Plaisir Croisière Forum
Connexion

Récupérer mon mot de passe

Twitter FPCroisière
Les posteurs les plus actifs de la semaine
corsair
 
Z06
 

Rechercher
 
 

Résultats par :
 

 


Rechercher Recherche avancée


L'actu de la MARINE NATIONALE, de notre défense et de nos alliés /2

Page 32 sur 34 Précédent  1 ... 17 ... 31, 32, 33, 34  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: L'actu de la MARINE NATIONALE, de notre défense et de nos alliés /2

Message par corsair le Lun 17 Juil - 9:38

12/07/2017

Le Sénat exprime sa « vive inquiétude » sur le budget des Armées



Après l’annonce selon laquelle le ministère des Armées devra trouver 850 millions afin de prendre entièrement la charge du financement des opérations extérieures et intérieures, le Sénat sonne le tocsin. Rien de surprenant à cela étant donné qu’il a récemment publié un rapport donnant la marche à suivre pour porter l’effort de défense à 2% du PIB, conformément, d’ailleurs, a l’engagement pris par le président Macron quand il était encore candidat à l’Élysée.

Pour cela, il était préconisé d’engager rapidement la hausse du budget des armées, afin de « permettre une trajectoire soutenable dans la durée vers les 2 % du PIB en 2025 et éviter ainsi, à la fois, les ruptures capacitaires et les effets d’éviction. »

Dans un communiqué, le président de la Haute Assemblée, Gérard Larcher, et celui de la commission sénatoriale des Affaires étrangères et des Forces armées, Jean-Pierre Raffarin, ont dit « s’alarmer » des « coupes qui pourraient compromettre les missions des armées et remettre en cause la trajectoire financière vers les 2% du PIB consacrés à la Défense. »

Et d’insister : « Les discussions budgétaires entamées pour réduire le déficit budgétaire 2017 laissent craindre des annulations de crédits d’une ampleur inédite pour le ministère de la défense, en contradiction avec l’engagement du Président de la République de porter les ressources de la défense à 2 % du PIB en 2025. »

Pour M. Larcher, il s’agit d’un « non respect des engagements de la loi de programmation militaire. « C’est le Sénat qui a introduit la ‘clause de sauvegarde’ assurant le financement interministériel des opérations extérieures. Elle doit être respectée’, a-t-il averti.

« Ne pas payer l’équivalent du budget des opérations extérieures serait une faute. Il en va de la dignité de la politique. On ne peut pas demander à nos soldats d’exposer leur vie pour nous défendre et ne pas, ensuite, leur donner les moyens de leur action. J’en appelle au Président de la République, chef des armées », a tonné M. Raffarin.

En 2013, quand il était question du fameux « scénario Z », qui, poussé par Bercy, prévoyait une réduction drastique des capacités militaires de la France (alors que ce sont justement ces moyens qui lui permettent de peser au sein de l’Union européenne), le Sénat s’était insurgé de la même manière, sous l’impulsion de Jean-Louis Carrère, alors président de la commission des Affaires étrangères et des Forces armées. Il avait été suivi par celle de l’Assemblée nationale, alors dirigée par Patricia Adam.

Cette dernière, même si elle n’est plus députée, suit toujours de près les affaires militaires. « Incompétence ou amateurisme ? Les ajustements budgétaires proposés par le gouvernement, et plus particulièrement les 850 millions enlevés à la Défense, amènent à se poser cette question… Ce budget qui répond à l’engagement de nos forces pour notre sécurité doit au contraire être augmenté de 2 milliards par an durant cette législature. C’est un engagement du président. Au Parlement de le faire respecter! », a-t-elle lancé via sa page Facebook.

Pour le moment, les députés de la commission de la Défense n’ont pas réagi à l’annonce de ce coup de rabot à 850 millions d’euros. Ce 12 juillet, ils recevaient, en audition, le général Pierre de Villiers, le chef d’état-major des armées (CEMA), lequel aurait été « mordant » selon quelques échos.


infos+ concomitentes

1/

Sans surprise, puisqu’il avait été précédemment désigné à l’unanimité par le groupe « Les Républicains » du Sénat, Christian Cambon, 69 ans, a été élu président de la commission des Affaires étrangères, de la Défense et des Forces armées.

Le sénateur du Val-de-Marne remplace ainsi Jean-Pierre Raffarin, qui a annoncé son retrait de la vie politique pour créer l’organisation non gouvernementale (ONG) « Leaders pour la paix », dont la raison d’être sera d’alerter « contre les risques de guerre qui nous menacent. »

L’ancien Premier ministre du président Jacques Chirac a dirigé les travaux de la commission des Affaires étrangères et de la Défense pendant trois ans. Récemment, il a co-rédirgé, avec le sénateur Daniel Reiner (PS), un rapport remarqué sur la marche à suivre pour porter le budget des Armées à 2% du PIB


Chef d’entreprise, diplômé de droit public et maire de Saint-Maurice, Christian Cambon a été élu sénateur pour la première fois en 2004. Vice-président de la commission dont il a désormais la charge, il s’était illustré en avril 2014 en dénonçant les conditions de vie « très précaires » des militaires français engagés dans l’opération Sangaris, en Centrafrique. « Une armée comme celle de la France ne doit pas faire subir de telles contraintes à ses soldats », avait-il estimé à l’époque.

« C’est une charge lourde et magnifique, très importante dans le contexte international que l’on connaît et alors que la situation de nos forces armées est très inquiétante », avait réagi M. Cambon après avoir été désigné par son groupe parlementaire pour succéder à M. Raffarin. « Le Parlement va se faire entendre, notamment pour augmenter le budget de l’armée », avait-il promis.

L’actualité lui en a donné l’occasion. « Alors qu’une remontée en puissance des moyens de nos armées est absolument indispensable pour faire face aux menaces extérieures et intérieures, on assiste au contraire à une mise en danger du ministère des Armées », a-t-il en effet réagi, au lendemain de l’annonce concernant l’effort de 850 millions d’euros demandé aux militaires au titre de la maitrise des finances publiques.

2/

La décision avait été prise il y a deux semaines mais elle vient d’être annoncée par le Journal Officiel de ce jour le général Pierre de Villiers, 60 ans, est maintenu dans ses fonctions de chef d’état-major des armées (CEMA) jusqu’au 31 juillet 2018.

Pourquoi avoir pris autant de temps pour confirmer une telle décision? S’agit-il de rassurer les militaires après que le ministre de l’Action et des Comptes publics, Gérard Darmanin, leur a annoncé qu’ils devraient trouver 850 millions d’euros pour financer les surcoûts des opérations extérieures?

Le général de Villiers, CEMA depuis février 2014, aura fort à faire sur les questions budgétaires, lui qui ne cesse de parler d’effort de guerre pour atteindre un budget de la défense d’un montant équivalent à 2% du PIB.

« Cet ‘effort de guerre’ est de la responsabilité du pays. En retour, comme nos anciens, nous nous devons d’entretenir et d’employer nos moyens à bon escient. Nous ne sommes pas ignorants des difficultés budgétaires du pays. Nous sommes, tout simplement des soldats, des marins et des aviateurs qui avons besoin d’équipements pour protéger, de munitions pour combattre, de soutien logistique pour durer, de personnels formés, entraînés et motivés pour gagner. Nous ne nous plaignons pas. Nous demandons seulement à avoir les moyens de nos responsabilités, au quotidien, bien sûr et, encore plus, au combat », avait plaidé le CEMA dans l’une de ses « Lettres à un jeune engagé ».

Au cours des 12 prochains mois, le général de Villiers aura la tâche de participer activement à la revue stratégique de défense qui vient d’être lancée sous la direction du député européen Arnaud Danjean et de préparer la prochaine Loi de programmation militaire qui en dcoulera. Nul doute qu’il saura faire valoir que « la logique du ‘toujours plus avec moins’, poussée au-delà de toute mesure, expose les soldats et conduit, tôt ou tard, à la défaite. »

Auditionné ce matin en commission de la défense de l’Assemblée nationale, le chef d’état-major des armées Pierre de Villiers n’a pas caché sa colère suite aux 850 millions d’euros de coupes imposées au ministère. "Je ne vais pas me faire b***** comme ça". C’est, de sources concordantes, le rugueux cri du cœur poussé ce matin par le chef d’état-major des armées Pierre de Villiers aux députés de la commission de la défense, au lendemain de l’annonce par Bercy d’une réduction des crédits de 850 millions d’euros en 2017. "Le grand écart entre les objectifs assignés à nos forces et les moyens alloués n’est plus tenable", a assuré le général de Villiers lors d’une audition à huis clos. "On a déjà tout donné", a-t-il martelé, répétant que l’armée est déjà à l’os, avec des effectifs militaires passés de 241.000 à 203.000 personnes de 2008 à 2015. "Il a tapé du poing sur la table, et pas seulement au sens figuré', relate un témoin. De mêmes sources, le chef d’état-major des armées, très applaudi à l’issue de sa présentation, a prôné un budget défense de 34,8 milliards d’euros dès 2018, soit une hausse de plus de 2 milliards, dans la droite ligne de ses préconisations des derniers mois. 

La grosse colère du plus haut gradé français n’a rien d’étonnant. Pierre de Villiers avait fait de l’obtention de moyens suffisants pour les armées la condition de sa prolongation d’un an comme CEMA. Les 850 millions de coupes, auxquels s’ajoutent 40 millions d’annulations de crédits selon la Tribune, ressemblent bien à un coup de canif dans le contrat, alors qu’Emmanuel Macron et Édouard Philippe ne cessent de répéter l’objectif d’un budget de défense à 50 milliards d’euros en 2025, contre 32,7 milliards actuellement. Soit les fameux 2% de PIB promis par le candidat Macron durant sa campagne présidentielle.  Timing étrange Le timing des annonces a aussi de quoi laisser songeur : les coupes, qui représentent 20% de l’effort total demandé aux ministères, ont été annoncées à quelques jours du défilé du 14 juillet, et la veille de la publication au journal officiel de l’arrêté officialisant la prolongation du mandat du chef d’état-major des armées jusqu’au 31 juillet 2018. Un étrange cadeau du 14 juillet pour des armées mises à rude épreuve par les opérations extérieures (Sahel, Levant) et intérieures (Sentinelle). 

Reporter l’objectif le rend encore plus difficile à atteindre : tenir les 50 milliards d’euros de budget défense en 2025 nécessitait déjà 17,3 milliards supplémentaires  en huit ans. Avec les coupes, il faudra trouver 18,2 milliards en sept ans. Soit une hausse de l’ordre de 2,6 milliards par an ! Certes, le Premier ministre Édouard Philippe assure que la défense pourra compter sur une hausse de son budget dès 2018. "Il faut faire crédit au gouvernement de son intention d'augmenter les moyens de l'armée dès l'année prochaine", assure le député du Tarn Philippe Folliot (LRM). D'autres parlementaires assurent que le compte n'y est pas. "Alors qu’une remontée en puissance des moyens de nos armées est absolument indispensable pour faire face aux menaces extérieures et intérieures, on assiste au contraire à une mise en danger du ministère des Armées", a dénoncé Christian Cambon, nouveau président de la commission des affaires étrangères et de la défense du Sénat, dans un communiqué publié le 12 juillet.  

Macron en pacificateur ? Emmanuel Macron va-t-il saisir l’occasion de son passage à la réception de l’hôtel de Brienne, offerte à l’occasion de la fête nationale le 13 juillet en soirée, pour remettre en cause l’arbitrage de son gouvernement, et apparaître comme le sauveur des armées ? François Hollande avait déjà utilisé la recette à plusieurs reprises, avec un certain succès. Le chef de l’État va en tout cas devoir jouer serré, entre l’objectif de contenir le déficit sous les 3% de PIB, et la colère grandissante au sein des armées. Leur chef suprême en tête.


Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11312
Points : 12648
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 67
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'actu de la MARINE NATIONALE, de notre défense et de nos alliés /2

Message par corsair le Lun 17 Juil - 9:38

12/07/2017

Le Mirage F1 servira de plastron aux pilotes de chasse américains



Cette vente sera loin de compenser les 850 millions d’euros que devra trouver le ministère des Armées pour satisfaire aux exigences de Bercy mais elle mettra quand même un peu de beurre dans les épinards.

Évoqué le mois dernier, ce dossier en effet de se concrétiser : la société américaine ATAC (Airborne Tactical Advantage Company), dont l’activité est de fournir des plastrons pour l’entraînement des pilotes de chasse américains, a en effet été retenue par la Structure intégrée du maintien en condition opérationnelle des matériels aéronautiques du ministère la Défense (SIMMAD) pour acquérir 63 cellules d’avions Mirage F1 pour un montant de 21 millions d’euros.

Selon La Tribune, qui a livré cette information, le directeur de la SIMMAD, le général Philippe Roos, a notifié ce marché à ATAC le 4 juillet dernier. Les sociétés Draken International et Air USA étaient également sur les rangs.

Les Mirage F1 vendus étaient jusqu’alors conservés, sous cocon, par l’Élément Air Rattaché (EAR) de Châteaudun. Le dernier appareil a été retiré du service en juin 2014, avec la dissolution de l’escadron de reconnaissance 2/33 Savoie.

Le coût pour remettre en état de vol ces Mirage F1 est assez conséquent puisqu’il est question de 3 millions d’euros par appareil. Pour cela, ATAC devrait s’appuyer sur des entreprises européennes, dont Sabca, la filiale belge de Dassault Aviation, et le PME Secamic, le leader français des pièces de rechange et des équipements aéronautiques militaires.


Actuellement, ATAC dispose de 6 F-21 KFIR (une copie du Mirage III), de 11 MK-58 Hawker Hunter et de 2 L-39 Albatros. Autant dire qu’avec l’acquisition de ces Mirage F1, sa flotte prendra une autre envergure.

Reste à voir si le ministère des Armées a réalisé une bonne affaire, sachant qu’en 2016, l’Argentine fit part de son intérêt pour acquérir une douzaine de Mirage F1 pour environ 40 millions d’euros. Mais les finances de Buenos Aires n’étant pas au beau fixe, il vaut mieux suivre le principe du « un tiens vaut mieux que deux tu l’auras ».


Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11312
Points : 12648
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 67
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'actu de la MARINE NATIONALE, de notre défense et de nos alliés /2

Message par corsair le Lun 17 Juil - 9:39

12/07/2017

88% des Français ont une bonne opinion de leurs armées



Le bureau Analyse de l’Opinion de la DICoD (Délégation à l’Information et à la Communication de la Défense) conduit des mesures qui permettent de mieux appréhender l’évolution de l’opinion française sur les armées et ses grandes thématiques. Voici un florilège des résultats des sondages récents:

Préoccupations des Français
Les attentats terroristes restent la menace qui préoccupe le plus les Français (79 %). (IFOP-DICoD, mai 2017)
Les zones sous l’influence de Daech au Proche et Moyen-Orient sont celles qui inquiètent le plus les Français (61 %, +4 points). (IFOP-DICoD, mai 2017)

Image des armées
88 % des Français ont une bonne opinion de leurs armées, soit le plus haut niveau jamais enregistré depuis 2012. (IFOP-DICoD, mai 2017)
Les armées françaises sont jugées compétentes par 80 % de nos concitoyens. (IFOP-DICoD, mai 2017)
La qualité des soldats est le principal point fort de nos armées selon 70 % des Français. (IFOP-DICoD, mai 2017)
L’Europe de la Défense 68 % des Français considèrent que l’Europe de la Défense doit se construire dans le cadre global de l’OTAN. (IFOP-DICoD, mai 2017)
Une participation commune aux opérations extérieures doit être la priorité pour l’Europe de la Défense, selon 54 % des Français. (IFOP-DICoD, mai 2017)

Jeunesse – Réserve – Garde nationale
La garde nationale et la réserve militaire sont très bien connues de nos concitoyens et apparaissent attractives : plus de 8 Français sur 10 en ont déjà entendu parler. (IFOP-DICoD, mai 2017)
Parmi les plus jeunes d’entre eux, 43 % pourraient envisager d’intégrer la réserve militaire. (CSA-DICoD, mars 2017)
54 % des jeunes de moins de 30 ans s’intéressent aux questions de défense. (CSA-DICoD, mars 2017)

Les missions de nos armées
Une très large majorité des Français (86 %) approuve les opérations de lutte contre Daech en Irak et en Syrie. (IFOP-DICoD, mars 2017)
77 % des Français approuvent l’opération Sentinelle sur le territoire national. (IFOP-DICoD, mars 2017)
80 % des Français font confiance aux armées pour intervenir sur le territoire national en cas d’attaque terroriste. (IFOP-DICoD, mars 2017)

Le budget
55 % des Français estiment que le budget actuel de la Défense ne permet plus aux armées de remplir leurs missions. (IFOP-DICoD, mai 2017)
82 % des Français souhaitent que le budget de la Défense soit maintenu ou augmenté. (IFOP-DICoD, mars 2017)


Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11312
Points : 12648
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 67
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'actu de la MARINE NATIONALE, de notre défense et de nos alliés /2

Message par corsair le Lun 17 Juil - 9:40

12/07/2017

L’armée de l’air monte au front pour armer ses drones



Satisfaite de ses drones Reaper, l’armée de l’air ne cache plus sa volonté de passer à la prochaine étape: l’armement des appareils avec des missiles type Hellfire ou Brimstone. Objectif: pouvoir mener des frappes d’opportunité et protéger les troupes au sol.
Un drone Reaper armé de l'US Air Force

Satisfaite de ses drones Reaper, l’armée de l’air ne cache plus sa volonté de passer à la prochaine étape: l’armement de ses drones, avec des missiles de type Hellfire ou Brimstone. Objectif: pouvoir mener des frappes d’opportunité et protéger les troupes au sol.



Ce fut longtemps une petite musique de fond, seulement audible par les initiés. C'est désormais une revendication claire et assumée: l'armée de l'air pousse à l'armement de ses drones de surveillance Reaper, dont elle utilise déjà six exemplaires (cinq depuis la base de Niamey, au Niger, et un à Cognac). "Très clairement, l'armée de l'air est en faveur de l'armement de ses systèmes, assurait ainsi lundi 10 juillet, lors du point presse du ministère des Armées, le lieutenant-colonel Tanguy, commandant de l'escadron de drones 1/33 "Belfort", qui met en œuvre la dizaine de drones de l'armée de l'air (6 Reaper et 4 Harfang). Cela nous permettrait d'aller au bout de la logique du temps réel: on pourrait dégager des troupes prises sous le feu ennemi."

Pourquoi l'armée de l'air monte-t-elle ainsi au front? Un rapport du Sénat avait déjà jeté un joli pavé dans la mare début mai. "Les drones sont déjà extrêmement présents dans la boucle décisionnelle, apportant une contribution cruciale à la connaissance de la situation et procédant à des guidages d'armement, écrivaient les sénateurs Cédric Perrin et Gilbert Roger, dans ce document d'une centaine de pages. Armer les drones constituerait une étape logique supplémentaire." Les rapporteurs suggéraient l'armement des Reaper avec des missiles de type Hellfire et des bombes guidées GBU, à l'instar des drones de l'US Air Force.

12 Reaper en 2020

De fait, les drones de surveillance n'ont cessé de prendre de l'importance dans le dispositif français depuis une dizaine d'années. Depuis la tragédie d'Uzbin (Afghanistan) en août 2008 (10 morts et 21 blessés français lors d'une embuscade de talibans et d'insurgés), qui a mis en évidence le manque de drones de surveillance pour soutenir les troupes au sol, la France a lentement rattrapé son retard sur le segment. D'abord avec le Harfang, un drone israélien francisé par Airbus, qui a souffert de ses performances limitées, de gros retards de développement et d'énormes surcoûts, mais a eu le mérite d'ouvrir la voie. Ensuite avec le Reaper de l'américain General Atomics, que l'ancien ministre de la défense Jean-Yves Le Drian s'est résolu à commander en 2013 devant l'absence de solution purement française.

L'armée de l'air exploite désormais cinq Reaper depuis Niamey (Niger) et un sur la base aérienne 709 de Cognac. Six autres drones doivent être livrés en 2019, portant la flotte totale à 12 appareils. Les appareils prouvent chaque jour leur utilité. Ces engins de 4,5 tonnes au décollage, soit le poids d'un Alpha Jet, ont réalisé 16.200 heures de vols et 1.100 missions depuis leur entrée en service en janvier 2014. Volant 16 à 19 heures par jour, ils réalisent 60% du recueil de renseignement français sur l'opération Barkhane, alors que seuls 5 drones et 3 équipages sont déployés sur place. "Les Etats -Unis disposent de 300 Reaper et 900 équipages, rappelle le lieutenant-colonel Tanguy. Notre dispositif est extrêmement efficace."

Missiles Hellfire ou Brimstone?

Armer ces drones ne serait que la suite logique de leur montée en puissance actuelle, estime l’armée de l’air. « Un drone MALE est piloté de A à Z, souligne le lieutenant-colonel Tanguy. A partir du moment où ce sont les pilotes du drone qui décident de délivrer de l’armement, on est dans le même dispositif que pour un avion de combat. » Les Reaper actuels font déjà de l’illumination de cible, c’est-à-dire qu’ils désignent, au laser, les objectifs à traiter aux avions de chasse. Les armer permettrait de mieux sécuriser les troupes au sol. "J’ai participé à une opération en octobre-novembre dernier, qui aurait pu vraiment mal se passer, raconte le patron de l’escadron 1/33 Belfort. Deux hélicoptères s’étaient posés près d’une cible d’intérêt. Quelqu’un s’est mis à tirer au PKM (Kalachnikov) sur les hélicos. A ce moment-là, on est au-dessus, on a le terroriste en visuel, et on ne peut rien faire. On a eu deux blessés graves sur cette mission, et ça aurait pu être pire".

Quel armement préconise l’armée de l’air? "Tactiquement, il serait judicieux de choisir des charges létales réduites pour mener des frappes de précision, donc des missiles plutôt que des bombes", estime le lieutenant-colonel Tanguy. Le missile Hellfire, qui équipe déjà les Reaper américains, pourrait faire l’affaire, de même que le Brimstone du missilier européen MBDA, déjà choisi par le Royaume-Uni pour ses futurs drones Protector, en fait des Reaper modernisés. Capable d’emporter 1,2 tonne de charge utile, le Reaper peut embarquer 4 missiles Hellfire et deux bombes guidés GBU-12 ou 49 dans sa version US Air Force.

Nouveaux capteurs

Outre l’armement, l’armée de l’air veut aussi équiper ses drones Reaper de nouveaux capteurs. Aujourd’hui, les capteurs embarqués, dits "champ étroit", sont calibrés pour l’identification de cibles précises, et non pour le repérage d’objectifs sur une zone étendue. L’ajout de capteurs "champ large" permettrait d’accroître encore les capacités de ces drones. L’armée de l’air plaide aussi pour des systèmes optique HD, qui permettraient une plus grande précision dans l’identification des cibles. Le Sénat plaidait, en outre, pour l'acquisition d'une charge utile ROEM (renseignement d'origine électromagnétique), afin de détecter l'activité ennemie plus en amont. L’arrivée des prochains Reaper en 2019, dans leur version dite Block 5, devrait permettre des intégrations de capteurs plus faciles qu’avec les drones "Block 1" actuels, estime l'armée de l'air.


Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11312
Points : 12648
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 67
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'actu de la MARINE NATIONALE, de notre défense et de nos alliés /2

Message par corsair le Lun 17 Juil - 9:40

12/07/2017

Janus, la première norme de communication numérique sous-marin

Sous l'égide de l'Otan, une équipe a développé le premier standard international pour les communications sous-marines par ondes acoustiques. Une avancée qui devrait faire progresser l'exploration robotisée et favoriser le déploiement d'un « Internet sous-marin ».



Si la standardisation des protocoles de communication terrestres existe de longue date, il n'en va pas de même sous l'eau. Jusqu'à présent, aucune norme de communication sous-marine ne s'impose aux robots d'exploration et aux navires. Différents dispositifs acoustiques coexistent, permettant à certains groupes de robots de communiquer entre eux mais sans interopérabilité possible avec d'autres systèmes. Mais cela est sur le point de changer...

Un jour, il devrait exister sous l'eau l'équivalent d'un réseau de connexion Wi-Fi ou cellulaire qui reliera entre eux différents équipements de surface et sous-marin. C'est ce que pensent les chercheurs du CMRE (Centre for Maritime Research and Experimentation) de l'Otan. Une équipe a développé ce qui est présenté comme la toute première norme de communication numérique sous-marine. Baptisée Janus (le dieu romain des portes et des passages), elle est reconnue comme un standard par tous les membres de l'Otan depuis mars 2017. Ses concepteurs estiment qu'il s'agit de « la première étape vers la création d'un Internet sous-marin ».


Janus est un signal acoustique qui émet sur une fréquence de 11,5 kilohertz. Les appareils sous-marins établissent une communication par ce canal et peuvent ensuite choisir d'y demeurer ou bien de basculer sur une fréquence propriétaire pour des raisons de confidentialité ou de praticité. Janus joue le rôle de passerelle grâce à laquelle l'ensemble des systèmes marins et sous-marins peuvent signaler leur présence ou s'organiser en un réseau.

Janus gênera-t-il les habitants des mers ?

Pour tester Janus, les chercheurs de l'Otan ont installé des émetteurs acoustiques sous-marins dans le port de La Spezia (Italie) où est basé le CMRE. Ils ont également développé un système de surface avec une antenne montée sur une bouée qui capte les signaux Wi-Fi et cellulaires et les convertit au format Janus pour les envoyer à des engins sous-marins.
vie marine



L'objectif est de créer un réseau global, un « Internet sous-marin », pour permettre à tous les types de robots de communiquer entre eux ainsi qu'avec des sous-marins, des bouées et des navires. Les applications envisagées sont évidemment pléthoriques, tant pour la sécurité des plongeurs que des installations off-shore (plateformes pétrolières, fermes éoliennes...), la protection des ports, la surveillance maritime, la détection de mines ou encore l'archéologie sous-marine.

L'Otan n'a cependant pas précisé si Janus pourrait à terme devenir un standard public qui, à l'instar du Wi-Fi, permettra à des particuliers pratiquant la plongée sous-marine de communiquer entre eux par l'intermédiaire de terminaux mobiles étanches. Mais la grande question qui se pose concerne la nocivité de ces ondes acoustiques pour l'environnement marin. « On sait que le son a un impact sur la vie marine », reconnaît João Alves, responsable du projet Janus au CMRE, qui indique que son équipe collabore avec des biologistes et d'autres scientifiques s'attachant à préserver l'environnement marin. Mais on ne sait pas clairement à quel point cette norme de communication pourrait être nocive ni ce qui pourrait être fait pour y remédier.


Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11312
Points : 12648
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 67
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'actu de la MARINE NATIONALE, de notre défense et de nos alliés /2

Message par corsair le Lun 17 Juil - 9:41

13/07/2017

L’ingénieur général hors classe Vincent Imbert a été nommé Délégué général pour l’armement par intérim

Étant donné que le mandat qu’exerçait Laurent Collet-Billon en qualité de Délégué général pour l’armement (DGA) s’est achevé le 30 juin, la nomination de son successeur n’aurait pas dû tarder. Peine perdue.

À l’issue du dernier Conseil des ministres, il a en effet été annoncé que l’ingénieur général hors classe Vincent Imbert assumera les fonctions de Délégué général pour l’armement « par intérim ». Un choix logique pour une solution provisoire dans la mesure où ce dernier était le numéro deux de Laurent Collet-Billon.

Cela étant, l’on s’attendait à une nomination définitive. En effet, d’après les « confidentiels » de l’hebdomadaire Challenges, l’ingénieur général Laurent Giovachini tenait alors la corde pour prendre les rênes de la Direction générale de l’armement.  »



« L’impératif d’une nomination d’un dirigeant ‘Macron-compatible’, capable de relayer les orientations budgétaires élyséennes, fait pencher la balance en faveur de Laurent Giovachini. Cet ingénieur général de l’armement a fait l’essentiel de sa carrière à la DGA avant de diriger successivement CS Systèmes d’information puis la SSII Sopra Steria », avait expliqué le magazine économique.


Mais le nom de l’IGA Giovachini n’est le seul à avoir été cité. Celui du Brunon Sainjon, l’actuel président de l’Office national d’études et de recherches aérospatiales (ONERA) circule, de même que ceux de Monique Legrand-Larroche, actuellement chargée de la conduite des programmes et opérations d’armement, et de Caroline Laurent, directrice de la stratégie de la DGA.

Renouvellement de la dissuasion, programme Scorpion, avions ravitailleurs, coopérations industrielles franco-britannique et franco-allemandes, maintien en condition opérationnelle (MCO) des hélicoptères, etc… Les dossiers importants que le Délégué général pour l’armement à traiter ne manquent pas, d’autant plus qu’une revue stratégique de défense est en cours et qu’une nouvelle Loi de programmation militaire sera prochainement soumise au Parlement. En outre, les coupes budgétaires de 850 millions qui vont affecter le programme 146 « Équipements des forces » compliqueront davantage une équation qui l’est déjà bien assez.


Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11312
Points : 12648
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 67
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'actu de la MARINE NATIONALE, de notre défense et de nos alliés /2

Message par corsair le Lun 17 Juil - 9:41

13/07/2017

La France et l’Allemagne vont développer un avion de combat commun



C’est la surprise du jour : ce 13 juillet, à l’issue d’un Conseil des ministres franco-allemand, l’Élysée a annoncé que Paris et Berlin ont convenu de « développer un système de combat aérien européen » en commun afin de « remplacer leurs flottes actuelles d’avions de combat à long terme. » Et d’ajouter : « Les deux partenaires souhaitent mettre au point une feuille de route conjointe d’ici à mi-2018. »

« C’est une révolution profonde, mais nous n’avons pas peur des révolutions quand elles sont menées de manière pacifique, construite et dans la durée », a commenté le président Macron, lors d’une conférence de presse conjointe avec Angela Merkel, la chancelière allemande. « Notre souhait, c’est en effet de pouvoir avoir une nouvelle génération d’avions de combat communs », a-t-il poursuivi.

« Ce sont des projets très lourds, lourds pour nos deux armées et nos deux gouvernements et qui ensuite doivent être exportés. Aujourd’hui, on se retrouve avec des projets lourds, trop de standards et de qualification au niveau européen et parfois une concurrence intra-européenne pour les porter à l’international », a encore expliqué le locataire de l’Élysée.


De son côté, Mme Merkel a dit « saluer » ce projet, qui vient s’ajouter à d’autres programmes franco-allemands, comme le drone MALE RPAS, auquel l’Italie participe. Et on la comprends car, pour remplacer les chasseur-bombardiers Tornado, la mise au point d’un nouvel avion de combat dans le cadre d’une coopération avec un autre pays européens était l’un de ses objectifs de la « Stratégie militaire aérienne », publiée fin 2015 par le ministère allemand de la Défense. Et la difficulté était alors de trouver des partenaires intéressés pour développer le programme « Next Generation Weapon System ».

Déjà, Airbus s’est attelé à cette tâche, en présentant un concept qui serait un « système de systèmes », c’est à dire une combinaison d’avions avec équipage et de drones ayant le rôle de « mules » capables de mener des missions de rconnaissance, de guerre électronique, voire de frappes.

En mars, Dirk Hoke, le patron de la division Défense d’Airbus, avait insisté sur la nécessité de trouver des partenaires européens pour mener à bien un tel projet d’ici 2035. Et d’indiquer que les Français seraient probablement de la partie, alors que ce programme ne figurait alors pas dans la Loi de programmation militaire 2014-2019 et que la France était déjà engagée avec le Royaume-Uni pour mettre au point le Système de combat aérien futur (SCAF), avec le concours de BAE Systems et Dassault Aviation. Que deviendra ce dernier après l’annonce faite par le président Macron?

Mais ce n’est pas la seule question qui se pose. Les forces françaises ont des besoins spécifiques que leurs homologues allemandes n’ont pas… En clair, il faudra se mettre d’accord sur ce que l’on veut vraiment : cet appareil évoqué par M. Macron pourra-t-il être embarqué à bord d’un porte-avions? Sera-t-il compatible avec la dissuasion nucléaire? Quel rôle tiendra Dassault Aviation, sachant que le Pdg de ce dernier, Éric Trappier, a fixé des conditions très précises en matière de coopération européenne? Et plus largement, quelle place aura l’industrie aéronautique française?

En outre, la coopération franco-allemande dans le domaine de l’armement ne va pas s’arrêter là. Il est également question de « mettre en place un cadre de coopération pour le prochain standard de l’hélicoptère Tigre, ainsi que pour un programme commun de missiles tactiques air-sol » et de poursuivre la « collaboration relative à un système majeur de combat terrestre [un char de combat?] et à un système commun de tir indirect de nouvelle génération, qui s’ouvrira à d’autres pays européens lorsque ces projets seront suffisamment développés. »


Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11312
Points : 12648
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 67
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'actu de la MARINE NATIONALE, de notre défense et de nos alliés /2

Message par corsair le Lun 17 Juil - 9:42

13/07/2017

Les opérations continuent : 12 jihadistes ont été neutralisés 




Le 9 juillet, un convoi des Forces armées maliennes (FAMa) est tombé dans une embuscade tendue par des jihadistes présumés à une soixantaine de kilomètres de Ménaka (nord-est du Mali). Selon un dernier bilan, cette attaque aurait fait 3 tués et 5 disparus.

Le lendemain, dans la même région, lors d’une mission de reconnaissance, deux hélicoptères de la force française Barkhane ont été la cible de tirs provenant de deux pick-up transportant de nombreux hommes armés.

La réaction ne s’est pas fait attendre : des commandos héliportés sur place ont engagé le combat contre les terroristes, au cours duquel, d’après RFI, « plusieurs » d’entre eux ont été tués « grâce à l’appui feu des hélicoptères ». Et d’ajouter : « Durant toute l’opération, ce sont les soldats maliens prévenus dans la foulée qui ont assuré la couverture de la zone en appui des Barkane. »

Plus tard, un autre jihadiste a été neutralisé par les soldats maliens alors qu’il était en train de poser, avec un complice, un engin explosif improvisé dans les environs de la localité de Talataye, près d’Ansongo.


L’armée malienne a confirmé ces opérations menées conjointement avec la force Barkhane, en précisant qu’elles avaient permis de mettre « une douzaine de terroristes » hors d’état de nuire et de faire un prisonnier. « Il s’agit de sorties de routine ayant abouti à l’élimination de combattants jihadistes », a commenté une source militaire, dont les propos ont été rapportés par l’AFP.

Par ailleurs, une semaine plus tôt, les militaires français – notamment ceux du groupement tactique désert blindé (GTD-B) reforcés par des commandos de montagne – ont effectué une importante saisie d’armes et de munitions au cours de l’opération Saraka, menée dans le nord du Mali (l’État-major des armées n’a pas précisé l’endroit exact).

Ainsi, plus de 1.000 cartouches, des roquettes, de l’armement (dont des lance-roquettes) et des moyens de communication ont été découverts dans une maison et deux bâtiments annexes. « Le propriétaire, soupçonné d’être un trafiquant d’armes, a été capturé », a précisé l’EMA.

« Depuis le début de l’opération Barkhane, plus de 400 terroristes ont été mis hors de combat ou remis aux autorités des pays partenaires. Plus de 20 tonnes d’armes ont également été saisies ou détruites soit près de 2 tonnes par trimestre », a souligné l’État-major.


Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11312
Points : 12648
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 67
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'actu de la MARINE NATIONALE, de notre défense et de nos alliés /2

Message par corsair le Lun 17 Juil - 9:43

13/14/07/2017



President Trump, first lady, visit Paris


































Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11312
Points : 12648
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 67
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'actu de la MARINE NATIONALE, de notre défense et de nos alliés /2

Message par corsair le Lun 17 Juil - 9:44

14 Juillet?..



Même si la musique qui marche au pas ne ne vous regarde pas et que vous avez pour habitude de rester dans votre lit douillet après un bal des pompiers arrosé, vous pouvez difficilement y échapper : tous les 14 juillet, à l’occasion de la fête nationale, chevaux de la garde républicaine, Alphajet de la patrouille de France, troupes et chars d’assaut  défilent à Paris aux sons des clairons et des tambours. 
Au même titre que La Marseillaise, le drapeau bleu-blanc-rouge ou le buste de Marianne, le défilé militaire sur les Champs-Elysées fait partie de nos symboles républicains - et fait régulièrement l’objet de critiques. On se souvient de la polémique provoquée en 2011 par la proposition de la député européenne écolo Eva Joly de supprimer cette parade militaire le jour de la fête nationale pour la remplacer par un «défilé citoyen». 



D’où nous vient cette tradition républicaine ?

Le 14 juillet, jour de fête nationale depuis 1880

La tradition du défilé militaire telle que nous la connaissons a été instituée en 1880, un an après l’adoption officielle de La Marseillaise comme hymne national. Avant cette date, des soldats avaient déjà défilé le 14 juillet, notamment sous le consulat de Napoléon Bonaparte. Le futur empereur souhaitait rendre hommage aux «défenseurs de l’Etat» et ne faisait aucune référence à la prise de la Bastille, symbole pour lui de la marche vers le Terreur. 
Le 6 juillet 1880, la loi faisant du 14 juillet la fête nationale annuelle est promulguée. Le texte, très bref, ne fait aucune référence à une éventuelle procession militaire et entretient le flou en ne précisant pas ce qui est commémoré. Les Républicains les plus à gauche pensent au 14 juillet 1789, tandis que les plus modérés, qui jugent cette révolte populaire trop sanglante, préfèrent se souvenir de la fête de la Fédération, célébrée le 14 juillet 1790 sur le Champ-de-Mars à Paris.
Le choix de cette date à double entrée sert à éviter une opposition trop forte et à unir tous les Républicains autour d’une fête plus consensuelle. L’objectif est alors de consolider la jeune IIIe République, proclamée dix ans auparavant, après la bataille de Sedan face à la Prusse.
«A l’époque, tout le monde est encore traumatisé par cette défaite. Les Républicains veulent alors faire de l’armée un instrument d’unité nationale, un instrument de républicanisation», un moyen d’implanter la République après des années d’instabilité. On décide alors de mettre en scène les troupes dans un défilé chargé de symboles qui doit incarner cette union nationale et, au passage, effacer le traumatisme de la défaite. 
Plus prosaïquement, la France veut aussi témoigner de son redressement militaire et impressionner ses voisins, et notamment l’Empire allemand qui possède désormais l’Alsace-Lorraine. «Ce moment de la fête civique du 14 juillet est une étape importante dans la construction du lien entre l’armée et le peuple», résume le site de l’Elysée, qui raconte notamment le déroulement des célébrations du 14 juillet 1880 à l’hippodrome de Longchamp, dans le bois de Boulogne. «Le pouvoir politique, au nom de la Nation, investit l’armée, émanation de la Nation, de la mission de la protéger, de la représenter, de remplir les missions qui lui sont dévolues», ajoute le site du palais présidentiel.




Voir l’armée défiler inculque aussi une forme d’appartenance collective aux citoyens, leur fait expérimenter «l’idée d’histoire, de politique, de nation»
Le défilé, au-delà du rendez-vous populaire prisé des familles, est aussi un «rituel qui symbolise la domestication de la violence publique légitime par le pouvoir civil.» En d’autres termes, faire parader les soldats permet de prouver que l'«armée est sous le contrôle de la nation et à son service, que ce n’est pas "un Etat dans l’Etat", qu’elle est républicaine». C’est d’autant plus vrai depuis que l’armée est professionnelle : «L’armée de métier a eu une image négative pendant deux siècles, on la voyait comme l’armée du roi absolu, l’armée du coup d’Etat… Aujourd’hui, le défilé est aussi un moyen de montrer qu’il y a toujours une alliance entre l’armée et la nation. Et ce, même si l’armée est professionnelle.»

De l’Etoile à la Concorde, un parcours symbolique

Jusqu’à la Première Guerre mondiale, la revue des troupes a lieu à Longchamp, plus adapté à la cavalerie. L’avenue des Champs-Elysées est choisie en 1919, pour sa capacité à accueillir un large public, mais aussi pour le symbole, le cortège, composé d’unités à pied, montées, motorisées et aériennes allant de l’Arc de triomphe (la guerre) à la place de la Concorde (la paix). 
Quelques mois après l’armistice du 11 novembre 1918, l’armée française défile le jour de la fête nationale lors d’une «fête de la Victoire», en présence des maréchaux Joffre et Foch et des armées alliées. Le trajet ne sera presque jamais modifié ensuite. Une exception notable, le 14 juillet 1945 : trois jours de festivités sont organisées, autour du général de Gaulle, lors du premier défilé après la Libération. «Exceptionnellement, le défilé militaire déserte les Champs Elysées pour un trajet Vincennes-place de la Bastille qui s’achève à la République». 
Valéry Giscard d’Estaing se permet aussi quelques fantaisies, en changeant plusieurs fois pendant son mandat le lieu de la célébration. En 1974, la revue des troupes a ainsi lieu sur l’axe Bastille-République.
Depuis, la tradition n’a pas vraiment été interrogée par le pouvoir politique. Le défilé s’est cependant internationalisé et ouvert à d’autres participants, aux femmes en 1971 ou aux douanes en 2016, par exemple. Des unités militaires implantées localement paradent aussi régulièrement lors de défilés organisés hors de la capitale. Au rang des dates marquantes du défilé parisien, on peut évoquer la parade nocturne du bicentenaire de la Révolution en 1989, sous la baguette de Jean-Paul Goude, ou encore la participation, en 1994, du corps européen, symbole de la réconciliation franco-allemande. En 2007, ce sont des soldats des 27 pays européens qui défilent, tandis qu’en 2010, 14 pays africains sont à l’honneur à l’occasion du 50e anniversaire de leur indépendance. En 2015, pour la première fois,le cortège accueille les unités du RAID, de la BRI et du GIGN, quelques mois après les attentats de janvier.



«L’armée de la République n’est pas faite pour de telles exhibitions»
Quant aux critiques sur la présence de l’armée dans la fête nationale, elles ne datent pas d’hier. En 1881, un journaliste du quotidien Le Temps écrivait à propos du jeune défilé : «on n’a pas su discerner si par cette exhibition, on honorait vraiment l’armée, ou si on ne la sacrifiait pas à la curiosité du public». «L’armée de la République n’est pas faite pour de telles exhibitions», estimait le journaliste, pour qui les militaires ne devaient pas «avoir à quêter dans une fête les applaudissements de la foule incompétente et blasée des tribunes.» Eva Joly candidate écologiste à la présidentielle en 2011 n’était pas aussi virulente. La magistrate, qui s’est défendue d’être antimilitariste et qui a tout de même suivi un cursus au prestigieux Institut des hautes études de Défense nationale dénonçait le coût financier et écologique de la manifestation, mais aussi sa symbolique : «La France est l’une des rares démocraties à organiser un gigantesque défilé militaire le jour de sa fête nationale  Ce sont les dictatures qui généralement organisent ce genre de déploiements guerriers», affirmait l’eurodéputée, qui jugeait les dates du 8 mai ou du 11 novembre plus appropriées aux démonstrations de ce genre.



D’autres reprochent au défilé d’être devenu une démonstration surtout folklorique, qui attire autant les touristes que les Français.  la La parade militaire revêt, même aujourd’hui «une signification politique importante». «Le défilé donne l’image d’une France fière de son armée, attachée à sa souveraineté, militairement indépendante… Même si cela reste une illusion» A sa création, le défilé était vu comme un moyen de fabriquer de la nation. Je ne suis pas sûr qu’il ait encore cette fonction aujourd’hui.»

Bonus+ corsair




Le défilé du 14-Juillet 2017 à bord d’un Atlantique 2,  de la flottille 23 F, de Lann-Bihoué







Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11312
Points : 12648
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 67
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'actu de la MARINE NATIONALE, de notre défense et de nos alliés /2

Message par corsair le Lun 17 Juil - 9:45

15/07/2017

Image dans la presse US du president Trump lors du Bastille Day















la presse

La présence de Donald Trump à Paris à l’occasion du 14 juillet a fait couler beaucoup d’encre aux États-Unis. C'est notamment sur la relation entre Emmanuel Macron et le président américain que les yeux des médias et observateurs se sont braqués. Beaucoup d’entre eux n’hésitant pas à parler de "bromance" naissante. Comprendre: une amitié forte entre deux hommes.
"La bromance inattendue entre le dirigeant américain et français a été diffusée dans le monde entier vendredi lors du défilé militaire annuel à l'occasion du Bastille Day", raconte le Washington Post.
Outre-Atlantique, les commentaires se sont concentrés sur les fréquentes marques d’affection que s'envoyaient les deux hommes et leur très longue poignée de main avant le départ de Donald Trump pour les États-Unis. D’après les observateurs américains, le président Trump ne voulait plus repartir. Il faut dire qu’Emmanuel Macron n’a pas lésiné sur les efforts pour impressionner son homologue "en transformant une journée de fierté nationale en une célébration du patriotisme américain et de l'amitié entre les deux pays", note le journal de la capitale américaine qui parle d’un "14 juillet mémorable pour Trump".
Une volonté de rester à Paris d'autant plus compréhensible qu’à Washington, Donald Trump est embourbé dans les affaires liées à la Russie. Ce déplacement dans la capitale française s’est ainsi présenté comme l’occasion de s’accorder un court répit. "Pendant deux heures vendredi matin, le président Trump semblait heureux", explique le Washington Post. "Une distraction bienvenue de la controverse née des révélations sur les mails de Donald Trump JR", souligne également NBC.
Trump adepte des défilés militaires
De son côté, le New York Times estime que ce "couple étrange sur la scène internationale a essayé de minimiser ses désaccords sur l’immigration ou le changement climatique".
"Trump aime les attributs de la présidence, que ce soit aux Etats-Unis ou dans un autre pays. Y compris le fait d’occuper les sièges les plus prestigieux à la cérémonie célébrant la prise de la Bastille, un défilé faste imprégné de tradition et de matériel militaire. (…) Monsieur Trump et Monsieur Macron ont semblé avoir laissé les tensions initiales dans leur relation derrière eux, et ce au service du développement de leur partenariat et de l’amour des défilés", a ironisé le célèbre quotidien qui rappelle qu'à l’occasion de son investiture, l'ex-magnat de l’immobilier avait souhaité un défilé militaire. Une demande finalement refusée par le Pentagone pour des raisons logistiques.
De plus en plus isolé sur la scène internationale, Donald Trump a également utilisé ce rendez-vous diplomatique pour soigner son image en affichant sa proximité avec le chef de l’État français. Il n'a d'ailleurs pas manqué de remercier Emmanuel Macron dans une vidéo postée sur Twitter et dans laquelle il rappelle notamment l'amitié qui lie les deux pays.





Infos+ 




Bonus



Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11312
Points : 12648
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 67
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'actu de la MARINE NATIONALE, de notre défense et de nos alliés /2

Message par corsair le Lun 17 Juil - 9:46

@corsair a écrit:Sevran : roué de coups, le policier sort son arme et blesse un de ses assaillants



Le motard de la police aurait utilisé son arme pour se défaire de ses assaillants dans un quartier de Sevran (Seine-Saint-Denis).

Des poubelles en feu, des policiers pris à partie, un jeune blessé par un tir de police… La nuit de vendredi à samedi a été particulièrement mouvementée à Sevran (Seine-Saint-Denis), dans un climat aussi confus que préoccupant.

Des tensions ont éclaté dans le quartier Pont-Blanc, avec toutes les apparences d'un guet-apens. Des poubelles ont été incendiées près du collège La Pléiade, et la police accueillie à jets de pierre. Les forces de l'ordre ont demandé des renforts.

Un peu plus loin, près de la cité basse, toujours dans le même quartier, deux motards de la police, appartenant à la compagnie de sécurisation (CSI), ont été pris à partie. L'un d'eux est tombé à terre avant d'être roué de coups. Il aurait utilisé son arme pour se défaire de ses assaillants. 

Un policier motard  a été violemment attaqué et lynché la nuit dernière à Sevran (Seine-Saint-Denis) vers 02h00, par une trentaine d’individus qui avaient bel et bien décidé de s’en prendre à lui avec le maximum de violence.

Dans le quartier, certains ont vu les jeunes armés de barres de fer. Un jeune homme a été blessé au bas-ventre, vraisemblablement par l'un des tirs, mais son pronostic vital n'est pas engagé, indiquait ce samedi matin, une source proche de l'affaire. Il a été hospitalisé.


Le parquet de Bobigny a saisi l'inspection générale de la police nationale (IGPN), comme de rigueur lorsqu'un fonctionnaire de police utilise son arme.



Un policier violemment pris à partie lors d'une intervention tendue dans la nuit du 14 juillet à Sevran (Seine-Saint-Denis) a fait usage de son arme à huit reprises pour se dégager, blessant un homme de 18 ans. Le policier, souffrant de contusions et blessures à la tête, a été hospitalisé, de même que l'homme de 18 ans, touché au ventre, a indiqué le parquet de Bobigny.
Selon le déroulé des faits détaillé par le parquet de Bobigny, vers 00H30 samedi, des policiers du commissariat de Sevran ont d'abord essuyé des "jets de pierres et des coups de barre de fer" lors d'une intervention sur un feu de containers "volontairement déclenché". Appelés en renfort, six motocyclistes d'une compagnie de sécurisation et d'intervention (CSI) ont à leur tour été pris à partie par une "cinquantaine d'individus aux visages dissimulés, armés de barres de fer, de blocs de pierre et de bouteilles en verre, qui avaient surgi brusquement de la cité", a poursuivi le parquet.
Selon le parquet, "trois motards" ont été blessés par ces projectiles. Les individus sont ensuite venus "à leur contact, tentant de les encercler et de les faire chuter". Cinq des motocyclistes sont "parvenus à s'échapper en accélérant". Revenus sur les lieux peu après, en s'apercevant que le sixième n'était pas présent, les agents ont fait usage de grenades de désencerclement pour disperser le groupe.
Ils ont alors retrouvé le policier blessé, "à une quinzaine de mètres de sa moto, le visage en sang, le casque cassé et la visière arrachée", a dit le parquet. Peu après, un homme de 18 ans a été retrouvé présentant une plaie au ventre "résultant d'un tir d'arme à feu", selon le parquet. Son pronostic vital n'est pas engagé, mais son état est jugé "instable". Le policier, lui aussi hospitalisé, présentait de "nombreuses contusions et blessures à la tête et s'avérait très choqué sur le plan psychologique", a poursuivi le parquet. Selon les constatations, il a fait usage de son arme à "huit reprises en direction de ses agresseurs".
Une enquête a été ouverte pour identifier les auteurs des violences contre les policiers. Le parquet de Bobigny a également saisi l'IGPN d'une enquête consécutive à l'usage d'arme. "Les policiers sont devenus de la chair à canon", a dénoncé le secrétaire national adjoint du syndicat policier Alliance, Loïc Travers. Alliance a en outre condamné des festivités du 14 Juillet "une nouvelle fois émaillées d'incidents graves, visant les forces de l'ordre et les policiers en particulier", citant notamment des "attaques de commissariats, guet-apens, jets de mortiers, incendies volontaires".
Dans ce contexte Frédéric Lagache, secrétaire général adjoint d'Alliance a dit avoir besoin du "soutien de l'Etat"


Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11312
Points : 12648
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 67
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'actu de la MARINE NATIONALE, de notre défense et de nos alliés /2

Message par corsair le Lun 17 Juil - 9:47

14/07/2017

Le général Pierre de Villiers évoque des opérations « différées, voire annulées, faute de moyens disponibles »

Ainsi, le président Macron a rappelé à l’ordre le général Pierre de Villiers, le chef d’état-major des armées (CEMA), parce qu’il a protesté contre les 850 millions d’euros qu’exige Bercy du ministère des Armées.

Pour mesurer l’effort qui est demandé aux Armées, quelques chiffres suffisent. La dépense publique, en France, est équivalente à 56-57% du PIB tandis que la part du budget de la mission défense en représente environ 1,7%. Et c’est donc sur ce 1,7% que seront pris 20% des sommes dont le ministère de l’Action et des Comptes publics a besoin pour satisfaire le pacte de stabilité, qui a donc pris le pas sur le pacte de sécurité.





Cela étant, cette méthode qui consiste à faire des Armées une variable d’ajustement budgétaire n’a rien de surprenant : elle est appliquée non sans acharnement depuis des années sans avoir d’autre résultat que d’amoindrir les capacités militaires de la France, tout en faisant mine d’oublier qu' »un euro investi dans la défense représente deux euros de retombées pour l’économie nationale avec des effets de levier extrêmement puissants en matière de recherche et de développement, d’aménagement du territoire, d’emploi, d’exportations et, in fine, de compétitivité. » 

« Je considère pour ma part qu’il n’est pas digne d’étaler des débats sur la place publique. J’ai pris des engagements, je suis votre chef. Les engagements que je prends devant les concitoyens, devant les armées, je sais les tenir et je n’ai à cet égard besoin de nulle pression, de nul commentaire », a donc lancé le président Macron lors de la traditionnelle réception donnée par le ministère des Armées avant le défilé du 14-Juillet.

Et M. Macron d’insister : « J’aime le sens du devoir, j’aime le sens de la réserve qui a tenu nos armées là où elles sont aujourd’hui. Et ce que j’ai parfois du mal à considérer dans certains secteurs, je l’admets encore moins quand il s’agit des armées. »


En matière de renouveau des pratiques politiques, on repassera donc puisque l’on en revient ainsi à la IIIe République. « Je rayerai du tableau d’avancement tout officier dont je verrai le nom sur une couverture », dit un jour le président (et maréchal) Mac Mahon. Et cela n’est d’ailleurs pas sans rappeler le mot malheureux qu’Alain Juppé avait tenu à l’égard du général de gendarmerie Bertrand Soubelet. « Un militaire, c’est comme un ministre : ça ferme sa gueule ou ça s’en va », avait-il dit, ce qui déclencha un tollé à l’époque. Mais c’est oublier que l’obéissance est une chose et que la servilité en est une autre.

Or, en protestant vigoureusement contre les coupes budgétaires qui vont de nouveau s’appliquer aux armées, le général de Villiers est parfaitement dans son rôle. C’est même son devoir d’alerter sur les conséquences qu’une telle décision peut avoir sur les capacités opérationnelles, la vie de ceux dont il a la charge et surtout sur la défense de la France et des Français.

D’ailleurs, en octobre 2014, lors de l’une de ses premières auditions à l’Assemblée nationale, le général de Villiers ne donna déjà pas dans la langue de bois. « Il n’y a plus de gras dans nos armées, on attaque le muscle. C’est mon devoir de vous le dire », avait-il prévenu.

Dans une tribune publiée par le Figaro, ce 14 juillet, le CEMA a donc tenu son rôle, une nouvelle fois, tout en y mettant quelques formes. « Nos armées sont confrontées, depuis plusieurs années, à une situation de forte tension, sous l’effet combiné d’un niveau d’engagement très élevé, qui s’inscrit dans la durée – 30.000 soldats en posture opérationnelle, de jour comme de nuit, depuis plus de deux ans – et d’un contexte budgétaire compliqué. Ce grand écart n’est pas tenable », a-t-il fait valoir.

Et d’ajouter : « Notre liberté d’action en souffre déjà, ponctuellement. C’est le cas, par exemple, à chaque fois qu’une opération doit être différée, voire annulée, faute de moyens disponibles. » Mais qui en est conscient, à part ceux qui sont directement concernés? Et qui le sera, si le président veut imposer le silence dans les rangs?


Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11312
Points : 12648
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 67
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'actu de la MARINE NATIONALE, de notre défense et de nos alliés /2

Message par corsair le Lun 17 Juil - 9:47

14/07/2017

Le président Macron promet de porter le budget des armées à 34,2 milliards d’euros en 2018



Le président Macron n’a pas enclenché la marche arrière : les Armées devront trouver 850 millions d’euros d’économies d’ici la fin de l’année pour satisfaire le ministère de l’Action et des Comptes publics. Toutefois, a-t-il assuré, lors de la traditionnelle réception donnée la veille du 14-Juillet à l’Hôtel de Brienne, le ministère des Armées pourra compter sur un budget de 34,2 milliards d’euros dès l’an prochain, dont 650 millions seront alloués aux opérations extérieures.

« Dès 2018 donc, en plein accord avec le Premier ministre, nous entamerons cette remontée du budget du ministère des armées, dont les crédits budgétaires seront portés à 34,2
milliards d’euros, dont 650 millions d’euros de provisions Opex », a en effet annoncé le président Macron.

« Parce que c’est ce que nous vous devons, parce que c’est l’engagement que j’ai pris. En aucune façon parce que quelques commentaires se seraient élevés », a-t-il ajouté, en appelant les officiers au devoir de réserve. Et cela alors que le premier d’entre-eux, le général Pierre de Villiers, s’est vigoureusement élevé contre ces 850 millions d’économies qui lui ont été imposés. « Je ne me laisserai pas ‘baiser’ comme ça », a-t-il lâché, lors d’une audition devant les députés de la commission de la Défense. Et si un « coup de pouce » lui a été promis en 2018, il a aussi dit : « Je suis c…, mais je sais quand on veut m’avoir. »

« Je considère pour ma part qu’il n’est pas digne d’étaler des débats sur la place publique. J’ai pris des engagements, je suis votre chef. Les engagements que je prends devant les
concitoyens, devant les armées, je sais les tenir et je n’ai à cet égard besoin de nulle pression, de nul commentaire »
, a poursuivi le chef de l’État. En clair, silence dans les rangs : Jupiter a dit! Mais on verra si ses annonces seront suivies d’effet. Le ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, ne se fait guère d’illusion. « 2018, c’est l’année la pire », a-t-il dit, sur le plateau de France 2, ce 13 juillet. Et pour cause : il faudra trouver 20 milliards d’économies et compenser les 11 milliards de baisse d’impôts promises .

« J’aime le sens du devoir, j’aime le sens de la réserve qui a tenu nos armées là où elles sont aujourd’hui. Et ce que j’ai parfois du mal à considérer dans certains secteurs, je l’admets
encore moins quand il s’agit des armées », a insisté M. Macron. C’est sûr : mettre la poussière sous le tapis, c’est la meilleure façon de faire avancer les choses… Mais ce serait confondre obéissance et servilité. Ce qui est d’ailleurs dommage : le chef de l’État avait bien commencé son mandat, en donnant des gages à la communauté militaire. Car même la hausse du budget qu’il vient de promettre n’est pas suffisante pour garantir les 2% du PIB d’ici 2025, conformément à l’engagement qu’il a pris durant la campagne présidentielle. Surtout après les coupes de 850 millions d’euros.

« L’effort à consentir est de l’ordre de deux milliards d’euros supplémentaires par an, en vue d’atteindre les 2 % du PIB en 2022, pensions et surcoûts d’opérations extérieures et intérieures inclus. Cette cible paraît en ligne avec l’ambition fixée par le Président de la République d’atteindre ces 2 % en 2025 mais hors pensions et surcoût d’opérations extérieures. Le budget de la défense se trouverait ainsi porté à 35,5 milliards d’euros constants en 2018, 37,5 milliards en 2019 et 39,5 milliards en 2020 », a en effet fait valoir un récent rapport du Sénat, rédigé par Jean-Pierre Raffarin et Daniel Reiner.


Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11312
Points : 12648
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 67
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'actu de la MARINE NATIONALE, de notre défense et de nos alliés /2

Message par corsair le Lun 17 Juil - 9:48

15/07/2017

États-Unis : La Chambre des représentants vote une hausse massive des dépenses militaires et la création de l’US Space Corps






Le 14 juillet, la Chambre des représentants a adopté, par 344 voix contre 81, le National Defense Authorization Act (NDAA), c’est à dire le budget du Pentagone pour l’année fiscale 2018. Et ce dernier devrait augmenter significativement puisque son montant a été porté à 621,5 milliards de dollars. En outre, 75 millions de dollars seront destinés à financer les opérations extérieures (Overseas Contingency Operations).

Le texte prévoit une hausse de 25% des investissements dédiés à la défense antimissile, le recrutement de milliers de soldats supplémentaires pour l’US Army, la commande de 5 nouveaux navires pour l’US Navy et une revalorisation de 2,4% de la solde des militaires, ce qui en fait la plus forte augmentation depuis 8 ans.

Mais la nouveauté de cet NDAA concerne les opérations spatiales. Comme il était attendu, la Chambre des représentants a en effet voté la création d’une nouvelle branche des forces américaines qui, distinctes de l’US Air Force qui en a jusqu’à présent la charge, les reprendra à son compte.

Cette mesure, avancée depuis déjà plusieurs années, vise à prendre en compte la militarisation de l’espace (une menace qu’a récemment citée, en France, le général de Villiers, le chef d’état-major des armées). Le constat fait par les promoteurs de ce « Space Corps » est que la dépendance des États-Unis à l’égard des systèmes spatiaux est trop importante, que ce soit pour les activités civiles (communication, télévision, observation etc…) que militaires. D’où la nécessité d’une branche des forces armées qui serait concentré sur la protection de ces derniers.

« Ces changements ne seront pas faciles et seront perturbateurs à court terme, mais nos adversaires ne seront jamais moins capables qu’ils ne le sont aujourd’hui. Nous devons agir maintenant si nous souhaitons maintenir les avantages dont bénéficie l’armée américaine en opérant dans l’espace », avait récemment expliqué le républicain Mike Rogers, à l’origine de cette initiative, avec son collègue (démocrate) Jim Cooper.


Toutefois, l’administration Trump est opposée à ce projet d’US Space Corps, estimant, comme l’a fait Heather Wilson, la secrétaire à l’US Air Force, qu’elle « nous ferait aller en réalité dans la mauvaise direction, nous ralentirait. »

« À une époque où nous essayons de rassembler les fonctions de combat du ministère, je ne souhaite pas ajouter un service séparé qui, selon toutes probabilités, offrirait une approche plus étroite et même étriquée aux opérations spatiales », a, pour sa part, jugé le général James Mattis, le chef du Pentagone.

Cela étant, la création de ce Space Corps doit encore franchir plusieurs obstacles. En premier lieu, le Sénat, qui y est pour le moment hostile, doit voter sa propre version du NDAA. Puis, le texte devra être harmonisé avec celui proposé par la Chambre des représentants avant d’être présenté à la signature du président Trump, lequel pourrait opposer son veto.


Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11312
Points : 12648
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 67
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'actu de la MARINE NATIONALE, de notre défense et de nos alliés /2

Message par corsair le Lun 17 Juil - 9:48

15/07/2017

Otan : Nouvelles tensions entre l’Allemagne et la Turquie



Les tensions diplomatiques entre l’Allemagne et la Turquie ont déjà conduit Berlin à redéployer en Jordanie ses 6 appareils de reconnaissance Tornado ECR et son avion-ravitailleur A310 MRTT qui participaient jusqu’alors aux opérations aérienne de la coalition anti-jihadiste depuis la base turque d’Incirlik. Cette décision a été motivée par l’interdiction faite aux parlementaires allemands de visiter le détachement de la Luftwaffe.

Mais les autorités turques sont allées encore plus loin en bloquant une visite de députés allemands aux militaires de la Bundeswehr actuellement affecté à la base de l’Otan de Konya (centre de la Turquie), d’où sont mis en oeuvre les avions de surveillance E-3 Sentry de la Force aéroportée de détection lointaine et de contrôle de l’Otan (NAEW&C) pour le compte de la coalition anti-jihadiste.

La délégation du Bundestag [chambre basse du Parlement allemand, ] devait arriver à Konya le 17 juillet. Or, selon Berlin, Ankara a bloqué cette visite en raison de la « détérioration des relations bilatérales » avec l’Allemagne.

La diplomatie allemande a indiqué « avoir pris connaissance avec regret » de cette décision et dit être « en discussion avec toutes les parties, y compris l’Otan, pour fixer dès que possible une nouvelle date » pour cette visite à Konya. « Dans les faits, c’est la même chose que si l’on nous interdisait le droit de visite », a toutefois réagi Wolfgang Hellmich, le président social-démocrate de la commission des affaires de défense du Bundestag.

Le 8 juillet, lors du sommet du G20 organisé à Hambourg, la chancelière allemande, Angela Merkel, avait dit avoir de « profondes divergences » avec le président turc, Recep Tayyip Erdogan, notamment sur les « purges » conduites en Turquie après le coup d’État manqué du 15 juillet 2016.

Et ce dernier lui avait répondu que l’Allemagne commetait un « suicide politique » en lui interdisant de s’exprimer en marge du sommet du G20, comme il avait l’intention de le faire.

Pourtant, l’épisode de la base d’Incirlik laissait présager les difficultés rencontrées par les parlementaires allemands pour se rendre sur celle de Konya. En juin, le secrétaire général de l’Otan, Jens Stoltenberg, avait d’ailleurs tenté de déminer le terrain.

« Les Awacs de l’Alliance basés à Konya sont sous commandement de l’Otan. Ce sont donc deux situations bien distinctes et elles ne devraient pas être reliées. Je suis confiant dans le fait que nous poursuivrons (notre travail) à Konya comme avant », avait-il dit, après la décision de Berlin de retirer ses troupes d’Incirlik pour les redéployer en Jordanie.


Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11312
Points : 12648
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 67
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'actu de la MARINE NATIONALE, de notre défense et de nos alliés /2

Message par corsair le Lun 17 Juil - 9:49

15/07/2017

Des députés de la majorité se mettent en marche contre les coupes budgétaires imposées aux Armées



La décision du gouvernement de faire porter au seul ministère des Armées la charge financière des opérations extérieures et intérieures (850 millions) dans le cadre de mesures visant à trouver 4 à 5 milliards d’euros d’économies pour respecter les 3% du PIB de déficit fait des vagues, y compris dans les rangs de la majorité.

Proche de Jean-Yves Le Drian, l’ancien ministre de la Défense désormais à la tête de la diplomatie française, Gwendal Rouillard a été l’un des premiers députés de la La République en Marche (LREM) à monter au créneau. Estimant que la question de la confiance était « posée », il a dit considérer que « inacceptable » la proposition de Bercy.

« On ne peut dire d’un côté qu’on doit protéger nos concitoyens en raison aujourd’hui de l’état de la menace et dans le même temps au premier coup de rabot budgétaire se planquer et assumer ce genre de décisions. Moi je ne l’assumerai pas », a fait valoir M. Rouillard, qui s’est dit « révolté » par les nouveaux efforts demandés aux Armées. Et demander « solennellement » au ministère de l’Action et des Comptes publics de revoir sa copie.

Dans les colonnes de Ouest France, Jean-Charles Larsonneur, le député LREM du Finistère qui fut l’un des premiers à rejoindre et à animer le mouvement « En Marche! », n’a pas été en reste. « Il faut peut-être arrêter de désarmer les ministères régaliens, comme la Défense, l’Intérieur ou la Justice. […] Aujourd’hui, nos armées sont sur l’os. On peut s’interroger sur la viabilité de l’ensemble », a-t-il dit.

Pour ce député, les coupes budgétaires visant les Armées contribuent « à la désindustrialisation du pays » alors que les entreprises du secteur de la défense « reposent sur des emplois non délocalisables et qui participent à l’innovation technologique en France. » Et d’ajouter : « Il y a quelque chose de choquant à demander aux armées de financer le surcoût des opérations extérieures dans lesquelles elles sont engagées. Comme si on demandait à un salarié de payer ses heures supplémentaires. »

Mais la réaction la plus attendue était celle de Jean-Jacques Bridey, député LREM du Val-de-Marne et président de la commission de la Défense à l’Assemblée nationale. « C’est un choix. Personnellement, je le regrette, surtout quand je vois l’explication qui a été donnée par Bercy, puisqu’on nous dit qu’il faut faire 4 et quelques milliards d’économies mais que dans le même temps, on ouvre 1,5 milliard d’ouverture de crédit pour la capitalisation d’Areva », a-t-il dit sur les ondes de RFI, le 14 juillet.

« Je trouve un peu délicat de donner cette explication. Nos hommes risquent leur vie tous les jours sur les théâtres d’opération et on leur demande de faire des sacrifices budgétaires pour recapitaliser une société, qui est certes importante, mais pour qui on aurait pu trouver d’autres solutions », a continué M. Bridey.

« Quand le chef d’état-major dit qu’il faut des moyens, ce n’est pas du chantage. Si l’on veut continuer à employer les armées il faut leur donner des ressources, ou sinon les retirer de certains théâtres d’opération », a encore fait valoir le député.

Au Sénat, où la réaction aux annonces de Bercy a été la plus prompte, avec un communiqué signé par son président, Gérard Larcher, et l’ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin, il n’est pas question de « lâcher l’affaire », comme l’a assuré le sénateur (UDI) Jean-Marie Bockel.

Ces « 850 millions, ça veut dire des problèmes d’hélicoptères – qui s’usent beaucoup plus vite au Mali – qui sont en nombre insuffisant en état de fonctionner, des véhicules au sol dans les mêmes conditions. Ça veut dire toute une série de questions pratico-pratique où ça ne le fera pas », a expliqué ce dernier sur Sud Radio et Public sénat.


Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11312
Points : 12648
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 67
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'actu de la MARINE NATIONALE, de notre défense et de nos alliés /2

Message par corsair le Lun 17 Juil - 9:50

15/07/2017

L’US Navy déploie sa nouvelle base mobile dans le Golfe

L’USNS Lewis B. Puller (T-ESB 3), tête de série des nouvelles Expeditionary Sea Bases de la marine américaine, vient d’appareiller de la base navale de Norfolk pour son premier déploiement dans la région du golfe Persique, où elle opèrera au sein de la 5ème flotte.

Livré en 2015 par le chantier NASSCO de San Diego, ce bâtiment, premier d’une série de trois, est dérivé des Expeditionary Transport Docks (T-ESD) USNS Montford Point et USNS John Glenn, mis en service en 2013 et 2014.






Long de 239 mètres pour une largeur de 50 mètres, l’USNS Lewis B. Puller est conçu pour servir de base de commandement avancée, de plateforme de renseignement et d’intervention. Il peut à cet effet accueillir un état-major et dispose d’importantes capacités aéronautiques et d’emport de matériel. Capable de loger 250 personnes, l’ESB, qui est armée par le Military Sealift Command (MSC), est aussi apte à soutenir des unités de combat, par exemple une force de guerre des mines ou des commandos. La base mobile peut assurer des ravitaillements en combustible et matériels, tout en disposant d’ateliers de maintenance et de réparation.

Alors que ce concept a été inauguré avec l’USS Ponce, ancien transport de chalands de débarquement datant de 1971 et converti en 2012 pour être stationné dans le Golfe, deux sisterships de l’USNS Lewis B. Puller sont en construction. Mis sur cale en août 2016, l’USNS Hershel « Woody » Williams doit être livré en 2018 alors que la construction d’une troisième unité a débuté en janvier dernier.






Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11312
Points : 12648
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 67
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'actu de la MARINE NATIONALE, de notre défense et de nos alliés /2

Message par corsair le Lun 17 Juil - 9:51

15/07/2017


LA FREMM LANGUEDOC REÇOIT SA FLAMME DE GUERRE


Le 30 juin 2017, le vice-amiral d’escadre de Briançon, amiral commandant la Force d’action navale, a remis, au nom du chef d’état-major de la Marine, sa flamme de guerre à la frégate multi-missions (FREMM) Languedoc.



Cette flamme, auparavant arborée par le Georges Leygues, rejoint désormais le patrimoine de la FREMM Languedoc. Symbole des engagements opérationnels de la frégate, elle s’agrandira au fil des missions menées par l’équipage du Languedoc au service de la sécurité des Français.
Les autres récompenses remises à l’occasion de cette cérémonie témoignent du parcours, déjà riche, du premier équipage du Languedoc. Une lettre de félicitation collective d’ALFAN a ainsi salué l’investissement des marins durant toute la période d’armement, depuis la constitution de l’équipage en mars 2015. 



Les jalons de la montée en puissance opérationnelle ont été franchis avec brio, depuis la livraison de la frégate en mars 2016, avec un mois d’avance sur le calendrier contractuel, jusqu’au déploiement de longue durée en Atlantique Nord, au second semestre 2016.



Cette montée en puissance rapide a d’ores et déjà porté des fruits en matière de sûreté dans les approches françaises. Un témoignage de satisfaction collectif et plusieurs récompenses individuelles sont ainsi venus saluer l’engagement des marins du « Languedoc » pendant une récente opération de sûreté des approches nationales. Ces résultats sont le reflet du professionnalisme de l’équipage, de la qualité de sa préparation opérationnelle et de la performance des senseurs des FREMM.
Plusieurs remises de décorations ont rappelé que l’ardeur et l’excellence professionnelle de chaque marin, dans sa spécialité, est fondamentale pour conduire, en équipage, des missions exigeantes.


flamme de guerre sur le Mistral


Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11312
Points : 12648
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 67
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'actu de la MARINE NATIONALE, de notre défense et de nos alliés /2

Message par corsair le Lun 17 Juil - 9:51

16/07/2017

L’USNS John Glenn en action



Le Military Sealift Command a diffusé des images intéressantes de l’USNS John Glenn (T-ESD 2), l’un des deux Expeditionary Transport Docks de la flotte américaine, engagé actuellement dans l’exercice Pacific Horizon. Conçues sur la base de coques de pétroliers, ces unités, initialement appelées MLP (Mobile Landing Platforms) ont été imaginées pour assurer le support d’opérations de débarquement ou le soutien d’unités déployées à terre. Concrètement, elles servent de plateformes de transbordement entre des navires chargés du transport de matériel vers ou depuis un théâtre d’opération et des engins de débarquement.  

Livrés en 2013 et 2014 par le chantier NASSCO de San Diego, les USNS Montford Point et USNS John Glenn mesurent 239 mètres de long pour 50 mètres de large. Ces bâtiments disposent d’un vaste pont de plus de 2300 m² pour le stockage de véhicules et de matériel, ainsi qu’une rampe permettant leur transfert. Conçus pour les transferts entre bateaux, les T-ESD disposent de trois emplacements intégrés dans la coque et spécialement conçus pour des engins de débarquement. Situés près de la ligne de flottaison, avec une base légèrement inclinée, ils peuvent recevoir des engins sur coussin d'air de type LCAC ou servir au déploiement de véhicules amphibies.







C’est typiquement ce qui s’est produit lors de l’exercice Pacific Horizon, qui se déroule jusqu’au 20 juillet à Camp Pendleton, en Californie, avec des unités de l’US Marine Corps. Sur les photos du MSC ci-dessous, on observe le navire roulier USNS Dahl transférer au moyen d’une rampe des véhicules sur le pont de l’USNS John Glenn (ainsi que du matériel avec ses grues). Une fois à bord, du T-ESD, le matériel embarque ensuite sur des LCAC effectuant une noria avec la côte. Les deux navires sont restés dans cette configuration à couple durant près de 120 heures.








L'USNS John Glenn à sa sortie de chantier, avant l'aménagement de son pont


Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11312
Points : 12648
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 67
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'actu de la MARINE NATIONALE, de notre défense et de nos alliés /2

Message par corsair le Lun 17 Juil - 9:52

16/07/2017

Avion de combat européen: quelles conséquences pour Dassault et Airbus?

Paris et Berlin ont annoncé ce jeudi le développement futur d'un avion de combat commun. Un projet encore embryonnaire qui ne devrait toutefois pas remettre en cause la rivalité entre l'Eurofighter d'Airbus et le Rafale de Dassault.

En lançant jeudi le projet d'un avion de combat commun, Paris et Berlin impriment leur marque politique sur les perspectives de défense européenne, mais ne remettent pas en cause la rivalité actuelle entre le Rafale français de Dassault et l'Eurofighter transnational d'Airbus.



L'Élysée a annoncé jeudi que la France et l'Allemagne avaient décidé de développer un avion de combat "européen", destiner à remplacer leurs flottes actuelles respectives.

L'annonce, faite à l'issue d'un Conseil des ministres franco-allemand, marque une rupture avec la situation actuelle, dans laquelle Paris et Berlin ont chacune suivi leur voie en la matière, même si les deux capitales collaborent déjà dans d'autres domaines de défense comme les drones de renseignement.


La rivalité Rafale - Eurofighter

"La France et l'Allemagne ont très peu coopéré dans l'aéronautique: la France était partie sur le Rafale en solo et l'Allemagne sur l'Eurofighter", rappelle Massi Begous, spécialiste de l'aéronautique au cabinet Roland Berger.

De fait, le paysage européen est dominé par deux modèles concurrents d'avions de combat, mis en service dans les années 2000: le Rafale de Dassault Aviation, un projet exclusivement français, et l'Eurofighter d'Airbus, développé en commun entre l'Allemagne, l'Espagne, le Royaume-Uni et l'Italie.

Contactés par l'AFP, Airbus comme Dassault s'abstenaient de commenter dans l'immédiat ce qui n'est pour l'heure qu'au stade de la déclaration d'intention par Paris et Berlin.

Une échéance lointaine

Mais, au sein du secteur, certains acteurs ne cachent pas leur satisfaction, jugeant logique que l'échelon transnational devienne la règle pour les futurs avions de combats européens.

Reste que "ce dont on parle, ce n'est pas clair: est-ce que l'on parle de remplacer les Eurofighter et les Rafale ?", ce qui représenterait une échéance très lointaine, s'est interrogé Massi Begous.

L'Allemagne est confrontée à des considérations plus pressantes puisqu'elle cherche à remplacer sa flotte vieillissante de Tornado, un avion en service depuis les années 1980.

En mars, Airbus avait dit travailler sur le sujet et prévenait déjà que le projet ne pourrait aboutir que "dans le cadre d'une étroite collaboration européenne", sous la férule de la France et de l'Allemagne.

"Révolution profonde"

Mais il n'est pas avéré que ce soit ce qu'aient en tête la chancelière allemande Angela Merkel et le président français Emmanuel Macron. Le chef d'Etat a évoqué jeudi une "révolution profonde" en ne faisant que tracer de grandes lignes, l'Élysée précisant qu'une feuille de route serait établie d'ici la mi-2018.

Pour Stéphane Albernhe, président du cabinet spécialisé Archery Strategy Consulting, les enjeux sont clairs: "ils ne touchent pas aux projets actuels".

Autrement dit, cette coopération annoncée ne va guère changer la donne dans l'immédiat, le calendrier s'écrivant plutôt en décennies.

"L'Eurofighter, c'est une mise en service en 2004, la durée de vie c'est 40 ou 50 ans... On est sûr de la stratégie à cycle très long", souligne Stéphane Albernhe. "Ce sera très certainement un avion de combat sans pilote".

L'Europe de la Défense qui progresse

En attendant d'en démêler les conséquences pour le secteur aéronautique, c'est avant tout sur le plan politique que s'inscrit cette annonce, par laquelle Paris et Berlin se placent en première ligne dans le concept souvent flou de défense européenne.

"Des accords bilatéraux entre deux, trois, quatre pays, ça marche, ça a déjà existé... Mais, là, c'est pour dire 'la France et l'Allemagne, on va être la locomotive'".

"Ce qui est sous-entendu entre les lignes, c'est 'L'Europe de la défense progressera si le binôme franco-allemand est fort", a-t-il conclu, jugeant illusoire d'envisager des projets de ce type impliquant l'ensemble des pays de l'Union européenne.


Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11312
Points : 12648
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 67
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'actu de la MARINE NATIONALE, de notre défense et de nos alliés /2

Message par corsair le Lun 17 Juil - 9:53

16/07/2017

Le blindé Griffon, invité surprise du défilé du 14 juillet

Le prototype de ce successeur du VAB a défilé pour la première fois sur les Champs-Elysées. Bardé de capteurs et ultra-protégé, ce blindé de 24 tonnes devrait être livré à 1.722 exemplaires à l’armée de terre dans le cadre du programme Scorpion.




C'est l'invité surprise du 14 juillet. Le premier prototype du Griffon, futur blindé multi-rôles de l'armée de terre, a été présenté pour la première fois à Emmanuel Macron lors du défilé sur les Champs-Elysées. Egalement appelé Véhicule blindé multirôles (VBMR), cet engin de 24,5 tonnes, développé par Nexter, Thales et Renault Trucks Défense, aura la lourde tâche de remplacer le bon vieux VAB (Véhicule de l'avant blindé), l'engin à tout faire de l'armée de terre depuis près de 40 ans. La Direction générale de l'armement doit réceptionner les premiers exemplaires du Griffon fin 2018, pour une entrée en service dans les forces fin 2019.


En quoi consiste l’engin? Ce 6X6, décliné en 11 versions et sous-versions, est avant tout destiné au transport de troupes, mais il peut aussi mener à bien des missions médicales, d’observation d’artillerie ou servir de poste de commandement. "Le VBMR est doté d’une architecture modulaire, avec un système de kits de missions, explique Xavier Poirmeur, responsable de l’ingénierie pour le programme VBMR chez Nexter. Dans la plupart des cas, Il suffit de quatre heures pour passer d’une version à une autre, avec seulement deux personnes." Plus besoin de repasser par l'usine comme pour les VAB, une bonne partie des modifications se feront sur les théâtres d'opérations.

Détecteur de départ de missile

Avec sa coque en aluminium de forte épaisseur, le Griffon, qui peut embarquer une dizaine de soldats, affiche le plus gros niveau de protection au monde contre les mines et engins explosifs improvisés (IED), assure Nexter. Il intègre une mitrailleuse téléopérée de 12,7mm, et est équipé d’une impressionnante batterie de capteurs destinées à le protéger des tirs ennemis: détecteur d’alerte laser quand il est visé, détecteur de départ de missile ou de tir, brouilleurs radio et infrarouge. "Si les capteurs détectent un laser qui pointe sur le véhicule, celui-ci envoie des fumigènes pour pouvoir se replier en sécurité", indique Sébastien Renard, directeur du programme chez Thales.

Le Griffon est la première déclinaison concrète du programme Scorpion de renouvellement des blindés de l'armée de terre, dont une partie frôle les 40 ans d'âge. 
Ce projet gigantesque, lancé par Jean-Yves Le Drian en décembre 2014 et sous maîtrise d'oeuvre de la DGA, prévoit l'acquisition de 1.722 Griffon, dont une première tranche de 780 engins, mais aussi de 248 engins blindés de reconnaissance et de combat (EBC, ou Jaguar), 358 VBMR légers (des 4X4 de 10 tonnes). Il prévoit enfin la rénovation de 200 chars Leclerc.



"Combat collaboratif"

Tous ces engins sont calibrés pour le "combat collaboratif": ils s'échangeront des milliers de données en temps réel via un système d'information commun (SICS), développé par Atos-Bull. Un véhicule pourra ainsi savoir, en temps réel, combien de munitions ou d'essence il reste à un engin allié, quels ennemis l'entourent, et s'il a besoin d'un appui. "En termes d'électronique embarquée, on passe d'une 2CV à une Google Car, résume Sébastien Renard. L'idée est de synthétiser des milliers de données de façon très simple, pour que le commandant du véhicule ait une vision claire de la situation, et puisse prendre rapidement sa décision.
" La situation tactique sera ainsi mise à jour toutes les 5 secondes. Les véhicules s'appuieront notamment sur la nouvelle radio logicielle Contact, développée par Thales, et sur une architecture électronique commune, dite "vétronique commune Scorpion".



Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11312
Points : 12648
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 67
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'actu de la MARINE NATIONALE, de notre défense et de nos alliés /2

Message par corsair le Lun 17 Juil - 9:53

16/07/2017

L’étonnante charge du président Macron contre les industriels de l’armement

Le budget alloué aux Armées pour l’année 2017 prévoyait une enveloppe de 17,3 milliards d’euros au titre de l’équipement des forces (programme 146). De quoi commander la rénovation de 45 Mirage 2000D, 15 pods de désignation laser de nouvelle génération, 20 engins blindés de reconnaissance et de combat Jaguar, 319 blindés Griffon, un premier lot de véhicules blindés légers (VBL) régénérés, 12.000 fusils HK-416, 23 véhicules lourds pour les forces spéciales et un sous-marin nucléaire d’attaque (SNA) de type Barracuda.

Seulement, les 850 millions d’euros d’économies demandés au ministère des Armées, dans le cadre des mesures prises pour la maîtrise des finances publiques (qui représentent 56% du PIB, faut-il le rappeler) seront prélevés sur le budget des équipements, ce qui se traduira par une baisse de 5% de ce dernier.

Pour autant, le président Macron assume pleinement cette décision. Et il l’a encore répété au Journal du Dimanche, ce 16 juillet, avant de revenir sur son « recadrage », deux jours plus tôt, du général Pierre de Villiers, le chef d’état-major des armées (CEMA), qui a vivement protesté contre cette nouvelle ponction lors d’une audition à l’Assemblée nationale.

« La République ne marche pas comme ça. Si quelque chose oppose le chef d’état-major des armées au président de la République, le chef d’état-major des armées change », a-t-il lancé.

Seulement, le général de Villiers n’a fait que son travail et son devoir, qui est de dire la vérité aux parlementaires. Pour rappel, selon ses attributions, il est le responsable de « l’expression du besoin en matière de ressources humaines civiles et militaires des armées », de la « définition du format d’ensemble des armées et de leur cohérence capacitaire » et de la « préparation et de la mise en condition d’emploi des armées. »


Aussi, au vu des engagements des forces actuellement (et ce n’est pas lui qui décide des opérations), le CEMA est parfaitement dans son rôle quand il défend le budget des armées afin de pouvoir exécuter au mieux les missions que lui confie l’exécutif.

« Il a donc toute ma confiance », a assuré M. Macron en parlant du général de Villiers. Mais à la condition de « savoir quelle est la chaîne hiérarchique et comment elle fonctionne, dans la République comme dans l’Armée », a-t-il ajouté.

Mais, selon le JDD, le président Macron a aussi visé les industriels de l’armement. Réfutant « l’idée selon laquelle la meilleure armée serait forcément la plus riche » [qu’il se rassure, il y a encore de la marge pour arriver à la hauteur de l’armée américaine, ndlr], M. Macron s’en est pris aux industriels de l’armement.

« Moi, j’ai des soldats sur des théâtres d’opération, des gens qui attendent beaucoup, je les respecte, je leur dois la protection : l’intérêt des armées doit primer sur les intérêts industriels », a en effet lancé le chef de l’État. Voilà un point qui aurait mérité quelques développements supplémentaires…

Cela étant, il est vrai que les industriels de l’armement s’inquiétent des coupes budgétaires annoncées. Le 12 juillet, Éric Trappier, le Pdg de Dassault Aviation, dont l’activité dépend en grande partie du secteur de l’aviation d’affaire, a appelé à ne pas relâcher « notre effort de défense ».

« Si les investissements dans la préparation de l’avenir devaient encore être victimes d’arbitrages budgétaires, ce sont les capacités de notre filière industrielle de continuer à fournir les matériels les plus performants qui pourraient être hypothéquées à terme. De grandes ruptures technologiques sont devant nous (intelligence artificielle, numérique, connectivité, furtivité…). Si nous les ratons, le décrochage technologique et industriel sera inévitable, et notre liberté de décision et d’action, sans laquelle il n’y a pas de souveraineté, sera remise en cause. Comme seront également remises en cause nos capacités de nous adresser au marché export face à une concurrence qui aura, elle, relevé ces défis technologiques », a ainsi prévenu M. Trappier?

Pour rappel, au cours de ces deux dernières années, l’industrie la base industrielle et technologique de défense (BITD) française, qui compte 4.000 PME et une dizaine de grands groupes, a reçu plus de 30 milliards d’euros commandes à l’exportation. En France, elle représente 4% de l’emploi industriel, soit 165.000 emplois directs non délocalisables et de haute technicité. Ses bonnes performances à l’exportation laissent présager la création de 30.000 à 40.000 emplois supplémentaires dans les années à venir.


Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11312
Points : 12648
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 67
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'actu de la MARINE NATIONALE, de notre défense et de nos alliés /2

Message par corsair le Lun 24 Juil - 16:22

17/07/2017

Il sera encore beaucoup question du budget des Armées cette semaine



Les 850 millions d’euros demandés aux ministère des Armées par celui de l’Action et des Comptes publics, n’en finissent pas de faire des vagues. Déjà, la réaction du général de Villiers, chef d’état-major des armées (CEMA) lors d’une audition devant la commission de la Défense, à l’Assemblée nationale, n’a pas été appréciée par le président Macron. Et ce dernier ne s’est pas privé de le recadrer séchement, à la veille du 14-Juillet. Et pour beaucoup, on assisterait là à la première crise du quinquennat…

D’autant que les choses n’en sont pas restées là. Après « l’avoinée » reçue publiquement, le général de Villiers a répondu à froid, non sans tact, en publiant une « lettre à un jeune engagé » ayant pour thème la « confiance ».

Puis, dans les colonnes du Journal du Dimanche, le président Macron a fait valoir que « si quelque chose oppose le chef d’état-major des armées au président de la République, le chef d’état-major des armées change », tout en assurant que le général de Villiers gardait « toute » sa confiance, à la condition de « savoir quelle est la chaîne hiérarchique et comment elle fonctionne, dans la République comme dans l’Armée. »

Maintenant, il reste à voir la décision que prendra le général de Villiers d’ici le 21 juillet prochain, date d’un entretien qu’il aura en tête à tête avec le chef de l’État. Démissionnera? Démissionnera pas?


« Ils vont se voir, ils vont échanger. Ils vont prendre une décision ensemble. Emmanuel Macron lui a confirmé sa confiance en le prorogeant dans ses fonctions. Il faut qu’ils discutent, ils vont le faire », a déclaré, ce 17 juillet, Christophe Castaner, le porte-parole du gouvernement. Le général de Villiers, « c’est un militaire. Il sait aussi le sens de l’autorité. Je pense qu’un militaire sait que le rappel à l’ordre est nécessaire dans le management entre deux hommes qui vont discuter », a-t-il ajouté.

Cette affaire, qui trouble les rangs de la majorité, connaîtra-t-elle alors son épilogue? Pas si sûr. On verra ce que le Parlement en dira quand il aura à se prononcer sur ces coupes budgétaires, dont une partie de l’opinion a du mal à les comprendre étant donné que la France est en « guerre » et que le pays a connu deux attaques terroristes d’envergure. Enfin, rien n’oblige le général de Villiers à remettre sa démission : les militaires n’auraient pas compris s’il n’avait pas bronché, son rôle étant de s’assurer que les armées ont les moyens en adéquation avec leurs missions. Aussi, il a tout intérêt à rester en place, afin de défendre le « bout de gras », comme il a su le faire jusqu’ici, avec franchise, devant les parlementaires.

S’agissant du président Macron, exiger la démission du général de Villiers ne serait pas la meilleure des solutions. Comme il vient de le prolonger à son poste jusqu’en juillet 2018, il donnerait l’impression de se déjuger, d’autant plus qu’il n’a rien à lui reprocher, si ce n’est son verbe un peu haut lors de son audition devant les députés. Ensuite, ce serait perçu comme un geste d’autoritarisme et non d’autorité. Enfin, les militaires prendraient mal la chose, eux qui ont pu avoir l’impression d’avoir servi sa communication visant à asseoir sa stature présidentielle.

Quant à la ministre des Armées, Florence Parly, qui se fait très discrète (hormis son entretien donné à RTL le 14 juillet), son agenda sera dominé par les question budgétaires cette semaine. Ainsi, elle rencontrera Gérald Darmanin, le ministre de l’Action et des Comptes publics, le 20 juillet, dès 7h30 du matin. Auparavant, elle aura probablement à répondre aux question des députés lors de la séance des questions au gouvernement. Enfin, elle aura un entretien avec la Premier ministre, Édouard Philippe, le même jour où le président Macron aura un tête-à-tête avec le général de Villiers.


Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11312
Points : 12648
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 67
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'actu de la MARINE NATIONALE, de notre défense et de nos alliés /2

Message par corsair le Lun 24 Juil - 16:23

17/07/2017

La Turquie veut coopérer avec le consortium franco-italien Eurosam pour sa défense aérienne



C’est à en perdre son latin, tant ce dossier aura donné lieu à maints rebondissements. En 2013, la Turquie annonça son choix en faveur du système de défense aérienne chinois Hongqi-9/FD 2000, aux dépens du consortium franco-italien Eurosam (SAMP/T ou Mamba) et du tandem américain Raytheon/Lockheed-Martin (Patriot PAC-3).

Seulement, la décision turque, motivée par le coût avantageux du système chinois (qui est une copie du S-300 russe) et les gains industriels attendus, prêta le flanc à la critique. Ainsi, pour l’Otan, le Hongqi-9/FD 2000 ne pouvait pas être compatible avec ceux mis en oeuvre par les Alliés, sauf à livrer à son fabricant, CPMIEC (China Precision Machinery Export-Import Corporation), des données confidentielles, comme par exemple les codes IFF (amis/ennemis).

Puis, des désaccord apparurent entre Ankara et Pékin sur la mise en oeuvre du contrat, en particulier sur la question du partage de la charge industrielle. En 2014, le président turc Recep Tayyip Erdogan alla même jusqu’à évoquer des discussions en cours avec la France au sujet du SAMP/T d’Eurosam, arrivé second de l’appel d’offres. « La production conjointe est importante », avait-il souligné.

Était-ce une manoeuvre pour faire plier la partie chinoise? Toujours est-il que, un an plus tard, le ministère turc de la Défense confirma le choix du Hongqi-9/FD 2000 dans le cadre de son programme T-Loramids… avant finalement d’y renoncer officiellement quelques mois plus tard. Et d’annoncer le lancement d’un « projet national » confié aux entreprises turques Aselsan (électronique) et Roketsan (missile), avec le « soutien d’un système d’armement mondialement reconnu ».


Puis, moins d’un an plus tard, à la faveur du spectaculaire rapprochement entre Moscou et Ankara, l’on apprenait que le système de défense aérienne russe S-400 « Triumph » (code Otan : SA-21 Growler) suscitait l’intérêt de l’état-major turc. En février dernier, e ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, alla jusqu’à affirmer, selon l’agence russe TASS, qu’un accord était sur le point d’être trouvé. Mais Fikri Isik, son homologue de la Défense, se montra nettement plus prudent.

« La Turquie a besoin d’un système de défense antimissile et a lancé un programme dans le but de développer une solution nationale. Ce programme prend du temps, donc nous avons discuté avec différents pays pour répondre à cette exigence urgente. Et il semble que la Russie est le candidat le plus approprié pour satisfaire les besoins du pays. Toutefois, nous ne sommes pas encore en mesure de signer un accord demain », avait expliqué M. Isik.

En juin dernier, Sergueï Tchemezov, le président du conglomérat russe Rostec, déclara que les négociations « concernant les détails techniques du contrat sur les S-400 » entre Moscou et Ankara étaient « quasiment terminées » et que les discussions portaient désormais sur les aspects financiers.

On en était donc là quand, le 14 juillet, à l’occasion d’une réception donnée à l’ambassade de France en Turquie, le ministre turc de la Défense a annoncé un accord préliminaire avec le consortium Eurosam, constitué par Thales et MBDA, sur la « production conjointe de systèmes de défense. »

« Je suis heureux d’annoncer que cet après-midi, la Turquie a signé un accord de coopération avec le consortium franco-italien Eurosam pour produire des systèmes de défense antimissile », a en effet déclaré le ministre.

Selon cet accord, les entreprises turques et Eurosam produiront ensemble des systèmes Sol-air de moyenne portée/terrestre (SAMP/T). Ce dernier, en service au sein des forces françaises et italiennes,  fonctionne avec le missile Aster 30 et dispose d’un rayon d’action supérieur à 100 km. Son radar Arabel, d’une portée de 120 km, est capable de suivre jusqu’à 100 cibles simultanément.

Cela étant, le projet d’acquérir des S-400 russes n’est pas abandonné. L’agence Bloomberg a ainsi indiqué, le 13 juillet, qu’Ankara avait accepté de payer 2,5 milliards de dollars à Moscou pour acquérir 4 systèmes S-400. L’accord prévoit la livraison de deux premiers exemplaires – fabriqués en Russie – d’ici la fin de l’année 2018 et la production, en Turquie, des deux derniers.


Les bateaux que j'ai appréciés en 50 ans de mer : StGermain,Chantilly,ssFrance ,Cambodge, Renaissance, AquilleLauro, Oceanic, EnricoCosta, CostaRiviera, MscRhapsody, StellaSolaris, SuperStarAries, SkyPrincess, CostaVictoria,Azur, Flamenco, Mistral, ssNorway, MscMelody, EuropeanStars, CarnivalSpirit, NclSpirit, R6, NclStar, NclGem,Ncl Epic, C.Magica, C.Méditerranéa, C.Atlantica, MscSplendida- et j'en oublie...
Je n'ai pas trop aimé: Mermoz,Costa Sérena, CarnivalConquest...
avatar
corsair
Membre Confirmé V
Membre Confirmé V

Sexe : Masculin
Messages : 11312
Points : 12648
Date d'inscription : 10/03/2013
Age : 67
Localisation : marseilles
Humeur : Impatient

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'actu de la MARINE NATIONALE, de notre défense et de nos alliés /2

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 32 sur 34 Précédent  1 ... 17 ... 31, 32, 33, 34  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum