Plaisir Croisière Forum
Connexion

Récupérer mon mot de passe

Derniers sujets
Twitter FPCroisière
Les posteurs les plus actifs de la semaine
NousDeux(Admin)
 
PiccaPicca
 
Z06
 

Rechercher
 
 

Résultats par :
 

 


Rechercher Recherche avancée


L'actu de la MARINE NATIONALE, de notre défense et de nos alliés /2

Page 2 sur 34 Précédent  1, 2, 3 ... 18 ... 34  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L'Indonésie réceptionne ses trois premiers Panther

Message par corsair le Ven 25 Nov - 8:36

24/11/2016 breve

L'Indonésie réceptionne ses trois premiers Panther



Airbus Helicopters annonce avoir transféré à son partenaire PT Dirgantara Indonesia les trois premiers AS565 MBe Panther qui doivent à terme rejoindre les forces aéromaritimes indonésiennes. L'industriel sera notamment chargé de l'intégration des équipements de lutte anti-sous-marine, dont le sonar trempé HELRAS (HElicopter Long-Range Active Sonar) et un système de lancement de torpilles.

L'Indonésie avait commandé 11 Panther en novembre 2014 pour un montant non-communiqué. L'ensemble de la flotte devrait être livré d'ici à 2018.0


Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11385
Points : 12731
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 68
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

L’Allemagne envisage d’investir 1 milliard d’euros en faveur de la flotte européenne d’avions ravitailleur

Message par corsair le Ven 25 Nov - 8:37

24/11/2016

L’Allemagne envisage d’investir 1 milliard d’euros en faveur de la flotte européenne d’avions ravitailleur


En juillet, les Pays-Bas et le Luxembourg ont annoncé la commande commune de deux avions ravitailleurs de type A-330 MRTT dans le cadre du programme européen appelé « Initiative Multinational MRTT Fleet » (MMF).

Concrètement, les deux appareils en question appartiendront à l’Otan et les deux pays partenaires bénéficieront de droits exclusifs d’utilisation. Ils seront basés à Eindhoven. En outre, la Belgique et la Norvège envisagent de rejoindre ce dispositif.



Cette initiative permettra ainsi aux Pays-Bas de retirer du service les deux ravitailleurs KDC-10 utilisés actuellement par leur force aérienne. À Berlin, où la question du remplacement des 4 avions ravitailleurs A-310 MRTT de la Luftwaffe se pose, on fait exactement le même calcul.

En effet, dans les documents communiqués au Bundestag dans le cadre de l’examen du projet de budget 2017, le gouvernement allemand prévoit d’investir 1 milliard d’euros au bénéfice de la MMF afin de financer l’achat d’A-330 MRTT. Seul hic : aucun détail sur le calendrier de cette dépense n’a été précisé.


Selon l’agence Reuters, le ministère allemand de la Défense estime qu’il aura besoin de 4.500 heures de vol par an, soit 51% des 8.800 heures prévues pour l’ensemble des A-330 MRTT appartenant à cette flotte mutualisée [la MMF pourrait compter jusqu'à 8 appareils, ndlr]. En outre, Berlin insisterait pour que ces avions puissent être aussi basés à l’aéroport de Cologne/Bonn..


Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11385
Points : 12731
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 68
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

DÉBUT DE MISSION CORYMBE POUR LA FRÉGATE DE SURVEILLANCE « VENTÔSE »

Message par corsair le Sam 26 Nov - 8:23

25/11/2016

DÉBUT DE MISSION CORYMBE POUR LA FRÉGATE DE SURVEILLANCE « VENTÔSE »



Après une traversée de l’Atlantique, la frégate de surveillance Ventôse, partie mi-octobre de Fort-de-France, a débuté sa mission Corymbe, avec un premier exercice aux côtés des garde-côtes cap-verdiens du patrouilleur Guardiao, des marins belges de la frégate Godetia et des garde-côtes américains.




Au petit matin, après en avoir reçu l’ordre de son état-major, l’équipe de visite du Guardiao s’élance depuis le Godetia vers un navire suspecté de trafic de stupéfiants, simulé par le Ventôse. L’objectif de cet abordage ? Prendre rapidement et par surprise le contrôle du navire suspect et de son équipage. Cette phase terminée, l’équipe de visite du Guardio laisse place à une équipe de policiers cap-verdiens chargée de fouiller et d’interroger l’équipage. Élaboré avec le programme américain « African Partnership », cet exercice permet aux marins et policiers cap-verdiens de s’entrainer conjointement et de profiter du retour d’expérience des marins du « Ventôse » en matière d’opérations de visites.
À l’issue, le Ventôse  accoste à Mindelo et poursuit à quai la coopération initiée en mer, notamment au travers d’échanges permis par la visite du centre de commandement des garde-côtes cap-verdiens.



La frégate de surveillance Ventôse reprend ensuite sa patrouille au large de l'Afrique de l'Ouest et conduit un exercice de visite de navire avec les garde-côtes du Liberia, dans leurs eaux territoriales. Endossant le rôle d'un navire de trafiquants cherchant à livrer de la drogue, le Ventôse est rapidement identifié et interrogé par deux vedettes libériennes "Defenders" lancées vers lui à grande vitesse depuis le port de Monrovia. Une fois menés les échanges radio VHF réglementaires, l'équipe de visite monte à bord et maîtrise les contrevenants rassemblés sur le pont. Une fois le débriefing accompli, le Ventôse reprend sa patrouille au large des côtes d’Afrique de l’Ouest avant de prendre part à de nouvelles actions de coopération.
Un bâtiment français est déployé en mission Corymbe de façon quasi permanente dans le golfe de Guinée depuis 1990. La mission a deux objectifs majeurs : participer à la protection des intérêts français dans la zone et participer à la diminution de l’insécurité maritime, en aidant les marines riveraines à renforcer leurs capacités d’action dans les domaines de la sécurité et de la surveillance maritime.



Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11385
Points : 12731
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 68
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

L’ACONIT AU SECOURS DE NAUFRAGÉS EN MÉDITERRANÉE

Message par corsair le Sam 26 Nov - 8:25

25/11/2016

L’ACONIT AU SECOURS DE NAUFRAGÉS EN MÉDITERRANÉE



En patrouille en Méditerranée le 31 octobre 2016, après avoir affronté un Medicane (Mediterranean huricane : ouragan méditerranéen), au lever du soleil, la frégate de type La Fayette (FLF) Aconit reçoit deux appels de détresse, situés à une cinquantaine de nautiques l’un de l’autre. Le premier concerne 6 personnes qui seraient tombées à l’eau, le second provient d’un caboteur ukrainien réclamant une assistance de toute urgence. Le Simone se trouve alors à la dérive au large de la Grèce depuis plus de deux jours, victime de l’ouragan. 



L’Aconit se déroute immédiatement en direction du secteur des deux naufrages, et est rapidement orientée par le MRCC (maritime rescue coordination centre : centre de recherche et de sauvetage en mer) du Pirée, avec le soutien du CROSS (Centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage) La Garde, sur la position du caboteur. Un hélicoptère et plusieurs bâtiments de commerce sont dirigés vers les hommes à la mer.


Le temps de transiter à pleine vitesse, l’Aconit entre en contact VHF avec le capitaine du Simone qui, ne pouvant plus rien espérer de son navire, et avec un équipage de six marins dans un état d’épuisement avancé, fait part de son souhait d’évacuer et d’abandonner son navire.. L'Aconit met alors son embarcation à l’eau (EDO : embarcation de drome opérationnelle), malgré une mer encore très formée, aux limites de ses capacités, et récupère les six naufragés. Une fois embarqués, ces derniers passent devant les cellules du bord qui s’occupent de l’enregistrement et effectuent un bilan médical avant de leur proposer des habits secs, un lit et un repas chaud. Au même moment, la passerelle reçoit par VHF l’information que les secours dépêchés sur le premier appel de détresse ont pu repêcher les hommes à la mer, confirmant ainsi l’intérêt d’une bonne coordination pour répartir les moyens sur plusieurs secteurs différents.
Sept heures plus tard, les naufragés du Simone sont débarqués dans le port de Kalamata, en Grèce, pour être confiés sains et saufs aux autorités locales et être dirigés vers l’hôpital le plus proche.
Cette opération, qui a mobilisé tout l’équipage de l'Aconit, illustre une nouvelle fois l’importance que revêt la solidarité des gens de mer.



Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11385
Points : 12731
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 68
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

DÉPART DU PATROUILLEUR LA CONFIANCE VERS LA GUYANE

Message par corsair le Sam 26 Nov - 8:26

25/11/2016

DÉPART DU PATROUILLEUR LA CONFIANCE VERS LA GUYANE



Mardi 22 novembre à 15h, le patrouilleur léger guyanais (PLG) La Confiance et ses 24 marins ont quitté définitivement Brest pour rallier leur port-base de Dégrad-des-Cannes.
La Confiance, construite à Saint-Malo et Boulogne, est le premier des deux patrouilleurs destinés à la Guyane. Il sera suivi par La Résolue, livrée début 2017. Tous deux renouvellent les moyens navals de la Marine nationale en Guyane et remplaceront progressivement les patrouilleurs de type P400, La Capricieuse et La Gracieuse, mis en service en 1986 et 1987 et qui quitteront la Guyane après l'admission au service actif des PLG.


Les patrouilleurs légers guyanais, navires adaptés aux conditions climatiques et opérationnelles de la Guyane (chaleur, humidité, turbidité de l'eau, navigation par petits fonds) prendront notamment part aux missions de police des pêches, lutte contre les trafics, surveillance de l'espace maritime et sécurité des tirs de fusées du centre spatial de Kourou dans la zone maritime Antilles-Guyane, qui s'étend sur plus de 8.000 000 km².



Infos+ corsair

À PROPOS DE LA MARINE NATIONALE
La Marine nationale est engagée en permanence sur toutes les mers du monde pour :
   - dissuader : au-moins un sous-marin nucléaire lanceur d'engins (SNLE) déployé en permanence depuis 1972 ;
   - protéger : l'ensemble des unités de la Marine contribue à la protection des Français et du territoire (défense maritime du territoire, défense de la souveraineté, lutte contre les trafics en mer, sauvegarde de la vie humaine) ;
   - intervenir : en mer, au-dessus de la terre (participation aux opérations terrestres par aviation embarquée et patrouille maritime) et à terre (commandos marine).
La Marine agit en permanence et participe ainsi au recueil de renseignements, à l'évaluation du contexte stratégique et au rayonnement international de la France.
La Marine nationale, c'est : 39 000 marins ; 10 sous-marins ; 72 navires de combat et de soutien ; près de 200 avions de chasse, de patrouille, de surveillance et des hélicoptères.
365 jours par an, 24h sur 24, sur tous les océans et mers du globe, la Marine nationale dispose de 35 bâtiments, d'au-moins 1 sous-marin nucléaire lanceur d'engins à la mer, de 5 aéronefs en vol, de fusiliers et commandos marine déployés, soit près de 4 500 marins sur, sous et au-dessus de la mer et sur terre pour préserver les intérêts de la France et garantir la sécurité de tous les Français -y compris à l'étranger.
En 2016, la Marine va recruter et former jusqu'à 3 500 marins âgés de 16 à 29 ans, d'un niveau scolaire allant de la 3ème à bac+ 5. Pour entretenir ses savoir-faire et maintenir sa capacité opérationnelle, la Marine recrute chaque année de futurs marins dans plus de 50 métiers. Elle s'appuie sur le réseau des 45 Centres d'information et de recrutement des forces armées (CIRFA) répartis en métropole et outre-mer.


Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11385
Points : 12731
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 68
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

Les capacités de la Marine « défiées » par les sous-marins russes dans le golfe de Gascogne

Message par corsair le Sam 26 Nov - 8:27

25/11/2016

Les capacités de la Marine « défiées » par les sous-marins russes dans le golfe de Gascogne



Il est régulièrement question de vols de bombardiers stratégiques russes Tu-160 « Blackjack » ou Tu-95 « Bear » près de l’espace aérien de pays membres de l’Otan et/ou de l’Union européenne. En revanche, même si certaines affaires ont défrayé la chronique en Suède ou encore, récemment, au Royaume-Uni, la présence de sous-marins présumés russes est moins évoquée.

Or, lors de son discours prononcé à l’occasion du forum « Innovation » de la Direction générale de l’armement (DGA), le ministre de la Défense, a fait le tour des menaces auxquels les forces armées sont (ou seront) confrontées.

« Nous assistons à un retour des expressions de puissance de certains États, qui remettent en question les équilibres et les souverainetés établis. Ces contestations s’appuient sur le haut niveau technologique de pays comme la Russie ou la Chine », a affirmé le ministre.

Et ce dernier de donner un exemple : « Ainsi, les incursions dans le golfe de Gascogne de sous-marins russes mettent au défi nos capacités de patrouille maritime » et « cela conforte notre choix de la future frégate de taille intermédiaire (FTI), ainsi que d’autres programmes navals qui renouvellent et renforcent nos moyens de surveillance et de protection de nos espaces maritimes. »


En mars, quand il fut révélé qu’un sous-marin russe avait été repéré quelques semaines plus tôt dans le golfe de Gascogne (une première depuis la Guerre froide, avait-il été souligné à l’époque), M. Le Drian se refusa à faire le moindre commentaire, que ce soit pour confirmer ou démentir cette information. Aussi, cette petitre phrase de son discours marque un changement de ton qui vise à faire savoir à Moscou que la France suit de près les mouvements de ses submersibles près de ses côtes.

En outre, le ministre a parlé non pas d’une mais de plusieurs incursions dans le golfe de Gascogne, par ailleurs traversé partraversé par un câble de télécommunications reliant l’Espagne au Royaume-Uni. Il s’agit probablement de sous-marins se dirigeant vers la Méditerranée, comme ceux qui ont été récemment pistés par la Royal Navy et l’Otan et/ou d’un ancien SNLE [sous-marin nucléaire lanceur d'engins] transformé pour mener des missions de renseignement, à l’image des BS-64 Podmoskovye et BS-136 Orenbourg, qui servent de « bateau-mère éau Paltus, un mini-sous-marin de 50 mètres de long.

Par ailleurs, outre ces incursions de sous-marins, M. Le Drian a également évoqué le déni d’accès de certaines zones, avec dans le domaine de la défense aérienne, l’apparition de nouveaux systèmes de détection intégrés « dissiminés et difficile à repérer. » En outre, a-t-il continué, « nous ne pouvons plus y intervenir de la même façon. De même, notre furtivité devient contestée par les radars passifs et les radars basse fréquence trans horizons. Le brouillage du GPS devient systématique. » Et de citer l’exemple de l’Ukraine, où « la guerre électronique russe a paralysé les communications. »


Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11385
Points : 12731
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 68
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

La Gendarmerie va commander 19 micro-drones NX-70 auprès de l’entreprise française Novadem

Message par corsair le Sam 26 Nov - 8:28

25/11/2016

La Gendarmerie va commander 19 micro-drones NX-70 auprès de l’entreprise française Novadem



En 2015, le ministère de l’Intérieur avait lancé un appel d’offres divisé en deux lots afin d’acquérir 4 à 6 micro-drones « durcis » ainsi qu’une vingtaine de micro-drones « grand public » pour les besoins de la Gendarmerie nationale.

Le premier marché fut remporté en novembre de cette année-là par l’entreprise française Novadem, avec son quadricopter NX-110, capable de voler à 70 km/h dans un rayon d’un kilomètre pendant 20 minutes. Depuis, ces appareils ont été utilisés par les gendarmes pour la sécurité d’événements majeurs, comme l’Euro de football.

Quant au second lot, il ne fut pas attribué, faute d’offres compétitives. D’où, en avril dernier, la relance de la procédure. Et, Novadem a une nouvelle fois fait la différence puisque son micro-drone NX-70 a finalement été retenu par la Gendarmerie, qui va en commander 19 exemplaires dans le cadre d’un marché de 330.000 euros (hors TVA). Ces appareils seront opérationnels dès début 2017.


Fruit de 3 ans de recherche et développement (R&D), portant notamment sur la miniaturisation, le NX-70 est plus compact que le NX-110. Pesant moins de 1 kg, cet appareil emporte deux caméras ultra HD (voire une caméra thermique). Doté d’un autonomie de 45 mn, il peut résister à des vents de 60km/h.



D’après Novadem, le NX-70 « intègre une électronique de navigation redondée », chaque capteur « critique » ayant été « multiplié par trois », ainsi que des liaisons chiffrées avec une clé de 256 bits. Enfin, cet appareil est équipé d’un parachute, qui « associé à sa faible masse, ajoute une sécurité supplémentaire vis-à-vis des tiers ». « Ces choix techniques positionnent le NX70 parmi les drones les plus sûrs du marché », assure l’entreprise, implantée à Aix-en-Provence depuis 10 ans.

Pour tenir les coûts de production, Novadem a recours à l’impression 3D, ce qui permet de « diviser par 10 le nombre de pièces par rapport aux conceptions traditionnelles. » Les composants du NX-70 étant moins nombreux (mais plus complexes), le temps de montage est réduit « significativement ».

Pour Johann Boucher, le responsable commercial de l’entreprise aixoise, « ce nouveau marché couplé au rayonnement de la Gendarmerie Nationale au-delà de nos frontières représente une réelle vitrine pour la promotion de nos solutions sur la scène internationale » et il « devrait permettre d’accélérer les prises de décision et d’aboutir rapidement à la signature de nouveaux contrats. Sur l’année 2017, l’export devrait représenter 40% du CA global. »

Selon l’avis d’attribution du marché, il est dit que ce contrat ne s’inscrit pas dans un « projet/programme financé par des fonds de l’Union européenne. » Or, le mois dernier, la Gendarmerie a confirmé l’attribution d’une subenvention de 956.000 euros de la part du Fonds pour la sécurité intérieure (FSI) de l’UE pour « pour l’acquisition de drones et la formation des télépilotes de 2015 à fin 2017. »


Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11385
Points : 12731
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 68
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

Les forces irakiennes subissent des « pertes significatives » à Mossoul

Message par corsair le Sam 26 Nov - 8:29

25/11/2016

 Les forces irakiennes subissent des « pertes significatives » à Mossoul




L’opération lancée le 17 octobre pour chasser Daesh de Mossoul se déroule conformément se déroule conformément à ce qui avait été arrêté au moment de sa planification. La ville est quasiment encerclée par les différentes forces qui participent à cette offensive majeure.

À l’ouest, les milices chiites du Hachd al-Chaabi (Mobilisation populaire) ont indiqué, le 23 novembre, avoir coupé la voie d’approvisionnement des jihadistes entre Mossoul et Raqqa (autre fief de l’EI en Syrie) et pris le contrôle de l’aérodrome de Tall Afar avec 15e brigade irakienne tandis que les combattants kurdes irakiens (peshmergas) occupent des positions au nord-est. Enfin, les forces irakiennes régulières sont entrées dans la ville et font face à une résistance acharnée de Daesh, qui utilise contre elles des VBIED (véhicules suicides) et des boucliers humains.

A priori, le bilan des pertes subies par les troupes irakiennes, en particulier celles relevant de l’Iraqi Counter Terrorism Service (ICTS), ont augmenté significativement au cours de ces dernières semaines.


Dix jours après le début de cette opération, et s’appuyant sur les données fournies par Bagdad, le général Joseph Votel, le patron de l’US Centcom, le commandement militaire américain pour l’Asie centrale et le Moyen-Orient, avait donné le bilan de 57 soldats irakiens tués et avancé que le nombre de jihadistes « probablement » neutralisés était d’environ 800. Quant aux Peshmergas, ils comptaient 30 morts dans leurs rangs.

Le 16 novembre, lors d’une audition devant les députés de la commission de la Défense visant à faire le point sur les opérations en cours, le ministre de la Défense, a fait état d’un bilan beaucoup plus élevé pour les forces irakiennes, en raison justement de l’âpreté des combats.

« On compte beaucoup de morts de part et d’autre. Daesh a subi des neutralisations importantes, mais l’ICTS enregistre également des pertes significatives », a avancé le ministre, d’autant plus, comme il l’a souligné, « le choix tactique de DaeSh est de combattre, voire de mourir, sur place » car l’EI « préfère un bain de sang plutôt que d’abandonner sa capitale irakienne. »

« La progression sera lente, parce que Daech utilise pied à pied tous les moyens connus de barbarie : kamikazes et boucliers humains. Par ailleurs, la ville est truffée de mines, de pièges et de souterrains. La bataille va donc prendre du temps : même si l’avancée a paru rapide dans les premiers temps, il faudra quelques semaines, voire quelques mois, pour en finir »

Plus tard, répondant à une question posée par un député, le ministre a été un peu plus précis en donnant l’ampleur des pertes subies par les forces irakiennes. « Même si les images de télévision montrent parfois un peu d’euphorie, les combats sont très durs : on dénombre plusieurs centaines de morts de chaque côté »

Actuellement, et selon le compte-rendu hebdomadaire de l’opération Chammal diffusé par l’État-major des armées (EMA), la progression des forces irakiennes dans Mossoul « marque le pas » étant donné que Daesh « recherche l’imbrication et maintient ses capacités de harcèlement. » En outre, l’organisation jihadiste « dispose toujours d’une liberté de mouvement dans la ville qui lui permet de concentrer ses efforts en particulier à l’Est pour gêner l’Iraqi Counter Terrorism Service (ICTS) qui tente de reprendre une progression méthodique, en nettoyant les zones conquises. »

Par ailleur, M. Le Drian a évoqué l’avenir de la seconde ville d’Irak une fois que Daesh en sera chassé. La question est importante, au vu du nombre d’acteurs impliqués dans cette opérations (forces irakiennes, milices chiites, Peshmergas).

« Le principe général est que l’on ne garde pas ce que l’on conquiert, afin que la gouvernance postérieure se fasse dans le respect de ce qu’est la ville de Mossoul, à dominante sunnite, mais avec des composantes ethniques très diverses : chiite pour une petite part, chrétienne, yézidi ou kurde. Il faut être extrêmement précautionneux dans la façon d’intervenir », a-t-il dit.

La question est « de savoir qui gardera la ville lorsque ses occupants se seront retirés. À Mossoul, ce seront les forces de police irakiennes, formées à cet effet, comme ce fut le cas également à Ramadi », a continué le ministre. « Ensuite, les diplomaties qui sont intervenues, notamment les diplomaties française et américaine, ont convenu [...] que sera constitué une gouvernance de l’ensemble de la région de Ninive qui permettra d’assurer le respect des différentes communautés. Jusqu’à présent, je n’ai aucune raison de mettre en doute le processus »


Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11385
Points : 12731
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 68
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

Il est impératif de porter le budget de la Défense à 2% du PIB d’ici 2022, insiste le général de Villiers

Message par corsair le Sam 26 Nov - 8:30

25-11-2016


Il est impératif de porter le budget de la Défense à 2% du PIB d’ici 2022, insiste le général de Villiers

Il est impératif de porter le budget de la Défense à 2% du PIB d’ici 2022, insiste le général de VilliersPosté dans Politique de défense par Laurent Lagneau Le 25-11-2016




Celles et ceux qui voteront à la primaire de la droite et du centre auront le choix entre François Fillon et Alain Juppé. L’un et l’autre comptent augmenter le budget de la Défense s’ils sont élus à l’Élysée en mai prochain. Seulement, cet effort qui figure dans leurs propositions respectives ne sera pas suffisant.

En effet, s’ils entendent effectivement porter le budget de la Défense à 2% du PIB (pensions comprises) conformément à la norme fixée par l’Otan, MM. Fillon et Juppé donnent l’horizon 2025 pour atteindre cet objectif. Or, pour le chef d’état-major des armées (CEMA), le général Pierre de Villiers, cette date est beaucoup trop tardive.

Et pour cause : plus tôt sera atteint cet objectif des 2% du PIB, plus les armées auront de marges de manoeuvre financières pour moderniser leurs équipements et éviter (voire remédier) à des ruptures temporaires de capacités. Et cela d’autant plus que la liste des besoins est assez longue.


L’armée de Terre veut en effet une accélération du programme Scorpion et renforcer ses capacités dans les domaines de l’aéromobilité et de l’artillerie tandis que la Marine nationale compter lancer (enfin) le projet BATSIMAR (patrouilleurs hauturiers) et les études sur le successeur du porte-avions Charles de Gaulle ainsi que remplacer ses hélicoptères. Quant à l’armée de l’Air, l’urgence va à sa « recapitalisation organique », ce qui suppose une adaptation de ses moyens à la réalité de ses engagements. Enfin, le renouvellement des deux composantes de la dissuasion nucléaire (aéroportée et océanique) devra être assuré.

Satisfaire ces besoins permettra de répondre aux menaces actuelles, qui vont du terrorisme à l’affirmation des « États puissance », qui « traditionnels ou émergents », comme l’a rappelé le CEMA, « visent, par la surenchère, à étendre leur influence par la mise en œuvre d’une stratégie qui repose sur le rapport de force et le fait accompli. »

S’exprimant à l’occasion d’un colloque du Secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale, le 23 novembre, le général de Villiers a souligné que « chaque menace est une épreuve de vérité pour nos capacités, nos hommes et femmes, nos équipements, mais aussi pour nos normes et nos règles » et que « chaque défi peut potentiellement ébranler la cohérence du modèle. »

Or, préserver cette cohérence passe par la transformation des armées afin « d’affûter notre organisation générale et d’adapter nos capacités opérationnelles pour, en un mot, accroître notre agilité », a précisé le CEMA. Et cela, à la condition que cette « dynamique de transformation » soit « soutenue par un véritable effort de guerre, un effort budgétaire. »

Lors de ses précédentes interventions publiques, le général de Villiers avait déjà parlé de ce nécessaire « effort de guerre », qui « permettra de revenir sur les réductions temporaires de capacité, c’est-à-dire, les capacités auxquelles il avait fallu temporairement renoncer lorsque la situation était différente », de « rehausser nos contrats opérationnels à la hauteur des engagements actuels » et d’ »assurer progressivement le renouvellement de la dissuasion. »

Aussi, pour le CEMA, il « faudra rejoindre 2% du PIB (pensions incluses) consacrés à la Défense avant la fin du prochain quinquennat [2022, donc] si l’on veut maintenir la cohérence indispensable entre les menaces, les missions et les moyens. » Et d’ajouter : « Le plus dur sera d’enclencher cette remontée en puissance dès 2018. »

« Nous n’avons pas le choix, sauf à revoir à la baisse nos ambitions stratégiques, ce qui semblerait totalement inapproprié dans le contexte actuel », a prévenu le général de Villiers.

Voilà donc les candidats à l’élection présidentielle prévenus. D’ici mai prochain, ils auront le temps de rectifier le tir dans leurs programmes… D’autant plus que, comme n’a pas manqué de le souligner le CEMA lors de son dernier passage devant les sénateurs de la commission des Affaires étrangères et des Forces armées, « s’agissant de l’opinion publique, les armées se sentent soutenues, aujourd’hui plus que jamais. Ce soutien est total, y compris s’agissant des décisions d’ordre budgétaire. »


Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11385
Points : 12731
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 68
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

DCNS Indret réinvente la propulsion pour les sous-marins du futur

Message par corsair le Sam 26 Nov - 8:31

25/11/2016




Comme les concept-cars, les chantiers navals présentent des concept-ships, à l'instar du SMX 3.0, le nouveau sous-marin de 3.000 tonnes dévoilé par DCNS. L'engin n'est pas construit, mais constitue la vitrine technologique du groupe naval. DCNS Nantes-Indret y joue un rôle primordial, car il fournit le nouveau système de propulsion anaérobie ou AIP (Air Indépendant Propulsion), permettant aux sous-marins de remonter moins souvent en surface, ce qui les rend moins vulnérables.0



Les grandes nations navales avancent, hors propulsion nucléaire, sur des approches technologiques très différentes. Après le Mesma, premier système AIP vendu au Pakistan dans les années 2000, DCNS Indret mise sur une nouvelle génération de propulseurs avec l'AIP FC2G, basée sur une pile à combustible. Ce bijou de technologie, qui peut être installé sur des sousmarins actuellement en navigation, permet la production d'hydrogène pur à bord avec du gazole, via un processus chimique de reformage à haute pression et température. Le système permet d'apporter de l'azote dans l'oxygène pour constituer un air de synthèse, injecté dans les piles à combustible où il réagit avec l'hydrogène pour produire de l'électricité. On évite ainsi le danger d'embarquer directement de l'hydrogène, comme le proposent certains systèmes concurrents.




A Nantes, un démonstrateur à l'échelle 1 fonctionne à terre depuis plusieurs années, cumulant plus de 1.000 heures de fonctionnement depuis 2012. Mais il doit passer au stade ultime de « navalisation » pour être commercialisé. DCNS est en « short list » pour des marchés en Norvège et en Pologne, qui pourraient se décider en 2017. Face au groupe français, l'allemand TKMS propose une solution méthanol-éthanol. Le SMX 3.0 présente aussi une nouvelle hydrodynamique et embarque les dernières technologies numériques pour stocker, par milliers de téraoctets, les informations collectées chaque jour.





Info+ corsair

D’un déplacement de 3000 tonnes, SMX® 3.0 intègre les dernières technologies du digital pour une efficacité opérationnelle renforcée et une grande souplesse d’emploi. DCNS et Dassault Systèmes s’allient sur ce projet pour concevoir un navire au confort de vie adapté à une nouvelle génération de femmes et d’hommes connectés. Les systèmes informatiques à bord sont dorénavant complètement interconnectés, robustes, sûrs, rapides et évolutifs.

L’humain au centre du système : Demain, les informations générées par les systèmes équipant les sous-marins produiront plusieurs milliers de téraoctets par jour. Il convient de savoir les traiter et les stocker. Face à ces flux massifs de données, DCNS développe des solutions digitales offrant plus de réactivité et de fonctionnalités. Les systèmes de combat ou de conduite de plateforme ont été imaginés autour d’interfaces hommes/machines (IHM) plus efficaces, intuitives et fluides. Les applications de traitement de l’information permettront ainsi aux opérateurs de se concentrer encore plus sur les fonctions à forte valeur ajoutée. Capables d’intervenir à tout moment sur les systèmes, le commandant et son équipage, toujours mieux informés, restent maîtres de leur navire.

Des performances opérationnelles inégalées : Doté d’un système de lancement vertical polyvalent utilisable pour la projection de drones ou le lancement de missiles, SMX®3.0 étend son domaine de lutte. SMX®3.0 accroît par ailleurs ses capacités contre les menaces cyber. Ses formes hydrodynamiques et son revêtement de masquage confèrent au sous-marin une discrétion acoustique inégalée. Grâce à ses systèmes de traitement de base de données, SMX®3.0 voit la performance de ses senseurs considérablement améliorée.

Une meilleure maîtrise de l’énergie : À travers, ce concept ship, DCNS propose le système de propulsion anaérobie AIP FC2G (Air Independant Propulsion Fuel Cell Second Generation) utilisant la technologie des piles à combustible. Qualifié par DCNS, ce système dont la version complète à terre est en cours d’industrialisation démontre tous les atouts d’une solution sûre et souple à l’emploi.

L’évolutivité et la maintenance facilitées : La maintenance et la modernisation des systèmes ont été pensées dès la phase de conception grâce à plusieurs technologies issues du web 3.0 : l’internet des objets permettant un diagnostic en temps réel du navire, la gestion de big data et la détection de signaux faibles. L’ensemble est supporté par une infrastructure informatique embarquée construite sur le principe des data centers du domaine civil, dont la résilience a été renforcée. Ce dispositif  garantit une plus grande évolutivité des systèmes face aux changements rapides des contextes d’emploi et des technologies.


Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11385
Points : 12731
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 68
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

Paris pousse fortement Renault Trucks Defense dans les bras de KNDS

Message par corsair le Lun 28 Nov - 8:39

25/11/2016

Paris pousse fortement Renault Trucks Defense dans les bras de KNDS

La France souhaite imposer à Volvo la solution KMW Nexter Defense Systems (KNDS). Le constructeur suédois a annoncé le 4 novembre son intention de vendre Renault Trucks Defense.



C'est peu de dire que le dossier Renault Trucks Défense (RTD) est surveillé comme le lait sur le feu par le ministère de la Défense français. Le vendeur Volvo, qui souhaite céder sa division "Governmental Sales" (500 millions d'euros de chiffre d'affaires environ en 2015), semble être très, très aiguillé par Paris. Selon nos informations, la France s'opposera à la vente de RTD à un fonds financier - "Nous n'en voulons pas"



Interrogé il y a deux semaines par l'opposition à l'Assemblée nationale sur cette vente, le ministre de la Défense avait très clairement expliqué qu'il "veille à ce que cette vente par Volvo ne se fasse pas au détriment de nos intérêts". "Je réfléchis aujourd'hui à la possibilité de renforcer par ce biais notre industrie française", avait-il précisé, évoquant "plusieurs pistes de travail" sur lesquelles il s'est déclaré "particulièrement à la manœuvre".


Le dossier est compliqué pour le groupe suédois, qui voit s'éloigner le fruit d'une vente lucrative à un fonds ou encore au groupe Rheinmetall, le rival de Krauss-Maffei Wegmann en Allemagne. Alors que la campagne présidentielle va aller crescendo ces prochaines semaines, la France est prête à brandir tout l'arsenal réglementaire (dont notamment le fameux décret dit Montebourg pour les activités considérées comme stratégiques) pour empêcher une opération qui ne lui convient pas.

À travers les trois marques RTD, Acmat et Panhard, le groupe fournit 90% des plateformes blindées actuellement en service dans l'armée de Terre française. Tout comme on rappelle à La Tribune le poids du programme Scorpion dans le carnet de commandes de RTD. Il pèserait 70% de la valeur de RTD, selon un observateur averti. Bref, tout indique que Volvo ne peut et ne doit pas jouer avec le feu.
KNDS, le favori de la France


Qui donc pour racheter les marques RTD, ACMAT, Panhard, qui représentent environ 50% des ventes de la division Governmental Sales de Volvo ? La France a en tête une solution qu'elle aimerait imposer au constructeur suédois, qui détient également à l'international Mack Defense aux États-Unis, Volvo Defense en Suède et VGGS Océanie en Australie. C'est KNDS (KMW Nexter Defense Systems), le groupe franco-allemand constitué en décembre 2015.

Cette simple opération de rachat ne va surtout pas bouleverser les équilibres de la structure de gouvernance du nouveau groupe (parité franco-allemande), assure-t-on à Paris. Ce qui a évidemment rassuré pleinement les Allemands de Krauss-Maffei, qui sont enthousiastes devant une telle opportunité de croissance externe et de nouvelles synergies possibles, selon des sources concordantes.
Que va faire Volvo?

Il reste une inconnue. Et de taille. Que va faire Volvo, qui a déjà consulté le gouvernement français ? Comment concilier dans cette opération les intérêts du vendeur ? Car Volvo est censé discuter avec un seul acheteur, KNDS, ce qui n'est jamais une position très facile pour valoriser un investissement. D'autant que cette branche a atteint "une position très forte au cours des dernières années" et "il y a d'importantes opportunités de faire davantage croître l'activité", avait d'ailleurs souligné le directeur général de Volvo, Jan Gurander au moment de l'intention de Volvo de vendre cette activité révélée par le journal "L'Opinion".

Une des clés de la réussite de cette opération sera le comportement de KNDS, qui devra trouver un équilibre dans son offre pour ne pas rebuter ou humilier Volvo. Les deux groupes ont déjà pris des contacts. Mais le groupe suédois serait déjà... sur la défensive.


Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11385
Points : 12731
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 68
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

Missiles antinavire : Vers un retour des batteries côtières ?

Message par corsair le Lun 28 Nov - 8:39

Missiles antinavire : Vers un retour des batteries côtières ?



MBDA a dévoilé à l’occasion du salon Euronaval sa dernière génération de batteries côtières équipées de missiles antinavire Exocet MM40 Block3 et Marte ER. Des équipements qui ont été commandés cette année par le Qatar. Cela faisait plus de 20 ans que le missilier européen n’avait pas signé un tel contrat, l’emploi de missiles antinavire depuis le littoral ayant été plus ou moins abandonné à la fin de la guerre froide au profit d’armes embarquées sur des bâtiments de combat.

Un marché qui pourrait bien croître


Mais le contrat qatari est, peut-être, le signe d’une évolution, la démultiplication des tensions entre pays riverains dans certaines régions poussant les armées locales à s’équiper à nouveaux en moyens lourds. Alors que le spectre de conflits de haute intensité refait surface, le marché des batteries côtières pourrait être amené à se développer. « On commence à observer une demande à travers le monde, par exemple au Moyen-Orient, comme on l’a vu avec le Qatar, où encore en Asie », explique-t-on chez MBDA. L’Asie où l’expansionnisme de Pékin en mer de Chine inquiète la communauté internationale et surtout, évidemment, les pays riverains. Ces derniers, qui ne peuvent rivaliser militairement avec les énormes moyens de l’armée chinoise, cherchent des parades.  Or, à l’instar des mines, les batteries côtières de missiles antinavire peuvent constituer une réponde du « faible au fort ». Car elles présentent, dans une certaine mesure, une capacité dissuasive face à une force maritime d’intervention ou d’invasion d’un adversaire plus puissant. Surtout si l’agresseur intervient loin de ses bases et n’a pas l’assurance de la maîtrise de l’espace aérien. Les batteries mobiles



Exocet et Marte : des solutions complémentaires


Pour répondre aux demandes d’équipements en batteries côtières, MBDA propose deux types de missiles. Le premier est moyen lourd à longue portée, l’Exocet, qui peut neutraliser des cibles de premier rang jusqu’à 200 kilomètres, le relais transhorizon pouvant être assuré par un aéronef piloté ou un drone, apte à assurer un suivi de guidage, même si MM40 comme le Marte sont du type « fire and forget ». 
L’emploi d’un moyen aérien permet, aussi, de reconnaitre un objectif potentiel afin d’assurer une levée de doute ou engager le tir avant que la menace soit à portée des moyens de détection littoraux. A côté du MM40 Block3 français, le Marte a également été décliné dans cette version de batteries côtières, en particulier la nouvelle version du missile antinavire italien, le Marte Extended Range (ER) offrant une portée de 100 km. 
Les deux missiles, respectivement de 700 et 300 kilos pour 6 et 3.6 mètres, offrent une réponse complémentaires, le Marte étant par exemple très adapté à la défense contre des attaques saturantes de petits bateaux alors que l’Exocet offre une couverture plus grande et donc la capacité de protéger un long trait de côte avec un nombre plus réduit de systèmes. 
La capacité de tir sur une position géo-localisée du Block3 permet, en outre, de frapper des cibles côtières, par exemple en cas de débarquement. Dans les deux cas, les missiles sont identiques à ceux embarqués sur des bâtiments de surface ou pour le Marte en version aéroportée, ce qui permet au pays qui en disposent de mutualiser ses stocks. 
« Les batteries peuvent être déployées et mises en œuvre de manière autonome être intégrées au système de surveillance maritime et côtière en service. On se plug très simplement sur le système de communication du client et l’on peut aussi intégrer une liaison satellite », explique Andrea Comite, directeur commercial des systèmes de défense côtière de MBDA.




Des modules de quatre missiles

Les batteries sont, suivant les besoins, proposées avec l’un ou l’autre des missiles, ou sous forme de solution mixte associant Exocet et Marte, à l’image des systèmes commandés par le Qatar. Les missiles sont transportées par des camions sous forme conteneurisée, avec à chaque fois 4 missiles prêts à l’emploi, y compris pour le Marte. « Il est plus léger que l’Exocet mais on ne propose pas plus de 4 missiles de ce type par unité pour des questions de poids et d’encombrement. Il est conçu pour être logé dans un conteneur de 20 pieds avec un gabarit permettant de circuler sans problème sous les ponts, via les réseaux routiers et ferroviaires ».

Unités mobiles pour le contrôle et les senseurs

Les systèmes sont généralement vendus avec au moins quatre lanceurs afin de répartir ces derniers le long de la côte. L’ensemble est géré par une unité de commande et de contrôle (C2) elle-aussi mobile, alors qu’un autre camion est chargé de mettre en œuvre les senseurs, radar et système optronique. 
« L’avantage de ces systèmes mobiles est leur souplesse d’emploi. Ils peuvent être répartis le plus stratégiquement en fonction de la configuration de la côte et changer de position rapidement afin d’éviter les tirs de contre-batterie. De plus, avec une seule unité C2, on peut manager plusieurs lanceurs et, ainsi, couvrir une vaste zone ». 
Et pour les armées qui souhaitent offrir à ces batteries une protection aérienne intégrée, il est possible de leur adjoindre un système mobile surface-air avec missiles Aster ou VL Mica.  



Demain, l’ANL/Sea Venom ?


Enfin, chez MBDA, on imagine déjà de pouvoir proposer à l’avenir en version batteries côtières le futur missile antinavire léger franco-britannique ANL/Sea Venom.

Comme MBDA, d’autres industriels se positionnent sur ce marché, comme les Russes, les Chinois ainsi que certains Européens, à l’image du Norvégien Kongsberg qui a vendu à la Pologne des batteries équipées de son NSM, ou encore le Suédois qui propose le RBS-15 Mk III monté sur camion.

Prolifération des missiles chinois


En dehors des Etats constitués, l’emploi de missiles antinavire depuis le littoral risque en tous cas de s’intensifier dans les prochaines années puisque l’on constate que des armées «irrégulières», voire des groupes terroristes, parviennent à se procurer ce type d’armes. Alors qu’en 2006 la corvette israélienne Hanit a été gravement endommagée par un missile (probablement du type C701 chinois) tiré depuis la côte libanaise par le Hezbollah, le mois d’octobre de cette année a été marqué par plusieurs attaques lancées depuis le Yémen. 
Le navire de transport rapide émirati HSV Swift a, ainsi, été lourdement touché et le destroyer américain USS Mason a été ciblé à deux reprises à quelques jours d’intervalle. Le type de missile employé par les rebelles yéménites n’a pas été officiellement annoncé mais il s’agirait, selon certaines sources, de C802 chinois, peut-être acquis via l’Iran, qui soutient les Houtis.


Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11385
Points : 12731
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 68
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

Des drones pour surveiller les côtes et les émissions de navires

Message par corsair le Lun 28 Nov - 8:41

Des drones pour surveiller les côtes et les émissions de navires



Il s’agit d’une expérimentation grandeur nature. Après un appel d’offres passé au printemps, l’Agence européenne de sécurité maritime vient d’annoncer les lauréats de deux marchés, représentant en tout 67 millions d’euros, visant à la mise en place de drones de surveillance sur les côtes européennes.

Le premier lot porte sur des drones à large capacité, dont les missions iraient de la surveillance des abords maritimes, à celui des pollutions marines et de l’environnement côtier en général. Il a été attribué à l’association entre le groupe portugais Tekever et le français CLS (filiale du CNRS, de l’Ifremer et de la société d’investissement Ardian).

Le deuxième lot porte sur des drones capables de contrôler les émissions de navire, notamment leur taux de soufre. Ce marché a été attribué à trois acteurs : d’une part l’association entre l’armée de l’air portugaise et ses compatriotes UAVISION et Deimos ; d’autre part au néo-zélandais Altus et enfin au britannique Martek Marine.

Evaluer l'intérêt des Etats européens pour ce type de surveillance

Ces drones, dont la technologie doit maintenant être éprouvée sur le terrain, seront mis à disposition des Etats-Membres désireux de tester cette technologie. « Nous allons dans un premier temps évaluer l’intérêt des Etats membres de l’Union européenne », explique Leander Bal, directeur des opérations de l’AESM, « pendant une période de deux ans, les entreprises retenues mettront à disposition, à la demande, des drones qui pourront être testés par les autorités locales ».

En plus de vérifier la pertinence des mesures et des observations réalisées par les drones, cette période d’expérimentation sera également nécessaire pour mettre en place le cadre légal entourant leurs actions. « Il faut notamment que les Etats prévoient les autorisations de vol dans leur législation. Ainsi que le régime de la preuve qu’apportera le drone : sa mesure ne pourra être la seule pour établir une infraction vis-à-vis d’un navire. Il s’agira davantage d’un élément de renseignement et de ciblage pour les inspecteurs des états du port ».

Les premiers survols pourraient avoir lieu dès le premier trimestre 2017, notamment dans les zones SECA de contrôle des émissions de soufre. Les drones pourraient également être utilisés dans le cadre des missions de Frontex.



Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11385
Points : 12731
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 68
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

Des centaines de civils fuient les quartiers rebelles d'Alep

Message par corsair le Lun 28 Nov - 8:42

27 novembre 2016 

Des centaines de civils fuient les quartiers rebelles d'Alep



Alep (Syrie)  - Plus de 500 civils ont fui le secteur rebelle d'Alep vers les zones gouvernementales après la prise par l'armée du plus grand quartier insurgé qui pourrait marquer un tournant dans la reconquête par le régime de la deuxième ville de Syrie.

La capture samedi de Massaken Hanano est le plus important succès militaire de l'armée syrienne depuis le début de sa violente offensive le 15 novembre visant à reprendre coûte que coûte le secteur Est d'Alep qui lui échappe depuis 2012 et qu'elle assiège depuis quatre mois.

Fort de cette avancée, le régime a assuré sa volonté de "nettoyer" ce secteur de la rébellion, qui dénonce l'inaction de la communauté internationale face à la politique "de faim et de soumission" du régime.


Massaken Hanano a été symboliquement le premier quartier capturé par les rebelles à l'été 2012, divisant l'ex-capitale économique de Syrie en deux avec l'ouest aux mains du régime et l'est contrôlé par les insurgés, où sont assiégés 250.000 personnes.

Dans la nuit de samedi à dimanche, et pour la première fois depuis 2012, quelque 500 civils ont quitté en masse Alep-Est, d'après de nouveaux chiffres de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).


"C'est le premier exode de ce genre d'Alep-Est" depuis plus de quatre ans, explique Rami Abdel Rahmane, directeur de l'OSDH.

La télévision d'État syrienne a diffusé dimanche des images montrant une foule de civils, notamment des femmes et des enfants, s'attrouper près de bus verts venus les prendre du quartier de Massaken Hanano.

Une femme apparaît poussant une poussette tandis que de nombreuses personnes portaient des sacs en plastique sur leur tête, tandis que retentissent des bruits de bombardements au loin.

- "Annihiler la révolution" -

Ces civils sont pour la plupart des résidents de Haydariyé et de Chaar, adjacents à Massaken Hanano. "Ils se sont rendus à Massaken Hanano d'où l'armée les a transférés vers des zones gouvernementales" dans le nord et l'ouest de la ville, d'après M. Abdel Rahmane.

L'armée poursuivait dimanche, avec de violents bombardements, son avancée et s'est emparé en début d'après-midi de parties de quartiers adjacents à Hanano: Jabal Badro, Baadine, Haydariyé et surtout Sakhour.

C'est la prise de ce quartier qui permettrait au régime de couper définitivement le secteur rebelle en deux, nord et sud.

"L'aviation détruit tout méthodiquement, zone par zone", a affirmé Yasser Al-Youssef, du bureau politique d'un des principaux groupes rebelles d'Alep, Noureddine al-Zinki.

Alors que la communauté internationale s'avère incapable de trouver une solution au conflit, M. Youssef a accusé le régime, ses alliés russe et iranien "d’annihiler la révolution (...) et d'appliquer la politique de la faim et de la soumission, au su et au vu de l'ONU, sans aucun égard pour le droit international".

Les écoles sont restées fermées dimanche à Alep-Est en raison de la violence des bombardements qui se poursuivaient pour le 13e jour consécutif.

- "Attaque chimique" de l'EI -

"L'armée syrienne a réalisé le plus important de ses succès à Alep-Est" et "ouvre la voie à une nouvelle progression", a écrit dimanche le quotidien Al-Watan, proche du régime. Elle "est déterminée à poursuivre ses efforts, d'abord dans les quartiers adjacents de Massaken Hanano, puis en nettoyant complètement les quartiers est", poursuit le journal.

Le bilan de l'offensive s'élevait à 219 civils tués dont 27 enfants à Alep-Est, où les habitants manquent de tout en raison du siège, selon l'OSDH.

De leur côté, les rebelles ont intensifié leurs tirs de roquettes sur les quartiers ouest samedi soir et dans la nuit, tuant au moins quatre civils et en blessant des dizaines, selon la même source. Au total, 27 civils dont 11 enfants ont péri depuis le début de l'opération.

Sur le front nord, 22 rebelles pro-turcs ont été blessés lors d'une attaque chimique menée par le groupe État islamique (EI), a annoncé l'armée turque. C'est la première fois que la Turquie, dont les troupes combattent depuis fin août dans le nord de la Syrie l'EI mais également les rebelles kurdes syriens, accuse les jihadistes d'avoir recours aux armes chimiques.

La guerre en Syrie, déclenchée en 2011 par la répression d'une révolte pacifique par le régime, a fait plus de 300.000 morts, devenant au fil des années de plus en plus complexe avec l'implication de forces régionales, internationales et de jihadistes.


Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11385
Points : 12731
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 68
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

Le drone piégé est un « mode d’action ennemi exportable »

Message par corsair le Mar 29 Nov - 8:24

28/11/2016

Le drone piégé est un « mode d’action ennemi exportable », préviennent les autorités françaises

Le 2 octobre, près d’Erbil (nord de l’Irak), l’explosion d’un drone piégé avait tué deux combattants kurdes irakiens (peshmergas) et blessé deux militaires français du Commando parachutiste de l’air (CPA). L’engin avait été récupéré alors qu’il était au sol. C’est au cours de son examen qu’une charge explosive a été actionnée apparemment par un minuteur.



Ce mode opératoire de l’État islamique (EI ou Daesh) peut-il se généraliser? En tout cas, c’est une crainte des autorités françaises. En effet, dans un message de commandement du préfet de la zone de défense et de sécurité du sud-est, adressé au Centre opérationnel départemental d’incendie et de secours (CODIS) de la région et au Centre de déminage de Lyon, il est fait référence à l’attaque d’Erbil.

« Suite à l’emploi d’un drone piégé récemment observé en Irak, cette menace est désormais à prendre en compte sur le territoire national au titre d’un mode d’action ennemi exportable », est-il écrit dans ce message, révélé par le quotidien « Le Parisien ».

Désormais, et faute d’une d’une « doctrine nationale opérationnelle » pour traiter pareil cas, il est demandé de considérer « tout drone posé ou écrasé au sol » comme un colis piégé et d’agir en conséquence, c’est à dire d’établir un périmètre de sécurité dans l’attente de l’arrivée des services de déminage.

« C’est une menace que l’on prend en compte, notamment avec tous ceux qui vont revenir du théâtre irako-syrien et qui se sont aguerris là-bas », le secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale (SGDSN).

Lors d’une présentation de trois dispositifs anti-drones, le 18 novembre, sur la base aérienne de Villacoublay, Louis Gautier, le Secrétaire général de la défense et de la sécurité nationale, avait insisté sur le risque d’une utilisation de drones à des fins malveillantes.

Chaque année, avait-il indiqué, une quarantaine de survols de sites sensibles ou de périmètres interdits font l’objet d’une procèdure d’enquête ou judiciaire. La plupart du temps, il n’y a pas de mauvaises intentions des propriétaires de ces engins. Mais, pour M. Gautier, « on voit bien que le drone peut être utilisé à des fins malveillantes », c’est-à-dire « la possibilité qu’un drone soit utilisé pour provoquer un attentat. »


Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11385
Points : 12731
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 68
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

Décès de Vano Mikoyan, le concepteur du MiG-29

Message par corsair le Mar 29 Nov - 8:25

Décès de Vano Mikoyan, le concepteur du MiG-29




Le MiG-29 est, pour le moment, le dernier avion de combat conçu par le bureau Mikoyan-Gourevitch à avoir connu un succès important à l’exportation. Et son concepteur, Vano Mikoyan, vient de s’éteindre à l’âge de 89 ans à Moscou.

Fils d’un « apparatchik » du Parti communiste russe, Vano Mikoyan avait rejoint son oncle, Artem Mikoyan, au sein du bureau d’étude « Mikoyan-Gourevitch »(MiG) à l’âge de 26 ans. Puis, au fil du temps, il en devint l’un de ses ingénieurs en chef.

À ce titre, il supervisa le développement du MiG-29 « Fulcrum », un bi-moteur ayant effectué son premier vol en 1977, avant d’être admis au service actif six ans plus tard.

Contrairement aux autres appareils occidentaux mis au point à la même époque, le MiG-29 ne dispose pas de commandes de vol électriques (comme le Mirage 2000 français par exemple), ce qui ne l’empêche, dit-on, d’être manoeuvrable et d’effectuer des virages à forts facteurs de charge. Cela étant, cet avion, depuis qu’il est en service, n’a jamais abattu un avion de combat ennemi en vol. En revanche, 18 ont été « envoyés au tapis » lors de précédents conflits, dont 5 serbes par des F-16 et des F-15 lors de l’affaire du Kosovo, en 1999.

Depuis le développement du MiG-29, dont 1.600 exemplaires ont été vendus à près d’une quarantaine de pays, Russian Aircraft Corporation MiG (ou RSK MiG) n’a pas pu continuer sa lancée, le dernier appareil conçu étant le MiG-35, qui n’est qu’une version multirôle et améliorée de son aîné, ayant visiblement accumulé les retards dans sa mise au point. Cela étant, un contrat portant sur la livraison d’une centaine d’exemplaires aux forces aérospatiales russes a été annoncé en avril 2014.


Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11385
Points : 12731
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 68
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

Les 5 nouvelles technos qui vont booster l’armée du futur

Message par corsair le Mar 29 Nov - 8:26

Les 5 nouvelles technos qui vont booster l’armée du futur


Intelligence artificielle embarquée dans les caméras, bouchons d’oreille intelligents, vision à travers les murs... la Direction Générale de l’Armement vient de présenter ses dernières innovations high-tech.



Quel sera l'équipement du soldat du futur ? La Direction générale de l'Armement répond à cette question chaque année lors de son Forum de l'innovation où sont présentés tous les projets technos qu'elle finance. On fait le point sur la dernière édition qui s'est tenue les 23 et 24 novembre.
Nocturn, pour restituer les couleurs la nuit

C’est l’histoire d’une success story. La petite start-up Photonis a développé Kameleon, un capteur ultra-sensible doublé d’un filtre colorimétrique, à embarquer dans des caméras ou des jumelles pour restituer les couleurs la nuit. Ce qui permet de fournir des informations supplémentaires par rapport aux caméras infrarouges de vision nocturne utilisées jusqu’à maintenant et dont les images sont monochromes.




L’innovation a séduit les forces spéciales américaines et françaises et équipe aujourd’hui les chars de l’armée allemande pour aider à la conduite de nuit.

Rebaptisé Nocturn, le capteur s’apprête maintenant à attaquer le marché civil. "De nombreuses applications sont possibles", avance Damien Letexier, ingénieur R&D pour Photonis. "Notre capteur est déjà utilisé actuellement pour la surveillance des chantiers, mais il pourrait aussi bien équiper des drones, être intégré dans les casques des pilotes d’hélicoptères, à bord des voitures autonomes pour distinguer les couleurs des panneaux de signalisation, ou encore dans les opérations de sauvetage en mer et en montagne pour mieux distinguer les personnes", complète-t-il.

Bang, le bouchon d’oreille communicant



Bang est un bouchon d’oreille nouvelle génération capable de préserver l’ouïe du soldat. "Le dispositif se compose d’un bouchon d’oreille fait sur mesure en impression 3D afin d’atténuer l’environnement sonore ambiant. Il comprend un microphone pour amplifier les voix et un haut-parleur pour que le soldat puisse communiquer avec l'extérieur", nous explique Pascal Hamery, de l'Institut franco-allemand de Saint-Louis qui a développé les algorithmes. "Un deuxième microphone placé dans la nappe diffuse un contre-bruit en opposition de phase et se déclenche automatiquement lorsque retentit un bruit de fort niveau continu, bref ou assourdissant", ajoute-t-il.

Le tout est complété par un boîtier à porter sur soi intégrant une batterie dont l'autonomie serait d’une journée. Ce boîtier embarque les commandes permettant de diffuser les signaux sonores entrants et sortants. Bang permet au final d’être protégé, sans être coupé de son environnement sonore. Idéal pour les conducteurs de véhicules militaires et les fantassins. Mais ce n’est encore qu’un prototype expérimenté en laboratoire. Il doit être testé l’année prochaine sur le terrain par les militaires. "Nous préparons aussi déjà une version grand public que nous présenterons lors du prochaine CES de Las Vegas", annonce Gwénolé Nexer du Laboratoire Cotral qui a conçu le matériel. "Le produit sera destiné aux grands voyageurs qui veulent dormir en transports, se concentrer dans un milieu bruyant ou encore bénéficier d’une traduction instantanée", détaille-t-il.

Axone, la caméra qui embarque de l'intelligence artificielle



Jusqu’à maintenant, la vidéosurveillance, c’était du matériel – une caméra- et un logiciel pour traiter l’image sur un ordinateur. La société GlobalSensing se démarque en proposant un tout-en-un. Axone est une caméra avec de l’intelligence artificielle directement embarquée dans le composant. "Tous les traitements qui peuvent être faits sous forme informatique sont rapportés sur ce petit module de 50 mm de côté, qui fonctionne en temps réel et à 30 images par seconde", observe Michel Paindavoine, de la société Globalsensing.

"On peut l’alimenter juste avec une petite batterie et le faire tourner pendant plusieurs jours sans être obligé de le recharger parce que la consommation d’énergie est très faible", ajoute-t-il. La compression de l’information est énorme, le système n’utilisant seulement quelques centaines d’octets par images au lieu de plusieurs centaines de kilo-octets voire mega-octets dans avec un traitement ordinaire. Et le dispositif est simple à installer puisqu’il suffit de poser le capteur. 

La caméra Axome, développée avec l’aide de l’ISL, devrait être commercialisée au deuxième semestre 2017. Les applications attendues sont classiques en matière de vidéosurveillance intelligente : détection de personnes, objets ou véhicules dans des lieux non autorisés, comptage de personnes et de véhicules.


Tridan pour traduire automatiquement des textes arabes



Dans un numéro assez édifiant du magazine Spécial Investigation diffusé au mois de mai dernier sur Canal+, un colonel de gendarmerie avouait ne disposer d’aucun agent arabophone pour surveiller les cyber-djihadistes sur le web et avoir recours à Google Trad pour traduire les textes de l’arabe au français. Airbus travaille à un projet, Tridan, qui devrait mettre fin à ces approximations. L’objectif est de pouvoir traduire les textes arabes en français, qu’il s’agisse d’une vidéo avec texte, d’une version papier, en ligne, scannée, photographiée, manuscrite ou dactylographiée. Le tout sans connexion Internet.

La plateforme s’utilise en formulant une requête en français dans un texte en arabe. "Tridan recherche des mots-clés, des métadonnées, des entités nommées ou encore des évènements", nous explique Bruno Grilheres d’Airbus Defence and Space qui pilote le projet. Les résultats alimentent ensuite une base de données où sont indexés tous les textes. Le but premier est de pouvoir utiliser Tridan dans le domaine de la surveillance et de l’interception légale, sur le théâtre d’opérations ou lors de contrôles aux frontières. Au niveau civil, les concepteurs de Tridan espèrent bien étendre leur système à d’autres couples de langues que l’arabe/français et le proposer à des agences de traduction ou dans le cadre de reprises d’archives administratives, industrielles ou historiques.

Un radar pour voir à travers un mur



Lors d’une prise d’otages, il est difficile de savoir précisément où se trouvent les assaillants s’ils sont retranchés dans un bâtiment. On peut toujours utiliser des caméras infrarouges ou des capteurs thermiques, mais uniquement avec une portée confortable. Sur une courte distance, impossible de pénétrer le secret d’un mur en béton. "On peut détecter une personne qui a déjà bougé, mais pas distinguer quelqu’un des objets qui l'entourent, s'il reste immobile", avance Vincent Mérelle, doctorant à l’Université de la Rochelle. Ce dernier consacre une thèse à la conception de radars pour la vision à travers les milieux opaques. Son idée est de capter les micro-mouvements provoqués par la respiration.

Le dispositif ne comporte que quatre antennes radio pour rester transportable. Ces dernières émettent sur une bande de fréquence de 4 GHz. La localisation offrirait une précision de l’ordre de 30 centimètres. En dehors des attaques terroristes, des actes de guérilla urbaine avec des snipers camouflés, il est envisageable d’utiliser ce type de radar pour retrouver des personnes accidentées après des sinistres, lorsqu’elles sont ensevelies sous des décombres, par exemple.


Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11385
Points : 12731
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 68
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

Les commandos français de plus en plus exposés à l’étranger

Message par corsair le Mar 29 Nov - 8:27

Les commandos français de plus en plus exposés à l’étranger



En diffusant, mercredi 23 novembre, une image de ses deux soldats du commando parachutiste de l’air numéro 10 (CPA 10) grièvement blessés le 2 octobre en Irak, l’armée française a choisi de lever un coin du voile sur l’engagement de ses forces spéciales. La France maintient totalement dans l’ombre ces unités, très exposées sur le terrain dans toutes les opérations extérieures du moment. Mais elle doit continuer de manifester son soutien aux blessés. Les deux commandos ont reçu, lundi, la visite du général André Lanata, chef d’état-major de l’armée de l’air, à l’hôpital Percy de Clamart (Hauts-de-Seine).



Les deux militaires avaient été soufflés par l’explosion d’un drone piégé de l’organisation Etat islamique (EI), lors de manœuvres avec les combattants kurdes, entre Erbil et Mossoul. L’événement, révélé par Le Monde, reconnu du bout des lèvres par le gouvernement à Paris, a été commenté par plusieurs responsables militaires américains comme une illustration des nouvelles menaces posées par l’EI. L’engin volant, piégé avec une grenade, n’a pas explosé dans les airs ; il a tué deux peshmergas quand ces derniers l’ont manipulé au sol.

Le nombre des soldats blessés en mission témoigne d’une « tendance au durcissement des opérations dans lesquelles nos forces sont engagées », a souligné le chef d’état-major des armées, Pierre de Villiers, mercredi, dans une intervention publique à Paris. Le Haut Comité d’évaluation de la condition militaire, dans un rapport publié ces jours-ci, rappelle que 159 soldats français ont été tués et 582 autres blessés par arme ou engin explosif en opération extérieure entre 2006 et 2015, pour une moyenne de 9 000 militaires déployés. Cet organisme observe aussi « une tendance à la hausse » pour les soldats atteints de blessure psychique : + 26 % entre 2009 et 2015 pour les premières prises en charge. Officiellement, 391 traumas de guerre ont été recensés en 2015, contre 133 en 2010.
250 spécialistes

Les commandos de l’air paient un lourd tribut, avec deux tués et plusieurs blessés depuis 2014. Pour l’ensemble de ses unités, le commandement des opérations spéciales déplore cinq morts, tous au Sahel. Les guerres secrètes de la France, de la Libye au Moyen-Orient, ont par ailleurs fait neuf morts dans les rangs des unités clandestines de la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE) depuis 2013.

Le CPA 10, dont l’effectif compte 250 spécialistes, comprend « dix groupes “action” de dix à douze personnels chacun », précise leur chef, le lieutenant-colonel Loïc. Temps moyen de mission : une « opex » par an, et sept mois de déploiement au total, entraînements compris, écrit le journaliste spécialisé Jean-Marc Tanguy dans l’ouvrage qu’il vient de publier, Les Commandos parachutistes de l’air. Entre ciel et terre (éd. de Taillac, 192 pages, 29,90 euros).

En Irak ou au Sahel, l’unité s’est spécialisée dans l’exploitation des données (empreintes digitales, disques durs d’ordinateur, GPS…) collectées sur le terrain après le combat. Et elle s’est vu confier des missions devenues cruciales dans le combat contre les groupes islamistes. Le ciblage et le montage de dossiers d’objectifs derrière les lignes ennemies en vue des frappes, par exemple. Ou encore l’exploitation de l’imagerie satellite. Le CPA 10 est, avec la DGSE et la Direction du renseignement militaire, la seule unité ayant accès au Centre militaire d’observation par satellites.

Pourtant, aujourd’hui, en dépit de son rôle éminent, le CPA 10 ne parvient pas à recruter autant qu’il en a besoin, explique le lieutenant-colonel Loïc : « Il manque deux groupes action. » Le vivier actuel, des aviateurs déjà qualifiés que l’on forme pendant un an, devrait être élargi. « Nous avons la volonté d’ouvrir à des filières civiles pour combler », ajoute le chef du CPA 10. Dans une armée française employée à la limite de ses capacités, les unités d’élites sont, elles aussi, sous tension.


Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11385
Points : 12731
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 68
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

Le chef jihadiste Mokhtar Belmokhtar visé par une frappe française en Libye?

Message par corsair le Mar 29 Nov - 8:27

28/11/2016

Le chef jihadiste Mokhtar Belmokhtar visé par une frappe française en Libye?


Lors de son audition sur les opérations en cours devant les députés de la commission de la Défense, le 16 novembre dernier, le ministre de la Défense,avait expliqué que l’action de la France en Libye se résumait en trois points.

Le premier vise à endiguer la menace jihadiste (avec la Tunisie à l’ouest, l’Égypte à l’est, l’opération navale européenne Sophia au nord et Barkhane au sud). Et d’ajouter : « Nous continuons ensuite à amasser du renseignement pour pouvoir, si besoin est, agir contre des groupes terroristes. »

Les forces françaises sont-elles passées à l’action contre des groupes terroristes » le 14 novembre, près d’Al Qarda al-Shati, localité située à 70 km au nord de Sebha, la capitale du Fezzan?




Les informations concernant une frappe aérienne menée dans cette région sont contradictoires. L’agence de presse libyenne LANA, qui a été la première à le rapporter, a fait état d’au moins 7 tués, dont un « émir » de premier plan d’al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI), à savoir Abou Talha al-Libi, alias Abou Talha al-Hassnawi. Mais cela n’a pas encore été confirmé… et la chaîne de télévision al-Arabiya a même affirmé que ce dernier aurait réussir à s’enfuir avant ce raid aérien.

En outre, al-Libi n’était a priori pas le seul chef jihadiste visé. Citant une source militaire libyenne, le site Middle East Eye a affirmé que deux autres l’étaient également, dont Yahia Abou al-Hammam, l’émir d’AQMI pour le Sahara et Mokhtar Belmokhtar, le chef du groupe al-Mourabitoune, responsable, entre autres, de la prise d’otages meutrière d’In Amenas, en janvier 2013, et d’une série d’attaques contre des hôtels accueillant une clientèle internationale au Mali et au Burkina Faso.

« Ils ont lancé des missiles sur deux maisons, dont une qui appartenait à Abou Talha al-Libi, car cette région est une de ses zones d’influences. Mais aucun des émirs n’étaient là. On ignore s’ils ont été prévenus », a expliqué cette source militaire libyenne à Middle East Eye.


Cela étant, dès le 15 novembre, le capitaine de vaisseau Jeff Davis, porte-parole du Pentagone, a affirmé que le raid mené dans la région de Sebha n’avait pas été effectué par l’aviation américaine. Mais, sur les réseaux sociaux (et en particulier Twitter), la rumeur suggérait depuis qu’il avait été mené par des avions français, plus précisément par des Rafale ayant décollé depuis la base aérienne de Mont-de-Marsan.

Le fin mot de l’histoire a peut-être été donné par le Wall Street Journal, qui, dans un article publié le 27 novembre, affirme que le raid en question a été effectué par l’aviation française, sur la foi de renseignements collectés par les forces américaines. Seulement, l’on se refuse à faire le moindre commentaire officiel de part et d’autre de l’Atlantique sur cette opération.

« Si cette frappe est un succès, elle représenterait l’aboutissement des efforts accomplis par les États-Unis, la France et d’autres alliés pour capturer ou tuer Belmokhtar. Elle refléterait aussi l’ampleur de la coopération militaire en matière de renseignement entre les deux pays », écrit le Wall Street Journal, en se fiant aux propos tenus par des responsables français et américains.

Selon des officiels américains, cet appui dans le domaine du renseignement a consisté à compléter les informations que la partie française connaissait déjà au sujet de Belmokhtar en « prévision de ce raid ».

Pour le moment, des vérifications sont actuellement en cours pour confirmer ou non la mort de Belmokhtar. Ce ne serait pas la première fois que le chef jihadiste est visé par un raid aérien. Cela fut le cas en juin 2015, près d’Ajdabiya (Libye)… Mais la frappe, conduite par des F-15 américain, avait manqué son but…

derniere mn 28/11/2016 20.30

Le "Wall Street Journal" annonce la mort du chef jihadiste Mokhtar Belmokhtar
Le jihadiste algérien Mokhtar Belmokhtar aurait été tué par une frappe aérienne française en Libye, a annoncé dimanche 27 novembre le Wall Street Journal, citant des sources militaires américaines. C'est au moins la troisième fois que ce chef terroriste, membre d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), est annoncé mort, rappelle le JDD. Selon le quotidien new-yorkais, il aurait été tué au cours d'une opération au mois de novembre 2016. Pour l'heure, ni les Etats-Unis et la France n'ont confirmé cette information. 
Une frappe aérienne française en Libye serait une première depuis 2011, rapporte sur Twitter le journaliste et spécialiste des questions jihadistes David Thomson. La France était alors engagée dans une coalition avec les Etats-Unis contre le régime de Mouammar Kadhafi.


Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11385
Points : 12731
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 68
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

AUSS :Thales

Message par corsair le Mar 29 Nov - 8:29

AUSS :Thales entreprend de révolutionner les drones sous-marins art reduit, l'integralité dans l'actu de corsair



Surveillance, renseignement, contre-terrorisme, guerre des mines, lutte ASM, monitoring de champs offshore, recherche d’épaves… Qu’il s’agisse d’applications militaires ou civiles, le groupe français, via sa branche dédiée aux systèmes de lutte sous la mer, Thales Underwater Systems, frappe un grand coup avec un tout nouveau drone hybride capable de naviguer en mode sous-marin mais aussi au-dessus de la surface. Une innovation, ou plutôt un concentré d’innovations puisque l’engin en intègre une dizaine, provenant de Thales et de 19 PME françaises associées à ce projet, mené dans le plus grand secret pendant plus de trois ans.

S’affranchir des contraintes des AUV

Pour désigner ce drone qui n’a pas d’équivalent, le terme d’Autonomous Underwater and Surface System a été inventé. Avec l’AUSS, Thales a voulu corriger les défauts, ou du moins les limitations, des AUV (Autonomous Underwater Vehicle, ndlr) actuels. « Depuis 10 ans, nous avons beaucoup travaillé dans le domaine des drones spécialisés dans la guerre des mines. Nous souhaitions développer un engin capable de remplir des missions très variées et, pour cela, il fallait aller plus loin que ce qui se fait. Aujourd’hui, les AUV ont des limitations assez contraignantes. Ils n’ont par exemple pas de capacité à s’arrêter, doivent contourner les obstacles sur leur lancée et se reposer sur le filet d’eau pour maîtriser leur altitude sous la surface. Il leur faut une vitesse relative pour planer dans l’eau grâce à leurs ailerons. En somme, ils manquent d’agilité, sans oublier la problématique de la stabilité en surface. Pour réaliser des missions ISR (intelligence, surveillance et reconnaissance, ndlr) par exemple, il faut des drones très lourds pour sortir un mât, des choses d’au moins 5 tonnes », explique Jean-François Ghignoni, directeur Marketing et Stratégie des Systèmes de lutte sous la mer de Thales.



Le domaine clé de l’ISR

Le domaine de l’ISR fut précisément la base du développement de l’AUSS. Car, si dans le domaine de la guerre des mines par exemple, le profil d’emploi des AUV rend ces engins performants, les capacités sont bien plus discutables lorsqu’il s’agit de faire venir les drones en surface afin de remplir leurs missions de surveillance et de renseignement. Car la flottaison des engins est complexe et leur stabilité relative selon les états de mer. Or, le marché des drones dédiés à l’ISR est en plein développement, qu’il s’agisse d’engins mis en œuvre depuis la terre ou déployés via des bateaux-mères, aujourd’hui des bâtiments de surface et, demain, des sous-marins. Ces derniers, grâce à l’emploi de drones sous-marins, pourront en effet enrichir significativement la tenue de situation tactique et leurs capacités de surveillance, tout en restant discret ce qui, par la même, évitera une mise en danger par une présence du sous-marin dans des zones à risque.

Léger, stable et d’une agilité sans équivalent

Dans cette perspective, il fallait donc imaginer un drone léger (de 500 kg à 1 tonne selon la charge utile) et très agile dans sa navigation, capable de réaliser des manœuvres précises dans un espace réduit et de déployer un mât comprenant différents senseurs (radar, système électro-optique, intercepteurs de communications ou d’émissions électromagnétiques, système de communication radio ou satellite…). Un drone offrant une réelle stabilité, même lorsque la mer est mauvaise, mais aussi une grande endurance et  une capacité de réaction face à la menace. « L’objectif était de rassembler tout cela dans un engin de moins d’une tonne pouvant évoluer à vitesse nulle et en surface, capable de résister à de forts courants et qui soit en mesure de sortir, tout en étant immobile, un mât de 3 mètres ». Si les AUV actuels ne cessent d’évoluer, ils sont basés depuis bien longtemps sur le même principe. Et c’est précisément là que Thales a voulu faire la différence et provoquer une rupture.

Carte blanche pour sortir des sentiers battus

Pour relever le défi, le groupe et ses partenaires ont tout remis à plat et abordé leur sujet sous des angles inédits. « Nous avons fait tourner la machine à innovations et avons donné carte blanche aux scientifiques en leur demandant de sortir des sentiers battus pour trouver des solutions nouvelles répondant à ces objectifs. Ce fut une aventure passionnante menée avec les équipes de PME très innovantes qui a permis de donner naissance à l’AUSS, un tout nouveau concept situé entre l’AUV et l’USV (Unmanned Surface Vehicle) ».

Cinq campagnes à la mer depuis 2014

Les études ont débuté en 2013 et une première série d’essais en mer, au large de Brest, s’est déroulée l’année suivante. Quatre autres campagnes ont été menées depuis, permettant de valider le bienfondé du concept et les performances du drone dans différents profils d’utilisation.



Les designers améliorent les performances

Long de 5.5 mètres pour un diamètre de 53 centimètres et un poids d’environ 600 kilos, le prototype de l’AUSS a initialement pris la forme d’une torpille. Ce n’est pas le cas de la version finale car cette forme l’aurait rendu visuellement trop proche des AUV classiques. Alors Thales a fait appel à un designer pour offrir à son drone un « look » différenciant. Du pur marketing, au départ, qui a finalement et contre toute attente eu un véritable impact opérationnel : « Nous avons sollicité le cabinet d’architecture Concept Frenoy Design. Au début, il s’agissait uniquement de rendre l’engin plus joli qu’un simple tube. Et puis les architectes ont soumis différents designs, que nous avons envoyés à l’équipe technique. C’est là que le directeur scientifique a été très surpris et a estimé que certaines des formes proposées étaient meilleures en termes de performances ! »



Un comportement d’hélicoptère

Dépourvu d’ailerons afin de gagner en hydrodynamisme, l’AUSS se distingue par sa propulsion, particulièrement agile et comprenant notamment deux hélices contrarotatives. « L’AUSS évolue en toute discrétion vers sa zone d’opération et dispose d’un système d’évitement d’obstacles. Grâce à l’agilité de sa propulsion, il ne contourne pas les obstacles sur sa lancée, comme un AUV, mais s’arrête et remonte ou descend à la verticale ». Pour faire simple, alors que l’AUV classique se comporte dans l’eau comme un avion, l’AUSS, qui peut s’arrêter en une dizaine de mètres seulement, réagit comme un hélicoptère.



A la verticale pour déployer le mât

L’autre grande avancée se trouve cachée à l’intérieur du drone, qui dispose manifestement, même si Thales garde le secret sur le détail des innovations, d’un système de gestion de la gravité lui permettant de se mouvoir sous tous les angles et dans un espace très réduit. « L’engin a été conçu, et nous l’avons validé dans le bassin d’essais de Thales à Brest (environ 20 mètres par 8 mètres ), ndlr), puis en mer, pour se mouvoir à 360° sans sortir d’un volume très réduit, en fait un cube d’eau de 8 x 8 x 8 mètres ». Grâce à sa nouvelle approche dans le contrôle des masses et du centre de gravité, qui a nécessité de tester différents dispositifs, l’AUSS, et c’est là que réside la grande nouveauté, opère à la verticale. « C’est un nouveau paradigme, nous avons vraiment pensé hors du cadre. Pour les missions ISR, le drone se met donc à la verticale, nez vers la surface, et déploie son mât abritant les capteurs. 
Le corps immergé reste sous la mer et se trouve donc à l’abri des vagues, ce qui lui confère une grande stabilité ». Et si, lors de cette phase opérationnelle, l’AUSS, doté d’un système de détection panoramique, identifie une menace potentielle ou une intrusion à même de trahir sa présence, il est conçu pour réagir immédiatement en ravalant son mât et en descendant vers le fond afin de se mettre à l’abri. Puis, une fois la zone dégagée, il reprend automatiquement sa mission.






Une autonomie de 2 semaines

Quand celle-ci est terminée, le drone retrouve sa position horizontale et peut se poser sur le fond, avec un système d’ancrage qui lui permet de rester en attente de manière plus ou moins longue selon le profil opérationnel souhaité. Cela lui permet d’économiser son énergie en vue d’une prochaine mission. Cette gestion intelligente du potentiel est doublée de différentes technologies permettant d’optimiser la consommation et d’accroître les capacités énergétiques. « Le drone ne consomme par exemple presque rien lorsqu’il est immobile puisqu’il maîtrise sa flottabilité ». Au final, son autonomie est donc très importante. Les ingénieurs de Thales visent, ainsi, une endurance pouvant aller jusqu’à deux semaines pour une distance franchissable de 50 milles à partir du point de départ. Et des études sont en cours pour améliorer encore ces performances. Côté vitesse, l’AUSS peut naviguer à vive allure, le prototype ayant atteint les 17 nœuds lors des essais, la vitesse maximale visée à terme étant de 20 nœuds. « Cette vitesse élevée doit permettre au drone de pouvoir, en cas de besoin, esquiver une menace, être déployé rapidement ou suivre une cible ».

Des résultats remarquables

Afin de ne pas révéler certains détails à ses concurrents, Thales n’a pas rendu public les images tournées pendant les cinq campagnes d’essais menées au large de Brest. Mais nous avons pu les visionner et le comportement du prototype se révèle réellement équivalent à ce que l’on peut voir sur la vidéo de démonstration. L’engin montre des qualités de manœuvre impressionnantes et se positionne réellement à la verticale pour déployer son mât, au bout duquel une caméra enregistre des images d’une surprenante stabilité. Cela, dans des conditions allant au moins jusqu’à mer 3 et sans système de stabilisation sur la caméra.

De quoi répondre aux contraintes des missions ISR, qui imposent une présence discrète et dans la durée. Mais ce n’est pas, loin s’en faut, le seul domaine d’activité qu’offre l’AUSS. « Nous avons vraiment imaginé ce drone comme une plateforme multi-missions. Et maintenant que la base technologique est validée, nous voulons discuter avec les clients potentiels pour l’adapter à différents types d’opérations selon leurs besoins ».

Contre-terrorisme

Dans le domaine du contre-terrorisme maritime, un engin comme l’AUSS pourrait, ainsi, se révéler très précieux. Il pourrait par exemple s’approcher discrètement d’un bateau ou d’une installation maritime détournée et, grâce à ses moyens de surveillance (caméra TV/IR, systèmes d’écoute…), permettre aux autorités de suivre l’évolution de la situation en direct, de jour comme de nuit. On peut aussi imaginer que le drone soit doté d’un brouilleur permettant d’isoler les terroristes et de rendre les radars du navire détourné « aveugles » afin de masquer l’arrivée de commandos chargés d’une reprise de vive force.



Guerre des mines

Même s’il n’a pas été conçu prioritairement pour cette fonction, il parait également évident que l’AUSS présente une solution très intéressante dans le domaine de la guerre des mines. Le drone peut, en effet, être équipé sur ses flancs d’un sonar latéral à ouverture synthétique SAMDIS, développé par Thales et qui équipe déjà des AUV dédiés à la guerre des mines. Quant au nez de l’AUSS, il peut abriter différentes charges utiles, comme une caméra et un projecteur permettant d’identifier une mine. D’ailleurs, l’agilité du drone constitue dans ce cas un vrai atout puisqu’elle lui permet de tourner autour d’un point fixe et donc de prendre des images sous tous les angles. « L’AUSS peut être adapté pour la guerre des mines, avec des performances accrues par rapport aux AUV classiques, en particulier dans sa stabilité et sa capacité à mieux gérer les courants »



Surveillance des installations offshore

Une autre application, civile cette fois, émerge déjà dans le secteur de l’offshore pétrolier et gazier, où l’AUSS pourrait servir à la surveillance des installations sous-marines. « Cette mission est aujourd’hui confiée à des bateaux qui mettent en œuvre des robots télé-opérés. Cela demande donc des moyens lourds et beaucoup de personnel, ce qui coûte cher. L’AUSS, lui, pourrait sortir d’un port tout seul et se rendre jusqu’aux champs situés au large afin de surveiller en toute autonomie les kilomètres d’installations subsea posées au fond de la mer et transmettre les images à des postes de contrôle à terre, par exemple via une liaison satellite. Ainsi, on pourrait diminuer sensiblement le coût du monitoring des équipements sous-marins ».



« Ce concept ouvre des horizons énormes »

Le champ d’action de l’AUSS devrait donc être très large car ce drone à la conception modulaire s’adapte à de nombreuses contraintes et répond à des besoins variés. « Les opérationnels auxquels nous avons présenté le drone ont été très surpris et estiment que ce concept ouvre des horizons énormes. Nous avons déjà validé certaines applications mais il en reste bien d’autres à explorer. En fait, nous ne dévoilons aujourd’hui qu’une petite partie de ce que l’AUSS pourrait faire et on est encore loin d’avoir tout vu et de mesurer la portée des changements que ce nouveau drone est susceptible d’apporter grâce à son agilité et ses capacités ».

Barrage sonar

Parmi les véritables ruptures opérationnelles que l’on peut deviner en observant le drone et ses performances, il y a par exemple la lutte ASM. A l’heure où les sous-marins prolifèrent à travers le monde et que certains pays manquent de moyens de détection, l’AUSS pourrait très bien faire office de station sonar, à l’image d’une grosse bouée acoustique, et même utilisé en groupe de barrage mobile voire permanent, afin de protéger des ports, approches maritimes et passages sensibles. 

Des discussions déjà engagées avec des clients potentiels

Après des années à améliorer les concepts existants de drones sous-marins, il y a peut-être là une rupture technologique et opérationnelle. L’avenir le dira mais, chez Thales, on assure que l’AUSS suscite énormément d’intérêt et que des discussions sont déjà engagées avec des marines internationales intéressées par les capacités de cet engin.

Créer une nouvelle filière à l’export

Le groupe français, qui a investi des millions d’euros en autofinancement dans ce projet,  entend maintenant faire fructifier ses recherches et se positionner comme un leader mondial. « Le bénéfice opérationnel de l’AUSS est très important et nous avons la capacité de proposer des solutions meilleures que celles de nos concurrents », affirme Jean-François Ghigoni, qui veut voir émerger par ce biais une nouvelle filière d’excellence française. « Nous souhaitons emmener à l’export le pool de PME qui a travaillé avec nous sur ce projet mais celui-ci a aussi vocation à être fédérateur pour tous les acteurs français travaillant dans le domaine des drones sous-marins. Nous avons dans cette perspective des discussions avec des partenaires afin de créer une nouvelle filière à l’export ». Quant à la question de savoir si Thales ne va pas, au final, entrer en concurrence directe avec d’autres industriels tricolores, Jean-François  Ghignoni assure qu’ « on ne cherche pas à concurrencer les sociétés françaises qui fournissent déjà des AUV de guerre des mines. 
Avec l’AUSS, nous sommes vraiment dans une logique multi-missions. Les marines qui feront l’acquisition de ce produit ne le feront pas en premier lieu pour la guerre des mines, où les AUV actuels sont déjà performants. Ce sera d’abord pour des missions ISR, de contre-terrorisme  ou de surveillance des installations sous-marines ». Toutefois, il est évident que certains clients pourraient être tentés, grâce à la modularité et aux capacités de l’AUSS, d’opter pour une plateforme unique, ne serait-ce que pour mutualiser les coûts d’acquisition, de maintenance et de formation.


Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11385
Points : 12731
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 68
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

Syrie : Les appareils du porte-avions russe « Amiral Kouznetsov » seraient basés… à terre

Message par corsair le Mar 29 Nov - 8:30

28/11/2016

Syrie : Les appareils du porte-avions russe « Amiral Kouznetsov » seraient basés… à terre



En 1990, le porte-avions Clémenceau ne fut pas utilisé pour mettre en oeuvre un groupe aérien embarqué (GAé) mais pour transporter, en Arabie Saoudite, les hélicoptères de la division Daguet qui allait être engagée, plus tard, dans l’opération « Tempête du désert » visant à libérer le Koweït de la présence irakienne.

Le porte-avions russe « Amiral Kouznetsov », déployé au large de la Syrie, a-t-il joué un rôle similaire à celui tenu par le « Clem » il y a 25 ans? On pourrait le penser après l’examen d’une photographie satellite de la base aérienne de Hmeimim, diffusée par le CNES et Airbus DS.

Ainsi, selon IHS Janes, on y voit effectivement 8 avions de type Su-33 et un MiG-29 KR de la marine russe, alignés de part et d’autre de la piste de la base Hmeimim, aux côtés de bombardiers tactiques Su-24 Fencer et Su-34 Fullback. Deux appareils multirôles Su-35 Flanker E sont également visibles.

Or, le groupe aérien embarqué à bord de de l’Amiral Kouznetsov était composé justement de 8 Su-33 et de 4 MiG-29K, dont un s’est abîmé en mer à cause d’une panne sèche, l’appareil ayant été mis dans un circuit d’attente, le temps de réparer un brin d’arrêt cassé lors d’un précédent appontage.


Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11385
Points : 12731
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 68
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

L’opération anti-piraterie européenne Atalante prolongée jusqu’en 2018

Message par corsair le Mer 30 Nov - 8:23

L’opération anti-piraterie européenne Atalante prolongée jusqu’en 2018



Contrairement à ce que l’on pourrait penser à la lecture des rapports trimestriels du Bureau Maritime International (BMI) et même si l’Otan vient de mettre un terme à son opération Ocean Shield dans la région, le phénomène de la piraterie n’a pas totalement disparu au large de la Somalie.

En effet, les pirates s’en prennent désormais aux petits de bateaux de pêches, qui enlèvent le « pain de la bouche » aux pêcheurs locaux étant donné que leur présence dans les eaux somaliennes est illicite. En outre, les réseaux criminels qui ont été à l’origine de l’explosion des actes de piraterie dans l’océan Indien au tournant des années 2010 n’ont pas disparu.

Aussi, comme l’a souligné un récent rapport des Nations unies, une reprise des attaques contre des navires commerciaux croisant au large de la Somalie n’est pas exclue, d’autant plus que les causes qui favorisent le recrutement de pirates n’ont toujours pas trouvé de réponses.

D’ailleurs, le 22 octobre, le chimiquier CPO Corée a été la cible d’une tentative d’attaque de pirates alors qu’il naviguait à 330 nautiques des côtes somaliennes.

Cette possible résurgence de la piraterie somalienne a donc motivé le prolongement de l’opération europénne EUNAVFOR Atalanta jusqu’au 31 décembre 2018, avec un financement de 11 millions d’euros.

Mais ce n’est pas la seule raison. En effet, cette opération navale européenne a aussi pour mission de protéger les navires du Programme alimentaire mondial (PAM), ce qui a permis, depuis son lancement en 2008, d’acheminer plus d’un million de tonnes d’aide humanitaire en Somalie.

En outre, EUNAVFOR Atalanta fait « partie de l’approche globale de l’UE pour une Somalie pacifique, stable et démocratique », a souligné, dans un communiqué, le Conseil de l’Union européenne. C’est ainsi qu’elle contribue à la formation de gardes-côtes somaliens, en collaboration avec les équipes d’EUCAP Nestor, une autre mission européenne.

Actuellement, les moyens mis à la disposition de l’opération Atalante par les États membres sont modestes. Ils se composent d’une frégate néerlandaise (HNLMS Tromp) et du patrouilleur espagnol Relampago. Madrid fournit également deux avions de patrouille maritime P-3C Orion.


Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11385
Points : 12731
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 68
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

La patrouille « Cartouche Doré » a donné une ultime représentation avant sa mise en sommeil

Message par corsair le Mer 30 Nov - 8:26

La patrouille « Cartouche Doré » a donné une ultime représentation avant sa mise en sommeil...La FIN



Après 27 ans d’existence, la patrouille « Cartouche Doré » a officiellement été mise en sommeil le 24 novembre dernier, à l’issue d’une ultime représentation donnée lors d’une cérémonie organisée sur la base aérienne 709 de Cognac-Châteaubernard.

« Le souvenir de la patrouille restera à jamais gravé dans le cœur de nombreux jeunes, notamment dans celui de ceux dont la vocation est née au contact de la patrouille. Pour tous, elle aura contribué à faire vivre une passion », a commenté le général (air) Antoine Creux, inspecteur général des armées.


À vrai dire, personne ne s’attendait à voir cette patrouille acrobatique durer aussi longtemps. Créée en 1989 à l’occasion des 100.000 heures de vol de l’avion d’entraînement TB-30 Epsilon, mis en service au Groupement École (GE) 315 de Cognac quelques années plus tôt, cette formation devait avoir une existence éphémère.

Seulement, face à l’engouement du public pour les enchaînements réalisés par ses trois TB-30 Epsilon pilotés par les lieutenants Maneval, Crochard et Pouzoulet, cette patrouille a finalement été maintenue.

Mieux même : trois ans après sa création, la patrouille « Cartouche Doré » donne ses premières représentations à l’étranger. En 1994, elle devient officiellement, au même titre que la Patrouille de France, un « ambassadeur » de l’armée de l’Air.

Et pour cause : au cours de son existence, la patrouille « Cartouche Doré » aura permis de mettre en valeur le savoir-faire des instructeurs de l’École de pilotage de l’armée de l’Air (EPAA) ainsi que la qualité de la formation des pilotes français. Et cela, à un coût relativement faible par rapport aux « retombées » médiatiques.

Pourtant, c’est bel et bien à cause des contraintes budgétaires que cette formation a été mise en sommeil, laquelle, explique l’armée de l’Air, « doit permettre à l’école de pilotage de poursuivre sa mission de formation dans de meilleures conditions, en disposant de pilotes entièrement dédiés à l’instruction des élèves pilotes. »

Cela étant, cette patrouille n’a pas été épargnée par les drames, avec la perte, en 2004, du lieutenant Christophe Farnier, mort en service aérien commandé au cours d’une mission d’instruction, et celle, en 2007, du lieutenant Xavier Chavarot, lors d’un vol d’entraînement.

« Notre mission s’arrête là, provisoirement. D’autres nous attendent déjà, celles de l’engagement important de l’armée de l’Air dans les conflits actuels de notre pays », ont écrit les membres de cette patrouille dans un message diffusé sur les réseaux sociaux. « Cartouche Doré dort à présent, mais d’un sommeil léger, l’esprit ‘Doré’ demeure », ont-ils conclu.


Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11385
Points : 12731
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 68
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

Syrie: près de 16 000 civils ont fui Alep-Est selon l'ONU

Message par corsair le Mer 30 Nov - 8:27

29/11/2016

Syrie: près de 16 000 civils ont fui Alep-Est selon l'ONU



La chute d'une partie de la zone rebelle d'Alep s'accompagne d'une fuite massive des populations, dont une partie vers la zone contrôlée par les forces gouvernementales.

Une seule option: partir. Alors qu'Alep-Est se réduit comme peau de chagrin, les civils fuyant les violents combats et la situation humanitaire effroyable en zone rebelle se font de plus en plus nombreux. 

"Environ 10 000 d'entre eux se sont rendus à Alep-Ouest, où le Croissant-Rouge syrien les a enregistrés, tandis qu'entre 4000 à 6000 autres ont fui vers les zones contrôlées par les forces kurdes dans le nord-est d'Alep", a détaillé ce mardi un porte-parole de l'ONU, Jens Laerke, lors d'un point de presse. 

"Il est probable que des milliers d'autres [civils] n'auront pas d'autre choix que de fuir si les combats continuent (...) à s'intensifier au cours des prochains jours", a indiqué dans une déclaration écrite le patron des opérations humanitaires de l'ONU, Stephen O'Brien. Il déplore que "l'intensification des combats au sol et les bombardements aériens aveugles au cours des derniers jours auraient tué et blessé des dizaines de civils" alors que plus aucun hôpital ne fonctionne et que "les stocks alimentaires sont pratiquement épuisés". 

 

Le régime prend l'avantage



Après avoir résisté au siège imposé depuis juillet au secteur rebelle - où vivaient quelque 250 000 habitants - par le régime de Damas, les civils semblent prendre désormais le chemin de l'exode. Face à cet afflux, le Programme alimentaire mondial (PAM) de l'ONU se mobilise pour répondre aux besoins des familles nouvellement arrivées dans la partie ouest d'Alep, contrôlée par les forces gouvernementales. 

Acheminer de l'aide dans Alep-Est, sous contrôle des rebelles, reste en revanche une mission trop risquée pour l'ONU, qui attend toujours le feu vert du gouvernement syrien, selon un porte-parole à Genève. 

La bataille pour le contrôle d'Alep, la deuxième ville de Syrie, tourne nettement à l'avantage du régime, qui reprend un à un les quartiers contrôlés par les rebelles. "Parallèlement, les bombardements aveugles [provenant des zones rebelles] de zones habitées par les populations civiles (...) se poursuivent sur Alep-Ouest (contrôlée par les forces gouvernementales), tuant et blessant des civils, et déplaçant plus de 20 000 personnes ces dernières semaines", a par ailleurs relevé Stephen O'Brien.


Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11385
Points : 12731
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 68
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

A400M : l’éclaircie s’annonce

Message par corsair le Mer 30 Nov - 8:28

A400M : l’éclaircie s’annonce

Les six A400M espérés pour la fin décembre par l’armée de l’Air seront au rendez-vous. Tom Enders l’a confirmé à Jean-Yves Le Drian la semaine dernière.




Pour y parvenir, Tom Enders a dû rappeler au minis­tre la mobilisation organisée de l’usine de Séville. Où le per­sonnel a pratiqué les trois huit, travaillé le dimanche. Des équipes renforcées par des spécialistes venus d’autres entités du groupe. Complétant cette mobilisation, la validation par l’AESA du rétrofit du boîtier réducteur (PGB, avec un pignon supplémentaire) a permis à Airbus Military d’affirmer qu’en mars prochain, l’armée de l’Air disposera en tout d’une dizaine d’A400M, dont six au standard tactique. Une véri­table flotte.

Les essais de poser sur des terrains difficiles ont été réalisés (à Manama), permettant aux pilotes d’affirmer que «l’appareil peut se poser partout». Restera à affiner l’autoprotection. Celle choisie à l’origine par les clients était, certes, «futuriste», mais pas vraiment opérationnelle. La solution, si sa mise au point s’avère encore trop compli­quée, sera d’utiliser une autre version déjà opérationnelle, utilisée par d’autres appareils français…

A Brienne, on a donc qualifié cette rencontre de «positive». Pour Airbus, elle doit symboliser le début de la fin des difficultés d’un appa­reil n’étant pas encore totale­ment mature. Et pour l’armée de l’Air, l’occa­sion de faire savoir qu’il fallait mettre un terme au bashing contre l’A400M.


Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11385
Points : 12731
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 68
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'actu de la MARINE NATIONALE, de notre défense et de nos alliés /2

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 34 Précédent  1, 2, 3 ... 18 ... 34  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum