans a été posée, leur avenir étant lié à celui de l’évolution sécuritaire de l’Afghanistan. En effet, pour les taliban, ces civils sont des « traîtres » qui ne méritent que la mort. Et, de leur côté, les autorités afghanes s’en lavent les mains, estimant que leur protection relevait de leurs anciens employeurs…


Cela étant, en décembre 2012, le gouvernement français mit en place un « dispositif d’accompagnement » à l’intention de ces civils afghans. Les dossiers des candidats à une expatriation en France furent alors minitieusement étudiés par les ministères concernées.

« Ceux d’entre eux qui ont effectivement été engagés à nos côtés et qui ont effectivement pris des risques et dont la vie est directement menacée (…) et que nous avons auditionnés sur un long travail qui a été réalisé par mes équipes ici depuis 3 mois, eh bien ceux-là seront accueillis en France et seront intégrés à la société française », avait expliqué le général Olivier de Bavinchove, qui était, en décembre 2012, le commandant les forces françaises en Afghanistan.

Plus tard, le quotidien Le Monde nous apprenait que, sur les 600 dossiers déposés, entre entre 160 et 170 Afghans et leurs familles furent autorisés à venir en France. Pour autant, des mesures spécifiques furent proposés à celles et ceux qui s’étaient vus opposer un refus à leur demande, dont le versement d’une indemnité de licenciement d’un montant 18 fois supérieur à leur salaire ou encore un déménagement vers une région afghane « plus tranquille », avec, en sus, le paiement d’une prime de 1.000 euros.

Cela étant, la situation en Afghanistan s’est dégradée depuis, les taliban ayant étendu leur influence dans le pays, s’emparant de plusieurs districts et en contestant même le contrôle de capitales provinciales. Et, ceux qui ont travaillé pour les forces de l’Otan jusqu’en 2014 restent dans leur collimateur.

C’est ainsi que 252 demandes de visas ont de nouveau été déposées auprès des autorités françaises par d’anciens employés de la « Task Force » La Fayette. Seulement, 31 d’entre-elles ont été rejetées sans motivation, d’où le recours collectif de ces anciens « PCRL » déposé auprès du tribunal administratif de Nantes. « Il est urgentissime que vous suspendiez les décisions contestées car il en va véritablement de leur vie », a plaidé l’un de leurs avocats, Me Loïc Bourgeois, pour justifier la procédure d’urgence qui venait d’être lancée.

Les avocats de ces anciens employés afghans des forces françaises s’appuient sur une loi de 1983 qui oblige l’État à protéger ses employés (fonctionnaires ou contractuels) en cas de menaces liées à l’exercice de leur fonction.

Cependant, tout dépendra de l’évaluation de la menace à laquelle sont exposés ces demandeurs d’asile. « Il y a lieu d’apprécier le risque de chacun », a en effet déclaré Christian Cau, le président du tribunal administratif de Nantes. Et pour cela, il faut que les requérants donnent des justifications, ce qui n’est pas simple.

D’autant plus que le représentant du ministère de l’Intérieur a fait valoir qu’il n’y avait pas forcément « d’automatisme » entre le statut d’ancien auxiliaire de l’armée française et « l’existence d’une menace particulière ».


Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11385
Points : 12731
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 68
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

Les destroyers de la Royal Navy privés de missiles anti-navires en 2018?

Message par corsair le Mar 22 Nov - 8:20

Les destroyers de la Royal Navy privés de missiles anti-navires en 2018?




C’est ce que l’on appelle une « rupture temporaire de capacité » : faute de moyens, les destroyers et autres frégates de la Royal Navy ne pourront plus compter sur leurs missiles anti-navires en cas de nécessité.

En effet, affirme le quotidien britannique « The Telegraph« , les RGM-84 Harpoon, actuellement en dotation au sein de la Royal Navy, seront retirés du service d’ici 2018. Et rien n’a été prévu pour les remplacer d’ici-là, un missile de nouvelle génération étant attendu, au mieux, dans 10 ans.


Qu’à ne cela tienne, pourrait-on penser, il reste encore les missiles anti-navires Sea Skua mis en oeuvre par les hélicoptères embarqués. Peine perdue, là aussi. Ces engins rejoindront aussi les Harpoon, étant attendu qu’ils doivent être remplacés par le Sea Venom, c’est à dire l’ANL (Anti-navire léger), en cours de développement dans le cadre d’une coopération franco-britannique. Mais cette nouvelle munition ne sera pas prête avant 2020…

En outre, un hélicoptère ne peut constituer qu’une solution complémentaire, étant donné que, par exemple, son utilisation dépend des conditions météorologiques.

« C’est comme si [l'amiral] Nelson avait décidé de se débarrasser de ses canons pour revenir au mousquet », a les sources de la Royal Navy interrogées par The Telegraph.

Sans missiles anti-navires, les capacités des destroyers britanniques vont être dégradées, étant donné que l’artillerie du bord n’a pas la même portée des Harpoon, qui peuvent frapper une cible à 140 km de distance. « C’est une rupture capacitaire importante et le gouvernement est irresponsable. Cela montre que nos navires de guerre sont pour la vitrine et non pour le combat », a commenté l’ex-amiral Chris Parry

Cela étant, ce ne sont pas les solutions qui manquent : il serait en effet possible, pour la Royal Navy, de se procurer un nouveau stock de missiles Harpoon, d’opter pour l’Exocet MM40 ou le Naval Strike Missile norvégien. Seulement, l’argent manquerait pour financer une telle acquisition, les fonds étant siphonnés par la construction de deux porte-avions et le renouvellement des sous-marins nucléaires lanceurs d’engins (SNLE) par ceux de la classe HMS Dreadnought.


Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11385
Points : 12731
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 68
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

La Pologne ne veut pas se fâcher avec la France pour une « poignée d’hélicoptères

Message par corsair le Mar 22 Nov - 8:21

La Pologne ne veut pas se fâcher avec la France pour une « poignée d’hélicoptères »

Le ministre français de la Défense, ne décolère pas après la rupture, par la Pologne, des discussions concernant le contrat portant sur 50 hélicoptères H-225M Caracal.



« Un accord, lorsqu’il est conclu, n’engage pas que le ministre ou le gouvernement qui le signe, mais l’État. Or, l’accord en question a été dénoncé de manière stupéfiante et sans qu’aucun argument valable ne soit formulé. La question des offsets, ou mesures compensatoires, a été soulevée, mais il nous était demandé de payer des compensations sur la fiscalité, dont il fallait aussi s’acquitter par ailleurs – autrement dit, de payer deux fois. De surcroît, c’est la partie polonaise qui a rompu. Ce comportement est extrêmement inamical », avait expliqué le ministre alors qu’il était entendu par les députés de la commission des Affaires étrangères, le 11 octobre dernier.

Puis, lors de l’examen des crédits de la mission Défense pour 2017, M. Le Drian a une nouvelle évoqué ce dossier à l’Assemblée nationale. « Avec la Pologne, on est vraiment très fâchés parce que ce n’est pas des méthodes », avait-il lâché, le 2 novembre, fustigeant à nouveau « la mauvaise manière » du gouvernement polonais.


Bref, les relations entre Paris et Varsovie sont donc tendues, d’autant plus que, après l’annonce de la rupture des négociations avec Airbus Helicopters, le ministre polonais de la Défense, Antoni Macierewicz, s’était empressé de commander 21 hélicoptères Black Hawk auprès de Sikorsky (filiale de Lockheed-Martin), un appareil qui était un concurrent direct du Caracal…

Cela étant, le ministre polonais des Affaires étrangères, Witold Waszczykowski, a tenu à relativiser la portée de cette affaire, lors d’une conférence de presse donnée le 17 novembre pour faire le bilan de son activité un an après sa prise de fonction.

« On ne va pas se fâcher pour une poignée d’hélicoptères », a affirmé M. Waszczykowski, estimant que « des relations d’amitié pluriséculaires [entre la France et la Pologne, ndlr] ne seront pas abîmées par une seule transaction. » Sans entrer particulièrement dans le détail de ce dossier épineux, le chef de la diplomatie polonaise a tenu à souligner que les investissements français en Pologne représentaient « plus de 20 milliards d’euros d’investissements ».

« Si un Polonais sort son téléphone portable, il a de bonnes chances d’utiliser un réseau appartenant à une société française [Orange, ndlr], s’il va à l’hôtel, il tombe souvent sur une chaîne française, s’il va à la banque, c’est la même chose et s’il va au supermarché, ce sera très souvent un magasin français [Auchan, Carrefour, Leclerc, etc...]« , a-t-il détaillé.


Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11385
Points : 12731
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 68
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'actu de la MARINE NATIONALE, de notre défense et de nos alliés

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 41 sur 42 Précédent  1 ... 22 ... 40, 41, 42  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum