Plaisir Croisière Forum
Connexion

Récupérer mon mot de passe

Twitter FPCroisière
Les posteurs les plus actifs de la semaine
Z06
 

Rechercher
 
 

Résultats par :
 

 


Rechercher Recherche avancée


L'actu de la MARINE NATIONALE, de notre défense et de nos alliés /2

Page 4 sur 34 Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 19 ... 34  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

CHAMMAL : HAWKEYE, LES YEUX ET LES OREILLES DU GROUPE AÉRONAVAL

Message par corsair le Lun 5 Déc - 16:54

03/12/2016

CHAMMAL : HAWKEYE, LES YEUX ET LES OREILLES DU GROUPE AÉRONAVAL




Sur le pont d’envol du porte-avions Charles de Gaulle, déployé avec son groupe aéronaval dans le cadre de l’opération Chammal, la silhouette peu commune des 2 avions E-2C Hawkeye intrigue. Cet aéronef particulier, propulsé par deux hélices et de puissants moteurs, est le seul avion de guet aérien avancé pouvant être embarqué. Focus sur cet « œil de faucon » essentiel dans les opérations menées depuis le porte-avions.
Pour les bâtiments du groupe aéronaval et les pilotes de chasse qui décollent tous les jours pour recueillir du renseignement et frapper Daech au-dessus de l’Irak et de la Syrie, le Hawkeye est une sorte de grand-frère. Ses cinq membres d’équipage, deux pilotes et trois tacticiens aéronautiques, sont toujours les premiers catapultés du pont d’envol du Charles de Gaulle et les derniers à apponter, souvent de nuit.




Une des premières missions du Hawekeye, «l’œil de faucon », est d’éclairer la force dans sa zone d’opérations à l’aide de ses différents capteurs dont son puissant radar si caractéristique qui permet de voir loin. Ce véritable « œil avancé » de la force contrôle également les aéronefs présents (chasse, ravitailleurs, drones …), il assure la coordination des missions aériennes et informe les contrôleurs tactiques opérationnels [1] de la situation « temps réél » sur le théâtre. Dans les casques de l'équipage, les échanges radios tactiques entre les aéronefs de la coalition grésillent. Les cinq membres d’équipages se répartissent près de dix réseaux radios qu’ils doivent veiller lors des missions opérationnelles, pour assurer la  coordination de l’activité aérienne dans la zone d’opération.



« Le théâtre du Levant est un zone d’opération très riche, qui permet aux équipages de la flottille d’exploiter tous les systèmes embarqués à bord du Hawkeye. La remise en question dans cet environnement dense et complexe est permanente et permet aux plus jeunes d’engranger une grande expérience opérationnelle. Relais radio au profit des avions de la coalition, transmissions d’ordres, détections radar, guerre électronique, c’est notre quotidien», témoigne le capitaine de corvette Ludovic, un des tactical air controller embarqué (TACAé) sur E-2C Hawkeye.
«Une mission du Hawkeye, c’est quasiment dix heures de travail », précise un des pilotes de la Flottille 4F à laquelle appartiennent les Hawkeye. « Il y a le briefing avant le vol, pour lequel nous recevons nos directives de la coalition via l’état-major embarqué à bord du Charles de Gaulle. Puis le vol proprement dit, qui dure plusieurs heures. Enfin, il y a le débriefing et les compte-rendus vers la coalition », énumère le capitaine de corvette Nicolas. Le groupe aéronaval peut bien compter sur ces marins du ciel pour voir loin, contrôler, coordonner les vols et rendre compte. Un travail d’équipage aéro-maritime.

[1] Le Combined air operation centre (CAOC) pour la coalition et le commandant de la zone maritime Méditerranée (CECMED) pour la France.


Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11385
Points : 12731
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 68
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

INHERENT RESOLVE : LE DIRECTEUR DU CENTRE DE COORDINATION DES OPÉRATIONS AÉRIENNES DE L’OPÉRATION À BORD DU PORTE-AVIONS

Message par corsair le Lun 5 Déc - 16:55

INHERENT RESOLVE : LE DIRECTEUR DU CENTRE DE COORDINATION DES OPÉRATIONS AÉRIENNES DE L’OPÉRATION À BORD DU PORTE-AVIONS


Agrandir cette image Cliquez ici pour la voir à sa taille originale.


Les 5 et 6 novembre 2016, le contre-amiral Olivier Lebas, commandant du groupe aéronaval, recevait à bord du porte-avions le brigadier-général Alain Pelletier, directeur du centre de coordination des opérations aériennes (Combined Air Operation Center - CAOC) de l’opération Inherent Resolve*.
Le CAOC, situé à Al-Udeid au Qatar, coordonne l’ensemble des opérations aériennes de l’opération Inherent Resolve. Le brigadier-général Alain Pelletier a rappelé que « la France est un très grand contributeur ». « Pour le soutien rapproché aux troupes au sol, la reconnaissance aérienne et le ravitaillement en vol, on se fie à la France pour contribuer non seulement en Irak mais en Syrie » 




« Professionnalisme et dévouement des marins français »

La venue du directeur du CAOC au cœur du groupe aéronaval vient souligner l’effort français à un moment clé des opérations en Syrie et en Irak. « De retour dans le cœur des opérations sur le Charles de Gaulle, j’ai pu voir non seulement le professionnalisme, le dévouement mais aussi la motivation des marins français à accomplir un travail, à livrer un effet » a précisé le brigadier-général Alain Pelletier.
Il a également tenu à remercier les familles qui soutiennent les militaires engagés car « l’efficacité opérationnelle n’est pas seulement due à la personne mais aussi au soutien que l’on reçoit de l’arrière ».
Le groupe aéronaval est déployé en Méditerranée orientale depuis le 29 septembre. Sous les ordres du contre-amiral Olivier Lebas, ce sont aujourd’hui plus de 3000 marins, 6 bâtiments de surface, un sous-marin, 26 avions et 8 hélicoptères de l’aéronautique navale qui contribuent à l’opération Inherent Resolve.

*Chammal constitue le volet français de l’opération Inherent Resolve


Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11385
Points : 12731
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 68
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

Le HMS Queen Elizabeth bientôt en mer

Message par corsair le Lun 5 Déc - 16:56

03/12/2016

Le HMS Queen Elizabeth bientôt en mer



Mis à l’eau à l’été 2014 au chantier Babcock de Rosyth et en phase finale d’achèvement à quai, le premier des deux nouveaux porte-avions britanniques va bientôt prendre la mer. Ses essais devraient débuter en mars, le HMS Queen Elizabeth allant quitter rapidement l’Ecosse pour rejoindre Portsmouth et y effectuer la suite de ses tests, notamment sur le plan aéronautique. Son premier déploiement n’est pas prévu avant 2021.  En cours d’assemblage à Rosyth, son sistership, le HMS Prince of Wales, devrait sortir de sa forme de construction l’an prochain.


Plus grands bâtiments militaires réalisés jusqu’ici en Europe, les deux nouveaux porte-avions britanniques mesureront 280 mètres de long pour une largeur de 70 mètres et afficheront un déplacement de 65.000 tonnes à pleine charge. Ils pourront mettre en œuvre jusqu’à 40 aéronefs, avec des avions à décollage court (via un tremplin) et appontage vertical F-35B, des hélicoptères (dont des Merlin ASaC d’alerte lointaine) et des drones.

La Royal Navy devrait utiliser en alternance un de ces bâtiments comme porte-avions et l'autre comme porte-hélicoptères.


Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11385
Points : 12731
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 68
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

Les Rafale français ont tiré 8 missiles SCALP contre les positions de l’EI à Raqqa

Message par corsair le Lun 5 Déc - 16:57

03/12/2016

Les Rafale français ont tiré 8 missiles SCALP contre les positions de l’EI à Raqqa



L’opération Chammal, menée contre l’État islamique (EI ou Daesh) en Irak et en Syrie, aura été marquée par un usage intensif des missiles de croisière SCALP (Système de croisière conventionnel autonome à longue portée).

Depuis le 15 décembre 2015, l’aviation française a effectué près de 10 raids aériens avec cette munition. Le dernier en date a été réalisé le 29 novembre par les Rafale du porte-avions Charles de Gaulle et ceux déployés par l’armée de l’Air en Jordanie contre « d’importantes installations militaires de Daesh au sud-ouest de la ville de Raqqa. »




En tout, 8 missiles SCALP, tirés par 4 Rafale de l’armée de l’Air et 2 Rafale M de l’aéronautique navale, ont détruit une installation de production et de stockage d’armes, notamment chimiques. Cette mission avait été planifiée par le commandement de la force interarmées (CJTF, Combined Joint Task Force), situé au Koweït, et conduite par le centre des opérations aériennes de la coalition (CAOC, combined air operations center) situé à Al Udeïd au Qatar.




Ce n’est pas la première fois que les aviateurs et les marins effectuent ensemble une « frappe dans la profondeur ». Un tel raid avait en effet été déjà mené dans la nuit du 15 au 16 octobre. Là aussi, 8 missiles SCALP furent tirés contre un entrepôt de l’EI, situé à une trentaine de kilomètres au sud de Mossoul.

Sur les 450 missiles SCALP livrés à l’armée de l’Air (et 50 à la Marine nationale), il était seulement prévu d’en moderniser une centaine dans le cadre de Loi de programme militaire (LPM) en cours. Aussi, autant puiser dans le stock, tant qu’ils ne sont pas encore « périmés ».

Cependant, l’État-major des armées (EMA) a donné une autre justification à cet emploi intense des missiles SCALP.

« Les raids Scalp font l’objet d’une planification précise et détaillée, afin d’optimiser les effets de cette arme aux spécificités uniques, sur des objectifs de haute valeur pour le groupe terroriste. À l’effet de surprise offert par l’arme, s’ajoute celui de la maîtrise des coups portés, limitant les dommages collatéraux, optimisant les effets contre Daesh. En choisissant précisément les points d’impact, après une phase de renseignement, ce type de frappe permet de détruire tous les endroits utilisés par le groupe terroriste quasi simultanément », explique-t-il.



Au cours de la semaine écoulée, l’aviation française a effectué 97 sorties au-dessus de l’Irak et de la Syrie, dont 5 de renseignement (ISR), 7 de commandement et de contrôle grâce aux E2C Hawkeye du porte-avions Charles de Gaulle et 85 de reconnaissance armée. En tout, elle a détruit 24 objectifs de l’EI.

infos+ corsair

Le SCALP-EG (acronyme de « Système de croisière conventionnel autonome à longue portée » et d'« Emploi général »), anciennement « Arme de précision tirée à grande distance », est un missile de croisière développé fin 1994 par Matra puis fabriqué par MBDA3. La version britannique est baptisée Storm Shadow. Cette arme est conçue pour frapper l'ennemi dans son territoire profond, quelle que soit la défense aérienne, grâce à sa furtivité qui le rend indétectable, y compris par les avions radars AWACS.

Il fait partie, avec l'Air-Sol Moyenne Portée; l'Apache et le MdCN, des missiles de croisière utilisés par l'armée française.
Portée >250 km2
Altitude de croisière 30 m - Vitesse 800 km/h


Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11385
Points : 12731
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 68
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

Donald Trump prend le risque de fâcher Pékin au sujet de Taïwan

Message par corsair le Mar 6 Déc - 8:17

Donald Trump prend le risque de fâcher Pékin au sujet de Taïwan

Le dernier coup que vient de faire Donald Trump, le prochain président des États-Unis, donne un aperçu de ce que pourrait être la politique étrangère américaine au cours des quatre – voire des huit – prochaines années.

Quand les États-Unis reconnurent officiellement la République populaire de Chine, ils s’engagèrent à ne plus avoir de liens diplomatiques avec Taïwan (ou État de la République de Chine), île que Pékin considère comme une province « rebelle », et à adhérer au principe de « Chine unique » (ou d’une « seule Chine »).

Aussi, le Congrès adopta, en 1979, le Taiwan Relations Act, afin de donner un cadre aux relations entre Washington et Taipeh. C’est d’ailleurs sur la base de ce texte que l’industrie américaine de l’armement fourni presque exclusivement du matériel militaire à l’ancienne Formose.

Et, depuis près de 40 ans, aucun président américain n’a remis en cause cette politique. Bien qu’il n’est pas encore installé dans le bureau ovale de la Maison Blanche, Donald Trump a rompu, le 2 décembre, avec cette posture, en ayant un entretien téléphonique avec Tsai Ing-wen, la président de Taïwan, élue en mai dernier.

Dans un premier temps, Pékin a minimisé l’importance de cet entretien. « Ce n’est qu’une basse manoeuvre manigancée par Taïwan, cela ne peut tout simplement pas modifier le cadre d’une seule Chine intégré par la communauté internationale » et « je ne pense pas que cela changera la politique adoptée depuis des années par les Etats-Unis », a en effet réagi Wang Yi, le ministre chinois des Affaires étrangères.

Puis, dans un second temps, la diplomatie chinoise a fait savoir qu’elle avait « protesté solennellement » auprès de Washington, en exigeant des autorités américaines de respecter le principe d’une « Chine unique ».

« Nous avons déjà transmis une protestation solennelle à la partie américaine concernée. Il faut insister sur le fait qu’il n’existe qu’une seule Chine et que Taïwan est une partie inaliénable du territoire chinois », a ainsi expliqué le ministère chinois des Affaires étrangères, via un communiqué.

Et d’ajouter, avant d’en appeler Washington à « traiter la question de Taïwan avec beaucoup de prudence » : « Le gouvernement de la République populaire de Chine est le seul gouvernement légitime représentant la Chine. C’est un fait reconnu par la communauté internationale et c’est le fondement politique des relations sino-américaines ».

Alors que la Maison Blanche a tenté de calmer le jeu en réaffirmant son attachement au principe d’une « seule Chine » (« Il n’y a aucun changement dans notre politique de longue date », a insisté Emily Horne, porte-parole du conseil de sécurité nationale), Donald Trump en a rajouté en trouvant « intéressant le fait que les États-Unis vendent des milliards de dollars d’équipements militaires à Taïwan mais (qu’il) ne devrait pas accepter un appel de félicitations » de la part de la présidente taïwanaise.

Visiblement, le successeur de Barack Obama à la Maison Blanche, qui lança plusieurs flèches contre Pékin durant la campagne électoral, pourrait rompre avec ce concept de « Chine unique ». En effet, son équipe a indiqué, dans un compte-rendu de la conversation en question, que Donald Trump et Tsa Ing-wen « ont pris note des liens étroits en matière économique, politique et de sécurité entre Taïwan et les Etats-Unis. »


Cependant, pour certains élus du Congrès, notamment démocrates, l’attitude de M. Trump inquiète. « Ce qui s’est passé ces 48 dernières heures n’est pas simplement une évolution. Ce sont des pivots majeurs en politique étrangère, sans aucune prévision. C’est ainsi que débutent des guerres », a ainsi réagi le sénateur (démocrate) Chris Murphy.


Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11385
Points : 12731
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 68
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

Le Royaume-Uni veut jouer un rôle militaire dans la région Asie-Pacifique

Message par corsair le Mar 6 Déc - 8:19

Le Royaume-Uni veut jouer un rôle militaire dans la région Asie-Pacifique



Pour la première fois depuis la fin de la Seconde Guerre Mondiale, des avions de combat britanniques, en l’occurrence 4 Eurofighter Typhoon du 2 Squadron de la Royal Air Force (RAF), se sont mesurés à des Mitsubishi F-2 et des F-15 japonais, dans le cadre de l’exercice Guardian North 16, organisé en octobre depuis la base aérienne nippone de Misawa.

Par la suite, ces avions britanniques ont été envoyés en Corée du Sud, précisément sur la base aérienne d’Osan, pour participer à un autre exercice militaire. Une première depuis 1953 et la fin de la guerre de Corée.

Cette « tournée » asiatique de la RAF montre l’intérêt de Londres pour la région Asie-Pacifique, confrontée à de nombreux défis sécuritaires, incarnés notamment par les menaces nucléaire et balistique nord-coréennes ainsi que par les différends territoriaux en mer de Chine méridionale, où Pékin pratique la politique du fait accompli en y aménageant des îlots à des fins militaires, ce qui laisse craindre une restriction de la liberté de navigation dans cette zone stratégique, étant donné qu’elle est un carrefour pour le commerce maritime mondial.


Or, comme l’a bien précisé la Cour permanente d’arbitrage (CPA) de La Haye, en juillet, Pékin n’a pas de « droits historiques » à faire valoir en mer de Chine méridionale.

« L’enjeu est de la plus haute importance, et pas uniquement pour la stabilité et la sécurité de la région [Asie-Pacifique] : si le doit de la mer n’est pas respecté aujourd’hui dans les mers de Chine, il sera menacé demain en Arctique, en Méditerranée ou ailleurs. Pour que les risques de conflit restent contenus, il nous faut défendre le droit, et nous défendre nous mêmes par le droit », avait ainsi estimé Jean-Yves Le Drian, le ministre français de la Défense, lors du dernier forum « Shangri-La Dialogue », en juin. Seulement, cela suppose également de la fermeté « face aux actions qui sapent les fondements de l’ordre international » et « au refus du droit et du dialogue. »

Si Canberra et Washington sont sur la même ligne, Londres l’est également. Ainsi, Kim Darroch, l’ambassadeur du Royaume-Uni aux États-Unis a indiqué, lors d’une d’un intervention devant un centre de réflexion, le 1er décembre, que les 4 Typhoon actuellement au Japon survoleraient les environs des zones contestées en mer de Chine méridionale afin d’y « faire valoir les droits de survol internationaux ».

En outre, le diplomate a assuré que les deux futurs porte-avions de la Royal Navy seront régulièrement déployés dans le Pacifique dès qu’ils seront opérationnels. « Nous partageons absolument l’objectif de cette administration américaine et de la suivante visant à protéger la liberté de navigation et de garder les routes maritimes et les voies aériennes ouvertes », a-t-il dit.

Et, a encore ajouté M. Darroch, « en dépit des préoccupations de la Grande-Bretagne au Moyen-Orient, nous allons essayer de jouer notre rôle dans le Pacifique. »

À Pékin, les propos du diplomate britannique ont diversement été appréciés. Le ministère chinois des Affaires étrangères a eu une réaction plutôt mesurée. « Tous les pays ont la liberté de naviguer et voler en mer de Chine du sud, conformément au droit international », a assuré un porte-parole. « Nous espérons que la partie concernée [le Royaume-Uni, ndlr] respectera les efforts des pays régionaux pour sauvegarder la paus et la stabilité en mer de Chine du Sud », a-t-il ajouté.

Cela étant, l’agence officielle Xinhua a fait entendre un autre son de cloche. « Ces remarques donnent l’impression que Londres pourrait bientôt changer d’attitude en suivant la politique d’ingérence des États-Unis et du Japon », a-t-elle commenté. « Si un avion de guerre britannique se lance dans une soi-disant ‘mission de liberté de navigation’ en mer de Chine du Sud, alors cela ne ferait que compliquer davantage la question et peser sur les relations prospères entre la Chine et la Grande-Bretagne », a-t-elle ajouté.


Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11385
Points : 12731
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 68
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

La Marine veut faire preuve « d’inventivité administrative » en faveur de son personnel féminin

Message par corsair le Mar 6 Déc - 8:20

La Marine veut faire preuve « d’inventivité administrative » en faveur de son personnel féminin



Les tenants de la « théorie » du genre (qui n’existe pas, selon les universitaires, qui parlent d’ »études sur le genre ») ne devraient pas apprécier les propos de l’amiral Christophe Prazuck, le chef d’état-major de la Marine nationale (CEMM).

Interrogé sur le taux de féminisation de la Marine lors d’une audition devant la commission sénatoriale des Affaires étrangères et des Forces armées, l’amiral Prazuck a en effet affirmé que les femmes « ont des choix de métiers et de spécialités différents de ceux des hommes ». Et de préciser : « L’homme veut naviguer, être sur un bateau, faire la guerre. La femme veut acquérir une compétente technique, managériale. »

Cela étant, les spécialités à bord des sous-marins ne sont pas ouvertes aux femmes… Mais cela devrait changer à partir de 2017, à l’issue d’une expérimentation dont le principe a été défini par l’amiral Bernard Rogel, le précédent CEMM.

Quoi qu’il en soit, et même s’il y a des exceptions, les femmes n’ont pas toujours les mêmes perspectives de carrière que les hommes. Et cela vient du fait, a expliqué l’amiral Prazuck, qu’elles « s’en vont en moyenne à 32 ans parce qu’elles veulent fonder une famille. Elles ont intégré cet élément dès leur entrée dans la Marine. »

Et cela, a-t-il continué, alors que « les femmes en première partie de carrière réussissent parfaitement, sont extrêmement performantes. » Aussi, a jouté le CEMM, « je pense que nous devons poursuivre l’effort pour les conserver dans la Marine. » Reste à voir comment.


Pour l’amiral Prazuck, il faudrait faire preuve « d’inventivité administrative » pour « amener davantage de femmes à franchir la décennie difficile durant laquelle elles ont des enfants en bas âge. »

Et « cela signifie qu’il faut introduire plus de souplesse pour permettre à ces officiers mariniers, pendant 4 ou 5 ans, d’occuper des emplois de fonctionnaires civils au sein du ministère de la défense ou dans les industries de défense pour revenir, 4 ou 5 ans plus tard, reprendre leurs fonctions », a détaillé l’amiral Prazuck. « Cela ne me semble pas hors de portée, mais nous n’avons cependant pas pour l’instant les outils pour ce faire », a-t-il conclu.


Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11385
Points : 12731
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 68
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

La Marine a passé un pacte de « non agression » avec le secteur privé pour garder ses spécialistes

Message par corsair le Mar 6 Déc - 8:21


La Marine a passé un pacte de « non agression » avec le secteur privé pour garder ses spécialistes




Gérer le personnel de la Marine nationale est un exercice à la fois compliqué et délicat. Sur un navire, il faut « rassembler le plus grand nombre de compétences dans l’équipage le plus petit possible », a résumé l’amiral Christophe Prazuck, son chef d’état-major (CEMM), lors d’une audition au Sénat.

En outre, et contrairement à la gestion des ressources humaines au sein d’une entreprise privée, la Marine, comme les autres armées, raisonne en termes de flux et non en « stock » d’employés. En clair, il faut faire en sorte que les équipages aient une moyenne âge d’au moins 28-30 ans (« Il n’existe pas de marine avec des matelots de cinquante ans », a souligné le CEMM), ce qui suppose un renouvellement d’environ 10% des effectifs par an. Dans le même temps, il faut pouvoir compter sur des marins compétents et expérimentés dans leur domaine de spécialité, d’où un gros effort en matière de formation.

À cela s’ajoute une autre difficulté : il ne suffit pas de recruter des futurs spécialistes. En effet, les recrues potentielles de la Marine doivent accepter un mode de vie qui va à-rebours des aspirations actuelles. « Partir loin, longtemps, laisser sa famille, vivre dans une communauté, un équipage, parfois avec quelqu’un qui vous agace, à côté de qui vous allez vivre durant 70 jours, demande des compétences qui ne sont pas techniques », a expliqué l’amiral Prazuck.


Par ailleurs, la Marine compte des marins ayant des compétences particulièrement recherchées par le secteur civil, notamment dans les domaines du nucléaire, de l’informatique, de l’aéronautique et de l’hydraulique. Et les sirènes du privé leur promettent moins de sujétions et un salaire plus élevé. D’où la tentation de ne pas renouveler leur contrat…

« Actuellement, sur le Charles-de-Gaulle, j’ai vingt-quatre Rafale et un taux de disponibilité de 94 %. Les marins qui en sont responsables sont en mer depuis début septembre, et travaillent dans un hangar. Il existe un savoir-faire, une autonomie et un sens du travail en équipe remarquables, et on vient me les retirer! », a déploré l’amiral Prazuck.

Aussi, a-t-il dit aux sénateurs, « nous avons donc passé des pactes de non-agression avec certaines entreprises, et je dispose d’une prime de fidélisation que je peux accorder à ceux qui sont dotés d’une compétence particulière. Il y a deux ans, j’en avais soixante à distribuer. Pour ce faire, j’ai dû en approcher plus de deux cents, qui devaient en échange signer un engagement à rester au service. »

Plus globalement, la gestion des ressources humaines est un point de vigilance pour l’amiral Prazuck, comme d’ailleurs pour tous ses homologues européens. Outre la fidélisation des marins disposant de compétences « pointues », il a dit avoir l’intention d’améliorer l’attractivité de l’embarquement et de porter une attention particulière sur les marins âgés de 30 à 40 ans, lesquels ont, « dans nos études sociologiques », le « plus de difficultés à joindre les deux bouts. »

« Il existe un taux de chômage important parmi les conjoints de marins, ainsi que des difficultés de logement. Il est important pour moi de développer une politique sociale adaptée aux situations que rencontrent les marins à Brest et Toulon, qui sont singulières et différentes. On peut avoir des politiques globales, mais la situation qui existe à Toulon est différente de celle de Brest, et il faut en tenir compte », a expliqué le CEMM.


Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11385
Points : 12731
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 68
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

Un « moine guerrier » nommé à la tête du Pentagone

Message par corsair le Mar 6 Déc - 8:22

corsair a écrit:02/12/2016

Un « moine guerrier » nommé à la tête du Pentagone


Peu à peu, la future administration américaine prend forme. Ainsi, en matière de sécurité et de défense, Donald Trump, qui succédera à Barack Obama en janvier prochain, a déjà nommé l’ex-général Michael Flynn au poste de conseiller à la sécurité nationale et le « faucon » Mike Pompeo à la CIA.



Ancien directeur de la DIA (Defense Intelligence Agency, le renseignement militaire), le général Flynn est très critique à l’égard des interventions américaines en Afghanistan et en Irak. « Des erreurs dramatiques ont été commises. La principale a été l’incapacité à comprendre ceux que nous venions aider. Nous avons essayé d’imposer nos valeurs, notre mode de vie, nous avons tenté de faire du nation-building au lieu de simplement combattre l’ennemi et permettre aux populations d’avoir l’État de leur choix », a-t-il confié au journaliste Antoine Vitkine, en mai dernier.

Mais le général Flynn, qui a quitté la DIA en raison, dit-il, de désaccords avec l’administration Obama sur la conduite à tenir en Syrie, est aussi connu pour ses propos polémiques sur l’islam. « Nous avons un problème majeur, que personne ne veut reconnaître, à cause du politiquement correct : c’est l’islam. Cette religion est un problème. Je ne parle pas du monde musulman, mais de l’islam », croit-il. Enfin, plaidant pour un soutien accru à Israël (mais aussi à l’Égypte), il est de ceux qui ont dénoncé l’accord sur le programme nucléaire iranien.

Tout comme Mike Pompeo. Ce major de la promotion 1986 de l’académie militaire de West Point qui quitta l’uniforme 5 ans plus tard pour entamer des études de droit à Harvard était un membre de la commission du renseignement de la Chambre des représentants, où il a su gagner l’estime de ses adversaires politiques. Et pour lui, l’Iran est la source de l’instabilité au Moyen-Orient.

« Vous pouvez retracer l’origine d’une grande partie de la volatilité actuelle du Moyen-Orient, et de la série d’innombrables problèmes qui s’y posent, à la révolution iranienne de 1979″, a-t-il en effet déclaré en décembre 2015. « J’ai hâte de voir repousser cet accord désastreux avec le plus grand Etat financeur du terrorisme », a-t-il encore récemment affirmé au sujet du programme nucléaire iranien.

Et celui qui devrait être le prochain chef du Pentagone est sur la même ligne. En effet, le 1er décembre, Donald Trump a annoncé qu’il nommerait le général James Mattis, alias « Mad Dog », « Chaos  » et « Warrior Monk » [moine guerrier, ndlr] au poste de secrétaire à la Défense.

« Je considère que l’État islamique (EI ou Daesh) n’est rien de plus qu’un prétexte pour l’Iran de poursuivre ses méfaits. L’Iran n’est pas un ennemi de l’EI et il a beaucoup à gagner avec l’agitation que l’EI crée dans la région », a-t-il ainsi estimé dans les colonnes du Washington Examiner, en avril 2016. En outre, il considère que l’accord sur le nucléaire iranien est mauvais dans la mesure où, selon lui, les inspections « risquent de ne pas empêcher Téhéran de développer des armes nucléaires », au plus permettront-elles « d’avoir de meilleures coordonnées des cibles dans le cas d’un possible combat futur. » Le ton est donné.

Par ailleurs, la nomination du général Mattis, issu de l’US Marine Corps, risque de bousculer les habitudes au Pentagone. En tout cas, sa personnalité le suggère. Cet homme de terrain qui peut lire du Marc Aurèle sur un théâtre d’opérations, a été quasiment de toutes les interventions militaires américaines au Moyen-Orient et en Asie centrale depuis 1991. C’est d’ailleurs ainsi qu’il s’est fait une réputation.

Aussi, le général Mattis connaît bien l’Irak pour y avoir commandé la 1st Marine Division et participé aux opérations menées en 2004 à Falloujah (« Resolve Vigilant » en avril et « Phantom Fury » en novembre). Après un temps passé au Commandement Allié Transformation (ACT) de l’Otan, il a terminé sa riche carrière militaire à la tête l’US CENTCOM, le commandement militaire américain pour le Moyen-Orient et l’Asie centrale.

Le général Mattis est « l’un de nos plus grands combattants et stratèges militaires », avait dit de lui, en 2010, Robert Gates, alors secrétaire à la Défense.

Célibataire et sans enfant, le général Mattis est un féru d’histoire militaire, au point que sa bibliothèque compterait pas moins de 7.000 ouvrages. De là vient son surnom de « moine guerrier ». En outre, il n’est pas un « fou de guerre » : « Chaque fois que vous montrez de la colère ou du dégoût envers les civils, c’est une victoire pour al-Qaïda et les autres insurgés », a-t-il dit à ses hommes.

En outre, pour lui, la réflexion doit primer sur le reste. « Utilisez votre cerveau avant d’utiliser votre arme », a-t-il ainsi lancé à ses troupes. « Les 6 pouces [15 cm, ndlr] les plus importants sur le champ de bataille sont entre vos deux oreilles », a-t-il également dit, s’inscrivant ainsi dans la lignée d’un maréchal Lyautey (« Quand les talons claquent, l’esprit se vide »). Et, pour lui, un militaire doit toujours chercher à apprendre. D’où ses listes de livres à lire envoyées à ses subordonnés, qu’ils soient colonels ou caporaux.

Mais le général Mattis a aussi pu tenir certains propos peu « politiquement corrects ». « Soyez polis, soyez professionnels, mais gardez en tête un plan pour tuer toutes les personnes que vous pouvez avoir l’occasion de rencontrer », a-t-il aussi recommandé à ses troupes. Ou encore, s’adressant à des recrues : « La première fois que tu descends quelqu’un, ce n’est pas rien, c’est le moment où tu réalises qu’il y a des trous de balle dans le monde qui ont besoin d’être refroidis. »

Cela étant, le général Mattis va-t-il réussir à réformer le Pentagone, et surtout sa bureaucratie? (« PowerPoint nous rend stupides » a-t-il dit). Rien n’est moins sûr… Sa nomination peut toutefois poser quelques réserves.

En effet, étant donné qu’il n’a quitté l’uniforme que très récemment [en 2013, ndlr] et en raison de ses états de service ainsi que de sa réputation, James Mattis risque faire de l’ombre au chef d’état-major interarmées, le général Joseph Dunford, issu, comme lui, de l’US Marine Corps.

En outre, avec deux « Marines » aux postes les plus importants du Pentagone, il n’est pas impossible que les autres branches de l’armée américaine puissent en prendre ombrage, notamment quand il s’agira d’arbitrer les priorités budgétaires. Et là, James Mattis saura-t-il éviter une « guerre des boutons »?

04/12/2016

La nomination du général Mattis à la tête du Pentagone va se heurter à un écueil législatif

Le 1er décembre, le prochain président des États-Unis, Donald Trump, a annoncé que son secrétaire à la Défense serait le général James « Mad Dog » Mattis (alias le « moine guerrier »). Le choix de cette figure de l’US Marine Corps (USMC) a plutôt bien été accueilli outre-Atlantique. Seulement, il peut susciter quelques réserves.

Le général Mattis a quitté l’uniforme en 2013, après avoir occupé les fonctions de chef de l’US Centcom, le commandement militaire américain pour l’Asie centrale et le Moyen-Orient. Sa nomination à la tête du Pentagone, en raison de ses états de service et de sa réputation, risque, par exemple, de faire de l’ombre au chef d’état-major interarmées, à savoir le général Joseph Dunford, issu lui aussi de l’USMC.


Le législateur américain avait prévu un tel cas de figure. En effet, pour qu’un ancien militaire puisse prendre les fonctions de secrétaire à la Défense, la Section 903(a) du « National Defense Authorization act » impose un délai de 7 ans entre la date de son départ de l’armée et celle de sa nomination. Or, le général Mattis ne répond pas à ce critère.

Pour que le Congrès valide sa nomination à la tête du Pentagone, le général Mattis devra obtenir une dérogation. Ce n’est pas un cas inédit : le général Georges Marshall avait été nommé secrétaire à la Défense par le président Harry S. Trumman seulement 5 ans après avoir quitté l’armée (et à l’époque, la loi imposait un délai de 10 ans).

Reste donc à voir si le Sénat sera prêt à accorder une telle dérogation. En tout cas, le très influent sénateur John McCain, qui préside le Comité des forces armées, y serait favorable. Le général Mattis est « l’un des meilleurs officiers de sa génération et un leader extraordinaire. J’espère qu’il aura l’occasion de servir à nouveau les États-Unis », a-t-il affirmé au sujet du « moine guerrier ».


Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11385
Points : 12731
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 68
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

Les services russes disent avoir éliminé « l’émir » de l’État islamique pour le Caucase

Message par corsair le Mar 6 Déc - 8:23

Les services russes disent avoir éliminé « l’émir » de l’État islamique pour le Caucase

Via un communiqué, le Service fédéral de sécurité (FSB) russe a annoncé, ce 4 décembre, avoir éliminé Roustam Aselderov, c’est à dire l’émir de l’État islamique (EI) pour le Caucase, au cours d’une opération menée dans le Daguestan.



Le FSB avait préalablement repéré Aslederov dans une « habitation privée » située dans la ville de Makhatchkala, la capitale de la république russe du Daguestan. Les militants de l’EI ont ensuite été encerclés par les forces de sécurité, avant d’être « neutralisés » par ces dernières.

« Parmi les bandits neutralisés, ont été identifiés le chef de la branche de l’État islamique pour la région du Caucase, Roustam Aselderov, et quatre de ses proches collaborateurs », a ainsi expliqué le FSB, qui a précisé avoir mis la main sur des « armes automatiques et une grande quantité de munitions et d’explosifs » à l’issue de cette opération.


Á la mort de leur chef, savoir Dokou Oumarov, tué lui aussi au cours d’une opération du FSB, de nombreux jihadistes caucasiens se tournèrent vers l’État islamique, quitte à s’opposer frontalement à leur nouveau chef, Aliaskhab Kebekov.

Seulement, comme ce dernier fut aussi tué par le FSB en avril 2015, l’Émirat du Caucase put faire, deux mois plus tard, officiellement allégeance à Abou Bakr al-Baghdadi, le chef de l’EI.

« Nous témoignons de ce que tous les combattants du Caucase, de la wilaya de Tchétchénie, de Daguestan, d’Ingouchie et de Kabardino-Balkarie sont unis dans cette décision et que nous n’avons pas de désaccords », avait fait valoir le groupe terroriste caucasien. L’EI ne tarda pas à accepter ce ralliement et nomma à sa tête un certain Roustam Aselderov, qui fut l’un des premiers chefs jihadistes du Caucase à exprimer son soutien à al-Baghdadi.

Depuis, l’Émirat du Caucase a multiplié les attaques, notamment contre la police, au Daguestan. Et, en octobre dernier, la tête d’Aselderov fut mise à prix pour 5 millions de roubles (78.000 dollars).

Selon le FSB, Aselderov aurait été impliqué dans plusieurs attaques commises ailleurs qu’au Daguestan. Ainsi, il aurait participé aux attentats à la bombe qui firent, en 2013, 34 tués à Volgograd. En outre, il aurait été l’instigateur d’un attentat qui devait être commis lors du réveillon du Nouvel An 2010, sur la place Rouge, à Moscou.


Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11385
Points : 12731
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 68
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

LA CHASSE EMBARQUÉE VA S'ENTRAÎNER AVEC LA GARDE NATIONALE CHYPRIOTE

Message par corsair le Mar 6 Déc - 8:23

LA CHASSE EMBARQUÉE VA S'ENTRAÎNER AVEC LA GARDE NATIONALE CHYPRIOTE

Actuellement, le groupe aéronaval constitué autour du porte-avions Charles de Gaulle navigue dans la mer Méditerranée orientale dans le cadre des opérations au-dessus de l'Irak et de la Syrie, contre l'organisation Etat Islamique (opération Chammal / Inherent Resolve).



Toutefois, la présence de cette diplomatie navale française au Levant ne se limite pas aux missions opérationnelles, et des missions d'entraînement et des exercices binationaux sont aussi mis en place avec les pays de la région.

C'est notamment le cas avec Chypre, pays avec lequel la France vient de lancer l'exercice TALOS 2016.

En effet, selon le communiqué de presse publié par la Garde Nationale Chypriote ce lundi 28 novembre 2016, des missions communes vont se dérouler entre des éléments militaires chypriotes et les avions de combat de la Chasse Embarquée.


Cet exercice doit se tenir du 29 novembre au 1er décembre 2016 sur une large partie du territoire chypriote, ainsi qu'au-dessus des eaux territoriales de l'île, toujours selon les informations officielles.

Les militaires vont réaliser des missions de combat aérien ainsi que des missions d'Air Interdiction. Ces dernières consistent à mener à bien des frappes planifiées contre des objectifs prédéfinis, et qui seront défendus par des éléments de la Garde Nationale Chypriote.

Pour protéger ces objectifs, les militaires Chypriotes peuvent compter sur les missiles sol-air de courte portée 9K330 Tor-M1 (code OTAN SA-15 Gauntlet), sur les missiles sol-air à guidage radar et de moyenne portée du 9K38 «Buk-M1-2» (code OTAN SA-17 Grizzly), sur les missiles français sol-air très courte portée Mistral, ainsi que sur le canon anti-aérien Oerlikon 35 mm, de fabrication suisse.

Concernant la composante aérienne de la Garde Nationale Chypriote, celle-ci se compose de trois hélicoptères AW139A pour les missions SAR et la surveillance maritime, de onze Mi-35P Black Panther pour les missions d'attaque au sol, et de quatre SA-340 Gazelle pour l'appui aérien rapproché. 

L'ensemble de ces appareils sont stationnés sur la base aérienne de Papandreou, qui jouxte l'aéroport international de Paphos, situé dans le sud-ouest de l'île.


Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11385
Points : 12731
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 68
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

QUAND UN KC-30A MRTT AUSTRALIEN RAVITAILLE EN VOL UN B-1B LANCER DE L'US AIR FORCE

Message par corsair le Mar 6 Déc - 8:24


QUAND UN KC-30A MRTT AUSTRALIEN RAVITAILLE EN VOL UN B-1B LANCER DE L'US AIR FORCE




puis plusieurs mois maintenant, la Royal Australian Air Force (RAAF, Force Aérienne Royale Australienne) multiplie les essais de ravitaillement en vol avec plusieurs aéronefs de combat et de soutien aux opérations aériennes.

Dernièrement, entre la fin du mois d'octobre et le début de novembre 2016, un ravitailleur KC-30A MRTT s'est rendu aux Etats-Unis afin de mener des essais de ravitaillement en vol avec un bombardier B-1B Lancer, de l'US Air Force (USAF).

Selon la publication de la RAAF , cette campagne a nécessité pas moins de sept vols, au cours desquels 100 000 litres de kérosène ont été transféré au Lancer par l'équipage australien du No. 33 Squadron, soutenu par des militaires de l'Aircraft Research and Development Unit.


La RAAF précise que l'ensemble des résultats récoltés doivent encore être étudiés mais une fois cette étape passée, les KC-30A MRTT australiens pourront ravitailler en vol ce type de bombardier, en service uniquement au sein de l'US Air Force.

Cette ouverte de capacité permettra notamment au KC-30A MRTT engagé dans l'opération australienne Okra, dans le cadre des frappes aériennes contre l'organisation Etat Islamique, d'élargir son champ d'action avec la possibilité de ravitailler les B-1B Lancer de l'US Air Force déployés au Moyen-Orient.







Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11385
Points : 12731
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 68
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

[b]Un avion Su-33 russe s’abîme en mer après avoir raté son appontage[/b]

Message par corsair le Mar 6 Déc - 8:25

05/12/2016

Un avion Su-33 russe s’abîme en mer après avoir raté son appontage



Un avion Su-33 Flanker-D de la marine russe s’est abîmé en mer, alors qu’il était en train d’apponter sur le porte-avions « Amiral Kouznetsov », actuellement déployé en Méditerranée orientale.

« Après avoir mené une mission de combat en Syrie, l’avion de chasse Soukhoï-33 a dépassé la piste d’atterrissage en essayant d’apponter sur le porte-avions Amiral Kouznetsov », a en effet déclaré le ministère russe de la Défense, sans préciser la date à laquelle cet incident s’est produit.

Selon la même source, la crosse d’appontage du Su-33 aurait bien accroché un brin d’arrêt. Mais ce dernier s’étant rompu, l’avion a fini sa course dans la mer. « Le pilote est parvenu à s’éjecter, les sauveteurs l’ont immédiatement transporté à bord d’Amiral Kouznetsov. Sa santé du pilote n’est pas en danger », a précisé Moscou.


Cela étant, l’on ignore si ce Su-33 revenait de la base aérienne russe de Hmeimim, située dans la province de Lattaquié (Syrie), où une photographie prise par satellite avait permis d’y déterminer la présence d’une grande partie du groupe aérien embarqué (GAé) à bord de l’Amiral Kouznetsov.

Quoi qu’il en soit, le ministère russe de la Défense a assuré que le porte-avions fonctionne « normalement » et que « l’aviation embarquée poursuit ses vols conformément aux objectifs fixés. »

Il s’agit du second avion perdu par l’Amiral Kouznetsov en moins d’un mois. Le 14 novembre, un MiG-29 s’était également abîmé en mer, à cause, indirectement, d’un brin d’arrêt rompu.

Pour rappel, le groupe aérien embarqué russe se composait de 8 Su-33 et de 4 MiG-29. Avec ces deux accidents, il a déjà perdu 16,5% de ses capacités…

Vidéo : L’exercice délicat de l’appontage d’un Su-33



Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11385
Points : 12731
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 68
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'actu de la MARINE NATIONALE, de notre défense et de nos alliés /2

Message par corsair le Mer 7 Déc - 8:14

« Au combat, le premier mort, c’est le plan », rappelait récemment le général Pierre de Villiers, le chef d’état-major des armées. Et il est vrai que rien ne se passe jamais comme prévu quand on planifie une opération militaire.



Ainsi en a-t-il été de l’offensive lancée en mai dernier pour chasser la branche libyenne de l’État islamique de la ville de Syrte. Au début, ce n’était l’affaire que de quelques semaines. Or, il aura finalement fallu 6 mois aux milices de Misrata, loyales au gouvernement d’union national (GNA) libyen, pour venir à bout des jihadistes.

En effet, Tripoli a annoncé, ce 5 décembre, la reprise totale de Syrte. « Nos forces ont constaté aujourd’hui un effondrement total des djihadistes, et des dizaines d’entre eux se sont déjà livrés à nos forces », a indiqué Reda Issa, un porte-parole des forces loyales au GNA.

La première phase de l’opération, qui a consisté à encercler Syrte, s’est déroulée sans trop de problèmes, ce premier objectif ayant été atteint en juin dernier. Ce qui n’a pas été le cas de la seconde, c’est à dire quand il a fallu aux forces libyennes engager le combat à l’intérieur de la ville, face un adversaire rompu aux tactiques de la guérilla urbaine.


En août, Tripoli a donc demandé un appui aérien aux États-Unis. Appui fourni par les AV-8 Harrier II et les hélicoptères d’attaque AH-1W SuperCobra de l’US Marine Corps (USMC), engagés depuis le navire d’assaut amphibie USS Wasp. Le Pentagone pensait alors que ce ne serait l’affaire que de quelques semaines, tout au plus. En fait, cette campagne aérienne aura duré plus de trois mois, avec près de 400 frappes à la clé.

Le 1er décembre, un porte-parole du Pentagone, le capitaine de vaisseau Jeff Davis, expliquait que les jihadistes encore présents à Syrte s’étaient retranchés dans « deux derniers pâtés de maison ». Ils « sont très peu nombreux mais ils sont tenaces et ils combattent jusqu’à la mort », avait-il souligné.

Finalement, les forces du GNA ont eu enfin raison de ce dernier carré. Mais leurs pertes sont lourdes : les combats auraient fait plus de 700 tués et 3.000 blessés dans leurs rangs. Aucun bilan, côté jihadiste, n’a été avancé. L’on sait seulement que les effectifs de l’EI à Syrte avaient été évalués à 3.000 combattants environ avant le début de l’offensive.

Alors que l’EI est sur la défensive à Mossoul (Irak) et à Raqqa (Syrie), la perte de Syrte est un sérieux revers pour l’organisation jihadiste. Pour autant, elle ne signifie pas la fin de sa présence en Libye.

En juillet, le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, s’inquiétait justement d’une possible « dissémination de l’EI » en Afrique du Nord. « À l’avenir, l’impact des combattants de l’EI éparpillés sur des groupes armés dans le sud pourrait devenir une source d’inquiétude « , avait-il estimé.

Quoi qu’il en soit, ce dénouement à Syrte peut évidemment jouer en faveur du gouvernement libyen d’union nationale, qui peine à asseoir son autorité (et sa légitimité) dans le pays.


Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11385
Points : 12731
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 68
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

Amiral Prazuck : En envoyant des sous-marins près des côtes françaises, Moscou « affirme sa puissance »

Message par corsair le Mer 7 Déc - 8:15

06/12/2016

Amiral Prazuck : En envoyant des sous-marins près des côtes françaises, Moscou « affirme sa puissance »




Ce 5 décembre, le chef d’état-major de la Marine nationale (CEMM), l’amiral Christophe Prazuck, est revenu sur les propos récemment tenus par le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, selon qui les incursions de sous-marins russes dans le golfe de Gascogne défiaient « nos capacité de patrouille maritime ».

Ainsi, pour l’amiral Prazuck, ces incursions sont de la même nature que les vols des bombardiers stratégiques russes près de l’espace aérien des pays de l’Otan (dont la France).

« De la même manière qu’ils mènent des vols à long rayon d’action qui viennent longer nos côtes et dire: ‘Nous sommes là, nous sommes une puissance européenne, et mondiale’, ils font la même chose sous la mer », a en effet expliqué le CEMM. Est-ce à dire que les sous-marins russes tiennent à faire connaître leur présence?

« En matière de lutte anti sous-marine, la France a un niveau exceptionnel », a assuré l’amiral Prazuck. Notamment avec les frégates multimissions (FREMM), dont les performances « nous donnent un avantage face à la prolifération de sous-marins ». Et d’ajouter : « Nous avons absolument besoin de ces systèmes. »


Sauf que le nombre de FREMM appelées à être mises en service au sein de la Marine nationale n’a cessé de dégringoler au cours des dernières Lois de programmation militaire (LPM). Désormais, 8 navires de ce type seront en dotation, la cible des 15 frégates de premier rang, affirmée par le dernier Livre blanc sur la Défense, devant être atteinte grâce à la commande de 5 frégates de taille intermédiaire (FTI). Cela étant, ces bâtiment auront des capacités de lutte anti-sous-marine robustes.

Cependant, les capacités actuelles de la Marine nationale « capacités permettent de surveiller certaines zones précises, comme par exemple les abords du groupe aéro-naval comprenant le porte-avions Charles-de-Gaulle quand il est déployé, mais il n’est pas possible de surveiller en permanence l’ensemble des côtes françaises et des lieux stratégiques« , a expliqué l’amiral Prazuck, selon le compte-rendu de ses propos diffusé par l’AFP.

« Interdire à un sous-marin d’approcher à proximité d’un porte-avion, nettoyer une zone, être sûr que dans une zone il n’y aura personne ou que si quelqu’un rentre dans une zone on l’aura détecté, on peut l’obtenir », a-t-il continué. « Mais assurer qu’on entendra tout ce qui se passe de la Patagonie au Groenland, ça on ne peut pas », a-t-il souligné.

S’agissant de la puissance navale russe, le CEMM estime qu’elle « se développe de façon manifeste », avec des « sous-marins extrêmement performants ». Et d’ajouter : « Ils [les Russes, ndlr] ont des modèles Kilo en mer Noire, une demi-douzaine, et dans l’Atlantique ils ont des SNA [sous-marins nucléaires d'attaque, ndlr], qui sont très performants. »

« Ce sont des capacités militaires de tout premier plan, qu’ils emploient toujours de manière très réfléchie et contrastée : il y a des domaines dans lesquels ils sont puissants et où ils peuvent avoir des postures un peu compétitives », a estimé l’amiral Prazuck.


Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11385
Points : 12731
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 68
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

Amiral Prazuck : « Notre défense commence au large »

Message par corsair le Mer 7 Déc - 8:17

Amiral Prazuck : « Notre défense commence au large »

Interview




Chef d’état-major de la Marine nationale depuis juillet dernier, l’amiral Christophe Prazuck ne s’était pas encore exprimé longuement dans les media. Dans cette interview accordée à Mer et Marine, le patron de la flotte française affiche ses priorités et donne sa vision de l’avenir. Opérations, renouvellement des équipements, ressources humaines… la marine, particulièrement sollicitée depuis plusieurs années pour des missions très variées, évolue dans un contexte géostratégique complexe, marqué par une instabilité internationale croissante et une dimension maritime de plus en plus importante. Avec en toile de fond une multiplication des menaces et un nombre toujours plus important de pays se dotant de forces navales et sous-marines, obligeant la France à maintenir une flotte robuste, globale et technologiquement en pointe, capable de défendre ses intérêts et ses territoires partout dans le monde.  

Question? : Quelles sont vos priorités en tant que Chef d’état-major de la marine ?

AMIRAL CHRISTOPHE PRAZUCK : Le renouvellement, la régénération et la robustesse.

Le renouvellement de notre flotte de combat et de souveraineté. Il a débuté dans la première décennie du siècle et s’achèvera vers 2030 avec les livraisons de la cinquième frégate FTI et du sixième sous-marin Barracuda. D’ici là les Atlantique II comme les frégates La Fayette auront été rénovés, les patrouilleurs remplacés, les forces spéciales rééquipées. Il s’agit de renouveler des unités conçues dans les années 70 et de faire face aux menaces d’aujourd’hui. C’est une nécessité absolue.

La régénération de nos unités qui sont extrêmement sollicitées, bien au-delà des contrats opérationnels définis dans le Livre Blanc. Nous devons les faire durer jusqu’à leur remplacement. Les aléas techniques se multiplient et les moyens accordés aux unités et aux services chargés de leur maintien en condition opérationnelle doivent être à la mesure de notre niveau d’engagement.

La robustesse enfin de notre modèle des ressources humaines. Nos unités changent, nos métiers changent, les jeunes Français changent. Les exigences de la mer et des bâtiments de combat perdurent: absence de longue durée, autonomie, vie en communauté. Recruter les marins, les former, les conserver dans nos rangs, requièrent des efforts et de l’imagination. Chaque marin compte.

Quels seront, à votre avis, les grands enjeux navals et les principales menaces dans les années à venir ?

Mon enjeu principal, c’est l’engagement de la marine de combat qui est aujourd’hui extrêmement sollicitée et le restera durablement.

Elle l’est dans un environnement naval qui évolue avec des puissances mondiales et régionales qui développent leurs moyens (porte-avions, sous-marins, frégates), qui étendent leur rayon d’action en mer, qui mettent en œuvre des stratégies de déni d’accès, qui remettent en cause les règles internationales.

Nos unités et nos marins sont également lourdement engagés dans la protection du territoire national, comme dans la protection de nos intérêts dans nos zones économiques exclusives. Enfin, et surtout, nous assurons la permanence à la mer de la composante océanique de la dissuasion.

Durer, élever nos capacités opérationnelles pour faire face aux enjeux de puissance, aux enjeux de souveraineté maritime et aux enjeux de protection du territoire national, ce sont les défis de la marine dans les dix années à venir. Notre défense commence au large.

Quels sont les « points chauds » où la marine doit renforcer sa présence ? Les déploiements vers l’Asie et l’Arctique vont-ils continuer à se développer ? Pourquoi ?

Nos bâtiments de combat sont déployés depuis plusieurs années en permanence sur cinq théâtres.  Le modèle de l’ « arc de crise », établi en 2008 et confirmé en 2013, est pertinent : trois de nos cinq déploiements permanents (Golfe Arabo-Persique, Méditerranée orientale, Méditerranée centrale) s’y rattachent. L’Atlantique Nord requiert également une présence dense et constante de moyens spécialisés dans la lutte sous la mer : frégates, hélicoptères, sous-marins d’attaque, avions de patrouille maritime. Enfin, le Golfe de Guinée connaît depuis quelques années une recrudescence  d’instabilité et de piraterie. Nous y sommes présents sans discontinuer depuis 1990 (mission « Corymbe ») et y conduisons désormais une mission complémentaire de formation des marines riveraines, baptisée « NEMO ».

Au-delà de ces cinq déploiements permanents, notre attachement à la liberté de la navigation nous conduit notamment à déployer plusieurs fois par an  des unités dans la zone Asie-Pacifique.

Par ailleurs nous renforçons la défense maritime du territoire dans les ports, sur les navires à passagers et dans notre dispositif de contre-terrorisme maritime. Enfin, nous assurons la permanence à la mer de la dissuasion océanique.

Certaines marines européennes éprouvent des difficultés à recruter, les jeunes semblants moins enclins à supporter les contraintes de la vie en mer, en particulier l’éloignement et l’accès limité aux moyens de communication modernes. Quelle est la situation pour la marine française ?

Si la Marine Nationale ne connaît pas pour l’instant des difficultés de recrutement et de fidélisation de même ampleur que certaines autres marines européennes, nous sommes extrêmement vigilants. En particulier, nous constatons que nos marins supportent parfois difficilement certaines contraintes de la vie embarquée, notamment la séparation prolongée de leurs proches, à la fois physique mais également numérique : en haute mer, en opérations, il n’y a pas souvent Facebook !

Nous sommes donc particulièrement attachés à la juste reconnaissance des contraintes de l’embarquement, et, plus généralement, au développement d’une politique sociale adaptée à cette profession si particulière de marin militaire.

Quels métiers sont en particulier sous tension ?

L’accélération des besoins en termes de protection-défense depuis 2015 fait ressortir un déficit chronique de fusiliers marins, de l’ordre de 300 quartiers-maîtres et matelots. Le niveau de numérisation des bâtiments de combat modernes et le développement rapide de la menace cyber requièrent le renfort d’environ 140 officiers mariniers spécialisés dans les systèmes d’information. Enfin, même s’il est difficile de les classer comme une population homogène tant leurs métiers sont en réalité variés, les divers spécialistes du renseignement font également l’objet d’un besoin récurrent, qui fait écho à l’accroissement très important du besoin dans ce domaine.

Par ailleurs, si cette population n’est pas aujourd’hui déficitaire, les atomiciens, qui sont indispensables au fonctionnement de notre dissuasion nucléaire comme de notre force aéronavale, font l’objet d’une attention spéciale. En effet, dans un univers industriel très concurrentiel, leur vivier de recrutement a été divisé par deux en quelques années, alors que les responsabilités qui leurs sont confiées requièrent un niveau d’excellence particulièrement élevé.  

Quels sont les effectifs civils et militaires à ce jour ? Où en est-on de la déflation prévue par les précédentes LPM et combien de postes supplémentaires (et dans quelles spécialités) ont été ouverts suites aux décisions prises après les attentats de Paris ?

Près de 34.400 hommes et femmes dont 2900 civils servent dans la Marine nationale, auxquels il faut ajouter environ 8500 marins servant dans d’autres organisations (interarmées, interadministrations, internationales).

La loi de programmation militaire (LPM) 2014-2019 prévoyait à l’origine 2100 déflations de marins. Son actualisation a considérablement réduit cet effort, à environ 300 postes. Les 1800 autres postes ciblés par la LPM sont réinvestis dans les unités opérationnelles, le renseignement, la protection et la cyber défense.

Ces effectifs sont renforcés par 4600 réservistes,  indispensables au fonctionnement quotidien de la marine.

Constatez-vous également un engouement des jeunes pour s’engager après les évènements dramatiques que notre pays a connu ?

Les mouvements spontanés des jeunes Français vers les bureaux de recrutement après les attentats qui ont endeuillé notre pays sont un motif de fierté. Ils ont touché la Marine nationale comme les autres armées.

Devenir marin est autant le choix d’un mode de vie que celui d’un métier. L’expérience montre que ce choix mérite une réflexion mûrie qui accompagne l’élan et l’enthousiasme des jeunes Français qui frappent à notre porte. La réserve constitue à cet égard un excellent sas d’entrée pour les jeunes Français qui veulent participer à la défense de leur pays dans nos rangs.

Pouvez-vous dresser un premier bilan du déménagement de l’état-major à Balard ? Combien de marins ont été impliqués et quels sont les grands changements au quotidien ?

Nous avons quitté une adresse prestigieuse qui nous a hébergés pendant 226 ans à l’Hôtel de la Marine. Les marins y ont gagné un confort de travail indiscutable. Confort matériel qui les change des soupentes exigües de la rue Royale, et confort de proximité avec les autres armées et services avec lesquels les échanges sont désormais simplifiés et donc plus productifs.

Certains services de l’état-major de la marine ont quitté Paris pour Tours (la Direction du Personnel) et Toulon. Ce qui a un effet inverse d’éparpillement que nous avons maîtrisé.

Je m‘attache particulièrement à conserver une forte unité d’action de tous ceux qui, à l’état-major de la marine, travaillent à la conduite de l’action quotidienne comme à la préparation de l’avenir. Car il n’existe pas de question sérieuse qui puisse être traitée sous un seul angle d’approche. Systématiquement les approches budgétaires, technologiques, opérationnelles, juridiques et RH d’un même problème sont examinées par le comité directeur et le comité exécutif de la marine.

Au niveau de la flotte, l’activité semble record depuis une longue période. Le rythme est-il tenable à long terme avec les moyens actuels ?

Depuis environ trois ans, la Marine nationale déploie en permanence des unités sur les cinq théâtres différents que j’ai déjà cités. En moyenne, nous avons ainsi tous les jours 35 bâtiments et 5000 marins à la mer. Le renouvellement engagé de nos moyens, qui se traduira à l’horizon 2030 par une flotte modernisée et homogène de FDA, FREMM, FTI, Barracuda, NH90, Rafale et ATL2, nous permettra de répondre aux sollicitations opérationnelles de demain avec des capacités opérationnelles accrues, un coût de maintenance diminué et une résistance à l’aléa renforcée.

Quelles capacités devraient à votre avis être renforcées ?

Nous avons un modèle de marine complet, c’était un choix judicieux.  Chacune des capacités de la marine est employée chaque jour.

Pour autant, il est clair que nous assistons sur mer à la prolifération de technologies dites « nivelantes », qu’elles soient conventionnelles (par exemple dans le domaine des missiles anti-aériens de zone) ou asymétriques. Si nous voulons conserver notre liberté d’action, nous devons absolument chercher à préserver une supériorité technologique et tactique qui a pu être considérée comme éternellement acquise.

Nous prenons résolument le virage des drones. Après avoir testé un drone Schiebel S-100 à bord de l’Adroit en 2011, nous devons nous assurer que nos futurs bâtiments de souveraineté, comme nos frégates, seront équipés de tels systèmes. Ceux-ci multiplieront la couverture des patrouilleurs par 6, et permettront l’identification à distance à moindre coût. Le renouvellement de nos moyens de guerre des mines nous amène de son côté à la mise en œuvre de drones sous-marins et de surface.

Enfin, l’actualité commande que nous renforcions nos capacités dans les domaines de la protection-défense et de la cybersécurité, conformément aux engagements récents du Gouvernement.

Le Charles de Gaulle fête cette année ses 15 ans de service. Que peut-on retenir de son activité depuis 2001. En quoi cet outil est-il, comme souvent présenté, indispensable pour un grand pays ? En faudrait-il un deuxième pour assurer une permanence ?

Le Charles de Gaulle est d’abord un outil de combat très mobile, très puissant, servi par des compétences rares. En 15 ans, il a conduit 10 missions opérationnelles dans l’arc de crise (Afghanistan, Lybie, Syrie, Irak), 40.000 catapultages et l’équivalent de 23 tours du monde. Cette puissance et cette mobilité me semblent particulièrement adaptées au paysage stratégique d’aujourd’hui. Les crises s’enchaînent sur des théâtres qui évoluent continument. L’arme de la réaction urgente et puissante, l’arme du sursaut d’effort, c’est le porte-avions.

Le Charles de Gaulle constitue également un symbole politique fort, à la mesure du rang et des engagements internationaux de la France. Quand il appareille pour le Proche-Orient cinq jours seulement après les attentats de novembre 2015, il matérialise la détermination de notre pays.

Je constate enfin, alors qu’on parle souvent de façon abstraite de défense européenne, que le Charles de Gaulle agrège les volontés politiques en Europe. Durant les trois derniers déploiements, en signe de solidarité, le porte-avions a toujours été escorté par au moins une frégate d’un de nos partenaires européens (britannique, allemande, belge…).

Peut-on faire avec un porte-avions comme si on en avait deux ? Non, malgré les capacités de frappes des BPC démontrées durant Harmattan avec les hélicoptères de combat de l’armée de Terre, malgré les missiles de croisière qui équiperont nos frégates et nos sous-marins. Disposer en permanence d’un porte-avions a donc un sens militaire manifeste. Acquérir cette permanence est une décision politique. Elle ne me semble pas hors de propos si on observe les choix britanniques, indiens et chinois en la matière. 

Deux FREMM, l’Aquitaine et la Provence ont été récemment admises au service actif et le Languedoc le sera avant la fin de l’année. Qu’apportent ces frégates de nouvelle génération ?

Ces frégates, qui ont participé dès leurs débuts à des opérations très exigeantes en Atlantique nord-est, ont d’emblée frappé par leurs capacités de détection (notamment sous la mer) révolutionnaires. Elles seront sous peu armées du missile de croisière naval. Enfin, elles sont mises en œuvre par un équipage particulièrement qualifié d’une centaine de marins.

Par ailleurs, l’entrée en service de moyens modernes, dont la « maintenabilité » est spécifiée dès la conception, garantit une meilleure disponibilité, qui nous permet de remplir un contrat opérationnel durablement chargé. En effet, quel que soit l’accroissement de leurs  performances, nos frégates n’auront jamais le don d’ubiquité. Pour un pays qui dispose de plusieurs façades maritimes et  de la deuxième zone économique exclusive du monde, la quantité est une qualité en soi.

D’un point de vue capacitaire, quelle est votre vision de la marine à l’horizon 2025 et au-delà ?

Au fond, le format général de la flotte de combat en 2030 ne fait déjà guère de doute : nos cycles de renouvellement étant de l’ordre de 15 ans, tous les grands programmes structurants sont déjà lancés ou sur le point de l’être.

Pour autant, je constate que le risque consenti à partir de 2008 en désarmant les P400 et en prolongeant les A69 s’est en partie réalisé : nous faisons d’ores et déjà face à des ruptures capacitaires importantes (de l’ordre de 50%) dans nos départements et communautés d’outre-mer, et ces déficits vont aller en s’accroissant pour atteindre 75% à l’horizon 2021. Il est donc urgent, comme l’a rappelé le Premier Ministre au comité interministériel de la mer le 4 novembre dernier, de lancer au plus tôt le programme BATSIMAR, dont la première livraison n’est en l’état actuel pas attendue avant 2024.

Je suis également attentif à des programmes moins symboliques, mais qui sont  indispensable aux opérations de la Marine : je veux notamment parler des pétroliers ravitailleurs, quarantenaires et à simple coque, qui conditionnent l’endurance de nos forces navales en alimentant leur flux logistique, et des hélicoptères légers ; en effet, l’échéance d’arrivée du programme d’hélicoptère interarmées léger révèle un besoin de tuilage intermédiaire de l’ordre de 10 ans après l’arrêt de nos Alouette III, déjà cinquantenaires.

Enfin, nos ports font l’objet d’une rénovation importantes de leurs infrastructures : bassins, usines électriques, quais. Certaines ont un demi-siècle et nécessitent une mise aux normes des nouvelles unités qui rejoignent la flotte.

Qu’attendez-vous des futures « frégates de taille intermédiaire » ? Quelles capacités doivent-elles intégrer en priorité ?

La DGA a adopté une méthode innovante pour définir ces frégates avec un plateau qui rassemble ses équipes, celles de la marine et les industriels. Je n’ai aucun doute sur la qualité des résultats qui seront parfaitement adaptés à nos besoins.

Les FTI seront avant tout des bâtiments de premier rang polyvalents, c’est-à-dire capables d’être déployés, d’agir au sein d’une force navale et de se défendre dans des zones de forte intensité. Elles auront, comme les FREMM, des capacités de lutte sous la mer de tout premier rang, qui leur permettront notamment de défendre le sanctuaire de la force océanique stratégique contre toute tentative d’intrusion, d’assurer l’escorte d’un groupe aéronaval, mais aussi d’être déployées isolément pour acquérir du renseignement.

Enfin leur radar-plaques ouvre de nouvelles perspectives, notamment pour les luttes anti-aérienne et anti-missile.

Quels bilans faites-vous de la coopération européenne entre marines et comment voyez-vous son évolution ?

S’il existe un domaine dans lequel une coopération militaire européenne se déroule naturellement, c’est bien celui des opérations navales. Nous avons les mêmes procédures, les mêmes normes techniques, les mêmes tactiques, issues des standards de l’OTAN, nous partageons des systèmes d’armes et de l’information, nos marins bénéficient de formations croisées. Les océans permettent de rassembler des forces navales sans contrainte.

Il ne se passe jamais une journée sans qu’une de nos unités ne travaille avec une unité allemande, belge, britannique, espagnole, italienne, néerlandaise ou portugaise. Dans le domaine des équipements, les frégates de défense aérienne, les FREMM, les hélicoptères NH90, notre système de guerre des mines et son successeur sont les produits de coopérations européennes.

Cette Europe navale est une réalité qui s’est organisée en deux occasions autour d’opérations navales : Atalanta pour la lutte contre la piraterie en océan Indien et Sophia au large de la Lybie.

Je rencontre très souvent mes homologues européens. Je n’ai aucun doute sur notre capacité à rassembler et commander une force navale pour répondre à un besoin de l’Union.


Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11385
Points : 12731
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 68
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

[b]L’USS Dwight D. Eisenhower rejoint le Charles de Gaulle en Méditerranée orientale[/b]

Message par corsair le Mer 7 Déc - 8:18

06/12/2016

L’USS Dwight D. Eisenhower rejoint le Charles de Gaulle en Méditerranée orientale



Le porte-avions américain USS Dwight D. Eisenhower, accompagné du croiseur USS San Jacinto et du destroyer USS Roosevelt, a franchi le canal de Suez le 4 décembre pour rallier la Méditerranée orientale. De là, ses appareils reprennent leurs opérations contre le groupe terroriste Daech en Irak et en Syrie, mission qu’ils ont accompli ces derniers mois depuis le golfe Persique, que le Carrier Strike Group 10 a quitté fin octobre.











Au large de la Syrie, le CSG 10 rejoint le groupe aéronaval français, emmené par le porte-avions Charles de Gaulle et qui a intégré la semaine dernière le destroyer USS Mason.

L’US Navy indique que, depuis le 28 juin, le groupe aérien embarqué de l’USS Dwight D. Eisenhower, qui comprend notamment plus de 40 F/A-18 Super Hornet, a mené près de 1600 sorties de combat depuis le Golfe et la Méditerranée orientale.

Les 24 Rafale du Charles de Gaulle, déployé sur zone depuis la fin septembre, ont quant à eux réalisé environ 450 sorties.  


CdG


Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11385
Points : 12731
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 68
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

Vers un renouvellement commun des marines néerlandaise et belge

Message par corsair le Mer 7 Déc - 8:20

06/12/2016

Vers un renouvellement commun des marines néerlandaise et belge


frégate belge Léopold Ier


Les Pays-Bas et la Belgique ont confirmé leur volonté de réaliser en commun leurs futures frégates et unités de guerre des mines. Les deux pays, qui collaborent étroitement sur le plan militaire et ont poussé très loin l’intégration opérationnelle ces dernières années, vont donc logiquement prolonger cette coopération avec de nouveaux équipements communs.

Suivant les accords conclus, les Belges auront plus particulièrement la charge du nouveau programme de guerre des mines, alors que les Néerlandais piloteront le remplacement des frégates en service dans les deux marines. Il s’agit pour ces dernières d’assurer dans un premier temps la succession, au cours de la prochaine décennie, des unités du type Karel Doorman, le Van Amstel (1993) et le Van Speijk (1995) pour les Pays-Bas, mais aussi les Léopold Ier (ex-Kare



frégate Leopold Ier

En matière de guerre des mines, il s’agit d’assurer la succession des unités du programme conduit dans les années 80 avec la France. Seuls 6 des 15 chasseurs de mines tripartites (CMT) construits à l’époque par les Néerlandais sont encore en service,  alors que la composante maritime belge n’en aligne plus que 6, contre 10 initialement. Une réduction significative qui a pu être compensée grâce à la mutualisation des moyens entre les deux nations, également valable sur le plan de la maintenance.


CMT néerlandais

Aucun détail n’a été communiqué quant au concept retenu mais il est probable qu’à l’instar d’autres pays, comme la France et le Royaume-Uni, la Belgique et les Pays-Bas optent pour le concept de bateaux-mères mettant en œuvre des drones. Des plateformes qui auront d’ailleurs la charge de reprendre les fonctions du navire de soutien Godetia (1966), qui ne sera pas remplacé a confirmé hier le ministre belge de la Défense. Ce dernier a précisé que son pays souhaitait se doter de deux nouvelles frégates et six chasseurs de mines. Cela représente selon Steven Vandeput un investissement de 2 milliards d’euros, la livraison des bâtiments devant intervenir avant 2030. Sa collègue néerlandaise, Jeanine Hennis-Plasschaert, n’a pour sa part pas annoncé le nombre d’unités souhaitées : « La quantité de navires qui nous est destinée, n’est pas encore clairement définie. Nous devons d’abord établir nos besoins avec précision ».


Karel Doorman, ici avec la frégate Tromp 


Au-delà des nouveaux bâtiments, les deux ministres ont également annoncé de nouvelles coopérations. La Belgique pourra, par exemple, embarquer du personnel sur le bâtiment de ravitaillement et de projection Karel Doorman, livré en 2014, alors que le corps des marines néerlandais va entrainer deux compagnies de commandos parachutistes belges aux opérations amphibies.


Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11385
Points : 12731
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 68
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

BUNDESWEHR : DES ARMEMENTS PEU OPÉRATIONNELS

Message par corsair le Jeu 8 Déc - 8:21

07/12/2016

BUNDESWEHR : DES ARMEMENTS PEU OPÉRATIONNELS



Comme chaque année depuis trois ans, le ministère allemand de la Défense publie un rapport sur le niveau opérationnel des principaux systèmes d’armes de la Bundeswehr. La liste 2016 révèle une armée solide sur le papier mais pas toujours opérationnelle dans les faits.

Dans l’armée de l’air, sur les 216 chasseurs Tornado et Eurofighter, seuls 69 sont en état de décoller. Côté A400M, seul un avion sur les cinq livrés peut voler. Pour éclaircir le tableau, le rapport précise que 71 appareils sont en maintenance ou en modernisation et pourraient être rapidement opérationnels. La raison avancée de ce déficit opérationnel oscille, selon l’âge de la plateforme, entre un manque de pièces détachées et les «fautes de jeunesse». La flotte de 41 vénérables Transall tient bien son rang puisque 30 d’entre eux sont en service et 19 sont en état de décoller.

Sur les 300 hélicoptères, seul un bon tiers est en état de marche. La Bundeswehr possède 43 CH 53, dont 18 volent. Pour les Tigre, l’effectif livré est de 42 appareils, dont 27 à disposition et 12 en état de voler. Quant au NH90, les proportions sont les suivantes (dans le même ordre) : 48 et 29 mais seulement 9 prêts à décoller. La pire situation est sans doute celle de l’aéronavale, qui dispose de 21 Sea Lynx et de 21 Sea King, mais n’arrive à en faire décoller que respectivement cinq et quatre !

Il semble que la situation soit un peu meilleure en ce qui concerne l’armement terrestre. Avec, cependant, quelques zones d’ombre, comme le nouveau char Puma, dont seulement 23 des 89 unités livrées fonctionnent. L’obusier PzH 2000 est, lui, présenté comme un modèle, avec une disponibilité opérationnelle de 67%. Il est cependant à noter que la Bundeswehr possède 123 PzH, dont 61 à disposition et 41 en service. Les 67% ne sont donc calculés sur la base des systèmes mis à disposition et non des effectifs totaux. Vu sous cet angle, le niveau opérationnel du char Leopard 2 est excellent puisque, sur 244 chars, 167 sont à disposition et 132 en service, soit un taux de 79%.

Enfin, pour la Bundesmarine, on notera que le niveau opérationnel des frégates et des corvettes est de 60% à 70%, alors que trois des six sous-marins allemands sont prêts à sortir en mer.


Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11385
Points : 12731
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 68
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

L’Otan prône plus de coopération avec l’UE pour préserver la relation transatlantique

Message par corsair le Jeu 8 Déc - 8:22

07/12/2016

L’Otan prône plus de coopération avec l’UE pour préserver la relation transatlantique

Alors qu’il briguait la Maison Blanche, Donald Trump critiqua l’Otan à plusieurs reprises, estimant qu’il devait y avoir un partage plus équitable du « fardeau » entre les États-Unis et les autres Alliés. En outre, il laissa entendre qu’une intervention militaire américaine pour défendre l’un des membres de l’organisation en cas d’attaque ne serait plus automatique.



Aussi, la victoire de M. Trump, le 8 novembre dernier, a plongé plusieurs responsables européens dans l’incertitude d’autant plus qu’elle a ravi le Kremlin. Faut-il s’attendre, dans ces conditions, à une remise en cause du lien transatlantique?

« Les liens UE-USA sont plus profonds que n’importe quel changement politique. Nous allons continuer à travailler ensemble, en redécouvrant la force de l’Europe », avait commenté Federica Mogherini, Mme le Haut-représentant de l’Union pour les Affaires étrangères et la Politique de sécurité, après l’élection de M. Trump.

Même chose pour Jens Stoltenberg, le secrétaire général de l’Otan, qui souligna alors l’importance du « leadership de Washington » face « à un nouvel environnement sécuritaire difficile, notamment en ce qui concerne la guerre hybride, les cyberattaques, la menace du terrorisme. »


Cela étant, le meilleur moyen de dissiper les inquiétudes causées par l’élection de M. Trump est d’appliquer le fameux proverbe « aide-toi et le Ciel t’aidera » et d’anticiper ce que pourrait être la prochaine politique étrangère américaine.

« Des questions ont été posées quant à la force des liens transatlantiques. Et la meilleure manière de répondre à ces questions est de renforcer la coopération entre l’Otan et l’Union européenne », a ainsi déclaré M. Stoltenberg, ce 6 décembre, à l’occasion d’une réunion des 28 ministres des Affaires étrangères de l’Alliance.

Au cours de cette réunion, les ministres devaient approuver un catalogue d’une quarantaine de mesures visant justement à renforcer cette coopération entre l’UE et l’Otan en matière de lutte contre le terrorisme, de cybercriminalité, d’exercices militaires sur la guerre hybride, ou encore de mutualisation de moyens.

« Nous passons du stade des déclarations à celui des actions concrètes. Les alliés vont approuver plus de 40 propositions pour approfondir la coopération dans sept secteurs clés », a fait valoir M. Stoltenberg. « C’est plus important que jamais, notamment parce que nous devons faire face à de nouveaux types de menaces, qui conjuguent des moyens militaires et non militaires », a-t-il ajouté, en faisant référence aux menaces dites hybrides.

Bien qu’ils ne sont pas membres de l’Otan (mais de l’UE), la Suède et la Finlande ont d’ailleurs été conviées à cette réunion en raison de leur proximité géographique avec la Russie et des intimidations militaires russes dont ils sont la cible.

D’ailleurs, a rappelé M. Stoltenberg, un exemple de cette coopération entre l’Otan et l’UE est le centre européen d’excellence de lutte contre les menaces hybrides, qui verra le jour l’an prochain à Helsinki.


Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11385
Points : 12731
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 68
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

]Pour des responsables civils et militaires américains, la Russie reste la menace principale

Message par corsair le Jeu 8 Déc - 8:23

07/12/2016

Pour des responsables civils et militaires américains, la Russie reste la menace principale


Plusieurs responsables civils et militaires américains ont estimé, lors de la dernière édition du Reagan National Defense Forum, que le budget du Pentagone pour l’année fiscale 2018, et dont une première version sera disponible en février prochain, devra prendre en compte la menace que représente l’intensification des activités militaires de la Russie. L’on verra alors ce qu’en fera Donald Trump, qui plaide pour de meilleurs relations avec Moscou…



En effet, pour la secrétaire à l’US Air Force, Deborah Lee James [membre du Parti démocrate, ndlr], la « Russie est est la menace numéro un des États-Unis. » Et d’expliquer : « Nous avons de nombreuses menaces auxquelles nous devons faire face mais la Russie pose une menace existentielle pour les États-Unis en raison des aspects nucléaires ».

Le secrétaire adjoint à la Défense pour les acquisitions, la technologie et de la logistique, Frank Kendall, est allé dans le même sens, en soulignant le comportement « de plus en plus agressif » de la Russie. Jusqu’alors, a-t-il dit, « la politique américaine était centrée suir les menaces dans la région Asie-Pacifique et le Moyen-Orient. » Seulement, a-t-il continué, « leur attitude [des Russes, ndlr] nous oblige à repenser l’équilibre des capacités que nous allons avoir besoin. »


Si ces responsables civils ne seront bientôt plus en fonction, leur orientation est approuvée par les responsables militaires, à commencer par le premier d’entre-eux, le général Joseph Dunford, le chef d’état-major interarmées. En 2015, lors d’une audition au Sénat visant à le confirmer dans ses nouvelles fonctions, il avait estimé que la Russie, « puissance nucléaire », posait la « plus grave menace à court terme pour la stabilité du monde entier » en raison de ses « actions imprévisibles et agressives. »

Et lors du Reagan National Defense Forum, le général Dunford a précisé que l’objectif de la Russie est de « contrer l’Otan en portant atteinte à sa crédibilité et à limiter la capacité de l’armée américaine à projeter sa puissance dans le monde entier ». Sans doute a-t-il pensé aux capacités d’interdiction et de déni d’accès en mer Baltique et en Méditerranée orientale…

Ce qu’a confirmé l’amiral John Richardson, le chef des opérations navales. Selon lui, l’US Navy a constaté une hausse sensible des activités de la marine russe, notamment dans l’Atlantique Nord avec une présence accrue de sous-marins, ainsi que dans le Pacifique. En outre, il a rappelé les incidents fréquents entre avions et navires américains et russes.

Et ce qui préoccupe l’amiral Richardson est l’absence de contact entre les officiers américains et russes, ce qui n’était pas le cas pendant la Guerre Froide. « Plus de communication avec la Russie serait une bonne chose », a-t-il dit, précisant qu’il entretient des contacts réguliers avec son homologue chinois mais avec son pendant russe.

Alors, dans ces conditions, quelles capacités le budget 2018 du Pentagone devrait-il financer en priorité? Le général Robert Neller, le commandant de l’US Marine Corps (USMC), même s’il prêche pour sa paroisse, a livré quelques éléments lors d’un entretien donné à l’agence Reuters, en marge du Reagan National Defense Forum.

Ainsi, le général Neller semble dubitatif à l’égard du programme de M. Trump, lequel prévoit de faire passer de 24 à 36 le nombre de bataillons de l’USMC. « Cela fait beaucoup », a-t-il dit.

En revanche, et comme d’autres responsables militaires, le chef des Marines estime que les forces américaines doivent se préparer à affronter des adversaires « plus sophistiqués » que les « insurgés qu’elles combattent en Irak, en Syrie et en Afghanistan ».

Ce qui passe, selon lui, par plus de capacités en matière de cyberdéfense et de renseignement ainsi que par des moyens supplémentaires tels que les avions de combat, des navires d’assaut amphibie et « d’autres armes qui permettront de mieux préparer l’USMC à un conflit potentiel avec un autre pays. »

En outre, a-t-il expliqué, les jihadistes ont moins de capacités que les séparatistes soutenus par la Russie dans l’est de l’Ukraine, étant donné que ces derniers disposent de drones, de radars et de l’artillerie. « Si vous pensez que la prochaine guerre se limitera à de la contre-insurrection, alors tout va bien. Mais je ne pense que ce sera le cas », a-t-il dit. « Ce sera beaucoup plus difficile, compliqué et sophistiqué », a insisté le général Neller, qui plaide pour une accélération des achats d’avions F-35B et véhicule JLTV (Joint Light Tactical Vehicle).

Ces positions seront-elles compatibles avec la politique que veut conduire M. Trump? Le 6 décembre, le prochain locataire de la Maison Blanche a assuré que les États-Unis éviteront les interventions extérieures.

« Nous allons cesser de faire la course pour renverser des régimes étrangers dont nous ne connaissons rien, et avec lesquels nous n’avons rien à faire », a déclaré M. Trump. « Au lieu de cela, notre attention doit être sur le combat contre le terrorisme et la destruction de l’EI, et nous le ferons », a-t-il ajouté.

Et de préciser : « Nous ne voulons pas d’une armée en capacité réduite parce que nous sommes engagés partout dans des combats où nous ne devrions pas combattre. »


Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11385
Points : 12731
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 68
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

Libye : La reprise de Syrte est loin d’avoir réduit la menace jihadiste

Message par corsair le Jeu 8 Déc - 8:24

07/12/2016

Libye : La reprise de Syrte est loin d’avoir réduit la menace jihadiste


Au terme de l’opération « Bouniyan el-Marsous » (Mur solide), appuyée par des frappes américaines, l’État islamique (EI ou Daesh) a donc été chassé de Syrte et a ainsi perdu la dernière agglomération importante qu’il contrôlait en Libye.

Pour le ministre français de la Défense, qui participait au Forum sur la paix et la sécurité de Dakar, c’est évidemment une « très bonne nouvelle ». Mais si « la défaite de Daesh à Syrte est un acte très fort », elle « ne peut-être qu’une étape », a-t-il ajouté.

« Je craignais en particulier l’hypothèse de la création d’un territoire de l’État islamique en Libye, ça a failli avoir lieu, Derna, Benghazi, Syrte où des tentatives ont été menées, elles ont échoué et les milices libyennes qui ont libéré Syrte méritent d’être saluées », a affirmé le ministre français. « Mais ce n’est pas fini puisqu’il y a des groupes qui se sont éparpillés sur un territoire qui est très grand et puis ceux qui se réclament d’Al Qaïda », a-t-il souligné.

Par ailleurs, M. Le Drian estime que la victoire obtenue à Syrte par les forces loyales au gouvernement d’union nationale (GNA), dirigé par Fayez al-Sarraj, peut être un « élément stimulant pour aboutir à l’intégration politique et la reconnaissance politique par les Libyens eux-mêmes ».


Pour rappel, la Libye a deux gouvernements (si pas trois…). Outre celui dirigé par M. al-Sarraj, il faut en effet compter sur celui soutenu par le Parlement de Tobrouk, qui s’appuie sur « l’Armée nationale libyenne » (ANL), commandée par le général Khalifa Haftar, qui conduit des opérations anti-jihadistes dans la région de Benghazi.

« La France a fait savoir qu’elle était prête à aider M. Sarraj et son gouvernement, y compris en formant sa garde nationale en donnant des éléments de renseignement », a indiqué M. Le Drian, pour qui il « importe que tous les acteurs de l’environnement libyen parlent d’une même voix. »

De son côté, Martin Kobler, l’émissaire des Nations unies en Libye, s’est montré prudent. « La lutte contre le terrorisme a produit des résultats mais ces avancées ne sont pas irréversibles », a-t-il fait valoir devant le Conseil de sécurité des Nations unies. Et même si l’EI a été chassé de Syrte, il « reste une menace », a-t-il souligné.

Le fait est. Le dernier rapport sur la situation en Libye, remis le 1er décembre par le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, au Conseil de sécurité, précise que la présence de l’EI se limitait « désormais à de petites poches à Syrte et à Benghazi » et que « des groupes et des cellules plus petits sont encore actifs dans tout le
pays. »

Ce qu’a confirmé, depuis Dakar, Moussa el-Koni, l’un des vice-Premiers ministres du GNA. Selon lui, des éléments de l’EI seraient « en contact avec al-Qaïda dans le nord et le sud du pays ». « Nous savons que des groupes ont réussi à fuir » (de Syrte) et il est possible qu’ils « aient réussi à « s’abriter dans le désert, avec peut-être des cellules dormantes dans un certain nombre de pays » de la région, a-t-il ajouté.

Quoi qu’il en soit, il y a encore beaucoup de chemin à faire pour débarrasser la Libye de la menace extrémiste. Ce 7 décembre, des groupes armés liés à la « Brigade de défense Benghazi », celle qui affirma, en juillet, avoir abattu un hélicoptère de l’ANL, à bord duquel se trouvaient trois militaires francais du Service Action de la DGSE, se sont emparés de la ville de Ben Jawad, lors d’une offensive visant le croissant pétrolier libyen.


Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11385
Points : 12731
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 68
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

Les P4 seront remplacés par des véhicules 4×4 Ford Everest militarisés par Renault Trucks Defense

Message par corsair le Ven 9 Déc - 8:44

08/12/2016

Les P4 seront remplacés par des véhicules 4×4 Ford Everest militarisés par Renault Trucks Defense



En 2015, la décision de commander 1.000 4×4 de type Ford Ranger pour remplacer partiellement les Véhicules légers tactique tout-terrain (VLTT) P4 donna lieu à de vives critiques de la part de ceux qui auraient voulu voir un tel contrat être attribué à une marque française…

Cette commande devait répondre à un besoin urgent. Et le ministère de la Défense fit valoir à l’époque qu’il restait encore un peu plus de 4.000 P4 à remplacer. D’où le programme « VLTP NP » (Véhicules légers de transport de personnes non protégé), qui était alors en cours de définition sous la responsabilité de la Direction générale de l’armement (DGA).

Et puis, en ocobre dernier, lors d’une audition à l’Assemblée nationale, le général Jean-Pierre Bosser, le chef d’état-major de l’armée de Terre (CEMAT), affirma que le choix d’un véhicule originaire « d’Afrique du Sud ou d’un pays asiatique » dans le cadre de programme n’était pas exclu.

« Je suis convaincu que si l’on avait dit, il y a quelques années, à nos industriels, que nous allions avoir besoin de P4, ils se seraient mis en ordre de bataille pour nous les fournir. Mais si on se réveille un beau matin en disant que 600 de nos P4 ‘meurent’ chaque année, l’industrie automobile française n’est pas forcément capable de fournir le nécessaire », avait-il fait valoir.

On en était là jusqu’à l’annonce faite ce 8 décembre par le ministre de la Défense, lors d’une visite du Centre de Maintien en Condition Opérationnelle (CMCO) de Renault Tucks Defense, implanté à Fouchambault (Nièvre).

« C’est avec un grand plaisir que je vous annonce que le groupe [RTD, va produire et livrer 3.700 véhicules pour les armées », a en effet déclaré M. Le Drian. « Je souhaitais que l’industrie française ait toute sa chance. Et elle l’a eue », a-t-il ajouté.

Ces VLTP NP « seront fabriqués sur le site de Saint-Nazaire d'ACMAT, filiale de RTD, sur une durée de plus de quatre ans, qui permettront d’assurer une activité régulière dans cette usine et ainsi d’optimiser au mieux la production », a expliqué, plus tard, Renault Trucks Defense, via un communiqué.


Et d’ajouter : « Il s’agit de la militarisation d’une base de véhicule civil renforcée (durcissement du châssis et des suspensions en particulier) de type Station Wagon, sur laquelle RTD procédera à l’intégration des éléments opérationnels. » Les 500 premiers VLTP NP doivent être livrés en 2017.

Cela étant, et d’après une confirmation obtenue auprès de RTD, le successeur de la P4 sera en réalité une version militarisée d’un véhicule… Ford. En tout cas, le modèle présenté ressemble fortement 4×4 Ford Everest, lui même dérivé, selon autoblog.com, du Ford Ranger, développé en Australie et construit en Thaïlande pour le marché civil.

Quoi qu’il en soit, le VLTP NP sera donc un véhicule de 3,5 tonnes, disposant d’une capacité d’emport de 900 kg et d’une puissance de 150 CV.


Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11385
Points : 12731
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 68
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

Entre 30 et 35% des combattants européens de l’EI seraient déjà revenus dans leur pays d’origine

Message par corsair le Ven 9 Déc - 8:45


Entre 30 et 35% des combattants européens de l’EI seraient déjà revenus dans leur pays d’origine




Les chiffres donnés par Gilles de Kerchove, le coordinateur de l’Union européenne contre le terrorisme, dans un rapport qui sera présenté le 9 décembre aux ministres de l’Intérieur des États membres à Bruxelles, donnent froid dans le dos.

Ainsi, 50% des ressortissants ou résidents européens ayant rejoint les rangs de l’État islamique (EI ou Daesh) seraient encore en Irak et en Syrie actuellement, ce qui représente entre 2.000 et 2.500 individus.

Or, alors que les batailles de Mossoul et de Raqqa sont engagées, M. de Kerchove estime que la possibilité de « retours massifs dans le court terme en cas de pertes majeures de l’EI » en Irak et en Syrie de ces jihadistes européens est « floue ». Si certains reviendront dans leur pays d’origine, d’autres continueront à se battre dans des « poches de résistance » ou rejoindront des pays voisins, voire d’autres zones de conflits. »

« Il y a aussi un contingent significatif de combattants étrangers dans les rangs de l’Etat islamique (EI) en Libye qui pourraient tenter d’utiliser leur nationalité ou leurs liens familiaux pour retourner en Europe », note M. de Kerchove.


Cependant, la menace est déjà là. En effet, s’il y a une incertitude sur les intentions (et le sort) de ces jihadistes européens encore présents en Irak et en Syrie, l’on sait déjà, du moins selon M. de Kerchove, que 30 à 35% d’entre eux sont déjà rentrés et que 15 à 20% ont été tués.

Or, prévient le coordinateur de l’UE contre le terrorisme, ceux qui rentrent « restent en contact avec Daesh dans les zones de conflit par le biais de comptes privés sur les réseaux sociaux » et en particulier le service Telegram, au sujet duquel il déplore la « lenteur de la réponse à la propagande jihadiste. »

Cela étant, les pays de l’UE n’ont pas tous les même approche à l’égard de ces jihadistes revenus du Levant (incarcération, surveillance, programme de réhabilitation, etc…). Aussi, M. de Kerchove recommande d’élaborer une « approche complète » et de généraliser les échanges d’informations et de bonnes pratiques entre les États membres.

En outre, le coordinateur contre le terrorisme estime que la coopération avec les pays dits de transit est « essentielle ». D’où sa recommandation de « renforcer le dialogue avec la Turquie », ce qui est loin d’être acquis dans le contexte actuel.

« Ce retour des jihadistes sur notre sol doit être le premier sujet de préoccupation. Pas seulement pour les mois qui viennent! Mais pour les cinq, les dix prochaines années », avait affirmé, le 7 novembre, Manuel Valls, l’ancien Premier ministre, sachant que, selon un bilan arrêté au 2 septembre 2016, 206 combattants français de Daesh sont déjà revenus d’Irak et de Syrie.

Et pour cause : dans un rapport rendu public la semaine passée, et avec le retour de ces jihadistes de l’EI, Europol, l’office européen de police, a dit craindre l’importation, sur le Vieux Continent, de modes opératoires terroristes en vigueur en Irak et en Syrie.


Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11385
Points : 12731
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 68
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

La Russie se dote d’une doctrine en matière de cybersécurité

Message par corsair le Ven 9 Déc - 8:46

08/12/2016

La Russie se dote d’une doctrine en matière de cybersécurité


En matière de cybersécurité, il est toujours compliqué de démêler le vrai du faux. En tout cas, au cours de ces derniers mois, la Russie a régulièrement été accusée d’être à l’origine de plusieurs attaques informatiques, comme celles ayant visé l’Agence mondiale antidopage (AMA) ou bien encore le Parti démocrate aux États-Unis.

Récemment, le directeur du BND [service de renseignement extérieur allemand)  a mis en garde contre des cyberattaques d’origine russe ayant pour « seul but de créer de l’incertitude politique. » Et de d’y voir « une forme de pression exercée sur le débat public et sur la démocratie qui n’est pas tolérable. »

Cela étant, la Russie n’est pas non plus épargnée par les attaques informatiques. La semaine passée, le FSB, le service de sécurité intérieure, a affirmé avoir « reçu des informations concernant la préparation par des services secrets étrangers d’une cyberattaque d’envergure pour déstabiliser à partir du 5 décembre 2016 le système financier russe, en particulier les activités de plusieurs grandes banques russes. » Et avec en prime un envoi massif de SMS aux habitants de plusieurs dizaines de villes russes et la publication de « messages provocants sur les réseaux sociaux et sur les blogs à propos d’une crise du système financier russe. »

Certes, selon plusieurs médias américains, l’administration Obama aurait envisagé de lancer une cyberattaque d’envergure contre la Russie, en réponse aux agissements des pirates présumés russes lors de la course à la Maison Blanche.


Et, le 8 novembre, plusieurs banques russes ont en effet été visées par des cyberattaques par déni de service, c’est à dire en rendant leurs serveurs indisponibles en leur adressant pas moins de 660.000 requêtes par seconde. Puis, le 2 décembre, des pirates auraient réussi à dérober deux milliards de roubles (29,3 millions d’euros) en piratant des comptes ouverts à la banque centrale russe.

Quant à la menace évoquée par le FSB, on ignore si elle existait vraiment ou bien si elle a été déjoué, même si le deuxième groupe bancaire russe, VTB, a bel et bien été victime d’une attaque par déni de service le 5 décembre.

Quoi qu’il en soit, l’avertissement du FSB a coïncidé avec l’approbation par le président russe, Vladimir Poutine, d’une nouvelle doctrine en matière de « sécurité informatique et informationnelle », laquelle vient compléter celle portant sur la politique étrangère, promulguée la semaine dernière par le maître du Kremlin.

Ainsi, les objectifs de cette doctrine sont de « développer un système national de contrôle » de l’Internet russe », de « prévenir des conflits militaires que pourrait provoquer l’utilisation des technologies informatiques » et d’ »améliorer la sécurité informatique de l’armée russe. »

Mais ce n’est pas tout. Alors que la propagande russe est régulièrement pointée du doigt, la doctrine approuvée par M. Poutine note une « tendance à la hausse dans les médias étrangers de publications d’articles ayant un ton négatif sur la politique de la Russie. »

Par conséquent, il s’agira de « contrer les tentatives d’influencer la population russe, notamment la jeunesse, dans le but d’éroder les valeurs spirituelles et morales traditionnelles russes. » En clair, tout contenu numérique non conforme à la « doxa » du Kremlin sera dans le collimateur…


Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11385
Points : 12731
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 68
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'actu de la MARINE NATIONALE, de notre défense et de nos alliés /2

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 34 Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 19 ... 34  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum