Plaisir Croisière Forum
Connexion

Récupérer mon mot de passe

Derniers sujets
Twitter FPCroisière
Les posteurs les plus actifs de la semaine
Z06
 
Paulinealamer
 
carreau
 

Rechercher
 
 

Résultats par :
 

 


Rechercher Recherche avancée


News sur la navale mondiale (les chantiers de constructions navales-dont chantiers STX stNaz)

Page 7 sur 9 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: News sur la navale mondiale (les chantiers de constructions navales-dont chantiers STX stNaz)

Message par corsair le Lun 20 Fév - 8:49

16/02/2017   2/2

STX : l'attitude de la France envers Fincantieri est "inacceptable", dit Rome




L'industriel italien Fincantieri a soumis une offre de reprise à hauteur de 66% de STX France à la maison-mère de ces chantiers navals français.

L'attitude du gouvernement français pour décourager le groupe italien Fincantieri de prendre une participation majoritaire dans les chantiers navals STX France est "inacceptable", a déclaré un responsable du Trésor italien, cité par le journal La Repubblica.

Un rapport d'égal à égal souhaité. Fabrizio Pagani, chef du secrétariat technique du Trésor, rappelle que des entreprises françaises ont récemment effectué d'importants investissements en Italie. "Les nôtres devraient avoir les mêmes possibilités", a-t-il déclaré, selon La Repubblica, en se disant certain qu'une solution satisfaisante sera trouvée dans l'intérêt de tous. Fincantieri a soumis une offre de reprise à hauteur de 66% de STX France à la maison-mère de ces chantiers navals français, le sud-coréen STX Offshore & Shipbuilding. L'Etat français possède une minorité de blocage de 33% dans STX France.


Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11385
Points : 12731
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 68
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

Re: News sur la navale mondiale (les chantiers de constructions navales-dont chantiers STX stNaz)

Message par corsair le Lun 20 Fév - 8:50

17/02/2017

STX. L’État prêt à bloquer le rachat si Fincantieri exige la majorité

L’État est prêt à bloquer le projet de rachat de STX France par le groupe italien Fincantieri si ce dernier continue d’exiger de reprendre à lui seul la majorité du capital, a déclaré vendredi le secrétaire d’État français à l’Industrie, au lendemain d’une séance de travail avec la direction du groupe italien.



« Nous ne souhaitons pas que Fincantieri soit à lui tout seul majoritaire dans la gouvernance des chantiers navals de Saint-Nazaire. C’est une position qui n’a pas changé », a dit Christophe Sirugue à Reuters, au lendemain d’une séance de travail avec la direction du groupe italien.


Les autorités italiennes agacées

« C’est une position du gouvernement français qui a été exprimée par le président de la République au président du Conseil italien, qui a été exprimée par moi-même auprès de mes interlocuteurs, ministres, ou de monsieur Bono hier », a affirmé le ministre à propos du directeur général de Fincantieri, Giuseppe Bono.

La position française agace les autorités italiennes, qui soulignent que des groupes français montent actuellement dans le capital de plusieurs grands groupes italiens. Un responsable du Trésor italien a récemment exprimé sonagacement, jugeant que l’attitude du gouvernement français pour décourager Fincantieri de prendre une participation majoritaire était « inacceptable ».

Une nouvelle réunion d’ici 8 jours

« Contrairement à ce que je lis, nous continuons à travailler avec Fincantieri, hier soir nous avons eu une longue réunion où nous avons décortiqué tous ces éléments-là », a déclaré Christophe Sirugue à propos des exigences françaises en matière de capital mais aussi en matière industrielle et sur l’emploi. « Nous devons nous revoir probablement d’ici 8 jours pour continuer à travailler. Notre position est très claire, je l’ai redite à monsieur Bono », a-t-il poursuivi. Prié de dire si la question de la majorité au capital était un point de blocage tel que l’État s’opposerait à la reprise, il a répondu : « C’est la position du gouvernement. »

Fincantieri a soumis une offre de reprise à hauteur de 66 % de STX France à la maison-mère de ces chantiers navals français, le sud-coréen STX Offshore & Shipbuilding. L’État français possède quant à lui une minorité de blocage de 33 % dans STX France et compte faire entrer DCNS dans le capital.

Infos+ debut janvier 2017 p° memoire




Le gouvernement a assuré qu’il saura imposer des garanties à l’éventuel repreneur du chantier naval de Saint-Nazaire STX. Ce Mardi 3 janvier, à Séoul, la justice doit rendre sa décision

On sait depuis mardi que l’industriel italien Fincantieri est le probable repreneur des chantiers navals de Saint-Nazaire. Sans citer ce concurrent de STX, Christophe Sirugue, secrétaire d’État à l’Industrie, a redit, lundi, que l’État serait « extrêmement attentif au projet industriel porté par le candidat retenu par la justice coréenne ».

L’État compte exiger des éléments d’assurance portant « sur la pérennité du site de Saint-Nazaire, sur la relation avec les sous-traitants du territoire et sur l’intérêt stratégique du chantier », détaille le secrétaire d’État chargé de l’Industrie.

Une minorité de blocage

La minorité de blocage de 33 % au sein du capital de STX Europe est l’arme pour imposer ces garanties. « Il pourrait y avoir, au pire, la préemption, même si, depuis le début, nous ne sommes pas favorables à la nationalisation. » Une montée même plus faible (en dessous de 50 %) de l’État dans le capital est-elle envisageable ? « C’est une décision qui relève du président de la République et du Premier ministre et nous verrons si cela est nécessaire à un moment. »

Mardi 3 janvier, à Séoul, la justice doit rendre sa décision. Si la candidature Fincantieri est retenue, l’État disposera d’un mois pour poursuivre la discussion et obtenir des résultats. « On regardera comment se constituera le capital, avec qui, quelle est la part des uns et des autres. Et évidemment, comment se concrétiseront les engagements précis que nous attendons. » Le secrétaire d’État a « mentionné tous ces éléments », jeudi dernier, au N° 1 de Fincantieri, Giuseppe Bono.


Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11385
Points : 12731
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 68
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

Re: News sur la navale mondiale (les chantiers de constructions navales-dont chantiers STX stNaz)

Message par corsair le Lun 20 Fév - 8:53

Note corsair

Meme avec 66% il n'ont pas tous les pouvoirs ,

vouloir un 50/50 est une erreur industrielle à la socialo...ça ne marche pas, mauvais temps pour st Nazaire
c'est une nationalisation rampante

33 l'etat + 5/8 sup au travers de dcns suffisent largement et suretout un accord cadre sur le niveau de l'autonomie de fonctionnement  des chantiers est plus important ... dcns etant le chien de garde dans le conseil d'administration

à trop jouer : hypothese ; Fincantieri jette l'éponge - le tribunal, decide de vendre l'ensembler de stx globalement
les 33 de la france sont noyer dans le tonneau des danaides coréennes...et Genting reprend 100%du tout cash
=> greve à st nazaire et fuite des clients


Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11385
Points : 12731
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 68
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

Re: News sur la navale mondiale (les chantiers de constructions navales-dont chantiers STX stNaz)

Message par corsair le Lun 27 Fév - 6:15

20/02/2017

SNAV TOSCANA INCENDIE À BORD

Dimanche de frayeur à bord du ferry SNAV Toscana , groupe de navires Grandi Navi Veloci arrivant à Palerme de Naples avec un incendie à bord.



La proximité du port sicilien et l'état de préparation des 75 membres de l' équipage a permis d' éviter tout danger pour les 113 passagers à bord , rallia rapidement à ces points de collecte ( station de rassemblement ). Non seulement est arrivé dans le port le navire a été immédiatement assisté par certaines équipes de pompiers, une certaine crainte parmi les passagers, mais heureusement aucun blessé. Les pompiers sont restés à bord pour surveiller les machines et éviter la Rekindle de feu.

Selon une première reconstruction de l'accident, à l' aube , il y avait des nouvelles que environ 7 miles au large de la côte de la salle des machines du SNAV Toscana , avait mis au point un incendie tenus à distance par la même équipe. L'équipage, est intervenu promptement formé, a opéré en coordination constante avec les structures en charge de la terre. Les passagers ont été recueillies à des points de collecte prévus et constamment informés de l'évolution de la situation. Sera les techniciens, dans les prochains jours pour établir la cause de l'épidémie d'incendie dans la salle des machines du navire de SNAV Toscana .


Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11385
Points : 12731
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 68
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

Re: News sur la navale mondiale (les chantiers de constructions navales-dont chantiers STX stNaz)

Message par corsair le Lun 27 Fév - 8:19

21/02/2017 - Jeux du chat et de la souris




Précisions de Fincantieri sur le dossier STX France





Suite à la publication le 16 février dans l'hebdomadaire la Mer d'article intitulé «STX France : les discussions restent tendues avec l’italien Fincantieri», les représentants de Fincantieri nous ont fait parvenir, en vue de sa publication, un courrier apportant des précisions sur leurs possibilités, limitées, de communication, pendant ce temps de négociations. Le voici en intégralité.

«En référence à l’article publié le 16 février 2017  ayant comme titre STX France : les discussions restent tendues avec l’italien Fincantieri, nous désirons préciser qu’en sa qualité d’acquéreur potentiel “preferred bidder”, Fincantieri ne peut prendre unilatéralement l’initiative de communiquer avec les syndicats et le Comité d’Entreprise (CE) de STX France.
 A cet égard, il convient d’abord de souligner que Fincantieri se doit de se conformer aux obligations de confidentialité imposées par le tribunal de commerce de Séoul et définies lors du lancement de la procédure. En outre, il appartient au vendeur (STX Europe) d’initier le processus d’information-consultation par le Comité d’Entreprise pour lequel Fincantieri, en vertu des normes françaises, se déclare naturellement disponible, y compris pour une rencontre directe.
Fincantieri prête une attention toute particulière aux exigences manifestées par les organisations syndicales, leurs fédérations, et notamment celles de la déclaration faite par l’intersyndicale le 20 Janvier dernier suite à leur rencontre avec M. Christophe Sirugue.
 Fincantieri, dans le respect des procédures citées ci-dessus, déclare avoir pris en considération les requêtes formulées par les syndicats, les estimant cohérentes et compatibles avec ses objectifs de consolidation et de développement du chantier de Saint-Nazaire qui l’ont motivée à déposer une offre d’achat sur STX France»
.





Infos+ corsair

Publication du 17/01/2017
STX France : l’État refuse toujours que Fincantieri soit majoritaire seul

Giuseppe Bono, patron du groupe de construction navale Fincantieri candidat à la reprise du chantier naval de Saint-Nazaire, a rencontré à Bercy Christophe Sirugue, le secrétaire d’État à l’industrie, le jeudi 16 février.
Une rencontre durant laquelle le dialogue était encore tendu, selon plusieurs sources interrogées. Car du côté français, le message reste le même : Fincantieri ne doit pas être majoritaire à lui seul dans le capital.
La France n’exclurait donc pas de préempter les parts du chantier (66,6 %), comme le prévoit le pacte d’actionnaires signé en 2008 lors du rachat par STX Offshore & Shipbuilding, si le groupe italien restait sur ses positions. « L’État n’est pas contre une majorité italienne, mais pas avec Fincantieri seul », explique-t-on à Bercy. En clair, Fincantieri doit rester sous la barre des 50 % mais l’Italie peut être majoritaire avec un partenaire dans la boucle.
L’État souhaite d’ailleurs toujours s’entendre avec le seul candidat - européen qui plus est - au rachat de Saint-Nazaire. Mais l’Italie prend mal le fait que la France veuille lui imposer de ne pas avoir la majorité dans l’actionnariat tout en étant l’industriel de référence.
 
Les syndicats à Bercy le 23 février
 
Les relations se sont tendues fin janvier, et les syndicats s’inquiètent de ne pas avoir de nouvelles, alors que l’information-consultation du CE doit être lancée et qu’une rencontre était initialement programmée à Bercy à la mi-février. Mercredi, l’intersyndicale (CGT, CFE-CGC, CFDT) a finalement obtenu un rendez-vous avec le cabinet de Christophe Sirugue, le 23 février, dans la matinée.
De son côté, Fincantieri voudrait régler le projet industriel et négocier par la suite le tour de table et la répartition du capital. L’État, comme les élus locaux, veut d’abord des garanties. Pour David Samzun, maire de Saint-Nazaire, « le point de vue obstiné de l’Italie n’est pas entendable sur ce dossier ». Et le gouvernement italien de dénoncer jeudi, dans le quotidien La Repubblica, « l’attitude inacceptable » de la France.
« Au fond, il n’y a qu’une seule voie possible qui n’est certainement pas celle du passage en force », insiste Bruno Retailleau, président de la région Pays de la Loire. Une nouvelle rencontre est prévue d’ici dix jours, assure Bercy.




Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11385
Points : 12731
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 68
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

Re: News sur la navale mondiale (les chantiers de constructions navales-dont chantiers STX stNaz)

Message par corsair le Lun 27 Fév - 8:20

Note corsair

Meme avec 66% Fincantieri n'a pas tous les pouvoirs , 

Vouloir un 50/50 est une erreur industrielle à la Socialo...ça ne marche pas, mauvais temps pour st Nazaire
c'est une nationalisation rampante engendrant un blocage decisionnel garanti




33% l'etat + 5/8% sup au travers de Dcns suffisent largement et suretout un accord cadre sur le niveau de l'autonomie de fonctionnement  des chantiers est plus important ... Dcns etant le "Mousquetaire" de garde dans le conseil d'administration

Le pire du pire
à trop jouer : hypothese ; Fincantieri jette l'éponge - le tribunal, decide de vendre l'ensembler de stx globalement
les 33 de la france sont noyer dans le tonneau des danaides coréennes...et Genting reprend 100%du tout cash
=> greve à st nazaire et fuite des clients


Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11385
Points : 12731
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 68
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

Re: News sur la navale mondiale (les chantiers de constructions navales-dont chantiers STX stNaz)

Message par corsair le Lun 27 Fév - 8:20

24/02/2017

Saint-Nazaire : Une table ronde sur l’avenir des chantiers





L’Association des ingénieurs et cadres des Chantiers de l'Atlantique organise lundi 27 février une table ronde publique pour discuter de l’avenir de STX France.
L’AICCA entend faire le point sur le processus de vente à Fincantieri, qui entre dans sa phase finale, et les menaces qui pèsent sur le dernier grand constructeur français de navires. 
Anciens dirigeants des chantiers, experts économique et du secteur naval seront présents pour en parler et échanger avec le public.

Cette table ronde, animée par François Billet, de l'AICCA, réunira Jean-Noël d'Acremont (ancien président des chantiers), Paul Tourret (directeur de l'Institut supérieur d'économie maritime), Bertrand Chédotal (économiste) et Vincent Groizeleau (rédacteur en chef de Mer et Marine).

Elle se déroulera à partir de 18 heures au théâtre Jean-Bart (3 route du fort de l’Eve) à Saint-Marc, sur la commune de Saint-Nazaire.


Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11385
Points : 12731
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 68
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

Re: News sur la navale mondiale (les chantiers de constructions navales-dont chantiers STX stNaz)

Message par corsair le Lun 27 Fév - 8:21

25/02/2017 Interview/journal italien - en traduc auto


"Fincantieri ne peut pas prendre la majorité de Saint-Nazaire"


Paris - Le ministre français Sirugue "bienvenue italien, mais entre dans un autre investisseur." «Nous voulons des garanties qu'il n'y a aucun transfert d'actifs vers d'autres ports."



Paris - La vue sur la Seine est magnifique. "Giuseppe Bono sait ce bureau", explique de son bureau Christophe Sirugue, ministre français de l' Industrie, qui se trouve dans ses mains le dossier STX France. De Séoul , ils ont décidé de vendre la filiale Fincantieri. Mais pour Bono , ils doivent faire face à l'Etat français, qui détient 33% du capital. "Bono sera de retour la semaine prochaine. Nous devons fixer le jour. Il est difficile: elle est un globetrotter ". épaules solides, est un pur Sirugue socialiste et dur.

Heureux d'avoir à traiter avec Fincantieri?

«Dès le début, nous avons préféré en tant que groupe de l'industrie de l'acheteur, de préférence européenne. Fincantieri est un géant reconnu. "

Ils veulent détecter même les 67% restants du capital: à ce sujet, pas de problème?

"Non, nous voulons qu'il reste en dessous de 50%."

Pourquoi?

"Fincantieri est en concurrence directe avec Stx. Il y a les risques de synergie qui pourraient compromettre le chantier naval de Saint-Nazaire ".

Qu'est-ce que cela signifie?

"L'industrie du transport maritime est extrêmement cyclique. Aujourd'hui, il y a des ordres à travailler Saint-Nazaire jusqu'en 2026. Mais ne vendons pas la croisière indéfiniment. Ici, s'il y a une accalmie, Saint-Nazaire ne doit pas être sa victime: nous voulons des garanties qu'il n'y a aucun transfert d'activités sur les ports italiens et étrangers ".

Et puis?


"Fincantieri ne devrait pas avoir la majorité."

Les Coréens étaient bons à 67% et les Italiens ne?

«Quand Stx a pris le contrôle, l'entreprise était presque moribond. Il était déjà tellement qu'il y avait des investisseurs intéressés. Aujourd'hui est différent, l'entreprise est très bonne. Ensuite, les Coréens étaient présents sur le marché asiatique, la concurrence avec eux n'a pas existé ".

Là, vous avez avec des Italiens?

"Pas vrai. Et, en fait, nous avons suggéré qu'un autre investisseur italien pour entrer dans la capitale avec Fincantieri et de bien faire dans deux 50% du capital. Si elle est privée. Vous voyez, pour nous, la citoyenneté est pas un problème. "

Vous avez d'autres besoins?

"Oui, nous voulons DCNS, les chantiers navals militaires français, dans les mains du public entreraient dans le capital de STX France. L'Etat a 33% mais avec DCNS, qui est soumis à un contrôle public, nous n'atteint pas 50% ".

Pourquoi?

"Nous ne voulons pas de nationaliser STX France. Il doit être un industriel pour assurer le plan stratégique et de gérer la gestion. Et cela peut être Fincantieri ".

A Paris, il y a des rumeurs que les investisseurs italiens supplémentaires hypothétiques seront MSC, l'opérateur de croisières. Et que même son rival Royal Caribbean peut sauter dans le train ...

«Je ne dois pas bénir de nouvelles alliances. Mais il serait intéressant de savoir par Fincantieri s'il veut rapprocher les deux groupes de croisière et dans quelles conditions. Sont les deux principaux clients de STX France ".

Vous savez qu'en Italie vous comparez vos besoins pour les groupes français, les différents Bolloré et Lactalis, qui viennent à nous et font ce qu'ils veulent?

«Je sais qu'en Italie il y a un contexte difficile pour la controverse autour de certains investisseurs français. Mais il est pas la raison pour laquelle nous échouons dans notre projet. Je viens de visiter deux installations des entreprises italiennes en France, Ferrero et Chiesi. Investir lourdement ici: je suis heureux. Eh bien, si vous combinez les chantiers navals de Saint-Nazaire avec la puissance productive de Fincantieri, nous créons un géant européen. Le cinquième au monde. Cependant, je voudrais apporter une précision. "

Je suis le bienvenu.

"Si aujourd'hui la santé de STX France sont si bons, il est dû au fait que l'État français a commis au dossier et a investi dans ces sites, quand ils étaient en difficulté. Et maintenant, nous voulons avoir notre mot à dire, parce que dans la région sont en jeu 7000 emplois directs et indirects ".

Les syndicats de Saint-Nazaire, connu pour être agressif, ce qu'ils pensent de l'arrivée possible des Italiens?

"Vous faites les applications mais ne sont pas hostiles à Fincantieri. Ils aimeraient que les dirigeants du groupe ne leur expliquer le projet industriel. Certes, il y a des règles à suivre au cours des négociations, mais si Fincantieri indirizzasse un message clair aux syndicats, ce serait nous aider ".

Et vous ne trouverez pas un accord avec Bono et son équipe?

"La Cour du marché de Séoul pourrait recommencer et décider de vendre le groupe dans son ensemble, sans spin off STX France. Nous sommes contre une telle possibilité. Nous avons une minorité de blocage et un droit de veto pour permettre aux investisseurs étrangers. Mais tout cela ne compte pas aujourd'hui. Nous voulons parvenir à un accord avec Fincantieri. Nous croyons. "


Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11385
Points : 12731
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 68
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

Re: News sur la navale mondiale (les chantiers de constructions navales-dont chantiers STX stNaz)

Message par corsair le Lun 27 Fév - 8:22

25/02/2017 Interview/journal italien - en traduc auto

"MSc in STX France? S'il n'y a pas besoin »

Pierfrancesco Vago, Président exécutif de MSC Croisières MSC va aller dans la question de savoir si STX France, il sera impliqué dans la participation des acheteurs du site (pour lequel vous avez déjà présenté Fincantieri) par Coréen STX Offshore et la construction navale



Gênes - "Non, si on a pas besoin." Il est la réponse de Pierfrancesco Vago, Président exécutif de MSC Croisières MSC va aller dans la question de savoir si STX France, il sera impliqué dans la participation des acheteurs du site (pour lequel vous avez déjà présenté Fincantieri) par Coréen STX Offshore et la construction navale.

Certaines hypothèses qui ont circulé dans les tours récents parlent de la possibilité que MSC viennent avec un petit supplément, comme presque «garant» dans la nouvelle capitale aux côtés de Fincantieri et l'État français. Pour Vago , il est un «non», mais la porte reste ouverte, cependant. "Je pense qu'il est la garantie de nos fournisseurs, la capacité de construire des navires importants, complexes et où il y a des capitaux et donc un système bancaire importante. Ils sont là pour faire en sorte que mon fournisseur peut continuer à travailler », explique Vago. 

Sauf si il est nécessaire, par conséquent, si ces conditions sont toujours garantis, MSc, site du client, ne participera pas à l'acquisition. Une question fondamentale pour le président des géants MSC Croisières, est de maintenir le leadership européen dans l'industrie des croisières. «Je souhaitais que Fincantieri ne serait pas aller en Asie, dit Vago. 

Cela dit, à l' égard de STX France ajoute: «Je suis un client à la fois du chantier naval français de Fincantieri est pourquoi je souhaite que nous puissions continuer à travailler et surtout de garder cette technologie ce savoir-faire et de le conserver en Europe. Ceci est la chose la plus importante. Je souhaite que ne vend pas à l' Asie ce plus important trésor de l'économie bleue ".


Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11385
Points : 12731
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 68
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

Re: News sur la navale mondiale (les chantiers de constructions navales-dont chantiers STX stNaz)

Message par corsair le Lun 6 Mar - 7:34

03/03/2017

Rachat de STX France par Fincantieri : L’analyse de la CFDT


Fincantieri devrait très prochainement signer le compromis de vente portant sur l’achat des parts détenues par le groupe sud-coréen STX Offshore & Shipbuilding dans les chantiers de Saint-Nazaire Dans le même temps, les discussions se poursuivent entre le gouvernement français et le groupe italien quant à la composition future du capital de l’entreprise. Alors que la prise de contrôle de STX France par l’un de ses concurrents historiques est redoutée, les positions varient localement entre ceux qui rejettent ce rachat et appelle l’Etat à préempter les parts sud-coréennes, et ceux qui espèrent négocier des garanties pour éviter que le chantier français se fasse, sur le long terme, vider de sa substance.



Hier, la section CFDT de STX France a fait part de son analyse sur la situation. La voici :

"Reprise par Fincantieri, enjeux et perspectives"  

A - Les faits

Un "Sale Purchase Agreement" ("Compromis de vente") entre STX O&S (ou plutôt les banques dont la KDB) et Fincantieri devrait être trouvé dans les jours à venir (début mars) comme prévu, les deux parties s'étant entendues sur le prix.

Rappelons que cette cession concerne les 66,67% détenus par STX Europe dans STX France, le reste des actions étant détenu par l'Etat français.

Ce SPA débouche sur le Signing ("Acte de vente") qui entérine la vente, qui ne sera ensuite effective qu'au "Closing" ("Levée des réserves") après, par exemple, avis des autorités de la concurrence (française, européenne ou américaine) si nécessaire.

Ce "compromis de vente" ouvre la voie à deux actions, parallèles, limitées dans le temps :

1 - La procédure d'information/consultation du Comité d'Entreprise

La procédure va pouvoir être lancée et le CE aura alors un mois au maximum pour rendre son avis "motivé".

Cet avis est obligatoire (et suspensif) pour que la vente soit effective.

Mais il ne peut être question d'obstruction puisque, en l'absence d'avis du CE dans le délai, celui-ci sera réputé l'avoir rendu, sauf à démontrer formellement qu'il n'a pas eu les informations nécessaires pour le faire.

Le CE a décidé de se faire accompagner par le cabinet SECAFI durant toute la procédure (au-delà du rendu de l'avis) au travers d'un accord de méthode en négociation finale avec la direction. Cet accord prévoit même un deuxième avis qui sera rendu au moment du Closing pour vérifier que tout ce qui nous a été présenté, des mois auparavant, est toujours respecté.

2 - Le droit à préemption par l'Etat

Le pacte d'actionnaires actuel, entre STX et l'Etat français, prévoit que ce dernier peut racheter "prioritairement" les parts de STX, s'il le considère nécessaire, au prix proposé par l'acheteur (ici Fincantieri pour un montant estimé de 80M€). C'est une "nationalisation" de fait, même si elle se place dans une perspective "temporaire".

B - Les enjeux

1 - L'actionnariat

Durant les deux mois du droit à préemption, l'Etat et Fincantieri vont rediscuter de la répartition du capital. L'Etat a fait savoir à plusieurs reprises - et lors de note dernière entrevue encore - qu'il ne souhaitait pas que Fincantieri détienne à lui seul la majorité absolue (plus de 50% des parts). Les discussions sont bien évidemment tendues sur ce sujet, les italiens souhaitant rester maîtres "chez eux". Cette partie de bras de fer se joue aussi entre Etats et la part politique, plus qu'économique, est prépondérante... avec toujours la menace de préemption si aucun accord n'était trouvé, ce qui serait un constat d'échec !

L'Etat souhaite faire rentrer DCNS au capital, éventuellement les armateurs (du bout des lèvres) dans un tour de table qu'il déclare ouvert à d'autres partenaires.

Le calendrier n'est pas anodin non plus... avec un SPA début mars, le délai court jusqu'au début mai... c'est à dire en plein dans les échéances électorales en France qui font que, traditionnellement, plus rien de crucial ne se décide dans les ministères durant plusieurs semaines.

De plus, quelle majorité sortira des urnes ? Tendance protectionniste et souverainiste qui remettrait en cause la vente, tendance libérale plutôt favorable à une solution européenne ?

Dans cette incertitude, Fincantieri et l'Etat français, ont donc tout intérêt à ce que le dossier soit bouclé d'ici là par un accord. Sinon Fincantieri perd Saint-Nazaire - un chantier très intéressant et "pas cher" - et l'Etat se retrouve avec un chantier "nationalisé" de fait.

Si l'Etat souhaite ensuite revendre ses parts, il lui faudra alors trouver un ou des nouveaux acquéreurs.

Mais nous l'avons bien vu, les candidats au rachat de Saint-Nazaire ne se sont pas précipités – trois prétendants - et au final il n'en est resté qu'un pour faire une offre - très basse d'ailleurs - ce qui a surpris tout le monde et certainement Fincantieri le premier !

N'oublions pas non plus, qu’en cas d'échec - Fincantieri "jetant l'éponge", sans préemption de l'État - cela relancerait le processus de vente et que d'autres "prédateurs", bien plus dangereux, sont toujours aux aguets...

Alors qui demain pour nous racheter après cette préemption ?...

Non pas que ce soit une question de prix, 80M€ ça peut se trouver...

Mais qui avec une envergure industrielle et financière suffisante lorsqu'il va falloir aller emprunter, sur les marchés, une dizaine de milliards d'Euros pour construire nos bateaux en commandes dans les dix ans à venir. En effet n'oublions pas que, généralement, 80% du prix de vente est payé à la livraison et donc qu'il faut bien avancer cet argent durant toute la durée de la construction.

Alors qui ?

De grands industriels français ?

Ils ne se sont pas beaucoup précipités jusqu'ici et, sauf à "tordre quelques bras", cela parait illusoire et surtout ça ne s'inscrit pas dans ce temps et cette stabilité dont nous avons besoin dans notre métier.

Un actionnariat citoyen, tel que la CFDT l'a toujours appelé de ses voeux (entreprises, collectivités, citoyens, salariés)?

S'il est réalisable, malheureusement il n'aura pas, à lui seul, une "envergure" suffisante pour assurer la confiance des armateurs et des banques.

Il faudrait, idéalement, un peu des deux mais notre "industriel de référence" resterait encore à trouver !

Pour conclure, le risque, finalement, est que personne ne nous rachète... et que l'Etat reste seul à la barre. Or il n'a jamais été démontré, qu'en matière industrielle, à l'heure de certains choix vitaux, l'Etat était un bon décideur, ce qui a été confirmé par la Cour des Comptes dans un récent rapport !

Et puis bien souvent, les calendriers politiques et industriels sont en décalage, avec des enjeux divergents ("Pour un politique, un problème décalé, c'est un problème réglé. Pour un industriel, c'est un problème qui s'aggrave" pour reprendre les propos de P.Kron ancien PDG d'Alstom dans une interview récente).

2 - Le projet industriel

Alors, Fincantieri peut-il être cet industriel de référence ?

C'est ici que son projet industriel prend toute sa mesure et que la CFDT, au travers de la procédure d'information/consultation du CE, souhaite connaitre au plus tôt.

Que Fincantieri souhaite-t-il faire de Saint-Nazaire ?

Un chantier qui garde son autonomie en tous points sur son carnet (mix produit : navires à passager, militaire, EMR), sur ses savoir-faire (devis, ingénieries technique et financière), son management ?

Ou un chantier qui ne devient qu'un "atelier" de réalisation de grands paquebots, avec sa grande cale ?

C'est sur ce projet industriel que la CFDT a le plus d'exigences, car la composition de l'actionnariat à elle seule ne peut nous apporter toutes les garanties.

Des exigences qu'elle souhaite voir inscrites dans le pacte et les accords entre actionnaires, et y avoir accès pour s'assurer de l'engagement de toutes les parties.

C'est pour cela que la CFDT milite pour qu'il y ait une représentation plus large des salariés au conseil d'administration (la loi ne prévoit qu’un seul administrateur salarié) par une distribution/acquisition d'actions, voire d’aller vers une part d'actionnariat citoyen que nous avons déjà appelé de nos voeux.

Bien évidemment des engagements n'ont de valeur que si chaque partie les respecte, mais ce sont plus que de simples promesses et, en cas de décision contraire à leurs intérêts, les représentants et les salariés seront informés et pourront alors agir au lieu de subir !

Les salariés italiens l'ont bien prouvé il y a quelques années lorsque, souhaitant fermer trois de leurs huit chantiers, leur mobilisation et la pression politique aidant, Fincantieri a fait machine arrière !

C - Quels sont ces risques ?


1 - Le premier c'est le maintien ou non de l'autonomie de Saint-Nazaire.

Il ne faut pas trop se leurrer non plus, un rapprochement entre deux entreprises quelles qu'elles soient, crée forcément des "synergies" et des doublons dans certains domaines avec un impact négatif sur les effectifs.

Mais perdre des savoir-faire comme établir le devis d'un paquebot, concevoir le montage financier, etc.., nous ramènerait à n'être qu'un simple "atelier" dépendant totalement des italiens.

2 - Sur le plan industriel

Il est aussi concevable que des échanges de charge puissent s'effectuer, c'est dans l'ordre des choses.

Mais cela ne doit pas se faire à notre détriment. Pas question de voir les navires "à charge" construits chez nous et les navires "à marge" construits en Italie. Pas question non plus, qu'en cas de retournement de conjoncture, Saint-Nazaire devienne la variable d'ajustement de la charge de travail, en faveur des chantiers italiens.

Qu'en sera-t-il aussi des énergies renouvelables, source pour Saint-Nazaire de diversification ? Fincantieri souhaitera-t-il continuer dans ce domaine, décidera-t-il de s'en débarrasser pour se recentrer ?

3 - La stratégie de Fincantieri avec la Chine inquiète aussi...  

Au-delà du transfert de technologies (les chinois ont largement prouvé qu'ils pouvaient les "acquérir" quand ils le voulaient), c'est le transfert de savoir-faire qui représente un risque pour notre métier. Une grande part de ce savoir-faire réside dans notre réseau de sous-traitance. Rien n’empêcherait que chacune de ces entreprises crée une filiale en Chine et "duplique" là-bas un modèle qui a fait ses preuves ici... Comment s'y opposer alors qu'effectivement le marché chinois de la croisière est le plus prometteur et que logiquement, les chinois en souhaitent leur part ?

C'est pour chacun de ces risques, que la CFDT souhaite que des garanties soient inscrites dans le pacte et les accords entre actionnaires... A charge, pour nous de les faire respecter ensuite.

D - Mais il y a aussi des opportunités qu'il ne faut pas oublier

Ce regroupement fera du groupe un nouveau poids lourd de la construction navale européenne mais aussi mondiale avec un savoir-faire reconnu dans les navires à forte valeur ajoutée, tant dans le civil que le militaire.

1 - Cela permettra donc de peser dans les négociations, tant avec les clients - ce qui pourrait faire enfin remonter le prix de vente des bateaux - qu'avec les banques pour les financements et qu'avec les fournisseurs par une puissance d'achats bien supérieure. En effet la construction navale, de paquebots en particulier, est une industrie à faible marge parce qu'elle est justement prise en étau entre ces "groupes de pression" sans beaucoup de marges de manoeuvre.

Mais coté armateurs, le risque est aussi plus grand de les voir se tourner alors vers l'Asie parce qu'un duopole (Meyer Werft / Fincantieri) ne leur conviendra plus pour tirer justement les prix vers le bas.

2 - Sur le plan industriel, les compétences de l'ingénierie de Saint-Nazaire sont reconnues et cela nous ouvre des perspectives alors que notre bureau d'études risque bientôt la sous-charge avec un carnet de commande rempli de navires répétitifs et peu de prototypes.

E - Conclusion

Pour la CFDT, même si le scénario Fincantieri n'était pas notre préféré, il a au moins le mérite d'être européen à défaut d'être franco-français.

Il y a des risques bien évidemment, comme pour tout projet industriel, mais n'est-ce pas préférable à un "vide" en cas d'échec des négociations entre Fincantieri et l'Etat, qui nous mettrait encore dans une période d'incertitude qui n'est pas bonne, ni pour les affaires ni pour les salariés !


Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11385
Points : 12731
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 68
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

Re: News sur la navale mondiale (les chantiers de constructions navales-dont chantiers STX stNaz)

Message par corsair le Lun 13 Mar - 6:37

08/03/2017 - art Italien

Fincantieri proches de l'achèvement deal Saint-Nazaire

Gênes - Sauf toute anomalie soudaine, une conclusion à l'accord est en vue, avant la fin d' Avril.






Sauf toute anomalie soudaine, une conclusion à l'accord est en vue, avant la fin d' Avril. Un changement de propriété pour Saint-Nazaire, le dernier grand chantier naval français, est appelé à se produire, après avoir été suspendu pendant quelques semaines , principalement en raison de la politique. La solution qui se dessine - comme prévu par Secolo XIX  - prévoit Fincantieri tenant autour de 45-49% des actions du constructeur naval français. Ce serait répondre à la demande exprimée par le président français François Hollande, entre autres, que Fincantieri ne devrait pas détenir une participation majoritaire dans le chantier naval, considéré comme le joyau de l' industrie lourde de la France. Selon la solution décrite par Paris, dans cette entreprise un ou plusieurs partenaires viendrait aux côtés de Fincantieri en prenant une participation de 10% dans STX France.

Les actions restantes seront ensuite répartis entre l'Etat français (qui conserverait son courant 33%) et le groupe militaire français de propriété publique, DCNS, avec un peu plus de 10% des actions. Comme pour le partenaire qui est d'unir leurs forces avec Fincantieri à travers une participation de 10%, il sera presque certainement une société italienne. Le groupe MSC, une compagnie de croisière basée en Suisse , mais dirigé par Sorrento né propriétaire Gianluigi Aponte, reste une possibilité, mais de nouvelles entrées ne sont pas à exclure. Selon des sources proches du dossier, si un tie-up avec MSC ne se matérialisent pas , un fonds ou une autre entité d'affaires, de toute façon italienne, acquerraient la part de 10% du constructeur français. Il semblerait que la société de croisière américain Royal Caribbean International est maintenant complètement hors du coup, bien que ces derniers mois , il avait envisagé la possibilité de participer.


Si le scénario ci - dessus pour l'acquisition sera confirmé, propriété de STX France serait divisé entre un bloc italien et un bloc français, mais sans tout actionnaire ayant plus de 50%. Pour Paris ce serait un bon compromis, à la suite des controverses dans la sphère politique et syndicale de la France en ce qui concerne l'expression de Fincanteri d'intérêt, un concurrent de longue date de Saint-Nazaire dans le secteur de la construction navale croisière. La possibilité de parvenir à un accord, cependant, n'attire pas le consentement unanime. Selon le banquier Philippe Villin, cité par le journal français Le Monde, "Il fait peu de différence s'il y a un seul ou combiné intérêt italien. Il est inacceptable de céder le contrôle du chantier naval français à l' Italie, à la marque de deux mois de négociations d'acquisition. "

Pendant ce temps, la signature des accords définitifs pour la vente de STX France, propriétaire du site de Saint-Nazaire, qui est actuellement une filiale du conglomérat sud - coréen aura lieu à Séoul dans les prochains jours. Le 3 Janvier, le Central District Tribunal de Commerce de Séoul, qui était responsable de la gestion de la faillite du groupe STX, a approuvé la seule soumission reçue pour le constructeur français, qui était celle de Fincantieri. Le constructeur italien dirigé par Giuseppe Bono, alors, semble prête à prendre possession de Saint-Nazaire en échange d'une figure - dont la société italienne jamais divulgué - rapporté à être autour de 80 M €. Dans les semaines qui ont suivi les derniers détails sont susceptibles d'être aplanies, avant une annonce officielle, qui sera probablement sur les talons des prochaines élections présidentielles françaises. (corsair 80million d'€ une misere)



Infos+


Rome, 8 mars 2017 -
Le gouvernement italien a jugé "extravagant" mercredi le fait que le constructeur naval italien Fincantieri ne puisse acquérir la majorité du constructeur français STX.

"Ce qui est pour nous indispensable est la possibilité d'investir sans préjugés sur notre nationalité", a affirmé le ministre du Développement économique, Carlo Calenda.

"Dans ce cas spécifique, justement parce que la majorité appartient à une société coréenne, il serait un peu extravagant que l'Italie ne puisse avoir la majorité de l'actionnariat pour lui permettre une gestion intégrée", a-t-il dit.

En outre, a-t-il souligné, de cette opération, "sortirait un champion européen".

Le 16 février, un haut responsable du ministère de l'Economie, Fabrizio Pagani, avait déjà dénoncé au quotidien La Repubblica le comportement de Paris.

"L'attitude du gouvernement français qui tente de convaincre Fincantieri de prendre moins de 50% des actions est inacceptable parce qu'il doit y avoir en Europe la confiance réciproque et parce que les raisons invoquées ne semblent pas convaincantes", avait ainsi déclaré M. Pagani, chef du secrétariat technique du ministre de l'Economie.

"Les entreprises françaises ont fait d'importants investissements en Italie", avait-il rappelé, ajoutant: "les nôtres doivent avoir la même possibilité".

Dans une interview publiée lundi par plusieurs journaux européens, dont La Stampa, le président français François Hollande a expliqué que la France ne s'opposait pas à l'entrée de Fincantieri dans STX, mais seulement au fait qu'il soit majoritaire.

Il a affirmé qu'il ne s'agissait "pas d'une mesure agressive ou défensive vis-à-vis de l'Italie", en précisant que si d'autres entreprises voulaient participer à l'opération, Paris était prêt à étudier une telle solution.

Mardi, Le Monde et La Stampa estimaient qu'un compromis était en vue. Selon celui-ci, Fincantieri se contenterait d'une majorité relative, de l'ordre de 45% à 49%.

Quelque 10% seraient confiés à d'autres actionnaires, italiens selon Le Monde pour permettre à l'Italie d'avoir le contrôle du groupe, tandis que la Stampa évoquait le croisiériste MSC, basé en Suisse, ou un fond ou des entreprises italiennes.

Le reste du capital serait détenu par l'Etat français (33%) et le groupe public français DCNS un peu plus de 10%).

Fincantieri, basé à Trieste, est le seul candidat à avoir déposé une offre pour reprendre STX Saint-Nazaire, la filiale florissante du groupe sud-coréen STX Offshore and Shipbuliding, qui accumule pour sa part les difficultés financières.

Les syndicats de STX à Saint-Nazaire redoutent des conséquences pour l'emploi. Ils craignent également une fuite de savoir-faire vers la Chine, alors que Fincantieri a créé une co-entreprise dans ce pays pour y construire des navires de croisière destinés au marché local.
[/i]
[i]


Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11385
Points : 12731
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 68
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

Re: News sur la navale mondiale (les chantiers de constructions navales-dont chantiers STX stNaz)

Message par corsair le Lun 27 Mar - 9:27

20/03/2017

Vente de STX France : Communiqué de FO après une rencontre à Bercy

Le Jeudi 16 Mars, une délégation FO (et des autres syndicats) a été reçue par trois représentants du Secrétaire d’Etat à l’Industrie à Paris.



FO a exprimé ses inquiétudes et présenté les risques importants pesant sur l’avenir du Chantier Naval de Saint-Nazaire, les emplois et les garanties sociales en cas de rachat par le groupe italien Fincantieri (voir notre argumentaire sur les sites FO ou sous Alfresco/Aff. Syndical/FO).
Du fait de ces risques majeurs, FO a clairement affirmé que ce rachat devait être rejeté par le gouvernement.
Nous avons une nouvelle fois défendue notre revendication de nationalisation, y compris temporaire, en demandant que le gouvernement utilise son « droit de préemption ».



Les informations obtenues

Les représentants de l’Etat nous ont informé que :
- Les échanges se poursuivent entre l’Etat et Fincantieri sur la répartition de l’actionnariat. Mais, les négociations sont « difficiles » et la situation est « un peu bloquée » !
Nous constatons que c’est l’impasse !
- Il demeure un désaccord sur le prix de vente entre le tribunal Coréen et Fincantieri.
- Les premières réponses de Fincantieri sur les garanties seraient « plutôt satisfaisantes ».
Pour FO, l’absence de précisions de cette information n’est pas rassurante !
Toutefois, à une de nos questions sur le risque de chasse aux services en doublon de la part de Fincantieri, le Directeur de Cabinet nous a répondu que ce « n’est pas forcément une mauvaise chose ». Pour FO, cela ne présage rien de bon pour les autres « garanties » !
- Sur la possibilité que les syndicats ait accès au pacte d’actionnaire et au plan stratégique, la réponse a été évasive : « on n’est pas encore dans le détail de ces questions » !

Devant notre insistance, le représentant de l’Etat nous a répondu que c’était le groupe coréen STX qui avait refusé que soit communiqué aux représentants du personnel l’actuel pacte d’actionnaire (malgré les engagements du Président de la République de l’époque !). Il est fort probable qu’il en serait de même pour le prochain pacte d’actionnaire avec Fincantieri !

A la question de FO sur le droit de préemption par l’Etat des 66,7% détenus aujourd’hui par STX, les représentants de l’Etat nous informé que :
- Ce droit de préemption peut être exercé pendant les deux mois qui suivent l’établissement de la convention de rachat (ce qu’on appelle aussi le « signing ») entre le tribunal Coréen et Fincantieri.
Enfin, les représentants du Secrétaire d’Etat à l’Industrie nous ont interrogés sur le « climat social local ».
Une prochaine réunion est prévue pour le 10 Avril 2017 (cette date pouvant être modifiée en fonction de l’actualité).
Agir intersyndicalement pour la nationalisation !
Le fait que les représentants du gouvernement s’inquiète du climat social est révélateur qu’ils redoutent une réaction des salariés !
Il est encore temps d’empêcher que le dernier chantier naval du pays et les salariés soient victimes d’un nouveau prédateur.

Notre position est claire depuis le début : du fait des risques sociaux et économiques élevés, FO refuse d’accompagner, voire soutenir, l’actuel choix du gouvernement qui accepte la reprise par Fincantieri.
FO reste persuader qu’il est possible d’imposer au gouvernement d’utiliser son droit de préemption afin de mettre le Chantier Naval de Saint-Nazaire sous la protection de l’Etat par la nationalisation, y compris temporaire, associée à la satisfaction de nos revendications :
- Maintien et développement des emplois en CDI sur le site,
- Amélioration de nos rémunérations et de nos garanties sociales,
- Poursuite et développement du carnet de commande et toutes les activités sur le site : navires de croisières, navires militaires, EMR et Services…

En 2010 et en 2012, plusieurs actions et manifestations intersyndicales revendiquant « l’entrée majoritaire de l’Etat dans le capital », soutenues par toutes les Unions départementales des syndicats et par la population, ont été déterminantes pour obtenir l’implication de l’Etat pour sauver le Chantier Naval de Saint-Nazaire.
Sur ces bases, FO demeure disponible pour agir et mobiliser intersyndicalement.


Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11385
Points : 12731
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 68
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

Re: News sur la navale mondiale (les chantiers de constructions navales-dont chantiers STX stNaz)

Message par corsair le Lun 27 Mar - 9:28

21/03/2017

Président du Conseil régional des Pays de la Loire, Bruno Retailleau a renouvelé ce lundi 20 mars sa proposition d’entrée au capital des chantiers STX France de Saint-Nazaire. Voici sa déclaration :



« Près de trois mois après la désignation par la justice sud-coréenne du groupe italien FINCANTIERI comme repreneur privilégié des chantiers STX France, les négociations entre l’Etat et les chantiers navals italiens sur la répartition du capital entrent dans une phase décisive.

Ce dossier revêt un intérêt stratégique majeur pour le rayonnement industriel de notre pays et l’avenir d’une filière économique essentielle à la compétitivité et aux emplois de notre région.

C'est pourquoi j’ai fait savoir à l’Etat que si de réelles complémentarités existaient entre les chantiers navals français et italiens, cette nouvelle alliance ne saurait s’opérer à n’importe quel prix.

J’ai donc demandé que des garanties soient apportées quant à la pérennité du site de Saint-Nazaire et de l’emploi qui en dépend, la préservation du savoir-faire de STX France et de ses sous-traitants et la capacité des chantiers à poursuivre une politique commerciale autonome de même qu’une stratégie de diversification de leur activité, indispensable à leur équilibre économique.

J’ai aussi indiqué que si je n’étais pas à priori hostile au rachat de STX France par FINCANTIERI, je considérais que le groupe italien ne pouvait être directement ou indirectement majoritaire au capital tant que l’Etat, les salariés et le management n’auront pas acquis la certitude que ces garanties étaient réellement assurées.

Or, la présence envisagée dans le capital d’un fonds d’investissement italien, au côté de FINCANTIERI, ne constitue pas une option acceptable pour l’avenir de STX France.

Afin de sortir de cette impasse, j’ai proposé à l’Etat que la Région des Pays de la Loire, éventuellement appuyée par un pool d’industriels ligériens, puisse entrer au capital de STX France pour favoriser, au moins provisoirement, un tour de table à majorité française.

Je renouvelle aujourd’hui cette proposition, en demandant à l’Etat de préciser rapidement ses intentions pour l’avenir des chantiers STX France.

Si cette nouvelle proposition devait être rejetée et si cette situation de blocage perdurait, l’Etat n’aurait d’autre ressource que d’utiliser son droit de préemption. Il devrait prendre alors lui-même la majorité du capital, le temps d’organiser un nouveau tour de table qui garantisse les intérêts stratégiques français ».


Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11385
Points : 12731
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 68
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

Re: News sur la navale mondiale (les chantiers de constructions navales-dont chantiers STX stNaz)

Message par corsair le Lun 27 Mar - 9:28

21/03/2017

Fincantieri à Saint-Nazaire: Ce qu’en pensent d'anciens patrons des chantiers


Toutes mes notes sur ce dossier sont ici validées -corsair



C’est un éclairage très intéressant que celui apporté par d’anciens cadres dirigeants des chantiers de Saint-Nazaire sur la perspective d’une reprise des chantiers STX France de Saint-Nazaire par Fincantieri. Finalement seul candidat au rachat des 66.6% détenus depuis 2008 par le groupe sud-coréen STX Offshore & Shipbuilding, le constructeur public italien a fait en décembre une offre d’à peine 80 millions d’euros pour s’offrir l’un de ses principaux concurrents. Il doit, normalement, signer prochainement la convention de cession de ces parts avec le tribunal de commerce de Séoul, en charge de la vente des actifs de STX O&S.

Alors que le 27 février, lors d’une table ronde organisée à Saint-Nazaire, l’Association des Ingénieurs et Cadres des Chantiers de l’Atlantique (AICCA) faisait part de vives inquiétudes quant à une prise de contrôle italienne, nous avons interrogé un certain nombre d’anciens dirigeants des chantiers nazairiens. Ces derniers ont souhaité ne pas être nommément cités, condition que nous avons acceptée afin qu’ils puissent non seulement confier leur opinion sur le sujet mais, surtout, qu’ils livrent le vrai fond de leur pensé.


Protéger une entreprise stratégique


Pour résumer, tous s’accordent à dire que le dossier est extrêmement complexe, qu’il n’y a pas aujourd’hui de scénario idéal et qu’en l’état actuel des choses, une reprise par Fincantieri présente des risques susceptibles d’hypothéquer l’avenir de Saint-Nazaire, dont le caractère stratégique est souligné. Faisant néanmoins le constat qu’aucune solution franco-française n’a, au moins jusqu’ici, pu émerger, ils estiment qu’il ne faut pas rejeter le groupe italien, avec lequel des synergies peuvent s’opérer et qui, si son arrivée est bien encadrée, peut avoir un rôle intéressant à jouer. Mais, pour cela, la plupart des anciens dirigeants pense que la France doit s’assurer le contrôle de l’entreprise et, de l’avis général, essayer surtout de créer avec l’Italie une alliance plus vaste. En clair, réussir enfin à faire émerger un champion européen de la navale, non seulement dans le domaine civil mais également dans le secteur militaire, ce qui passe par une entrée de DCNS dans le jeu. Sauf qu’une telle option ne peut voir le jour en quelques semaines et sous la contrainte de facteurs extérieurs, (procédure juridique à Séoul et élections en France). Ce qui amène plusieurs anciens dirigeants nazairiens à souhaiter que l’Etat, en bonne intelligence avec les Italiens, préempte les parts de STX afin de se donner le temps d’élaborer le meilleur tour de table possible et un projet industriel de long terme bénéfique pour les deux pays.

Les garanties : « de la poudre aux yeux »

Voyons désormais plus en détail les avis recueillis sur un certain nombre de points. Tout d’abord, les fameuses et nombreuses garanties exigées à Fincantieri par les Français, qui espèrent ainsi assurer la protection de Saint-Nazaire. Celles-ci ne sont, pour reprendre les expressions de plusieurs anciens dirigeants des chantiers que « du vent », « de la poudre aux yeux » ou encore « un mirage ». L’un d’eux développe : « Si Fincantieri devient l’actionnaire majoritaire, ou du moins l’opérateur industriel de référence, il fera bien ce qu’il voudra et pourra, s’il le souhaite, contourner de multiples manières les engagements pris. Tout cela est en fait très politique, les garanties n’ayant généralement dans ce genre de cas qu’une utilité : rassurer l’opinion publique et les personnels ».

Contrôle français

C’est pourquoi, si accord il doit y avoir avec les Italiens, au-delà d’un « pacte d’actionnaires en béton et de l’assurance de conserver une direction générale française », un ex-président estime qu’il est « préférable que la France ait le contrôle du chantier en disposant de la majorité du capital ou, au moins, de la majorité des droits de vote au Conseil d’administration, ce qui permettrait de protéger le chantier tout en laissant de l’espace pour un opérateur industriel ».  Alors que Fincantieri continue de négocier à Séoul le rachat des 66.6% de STX France, le gouvernement français a d’ailleurs signifié qu’il ne souhaitait pas que le constructeur italien détienne à lui seul la majorité des chantiers.

Double actionnariat italien : l'option « aberrante »

Face au mécontentement de Rome, Paris a avancé il y a quelques semaines un compromis pour le moins curieux, basé sur un double actionnariat italien : Fincantieri, à lui seul, n’aurait qu’une majorité relative, c’est-à-dire moins de 50%, mais un autre acteur transalpin pourrait compléter le tour de table et aboutir à une majorité italienne absolue. Une option « aberrante » pour un ancien patron de Saint-Nazaire, qui estime que cette idée n’a strictement aucun intérêt : « Un Italien ou deux Italiens cela reste une majorité italienne, surtout si l’actionnaire complémentaire est un organisme institutionnel, comme la caisse des dépôts italienne, qui possède Fincantieri ».

Préserver un site complet

Sur le plan industriel, s’il est évident pour tous que Fincantieri ne vient pas avec de mauvaises intentions et à tout intérêt à préserver le site français, dont la cale géante lui permettrait de compléter ses formes devenues trop petites pour les plus gros paquebots, le spectre de voir Saint-Nazaire devenir à terme une simple unité de production est une inquiétude largement partagée : « Ne deviendra-t-on pas de simples constructeurs de coques ? », s’interroge an ancien patron. Un autre rappelle que si les anciens Chantiers de l’Atlantique sont parvenus à survivre et sont aujourd’hui florissants, c’est « qu’ils sont restés à la pointe de la technologie, mais ce n’est pas un acquis. Il faut s’améliorer et innover en permanence, ce qui est notamment le rôle des bureaux d’études et des sous-traitants. Il est impératif de maintenir cela en France et éviter à tout prix que Saint-Nazaire soit transformé au fil du temps en simple atelier d’assemblage, ou qu’il soit uniquement spécialisé sur les très gros paquebots ».

Sans éluder l’hypothèse d’un jeu de mécano industriel pouvant déboucher sur la possibilité de laisser les prototypes - plus risqués -  à Saint-Nazaire et les navires de série - sur lesquels s’opèrent les marges -  aux sites italiens, un troisième se veut plus rassurant : « C’est possible mais il faut comprendre que Saint-Nazaire est beaucoup plus puissant que Fincantieri sur tous les plans, que ce soit l’outil industriel, l’avance technologique et la R&D. C’est un trésor que l’on ne pourra pas transférer, même en Italie ». En clair, il y aurait donc peu d’inquiétudes à avoir sur la pérennité des bureaux d’études, qui pourraient même travailler sur d’autres projets décrochés par le groupe italien. « Mais il ne faudrait pas non plus saturer les capacités d’études sur des projets externes au détriment de projets pouvant être réalisés à Saint-Nazaire ».  

Transfert du centre de décision en Italie


En revanche, toutes les ex-dirigeants interrogés estiment que le risque majeur, qui est d’ailleurs souvent pressenti comme inévitable si Fincantieri prend la barre, est « un transfert du centre de décision vers l’Italie », avec « une perte de contrôle par la France et une direction industrielle qui sera forcément italienne ». Il en résulterait notamment la fin d’un atout crucial qui contribue aujourd’hui à la force de Saint-Nazaire : « On perdrait la souplesse d’une entité autonome et réactive qui devrait tenir compte des lourdeurs et des arbitrages liés à une logique de groupe ». Avec de possibles divergences d’intérêts et des décisions qui ne seraient pas forcément toujours favorables à la partie française. 

« Variable d’ajustement »

Les périodes de faible activité paraissent à ce titre particulièrement dangereuses : « La navale fait appel à des compétences très pointues et certaines spécifiques, tant au sein du chantier que chez ses sous-traitants. Mais c’est aussi une activité cyclique et même pendant les périodes de basses eaux, et il y en aura forcément à l’avenir, il faudra conserver ces compétences avec un minimum d’activité. Dans ces conditions, il ne faut pas que Saint-Nazaire devienne la variable d’ajustement d’un ensemble plus large ».

La question des paquebots chinois

Evidemment, les accords conclus avec Pékin et l’armateur américain Carnival - client historique et principal de Fincantieri - pour la construction de paquebots en Chine pose de nombreuses questions : « Il y a évidemment un danger même si Fincantieri dit prendre toutes les précautions pour garder la main sur les parties critiques. Les Italiens feront logiquement tout pour éviter un transfert de technologie trop important, qui reviendrait à se tirer une balle dans le pied. Mais il ne faut pas sous-estimer les Chinois, qui savent construire des bateaux et apprennent vite. De plus, on ne peut pas préjuger de l’évolution des rapports de force qui pourraient à l’avenir obliger les Italiens à faire des concessions. En tout état de cause, cet accord va quoiqu’il en soit permettre à la Chine de se développer plus rapidement sur un marché où elle se serait inévitablement lancée un jour ou l’autre. Tout le problème est de savoir, malgré tout le respect que j’ai pour mes anciens compères de Fincantieri, si nous allons voir surgir un ogre chinois par l’intermédiaire d’un complice européen », lance un ancien président des Chantiers de l’Atlantique.

Eviter de perdre à terme RCCL et MSC


Ce dernier redoute également les liens très forts qui unissent Carnival à Fincantieri. « L’étroitesse de leurs relations, depuis 1987, fait craindre une aliénation de l’indépendance des chantiers à l’avenir ». Il pourrait en résulter, estime-t-il, « une dégradation de notre carnet de commandes et des tensions probables avec MSC et RCCL ». Les deux armateurs, auxquels sont destinés l’ensemble des paquebots se trouvant actuellement dans le carnet de commandes de Saint-Nazaire, nourrissent en effet des relations pour le moins délicates avec le tandem Carnival/Fincantieri. Au point, d’ailleurs, d’avoir tenté l’an dernier de monter avec le constructeur néerlandais Damen une offre d’achat des parts de STX visant non seulement à contrecarrer un éventuel repreneur asiatique, mais aussi Fincantieri. Alors que la détestation profonde et historique que se vouent Royal Caribbean Cruises Ltd et Carnival Corporation est de notoriété publique, RCCL n’a jamais commandé un bateau en Italie, ne faisant confiance qu’aux chantiers français, allemands et finlandais. Dans ces conditions, certains redoutent qu’à terme, une fois les projets en cours réalisés, il puisse y avoir une fuite de clientèle vers l’Europe du nord, où Royal continue d’ailleurs de faire construire des navires chez Meyer Werft. « Même s’il est sans doute confortable pour RCCL d’avoir un pied en France et l’autre chez Meyer Werft, il y a un risque de fuite, sauf à pouvoir démontrer aux clients qu’il y a des clauses bétonnées permettant à Saint-Nazaire de ne pas passer sous les fourches caudines de Carnival ».

Beaucoup de chance avec Aker et STX


Concernant la problématique d’un actionnariat principal étranger, l’idée circule parfois à Saint-Nazaire que les chantiers ont déjà, avec le Norvégien Aker Yards (qui avait racheté l’entreprise à Alstom en 2006) et STX depuis 2008, fait une expérience « indolore » d’un tel contrôle capitalistique. Pour beaucoup, la minorité de blocage détenue par l’Etat est d’ailleurs souvent considérée, probablement à tort, comme responsable de ce statut quo. D’aucuns pensent donc qu’avec Fincantieri, rien ne changera vraiment. « En fait nous avons eu avec les deux derniers actionnaires beaucoup de chance. Le premier n’est pas resté assez longtemps et STX fut particulièrement mauvais, mais heureusement transparent. Il est clair que si cela avait été un autre Coréen, comme Daewoo ou Samsung, il ne resterait probablement plus grand-chose de Saint-Nazaire aujourd’hui ». Si importante soit la présence de l’Etat dans le capital – avec minorité de blocage et droit de veto - c’est donc avant tout la stratégie et la volonté du futur actionnaire principal qui présideront aux destinées nazairiennes. Et les Italiens, contrairement à leurs prédécesseurs, n’ont manifestement pas l’intention de jouer aux actionnaires effacés.

L’avantage d’un grand actionnaire industriel

Sur l’avantage de disposer d’un grand industriel comme actionnaire de référence pour faciliter l’élaboration des montages financiers nécessaires aux prises de commandes, les avis des « anciens » sont sur certains points nuancés. Ils estiment tous que la présence d’un industriel comme actionnaire principal est la « meilleure solution » et que, dans ce cas, il faut « un acteur disposant d’une surface financière suffisante » pour accéder à des capacités de financement importantes. Le chantier doit en effet avancer l’essentiel des coûts liés à la réalisation des paquebots jusqu’à leur livraison, sachant que le prix unitaire des bateaux peut désormais atteindre le milliard d’euros. Si un industriel fort constitue donc un « vrai atout », cet avantage ne vaut évidemment que si l’acteur en question « n’est pas un prédateur » et « impulse une stratégie industrielle pertinente ».

On relève toutefois chez les anciens dirigeants nazairiens le rôle crucial de l’Etat : sa présence dans le capital de l’entreprise, son action pour garantir les financements et même, parfois, « inciter les banques à aller au tour de table », restent selon eux l’une des meilleures garanties. L’une des personnalités interrogées observe d’ailleurs que « cela fait plusieurs années que le chantier a un actionnaire principal défaillant et en quasi-faillite, ce qui n’a pas empêché Saint-Nazaire de réaliser les montages et les emprunts nécessaires, même si cela n’a probablement pas toujours été simple ». Et de noter que sur cette période, le « rôle du management, soutenu par l’Etat, a été fondamental ».

Fincantieri : Un géant aussi solide qu’il y parait ?

Dans l’absolu, Fincantieri offre le profil idéal de ce grand actionnaire industriel, d’autant que « le fait qu’il appartient à la caisse des dépôts italienne donne une impression de garantie infinie ». Néanmoins, les résultats financiers du groupe et son endettement, tout comme la situation difficile que connaissent actuellement les banques et finances publiques italiennes sont évoqués par certains comme une source d’inquiétude. Par ailleurs, plusieurs soupçonnent, ou sont même persuadés, que Fincantieri « perd de l’argent avec les paquebots » et équilibre ses comptes avec les commandes militaires de la marine italienne, qui ont d’ailleurs été très importantes ces dernières années. De là, on s’interroge sur la robustesse globale du groupe, détenu à 72% par l’Etat italien, en cas de réduction drastique des commandes publiques. Dans le même temps, la stratégie de croissance « à tout va » de Fincantieri, qui a acquis de nombreux chantiers et sociétés à travers le monde ces dernières années, en laisse certains, manifestement plus adeptes des stratégies de consolidation progressive que d’expansion galopante, plutôt dubitatifs.

Un « actif stratégique pour la France »

Cela fait donc, au final, beaucoup de risques, d’interrogations et d’incertitudes, surtout qu’au-delà des paquebots, Saint-Nazaire présente avant tout un caractère stratégique pour la France. C’est en effet le dernier chantier hexagonal capable de réaliser les grands bâtiments de la Marine nationale, qu’il s’agisse de porte-avions, BPC ou navires logistiques. « Il faut d’abord voir Saint-Nazaire comme un actif stratégique pour la France et l’Etat doit conserver la maîtrise d’accès à cette capacité industrielle pour ses grands navires militaires. Cette entreprise représente de plus l’essentiel de la construction civile nationale en termes d’emplois et d’exportation. On ne peut donc prendre le risque de laisser partir cet actif ou de le voir se dégrader à l’avenir ».

Les points positifs de la solution italienne

Cependant, pour les anciens patrons avec qui nous avons échangé, il ne faut surtout pas rejeter Fincantieri. Si, du point de vue de l’outil industriel comme des aspects technologiques, ils estiment que l’apport italien serait « sans doute nul », il y a quand même, disent-ils, des avantages non négligeables à un rapprochement: « Fincantieri est un grand groupe industriel compétent et Saint-Nazaire serait au sein de ce groupe un élément important dans le domaine des navires civils, en particulier les paquebots ». Ils soulignent également le potentiel en termes de coopérations, par exemple en faisant travailler, comme cela se pratique déjà en Italie, plusieurs chantiers sur un même projet : « Il serait possible de mettre en place des synergies intéressantes pour optimiser l’outil industriel des différents sites, ce qui permettrait de mieux gérer l’ensemble, réguler la charge et améliorer les performances ».

Les bureaux d’études nazairiens pourraient également avoir de belles perspectives : « Fincantieri pourrait s’appuyer sur l’ingénierie nazairienne pour soutenir ses propres bureaux d’études en Italie et même ailleurs ». Alors que les Italiens ont évoqué la possibilité d’un positionnement de Saint-Nazaire dans l’offshore, avec pourquoi pas une coopération avec les Norvégiens de sa filiale Vard, apparemment en manque d’ingénieurs et d’architectes, la diversification du chantier français reste fondamentale : « Il faut absolument poursuivre cette politique, engagée avec succès dans les énergies marines et il est clair qu’avec un groupe comme Fincantieri, il peut y avoir des opportunités sur d’autres secteurs ». De même, sur le plan commercial, un ancien patron nazairien pense qu’il y aurait probablement de belles cartes à jouer : « Les Italiens travaillent sur d’autres secteurs que celui des paquebots et cette activité commerciale complémentaire peut aussi être une source de diversification ».

La base d’un EADS naval civil et militaire ?

L’alliance entre Saint-Nazaire et l’Italie pourrait, en fait, constituer la base d’un grand groupe européen de taille mondiale et servir de socle au vieux rêve de constituer un « EADS naval ». Une perspective intéressante pour les anciens dirigeants nazairiens, qui tempèrent néanmoins les ardeurs de certains politiques : « Une consolidation de la navale européenne serait une excellente chose car elle parait nécessaire pour résister à une concurrence de plus en plus forte, notamment celle des chantiers asiatiques. Mais il ne faut pas le faire n’importe comment et dans la précipitation. En fait, un éventuel rapprochement franco-italien ne doit pas se limiter à l’activité civile mais également englober le militaire, où des alliances et regroupements européens sont indispensables. Car nous n’avons plus les moyens, en Europe, de développer six modèles de frégates et quatre types de sous-marins pour ensuite se livrer une guerre fratricide à l’export, dont nos concurrents finiront par sortir grands gagnants ».

Ménage à trois avec DCNS

Alors que certains estiment que le mariage sans cesse raté depuis 30 ans des chantiers nazairiens et de DCNS demeure une « option pertinente » pour consolider la navale française, la solution idéale serait, de l’avis général, un ménage à trois. En clair, parvenir à une grande alliance incluant Fincantieri, STX France et DCNS, y compris par le biais de participations croisées entre les différentes sociétés : « Ce serait une solution géniale car elle a un vrai sens industriel et permettrait d’avoir un contrôle équilibré tant du côté français qu’italien ».

« Acheter du temps » avec la préemption

Cela étant, comme le note un ex-président, « si la solution est peut être un grand ensemble franco-italien, c’est un projet complexe à mettre en place. Il faut donc prendre du temps pour y réfléchir et voir comment créer un champion franco-italien de la naval civile et militaire, cela au travers d’un accord équilibré préservant les intérêts des deux pays ». Or, souligne-t-il, « nous sommes aujourd’hui dans une situation où nous sommes contraints par un calendrier imposé par un tribunal coréen, alors que l’Etat français est déliquescent avec les élections qui arrivent. La meilleure solution est donc d’acheter du temps, en faisant jouer le droit de préemption sur les parts de STX. Il ne s’agit pas de nationaliser les chantiers de Saint-Nazaire, mais de se donner le temps d’inventer quelque chose, ce qui ne peut pas être fait intelligemment en quelques semaines et sur un coin de table, entre un jugement à l’autre bout de la planète et des échéances politiques en France ».

Et un autre ancien patron de conclure : « Il faut préserver le savoir-faire et le fonds de commerce que Saint-Nazaire a chèrement acquis depuis 1985. Mais nous devons dans le même temps tirer parti de synergies et saisir, si c’est possible, l’opportunité d’un regroupement européen dans le civil et le militaire. La France doit dans cette affaire défendre ses intérêts et être très ferme, le droit de préemption étant une vraie arme qui doit être utilisée si les conditions assurant la pérennité des chantiers ne sont pas réunies, ou si l’on souhaite se donner le temps de réfléchir à la création d’un ensemble plus vaste, que j’appelle de mes vœux ». Lui aussi convient que le calendrier est trop contraint et qu’en l’état actuel des choses, les incertitudes sont trop nombreuses : « Personnellement, même si je crois que Saint-Nazaire ne pourra rester seul à l’avenir, je ne ferais pas courir au chantier les risques que l’on identifie aujourd’hui, surtout pour 80 millions d’euros ».


Dernière édition par corsair le Lun 27 Mar - 19:43, édité 1 fois


Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11385
Points : 12731
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 68
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

Re: News sur la navale mondiale (les chantiers de constructions navales-dont chantiers STX stNaz)

Message par corsair le Lun 27 Mar - 9:29

21/03/2017



Les discussions se prolongent en Corée du sud, où le groupe italien Fincantieri et le tribunal de Séoul ne sont toujours pas parvenus à un accord concernant la vente des parts de STX Offshore & Shipbuilding dans les chantiers de Saint-Nazaire. A partir de la signature du mémorandum d’entente avec la juridiction coréenne, intervenue le 13 janvier, Fincantieri, qui a fait en décembre une offre d’à peine 80 millions d’euros pour racheter les 66.6% de STX dans les chantiers français, disposait normalement d’un mois et demi pour mener à bien la période de due diligence. 
Et aboutir au fameux contrat de vente, le Sell and Purchase Agreement (SPA). Or, celui-ci n’a toujours pas été paraphé. Selon les syndicats de STX France, qui étaient reçus jeudi dernier par le directeur de cabinet du secrétaire d’Etat à l’Industrie, les discussions s’éternisent apparemment à cause du prix de vente : « Fincantieri semble chercher à négocier à la baisse le prix de vente des chantiers avec le juge Coréen », indique l’intersyndicale CFDT, CFE-CGC CGT. Au-delà du montant de la transaction, la situation politique en Corée du sud, très délicate actuellement, n’arrange peut-être pas les choses, sans parler du fait que le juge en charge du dossier aurait déjà changé à deux reprises depuis janvier.

Pendant ce temps, les négociations se poursuivent entre l’Etat et Fincantieri sur la répartition de l’actionnariat. Mais selon FO, « les représentants de l’Etat nous ont informé que les négociations sont "difficiles" et la situation est "un peu bloquée" ». En clair, précise l'intersyndicale, « l’Etat et Fincantieri n’arrivent pas à se mettre d’accord sur les pourcentages de participation de chacun ».

B. Retailleau appelle à « sortir de cette impasse »

Pour mémoire, la France a signifié à l’Italie qu’elle ne souhaitait pas que Fincantieri dispose à lui seul de la majorité absolue dans STX France. Paris a en revanche proposé qu’un second acteur italien entre au capital, laissant au constructeur une majorité relative mais avec ce compatriote une majorité absolue. Une solution considérée comme « aberrante » par un certain nombre d’observateurs, dont d’anciens dirigeants des chantiers nazairiens. Cette solution a aussi été clairement rejetée hier par le président de la Région des Pays de la Loire : « la présence envisagée dans le capital d’un fonds d’investissement italien, au côté de Fincantieri, ne constitue pas une option acceptable pour l’avenir de STX France », a déclaré Bruno Retailleau, qui considère que le dossier est désormais dans une « impasse » et propose, pour en sortir, « que la Région des Pays de la Loire, éventuellement appuyée par un pool d’industriels ligériens, puisse entrer au capital de STX France pour favoriser, au moins provisoirement, un tour de table à majorité française ».

Vers une tournure plus politique ?

En dehors de la collectivité locale, on commence en effet à s’interroger au sein des entreprises sous-traitantes, dont certains dirigeants réfléchissent à d’éventuelles solutions alternatives. Alors que l’option de la préemption, ne serait-ce que pour donner plus de temps aux négociations avec les Italiens, semble faire de plus en plus d’émules, l’avenir des chantiers nazairiens pourrait prendre une tournure bien plus politique si le dossier s’invite dans les débats de la présidentielle. Et ce pourrait bien être le cas. En effet, alors que plusieurs candidats se sont déjà prononcés pour une prise de contrôle de l’entreprise par l’Etat, de nouvelles interventions, plus fortes cette fois, sont évoquées dans plusieurs états-majors.

La suite du processus

Concernant la suite du processus, la signature du SPA doit déclencher la procédure de consultation du Comité d’entreprise de STX France. Celle-ci est imposée par la loi et le CE aura un mois seulement pour rendre un avis, nécessaire pour valider la conclusion de la vente mais qui sera purement consultatif et ne pourra donc s’opposer à la cession. L’Etat, de son côté, dispose toujours, dans le cadre du pacte d’actionnaires conclu en 2008 avec STX, d’un droit de préemption sur les parts détenues par le groupe sud-coréen. La France aura deux mois, à compter de la signature du SPA, pour exercer ou non ce droit.


Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11385
Points : 12731
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 68
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

Re: News sur la navale mondiale (les chantiers de constructions navales-dont chantiers STX stNaz)

Message par corsair le Lun 3 Avr - 8:20

30/03/2017


Fincantieri s'est dit jeudi "confiant dans la validité de son projet"

Le constructeur naval italien , seul candidat à avoir déposé une offre pour reprendre les chantiers STX France de Saint-Nazaire, s'est dit jeudi "confiant dans la validité de son projet", en soulignant que les négociations avec le gouvernement français étaient toujours en cours.



"Les négociations sont encore en cours. Naturellement, nous avons confiance dans la validité de notre projet industriel, et nous mènerons cette acquisition si toutes les conditions qui nous permettront de pouvoir ajouter de la valeur à ce que nous sommes déjà en train de produire avec Fincantieri sont réunies", a déclaré son patron, Giuseppe Bono, en marge de l'inauguration du navire de croisière Majestic Princess, à Monfalcone, dans le nord de l'Italie.

Le constructeur est le seul candidat à avoir déposé une offre pour reprendre STX France, la filiale florissante du groupe sud-coréen STX Offshore and Shipbuliding, qui accumule pour sa part les difficultés financières.

Mais l'Etat français, qui détient 33% de STX France, dispose d'une minorité de blocage lui permettant de peser sur le choix du repreneur. Il souhaite que Fincantieri ne soit pas majoritaire à lui seul dans STX et des discussions sont en cours depuis plusieurs semaines autour de ce "montage actionnarial".


Rome a dénoncé en février "l'attitude inacceptable" du gouvernement français et jugé début mars "extravagant" que Fincantieri ne puisse acquérir plus de 50% de STX France.

"Le gouvernement italien est important, il a toujours été à notre côté. Il me semble évident de défendre le patrimoine et surtout une entreprise qui a montré avoir le courage d'affronter le marché et des situations souvent pas faciles", a souligné M. Bono.

Interrogé sur l'impact des élections en France comme facteur pouvant accélérer la conclusion de l'acquisition, le patron de Fincantieri a déclaré: "les négociations sont les négociations. Chacun a des intérêts, de notre côté ils sont industriels, en France, ils ont eux aussi des intérêts industriels et évidemment il y a une campagne électorale et nous savons ce que cela comporte du point de vue de la compétition. Quoi qu'il en soit, il n'y aucune guerre".

L'objectif de l'opération STX, a rappelé M. Bono, est "de participer à la consolidation de l'industrie européenne, qui est un élément extrêmement important. Mais pour nous, (l'idée est de) participer en tant protagonistes, et non comme il arrive souvent dans l'industrie italienne comme proies", a-t-il dit, en se disant convaincu que le marché deviendrait "toujours plus globalisé".


Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11385
Points : 12731
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 68
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

Re: News sur la navale mondiale (les chantiers de constructions navales-dont chantiers STX stNaz)

Message par corsair le Lun 3 Avr - 8:22

art italien en traduc auto


Stx, France pense que la nationalisation???

Rome - Plan de politique B à Paris: dans un stand avec Fincantieri, feu vert à la nationalisation des chantiers navals et la vente de participations dans Royal Caribbean et MSC.



Rome - Un « plan B » pour l'Elysée STX France chantier naval à Saint-Nazaire en l'absence d'accord avec le groupe italien Fincantieri, écrit aujourd'hui le journal Le Monde a souligné que les plans d'Etat à « prendre le contrôle des chantiers de construction Saint-Nazaire ".

« STX Chantiers navals: Plan B Elysée »: « Depuis l'acquisition proposée par Fincantieri en Italie est partiellement bloqué, les plans d'Etat à nationaliser une transition STX-France» . « L'Etat - Le Monde continue - pourrait alors vendre la majorité des titres aux investisseurs considérés comme plus satisfaisants: les amateurs de Royal Caribbean et MSC sont à la grille de départ . »



infos+ : le Monde 31/03/2017

C’est l’ultime grand dossier industriel du quinquénnat. Avant de quitter l’Elysée, le président de la République est déterminé à régler le cas très sensible des chantiers navals de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique). Le projet de reprise par l’italien Fincantieri engagé depuis des mois étant à moitié bloqué, les pouvoirs publics peaufinent depuis quelques jours un « plan B » pour les derniers grands chantiers navals français, indiquent quatre sources convergentes. « Ce plan est prêt depuis une semaine », précise un de ses concepteurs.

Le projet consisterait à nationaliser transitoirement le site historique où travaillent plus de 7 000 salariés et sous-traitants. Après être monté à 100 % du capital, l’Etat revendrait rapidement une majorité des titres à des investisseurs jugés plus satisfaisants que Fincantieri.

Deux ont fait acte de candidature : les armateurs suisse MSC et américain Royal ­Caribbean, les grands clients de Saint-Nazaire. En 2016, ils avaient déjà envisagé de reprendre les chantiers en association avec un industriel de la construction navale, le néerlandais Damen. Leur consortium, favori des pouvoirs publics, avait toutefois éclaté au dernier moment.

Depuis, ils n’ont pas quitté le dossier des yeux. Séparés de Damen, ils sont maintenant prêts à prendre chacun 20 % du capital, ou légèrement plus. L’Etat garderait quant à lui ses 33 % actuels. Le groupe militaire public DCNS obtiendrait 10 % ou un peu plus. Les dirigeants et salariés des chantiers pourraient également prendre un ticket de 10 %.

Signature attendue dans les trois semaines

Début janvier, l’affaire semblait pourtant réglée tout autrement. Le tribunal de commerce du district central de Séoul, chargé de gérer la faillite du groupe sud-coréen STX, avait alors choisi de vendre sa filiale française au seul repreneur ayant déposé une offre : le constructeur italien de navires Fincantieri. En mettant la main sur les ex-Chantiers...


art dans la presse maritime

L'État envisage une nationalisation transitoire des chantiers de Saint-Nazaire, s'il ne parvient pas à un accord satisfaisant sur leur reprise par l'Italien Fincantieri, assure le journal Le Monde dans son édition de samedi.

"Il n'y a rien de nouveau. Cette clause (permettant une nationalisation transitoire, ndlr) est à la disposition de l'État français depuis le début. Les discussions se poursuivent avec Fincantieri", a indiqué à l'AFP une source proche du dossier à Bercy.

Fincantieri, seul candidat à avoir déposé une offre pour reprendre les chantiers STX France de Saint-Nazaire, la filiale florissante du groupe sud-coréen STX Offshore and Shipbuliding, s'est dit jeudi "confiant dans la validité de son projet", en soulignant que les négociations avec le gouvernement français étaient toujours en cours.

L'État, qui détient 33% de STX France, dispose d'une minorité de blocage lui permettant de peser sur le choix du repreneur. Il souhaite que Fincantieri ne soit pas majoritaire à lui seul dans STX, et des discussions sont en cours depuis plusieurs semaines autour de ce "montage actionnarial".

Paris insiste sur le maintien de l'activité navale à Saint-Nazaire, sur la sauvegarde du réseau de sous-traitance, sur l'absence de transfert de commandes sur des sites du constructeur naval italien, une entrée au capital du groupe de construction navale français DCNS et la préservation de la propriété industrielle.

"Les pouvoirs publics peaufinent depuis quelques jours un +plan B+ pour les derniers grands chantiers navals français", écrit Le Monde.

"Le projet consisterait à nationaliser transitoirement le site historique où travaillent plus de 7.000 salariés et sous-traitants. Après être monté à 100% du capital, l'État revendrait rapidement une majorité des titres à des investisseurs jugés plus satisfaisants que Fincantieri", précise le journal, qui ajoute que "c'est l'ultime grand dossier industriel du quinquénnat".

Selon Le Monde, deux investisseurs "ont fait acte de candidature: les armateurs italo-suisse MSC et américano-norvégien Royal­Caribbean, les grands clients de Saint-Nazaire".

Pour Nathalie Durand-Prinborgne, déléguée Force Ouvrière STX à Saint-Nazaire, cette nationalisation transitoire n'est aujourd'hui "qu'une supposition, un projet éventuel. Donc pour l'instant ce n'est pas suffisant pour nous pour nous réjouir", a-t-elle dit.

"Ce sera une bonne nouvelle le jour où on nous annoncera: +le gouvernement nationalise purement et simplement les chantiers+". Toutefois, "le fait que le gouvernement puisse se poser la question de savoir si ce n'est pas La solution pour sauvegarder le site, c'est un premier pas pour nous", a-t-elle ajouté, rappelant que FO "revendique la nationalisation depuis pas mal de temps".

Quant au maire (PS) de Saint-Nazaire, David Samzun, il estime que "c'est de la responsabilité de l'État de protéger l'outil industriel". "Et donc que si les négociations se passaient mal, alors il fallait user du droit de préemption, donc de nationalisation pour avoir le temps de retrouver des actionnaires solides, robustes".

Pour le maire, étant donné les blocages dans les discussions avec Fincantieri, "il est normal que l'Etat regarde une autre hypothèse puisque si l'hypothèse Fincantieri n'allait pas au bout (...), alors il faut en construire une deuxième. C'est ce qu'est en train de faire le gouvernement autour des armateurs, c'est de sa responsabilité, et je trouve ça plutôt sérieux", a-t-il confié à la presse.

Rome a dénoncé en février "l'attitude inacceptable" du gouvernement français, qui pose ses conditions sur l'actionnariat de STX, et a jugé début mars "extravagant" que Fincantieri ne puisse acquérir plus de 50% de STX France.

Fincantieri, basé à Trieste et comptant près de 19.000 employés, se présente comme le principal constructeur naval occidental. Il compte 20 sites sur 4 continents.


Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11385
Points : 12731
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 68
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

Re: News sur la navale mondiale (les chantiers de constructions navales-dont chantiers STX stNaz)

Message par corsair le Ven 7 Avr - 6:19

06-04-2017 tout cela pour ça....quand nos dirigeants capitulent

Les Chantiers de l'Atlantique sous pavillon italien

[b]Le secrétaire d'État à l'Industrie, Christophe Sirugue, a confirmé qu'un «accord de principe» avait été trouvé avec le groupe Fincantieri, qui a présenté «un projet industriel ambitieux». La possibilité d'une nationalisation temporaire de l'entreprise, alternative à la vente au groupe public italien, sera donc restée à l'état de menace.



Après quatre ans de flottement et six mois de négociations tendues qui ont mis à cran les gouvernements français et italiens, c'est bien le pavillon italien que battront les ex-Chantiers de l'Atlantique de Saint-Nazaire, célèbres pour la construction des paquebots géants prisés des croisiéristes. Jeudi, le secrétaire d'État à l'Industrie, Christophe Sirugue, a confirmé qu'un «accord de principe» avait été trouvé avec le groupe Fincantieri, qui a présenté «un projet industriel ambitieux». La possibilité d'une nationalisation temporaire de l'entreprise, alternative à la vente au groupe public italien, sera donc restée à l'état de menace.
Pour Bercy, l'essentiel est acquis grâce aux garanties trouvées avec Fincantieri, qui avait été retenu par la justice sud-coréenne comme repreneur des Chantiers de l'Atlantique, dans le cadre du dépôt de bilan à Séoul de leur maison-mère, STX.

Le gouvernement estime avoir obtenu suffisamment d'assurances de la part du groupe italien pour accepter l'opération. Les négociations ont d'abord porté sur l'architecture du tour de table de STX France. STX possédait 66,6 % du capital de l'entreprise français, aux côtés de l'État français, détenteur d'une minorité de blocage depuis 2008. Fincantieri n'en reprendra que 48 %. Deux nouveaux actionnaires vont entrer au tour de table. D'une part, le groupe public DCNS, à hauteur de 12 %. D'autre part, la fondation bancaire italienne CR Trieste (ville où est basé Fincantieri), à hauteur de 7 % environ. L'État français a pesé de tout son poids pour éviter que Fincantieri soit majoritaire. Quitte à froisser beaucoup de susceptibilités en Italie où cette exigence était d'autant moins acceptée que les entreprises françaises ne se sont pas privées de faire des emplettes transalpines ces dernières années.

Concurrent direct

Et cela n'apaise pas toutes les craintes. À Saint-Nazaire, les détracteurs de l'offre italienne voient déjà dans ce tour de table dispersé l'aménagement cosmétique d'une prise de contrôle effective. Or, le rachat par Fincantieri inquiète. L'italien est en effet un concurrent direct des ex-Chantiers de l'Atlantique. Et certains s'inquiètent d'un risque de perte de savoir-faire au profit du partenaire chinois de Fincantieri, CSSC, avec lequel une coentreprise a été créée.
En Loire-Atlantique, on redoute les futurs bas de cycle, pendant lesquels l'Italien pourrait être tenté de négocier d'abord ses commandes pour ses sites transalpins plutôt que pour Saint-Nazaire.

D'où les engagements de Fincantieri que Christophe Sirugue a détaillés jeudi, notamment relatifs à la pérennité du site et de ses activités, ainsi qu'à l'investissement et au maintien et au développement de l'emploi. Un accord de gouvernance sera conclu pour huit ans et un pacte d'actionnaires pour vingt ans. L'accord doit cependant encore être finalisé.
Dossier très sensible

Le groupe italien a montré patte blanche, sous la pression de l'alternative de la nationalisation temporaire, brandie comme une menace par Bercy. Une arme qui a trouvé beaucoup de soutiens en France, sur place et dans la classe politique. Mardi, lors du débat télévisé entre les onze candidats à la présidentielle, la possibilité d'une nationalisation a été approuvée à la fois par Jean-Luc Mélenchon et François Fillon! Le second suivait en cela l'avis de son coordinateur de campagne, Bruno Retailleau, président de la région Pays-de-la-Loire.

L'avenir des Chantiers de Saint-Nazaire est de fait un dossier politiquement et stratégiquement très sensible. D'un point de vue politique, c'est un marqueur du quinquennat de François Hollande. Car STX France, qui avait subi de plein fouet la crise de 2008, a opéré un redressement spectaculaire. Son carnet de commandes est plein. Et l'Élysée y voit le résultat de sa politique en faveur de la compétitivité industrielle et de l'attractivité du site France.

Actif clé

Sur le plan stratégique, STX France est un actif clef de l'industrie navale militaire française. C'est à Saint-Nazaire qu'est située la «forme» de grande capacité qui permet de construire les plus gros bâtiments, comme les Mistral.
Chez de nombreux experts économiques et militaires, l'opération entre STX France et Fincantieri est vue comme une possible première étape vers la création d'un véritable «Airbus» du naval civil et militaire. Car entre DCNS et Fincantieri, les complémentarités sont réelles, entre activités civiles et militaires, entre bâtiments de surface et sous-marins.

Certains plaidaient d'ailleurs pour une nationalisation temporaire des Chantiers de l'Atlantique non pas pour éviter la solution italienne, mais au contraire pour négocier une alliance de plus grande ampleur, avec l'autorité qui sera celle du futur gouvernement nouvellement élu. L'histoire dira si le compromis annoncé jeudi aura été un premier pas vers cette ambition, ou une occasion manquée.[/b]


Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11385
Points : 12731
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 68
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

Re: News sur la navale mondiale (les chantiers de constructions navales-dont chantiers STX stNaz)

Message par corsair le Mar 11 Avr - 22:52

STX France passera sous pavillon italien, mais avec des garde-fous



L’avenir du chantier naval STX France, à Saint-Nazaire, est primordial pour la Défense étant donné que c’est le seul, en France, à disposer des capacités nécessaires pour construire des navires militaires aussi imposants que peuvent l’être un Bâtiment de projection et de commandement (BPC) ou un porte-avions.

Aussi, lorsque le groupe sud-coréen STX Offshore and Shipbuilding, alors « maison-mère » de STX France fut placé en redressement judicaire, le gouvernement français fit savoir qu’il aurait son mot à dire sur l’identité d’un éventuel repreneur du chantier naval de Saint-Nazaire. En clair, pour Paris, il n’était pas question qu’un groupe chinois vînt s’inviter au capital de l’entreprise.

En janvier, le tribunal de commerce de Séoul annonça que seul le groupe naval italien Fincantieri était intéressé pour reprendre STX France. Et des discussions s’engagèrent avec le gouvernement français, lequel n’hésita pas à évoquer une éventuelle nationalisation du chantier naval dans le cas où les intérêts de la France seraient menacés.

Finalement, après trois mois de négociations, les autorités françaises n’auront pas à engager une telle procédure puisqu’un accord a été trouvé avec Fincantieri. Ainsi, le groupe italien disposera de 48% du capital de STX France tandis que l’État français en restera actionnaire à hauteur de 33% et que le constructeur naval français DCNS prendrait une participation d’environ 12%. Enfin, les 7% restants reviendraient à la Fundazione CR Trieste.


Le groupe Fincantieri ne pourra pas disposer de la majorité des parts de STX France pendant 8 ans. D’après le secrétaire d’État à l’Industrie, Christophe Sirugue, ce projet d’accord prévoit une « forme de clause de revoyure au bout de 12 ans, au terme de laquelle si Fincantieri ne souhaitait pas poursuivre jusqu’à 20 ans, l’État français serait prioritaire sur la préemption des actions détenues par Fincantieri. »

En outre, a-t-il ajouté, « les éléments que nous avons obtenus dans la négociation en termes de droit de veto dans le temps, c’est-à-dire durant les vingt ans du pacte d’actionnaires que nous avons négocié, sont des éléments suffisamment sécurisants, sans passer par une nationalisation. »

Pour Hervé Guillou, le Pdg de DCNS, cet accord va garantir « la préservation des intérêts stratégiques de la France tout en renforçant notre capacité d’exportation. » Et d’ajouter : « Notre entrée au capital de STX France va permettre de préserver l’accès de DCNS aux capacités industrielles uniques en Europe des chantiers de Saint-Nazaire pour la construction de navires militaires de grande taille comme les porte-hélicoptère de type Mistral ou encore les porte-avions. »


Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11385
Points : 12731
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 68
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

Re: News sur la navale mondiale (les chantiers de constructions navales-dont chantiers STX stNaz)

Message par corsair le Lun 17 Avr - 15:27

12/04/2017 art italien

Fincantieri-Stx, tout est prêt pour la signature

PARIS - Il pourrait être signé aujourd'hui, le mercredi 12 Avril, l'accord entre Fincantieri et le gouvernement français pour l'achat des chantiers navals STX à Saint-Nazaire.



PARIS - L'accord pourrait être signé aujourd'hui, le mercredi 12 Avril, l'accord entre Fincantieri et le gouvernement français pour l'achat des chantiers navals STX à Saint-Nazaire .

Ces derniers jours, le président, Giampiero Massolo , avait annoncé un plan ambitieux: STX France « est pas un but en soi, mais une étape importante dans le projet d'intégration européenne une plus grande, » dit - il à Cernobbio. Massolo ne descendait pas en détail parce que « la formule est d'assumer les développements futurs , mais ce n'est pas le temps de parler. Occupons - nous la formalisation du contrat ". La « négociation était complexe » et « l'objectif est de faire beaucoup de choses en commun » , mais le chemin est encore long, probablement à la fin de Juillet - qui est, après la procédure de consultation syndicale - vous aurez la finale feu vert. Les résultats obtenus à ce jour, cependant, est un exploit: Fincantieri aura une part de 48% , mais avec le partenaire exigé par les Français, CRTrieste, qui aura une part de 6%, a obtenu une majorité sans à- coups.


Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11385
Points : 12731
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 68
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

Re: News sur la navale mondiale (les chantiers de constructions navales-dont chantiers STX stNaz)

Message par corsair le Lun 17 Avr - 16:00





Giuseppe Bono a signé, hier, l’accord avec l’État pour le rachat du chantier naval de Saint-Nazaire. Rencontre avant sa venue sur place, mercredi, pour échanger avec les salariés.



Entretien avec Giuseppe Bono, 72 ans, patron des chantiers navals italiens Fincantieri.



Pourquoi avoir racheté le chantier naval de Saint-Nazaire ?



Nous voulons consolider l’industrie européenne pour faire face à la concurrence venue d’Asie, qui sera de plus en plus aguerrie. Cette opportunité s’est présentée, nous l’avons saisie. Nous sommes déjà leader mondial sur le marché de la croisière, mais nous voulons encore augmenter notre part. Cela nous permet d’avoir tous les clients y compris l’Américain RCCL, qui manquait à notre portefeuille.




Certains redoutent des synergies entre les sites, donc des suppressions de postes…



Le rachat ne vise pas à réduire les capacités des chantiers. Au contraire. Il permettra aux deux composantes  de croître puisque le marché de la croisière le permet. On a du travail pour l'emsemble...







les italien avec 54% et la france avec 46% et un industriel de pointe dans la construction naval au conseil d'administration...

les italiens pourrons gérer, et la france avec dcns etre capable , sinon d'influencé, stopper toutes tentatives de dérives, -NOUS N'AVIONS PAS CELA , ni avec alstom, ni avec avec les finlandais, ni avec les coreens -corsair


Dernière édition par corsair le Lun 17 Avr - 16:21, édité 1 fois


Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11385
Points : 12731
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 68
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

Re: News sur la navale mondiale (les chantiers de constructions navales-dont chantiers STX stNaz)

Message par corsair le Lun 17 Avr - 16:02

Babe75 a écrit::sml8: :sml8:


Encore et toujours le feuilleton de Saint-Nazaire qui devient le Dallas des élections.....


 :bj01:  et :bwe8:

Non... l'incaoacité de nos dirigeant ...un pas en avant 3 en AR, puis 1 de coté et Victoire!....

Le nouveau patron de l'Elysée aura encore la possibilité de préempter les 66% d'actions à racheter aux coréens à condition de payer cash le prix convenu avec fincantieri soit 88millions d'€ - c'est à dire rien 
ensuite , c'est la que la survie de stNazaire se jouera...si il l'y a la vente IMMEDIATEMENT de 50%+1action au moins à un industriel du métier ...cela ira, si l'etat concerve la majorité avec des collectivités locales etc... 
c'est la mort garantie sous 3ans par asséchement du planning
causes : les gros clients annuleront toutes les options et cdes au dela....au profit de fincantieri et meyer W..., Meyer Ll...etc ( et quand c'est RCI ou msc qui frappe à la porter pour 2021, les places se créeront)
rci ne fera pas confiance à un chantier privatisé, Msc glissera naturellement vers le sud 
Les banques ne garantiront plus les très gros contrat
Les accords de productivité en cours tomberont comme des fruits murs par l'actions des syndicats

alors à tout prendre :
1 Etat + Dcns et  Fincantieri + bq italienne( avec gel de l'actionnariat sur 8ans)
2 Etat+Dcns et Damen et Msc  (msc par les cheveux, Rci à abandonné)
3 Privatisation + partenaire privés minoritaire (peut etre)    

chacun choisira ...... mais la 1 est la moins aléatoire pour moi


Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11385
Points : 12731
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 68
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

Re: News sur la navale mondiale (les chantiers de constructions navales-dont chantiers STX stNaz)

Message par corsair le Lun 17 Avr - 16:23

13/04/2017

Un accord de principe sur la reprise des chantiers navals STX France de Saint-Nazaire par Fincantieri a été signé mercredi 12/04/2017à Paris, a annoncé le groupe italien, qui sera actionnaire "minoritaire".

L'accord --"heads of terms"-- a été signé à Paris par le patron de l'Agence des participations de l'Etat , Martin Vial, et le PDG de Fincantieri, Giuseppe Bono, en présence du secrétaire d'Etat chargé de l'Industrie, Christophe Sirugue.

Il "constitue un élément fondamental pour la réalisation des accords définitifs entre les futurs actionnaires (et) comprend (...) les lignes directrices du business plan partagé avec l'APE et préparé par Fincantieri pour STX France", a relevé le groupe italien dans un bref communiqué.

Contactés par l'AFP, les services de M. Sirugue ont précisé que la signature était prévue, et que tout se passait comme prévu depuis que l'Etat a donné son feu vert à l'opération, le 6 avril.

Fincantieri, qui va reprendre 48% du capital, devra rester minoritaire pendant au moins huit ans et sera accompagné d'un investisseur italien indépendant, la Fundazione CR (Cassa di Risparmio) Trieste. Côté français, l'Etat, qui détient un tiers du capital de STX France, conservera un droit de veto et le constructeur militaire public français DCNS va entrer à hauteur de 12%.


Fincantieri, constructeur naval basé à Trieste et qui emploie 19.200 personnes dans le monde, était le seul candidat à avoir déposé une offre pour reprendre les chantiers STX France de Saint-Nazaire, filiale florissante du groupe sud-coréen en difficulté STX Offshore and Shipbuilding.

"Fincantieri travaille avec le tribunal de Séoul pour finaliser le plus rapidement possible l'acquisition de STX France", a-t-il précisé mercredi dans son communiqué.

Dernier fleuron français de la construction navale, les chantiers navals de Saint-Nazaire étaient passés sous la bannière de concurrents étrangers en 2006 quand Alstom Marine les a vendus au groupe norvégien Aker Yards. Ce dernier a été racheté en 2008 par STX Offshore and Shipbuilding.

Le PDG de Fincantieri Giuseppe Bono a indiqué au Journal du dimanche qu'il aimerait leur redonner leur ancien nom, "les Chantiers de l'Atlantique", toujours propriété d'Alstom.


Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11385
Points : 12731
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 68
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

Re: News sur la navale mondiale (les chantiers de constructions navales-dont chantiers STX stNaz)

Message par corsair le Lun 17 Avr - 16:23

13/04/2017

St Nazaire-Fincantieri, Bono parle: "Voici nos stratégies en France"

Gênes - « Nous voulons renforcer l'industrie européenne pour faire face à la concurrence asiatique, qui sera de plus en plus féroce. Il y avait une occasion et nous avons recueilli ".


Bono : big bossd du groupe

Gênes - « Nous voulons renforcer l'industrie européenne pour faire face à la concurrence asiatique, qui sera de plus en plus féroce. Il y avait une occasion et nous avons recueilli ". Il a dit Giuseppe Bono, Fincantieri à, en ce qui concerne l'acquisition du chantier naval de Saint-Nazaire, France .

Prenant la parole au journal Ouest France, Bono a rappelé que Fincantieri ' est déjà un chef de file mondial dans l'industrie des croisières, mais nous voulons augmenter ce leadership . L'opération Stx nous permet d'avoir tous les clients, y compris Royal Caribbean, qui n'a pas été présent dans notre portefeuille. 
L'acquisition de Saint-Nazaire ne vise pas à réduire les emplois. Au contraire, elle permettra aux deux groupes de se développer, parce que ce que le marché veut. Nous travaillons depuis dix ans. Cela nous permet de planifier les dix prochaines années en cas d'une nouvelle crise de la demande, la recherche de nouveaux produits, de nouveaux marchés face. Tout cela sera possible grâce au fait que nous pouvons compter sur les deux meilleurs génies dans le monde. "


A propos des synergies entre l' Italie et la France, Bono a expliqué que « Fincantieri ne peut pas atteindre les grands navires, et continuera de ne pas les produire. La direction du chantier naval de Saint-Nazaire ne sera pas touché: un chantier de construction fonctionne non seulement grâce à ses quais, mais doit compter sur les ressources humaines et de gestion. 
Nous avons déjà rencontré la direction: nous parlons la même langue ». Un autre thème « chaud » est la présence de Fincantieri en Chine. « Les Chinois ont déjà acheté plusieurs sociétés d'ingénierie et ont déjà envoyé leurs ingénieurs en Europe. Nous avons attendu. La technologie n'est pas une exclusivité knonw comment. 
Ce qui importe est l'expérience: il est la seule chose qui vous permet de faire tout ce que veut un propriétaire rapidement. De plus, les chantiers navals ne sont pas seulement les cinéastes: sont des suppléments de matériaux, composants ... La base de leur travail, il y a une grande capacité d'organisation qui ont besoin d' années d'expérience. Pour CSSC il y aura un transfert de savoir-faire d'excellence. Et les navires fabriqués en Chine seront destinés au marché local ». Bono a déclaré ces derniers jours que vous souhaitez rafraîchir, pour les sites bretons, le nom historique « Chantiers de l'Atlantique ». 
[b]« Chacun de nos huit chantiers navals en Italie fait partie d'une ville. Personne mieux que nous pouvons comprendre la fixation d'un chantier sur le territoire. Gardez ce nom, connu dans le monde entier, est aussi une carte de visite ". [/b]Bono a conclu l'entrevue en expliquant les principaux objectifs de l'opération: « Le chantier naval de Saint-Nazaire a connu des difficultés de ses actionnaires: en 2006, lorsque les Coréens l' ont acheté , j' avais discuté avec la direction, elle ne connaissait rien du monde de croisière . Fincantieri apportera la stabilité, la croissance et l' innovation ".


Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11385
Points : 12731
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 68
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

Re: News sur la navale mondiale (les chantiers de constructions navales-dont chantiers STX stNaz)

Message par corsair le Lun 17 Avr - 16:24

15/04/2017

Saint-Nazaire : et si Fincantieri n’a pas peut etre pas encore emporté la partie



Contrairement à ce que l’on peut lire ou entendre ici et là, l’acquisition des chantiers de Saint-Nazaire par Fincantieri n’est pas encore jouée, loin s’en faut. Alors que le « plan B » porté par les armateurs clients de STX France est toujours sur la table, prêt à être activé, et que d’autres projets de reprise sont même à l’étude, l’accord conclu le 12 avril entre le groupe italien et l’Etat constitue une première victoire pour le premier. Mais c’est surtout, pour le second, une façon de renvoyer le dossier au prochain exécutif. L’accord ménage en effet la possibilité d’user du droit de préemption des parts que Fincantieri s’apprête à racheter aux Sud-coréens. Une possibilité laissée au prochain exécutif qui sortira vainqueur des élections et aura donc, en réalité, la responsabilité de présider aux destinées de dernier grand constructeur civil français.

Pendant ce temps, le processus d’information consultation du Comité d’entreprise de STX France vient de s’ouvrir, les représentants du CE ayant un mois pour donner leur avis sur l’opération. Un avis uniquement consultatif mais qui aura une valeur symbolique très forte et pourra s’il est négatif peser politiquement. Cela, alors que la majorité des candidats à la présidentielle se sont déclarés opposés au projet de rachat tel que proposé aujourd’hui.

Les semaines qui viennent seront donc décisives pour l’avenir du chantier et les représentants du personnel attendent de pied ferme le directeur général de Fincantieri, qui les rencontrera le 19 avril afin de présenter son projet de reprise au CE. De nombreuses interrogations subsistent, en particulier autour des accords conclus le 12 avril. Négociés côté français par les hauts fonctionnaires et cabinets, sans avis ni consultation du management de STX France, ceux-ci laissent présager la mise en place d’une véritable usine à gaz aboutissant à une gouvernance extrêmement complexe et des garanties techniquement inopérantes.

- corsair - Le traitement « factuel » du dossier, n'empeche pas de décortiquer les derniers évènements et s'interroger sur les nombreux acteurs afin d’avoir la vision la plus claire possible

de cette affaire extrêmement complexe dont la gestion fut, pour le moins, assez surréaliste, pour ne pas dire consternante.


Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11385
Points : 12731
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 68
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

Re: News sur la navale mondiale (les chantiers de constructions navales-dont chantiers STX stNaz)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 7 sur 9 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum